Patrimoine

Bourg-Saint-Maurice Les Arcs

Deux contre-la-montre individuels ont été disputés à Bourg-Saint-Maurice en 1939 puis en 1996. Le dernier faisait suite à une journée historique, durant laquelle « le Roi Miguel » avait perdu le contrôle de la course qu’il survolait depuis 1991 dans la montée vers Les Arcs. À l’approche de l’arrivée, Indurain était lâché du groupe de tête. Fin d’une époque. En 2009, le vainqueur ici avait pour nom Sandy Casar.

En 1952, Fausto Coppi étrennait avec succès la route aux 21 lacets. La répétition des succès de Zoetemelk, Kuiper ou Winnen lui a valu plus tard le surnom de « montagne des Hollandais » avant que les Italiens ne s’y illustrent à leur tour avec Bugno puis Pantani. Côté français, Bernard Hinault a été le premier à s’y imposer en 1986. En 2011, Pierre Rolland reprenait le flambeau et, en 2013, pour la première double ascension de ce monument, le bleu-blanc-rouge était encore à l’honneur avec Christophe Riblon. La série s’est poursuivie en 2015 avec la victoire de Thibaut Pinot.

Sur la route

SAVOIE (73)

Population : 428 204 hab.
Préfecture : Chambéry
Sous-préfectures : Albertville, Saint-Jean-de-Maurienne
Superficie : 6 028 km2

Spécialités : Raclette, tartiflette, fondue, crozets (pâtes en forme carré, à base de farine de sarrasin…), diots et pormoniers, (saucisses de porc cuisinées au vin blanc) Saint-Genix (brioche aux pralines rouges), gâteau de Savoie, truffes en chocolat, bugnes (beignets), génépi (liqueur de plante des montagnes), fromages de Savoie (Tome des Bauges, Beaufort.) Clubs sportifs : Chambéry Savoie Handball (D1)

Evénements sportifs : Championnats du monde de Handball masculin 2017, Championnat du monde d’aviron à Aiguebelette en août 2015, Critérium de la Première neige à Val d'Isère et coupe du monde de ski FIS à Courchevel (annuel), manche de coupe du monde de VTT Trial (août 2016 à Albertville), Critérium du Dauphiné Libéré (cyclisme, juin)

Principaux sites touristiques : Abbaye de Hautecombe (berges du lac du Bourget), château des ducs de Savoie (Chambéry), forts de la barrière de l’Esseillon (Haute Maurienne), parc national de de la Vanoise, parcs naturels régionaux des massifs des Bauges et de la chartreuse, lac du Bourget, lac d’Aiguebelette, etc.

Festivals : Musilac à Aix-les-Bains, Les Estivales en Savoie à Chambéry, Le Grand Bivouac à Albertville, Le festival du Cinéma européen des Arcs

Économie : tourisme, agroalimentaire, éco industries, industries de la montagne, matériaux composites, technologies de l’information et de la communication, travail des métaux

Sites web et réseaux sociaux : www.savoie.fr / www.facebook.com/Savoie-Le-D%C3%A9partement-153155071431222 / twitter.com/SavoieDepart

Km 5

AIME-LA PLAGNE (4 450 hab.)

Cette localité de la Tarentaise est surtout connue par la station de sports d’hiver de La Plagne, dont le domaine skiable se trouve sur les communes d’Aime-La Plagne, Champagny-en-Vanoise et La Plagne-Tarentaise, commune nouvelle formée en 2016. Le domaine skiable de la Grande Plagne offre 225 km de pistes. La station est née en 1961 de la volonté du maire d’Aime d’alors, Pierre Borrione, de sauver la vallée qui ne pouvait plus survivre de la seule activité agricole. La Plagne accueillit en 1992 les épreuves de luge et de bobsleigh des Jeux olympiques d’Albertville. Quatre étapes du Tour de France se sont achevées à La Plagne en 1984 et 1987 (Laurent Fignon), en 1995 (Alex Zülle) et en 2002 (Michael Boogerd).

Réserve de la Belledone

Km 19

MOÛTIERS (3 600 hab.)

Au pied des massifs menant aux stations de ski de Courchevel, Méribel, Les Menuires, Valmorel, et Val Thorens, Moûtiers s’est développé au Moyen-âge en évêché et en a conservé une cathédrale, Saint-Pierre et l’ancien palais des évêques. À la Renaissance, c’est l’extraction du sel qui a assuré sa prospérité avant qu’un autre or blanc prenne le relais à partir des années 1960. On ne compte plus les skieurs natifs de Moutiers (Michel Vion, Alexis Pinturault, Julien Lizeroux…)   

À VOIR 

Cathédrale Saint-Pierre
Cathédrale de l'ancien diocèse de Tarentaise, elle a subi de nombreuses transformations au cours des siècles. Il en résulte une architecture composite témoignant des reconstructions successives. Le christianisme a été organisé en Tarentaise au début du Ve siècle. C’est de cette époque que date probablement la première cathédrale, dont l’histoire ne nous a pas laissés de traces. Sur le même emplacement, plusieurs édifices se sont succédés jusqu’au XIe siècle. On fit alors appel à des maîtres maçons lombards. Ces artisans du nord de l’Italie allaient se faire un nom des rives de la Méditerranée jusqu’en Angleterre ou en Allemagne pour certains.

PATRIMOINE GÉOLOGIQUE

Cristalliers

Les montagnes sont le siège du règne minéral. Le massif de l'Oisans en particulier est célèbre par ses cristalliers qui allaient chercher le cristal de roche au prix de prouesses vertigineuses. Ces cristaux étaient utilisés pour leur beauté intrinsèque, ou servaient à tailler des verres ou coupes pour les rois. Voulant imiter ces objets en cristal, les verriers se sont ingéniés à trouver la recette du "verre en cristal".

MNHN – Patrick De Wever, professeur 

Km 42

LA LÉCHÈRE (1 820 hab.)

Au cœur des vallées, à proximité du vieux bourg d'Aigueblanche, la station thermale de La Léchère, née au début du XXe siècle, permet cures et remise en forme. Elle est située idéalement à 15 km de Valmorel, de Doucy-Combelouvière et de Naves et à proximité de toutes les grandes stations de ski de la Tarentaise.
La commune est née en 1972 de la fusion des villages de Notre-Dame-de-Briançon, Pussy, Celliers, Petit Cœur, Doucy et Naves. Occupée dès l’ère romaine, elle prospère au Moyen âge grâce au château de Notre-Dame-de Briançon, d’où les seigneurs de Briançon contrôlaient l’une des vallées les plus fréquentées des Alpes. Au milieu du XIXe siècle, l’industrie chimique se développa jusqu’à la découverte fortuite, en 1869, des eaux qui font aujourd’hui le renom des Thermes de la Léchère. 
La Léchère accueillait en 1992 le centre de presse des Jeux olympiques d’Albertville. Les Jeux permirent à la ville de se doter des équipements qui en font aujourd’hui une destination touristique prisée, thermale et sportive. 

Km 61.5

SAINT-FRANÇOIS-LONGCHAMP (460 hab.)

La première station de ski de la Maurienne surprend par un magnifique environnement montagnard en découvrant d'exceptionnels paysages avec, entre autres, un superbe point de vue du Mont Blanc jusqu'aux Ecrins à partir du Col de la Madeleine (2 000 m) et la possibilité d'admirer, à la hauteur de Saint-François-Longchamp 1450, les Cheminées des fées, phénomène d'érosion naturelle rare dans cette région. Ces grands espaces donnent une sensation profonde de liberté et d'oxygénation. Ici, les passionnés de glisse trouvent leur bonheur dans l'étendue et la variété du domaine skiable.

Km 72.5

LA CHAMBRE (1 150 hab.) 

Avec ses 1 200 habitants, cette petite ville, chef-lieu de canton offrant une multitude d’activités, est située sur l’axe routier des célèbres grands cols de la Madeleine et du Glandon et à proximité des stations des sports d’hiver et d’été. 

À VOIR 

L’église de l’Assomption
L’église dédiée à l’Assomption de la Vierge fut érigée en collégiale en 1514 vous le vocable de Saint Marcel. Son magnifique portail roman est, selon Raymond Oursel « un trésor unique de la sculpture du XIIe siècle en Savoie, et gothique déjà d’esprit ». Sa dernière restauration date de 1995.

Km 106

SAINT-JEAN-DE-MAURIENNE (7 800 hab.)

Le Tour a aussi pris ses habitudes à Saint-Jean-de-Maurienne avec des étapes en 2010, 2012 et 2015. Les arrivées ont souri aux Français avec des victoires de Sandy Casar en 2010 et Romain Bardet en 2015. Saint-Jean-de-Maurienne est la ville où fut inventé le célèbre couteau Opinel, orné des trois doigts de Saint-Jean-Baptiste conservés en relique dans la cathédrale depuis le Vie siècle. Aujourd’hui, c’est une ville où le tourisme sportif est roi, aussi bien l’hiver dans les stations de ski de la Maurienne (la Toussuire, Valloire) que l’été, où la ville s’enorgueillit d’être la capitale mondiale des cyclogrimpeurs avec 48 itinéraires cyclables, 1 600 km d’itinéraires et dix grands cols, dont six hors catégorie.    

À VOIR

La cathédrale Saint-Jean-Baptiste
Fondée au VIe  siècle pour abriter les reliques de saint Jean-Baptiste, rebâtie au XIe et agrandie au XVe siècle, elle abrite un exceptionnel ensemble de stalles gothiques. Sous le chœur s’étend une crypte, chef d’œuvre de l’art roman naissant. Jouxtant la cathédrale, le cloître (XVe siècle) est un havre de paix et de sérénité. 

Le Musée Opinel
Créé dans un ancien atelier de fabrication du célèbre couteau, le musée a été entièrement rénové en 2013. A côté de la forge et des machines toujours en place, une scénographie moderne vous fera découvrir les procédés de fabrication d’hier et d’aujourd’hui, ainsi que toute l’histoire de la famille Opinel et du célèbre couteau savoyard. Entrée gratuite.
www.opinel-musee.com

Km 100

FONTCOUVERTE-LA TOUSSUIRE (550 hab, 2 500 hab. pour le domaine des Sybelles)

Surveillées par les spectaculaires Aiguilles d’Arves, Fontcouverte, la Toussuire et les autres stations du domaine skiable des Sybelles sont désormais bien connues des coureurs qui ont arpenté leurs routes en 2012 et en 2015 avec des victoires d’étape de Pierre Rolland et Vincenzo Nibali. La Toussuire est également fameuse pour ses skieurs, Jean-Noël Augert, champion du monde de slalom en 1970 et Jean-Pierre Vidal, médaillé d’or de la même discipline aux Jeux de Salt Lake City. Les amateurs de patrimoine religieux se devront de visiter l’église Notre-Dame de l’Assomption et la chapelle Notre-Dame de la Salette qui figurent l’une et l’autre sur « les Chemins du baroque en Savoie ».

Km 106

SAINT-JEAN-D’ARVES (250 h)

Saint-Jean-d'Arves, station familiale, est reliée au premier domaine skiable de la vallée de la Maurienne : les Sybelles (310 km de pistes reliées). La station est largement panoramique avec vue sur les Aiguilles d'Arves culminant à 3514 m (« la plus belle trilogie des Alpes » selon l'anglais Coolidge qui en fit officiellement la première ascension).

PAYSAGE DU JOUR 

Les cols emblématiques de Maurienne

En contrepoint de l’emblématique col de la Madeleine et de la vallée de la Tarentaise, le site classé du massif de l’Étendard et col du Glandon sépare la vallée savoyarde de la Maurienne (massif de la Vanoise) des vallées dauphinoises de l’Oisans, plus au sud. Les cols du Glandon et de la Croix de Fer constituent les voies principales de passage entre ces deux vallées. Ce paysage glaciaire offre des vues époustouflantes sur le Mont-Blanc et contraste avec la vallée industrialisée de l’Arc.

Km 113

SAINT-SORLIN-D’ARVES (360 hab.)

Station village, située au pied du Col de la Croix-de-Fer et du glacier de l'Étendard, en face des Aiguilles d'Arves, Saint-Sorlin-d'Arves offre un panorama à couper le souffle. En hiver, le ski se pratique au cœur du domaine skiable des Sybelles, dans une atmosphère de village, ensoleillé et de neige optimale, avec également un large choix d'activités de loisirs ou de détente. En été, l’heure est à la randonnée ou au cyclotourisme. L’église Saint-Saturnin (1603) fait partie des chemins du Baroque.
C’est de Saint-Sorlin qu’est originaire la famille de Pierre Balmain, dont le grand-père était colporteur. À sa mort, en 1982, les cendres du couturier ont été dispersées au pied du glacier de Saint-Sorlin.

Km 124

SAINT-COLOMBAN-DES-VILLARDS (190 hab.)

À mi-pente du Col du Glandon, riants, boisés, joyeusement animés par des torrents et des sources, embellis par les sommets enneigés du Sambuis, du Puy-Gris, des Argentières, voilà les deux villages de la Vallée des Villards : Saint-Colomban et Saint-Alban des Villards. Idéalement située l’hiver, la Vallée des Vilards est la première porte d’accès aux Sybelles, un des grands domaines skiables français avec 310 km de pistes.

ISÈRE (38)

Région : Auvergne-Rhône-Alpes
Population : 1,2 million d’habitants (soit 16 % d’Auvergne-Rhône-Alpes)
Préfecture : Grenoble
Sous-préfectures : Vienne, La Tour du Pin
Nombre de communes : 521
Superficie : 7 431 Km² (11% d’Auvergne-Rhône-Alpes)

Spécialités : La noix de Grenoble (AOC), le St Marcellin (fromage IGP), le Bleu du Vercors-Sassenage (fromage AOP), les ravioles, la liqueur de Chartreuse, chocolats Bonnat, l’antésite, les vins : Coteaux du Grésivaudan, Balmes Dauphinoises, Collines Rhodaniennes (vins IGP), Vitis Vienna (vins de Vienne), la truite du Vercors, les viandes d’alpage (bœuf, agneau), le gratin dauphinois, la brioche de Bourgoin, le murçon (charcuterie)…

Clubs sportifs : FC Grenoble (rugby), Brûleurs de loups (hockey sur glace), GF38 (football), CSBJ (rugby), Les bruleurs, Les ours de Villard (hockey), Rugby Sassenage Isère (rugby féminin)

Compétitions : La Foulée blanche à Autrans, l’Ut4M (Ultra tour des 4 massifs), le Trail des passerelles du Monteynard, l’Echappée belle (Ultra traversée de Belledonne), EuroNordicWalk Vercors, le Grand Duc-trail de Chartreuse, La Marmotte à l’Alpe d’Huez (épreuve cyclosportive)

Festivals : La Coupe Icare à St Hilaire du Touvet, Festival de l’Alpe d’Huez (festival du film de comédie en Isère), Festival Berlioz à la Côte Saint-André, Festival Jazz à Vienne, Festival du film de montagne d’Autrans, Vélo Vert Festival à Villard de Lans, Tomorrowland à l’Alpe d’Huez.

Économie : Industrie, électronique, numérique, micro et nanoélectronique, informatique, recherche, santé, hydroélectricité, chimie et environnement, énergies, thermalisme, tourisme

Principaux sites touristiques : Domaine de Vizille, le monastère de la grande Chartreuse, Saint-Antoine l’Abbaye, les grottes de Choroanche, le téléphérique de Grenoble, musée de Grenoble, les caves de Chartreuse, musée Dauphinois, funiculaire de St Hilaire du Touvet, Crémieu, Vienne, parc Walibi Rhône-Alpes, Le plus grand glacier skiable d’Europe aux Deux-Alpes.

Sites web et réseaux sociaux : www.alpesishere.com / www.cyclo-alpes.com / www.isere.fr / facebook.com/isere.le.departement / twitter.com/CDIsere / instagram.com/isere.le.departement

Km 150

ALLEMONT (1 000 hab.)

Parfois orthographié Allemond, le bourg abritait jadis une fonderie royale utilisant le minerai extrait des mines locales (argent notamment). Dans les années 70, le barrage de Grand-Maison apporta une nouvelle prospérité au village. Au hameau du Rivier (km 59) se trouve un musée consacré au bouquetin et à l’accident au-dessus du village de l’avion du Maréchal Trafford Leigh-Mallory, le plus haut gradé militaire allié tué pendant la Deuxième Guerre mondiale.

Km 159

LE BOURG D’OISANS (3 500 hab.)

Jadis établie au bord d’un lac disparu, la ville est connue des amateurs du Tour comme le point de départ de la montée vers l’Alpe d’Huez. Réputée pour son ardoise, ses minerais et ses colporteurs, c’est une station alpine d’où sont originaires l’ancienne championne de slalom Fabienne Serrat et l’ancienne championne olympique de snow-board Isabelle Blanc.

Le parc national des Écrins : le territoire du parc national des Écrins (91 800 ha), créé en 1973, s'étend entre les villes de Gap (12 kilomètres à vol d'oiseau), Briançon (13 kilomètres) et Grenoble (23 kilomètres). Il est délimité par les vallées de la Romanche, la Guisane, la Durance et le Drac. C’est en Oisans que le projet du parc a vu le jour dès 1913 avec l’achat par l’État de 4 000 ha de montagne au-dessus de Saint-Christophe-d’Oisans. Le parc national des Écrins est l’un des dix parcs nationaux français et a été distingué par le Conseil de l’Europe comme Parc européen de la haute montagne.

Suivez-nous

Recevez des informations exclusives sur le Tour de France

Partenaires du Tour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblés en fonction de vos centres d'intérêts.

En savoir plus