Patrimoine

1991 reste à double titre un millésime de choix pour Mâcon, qui accueillait pour la première fois le Tour de France, avec une victoire décisive en chrono de Miguel Indurain. Quelques semaines plus tôt, c’est un futur champion du monde de football, Antoine Griezmann, qui y avait vu le jour. Sur le Critérium du Dauphiné 2011, le jeune Allemand John Degenkolb confirmait son entrée dans le cercle des sprinteurs qui comptent en s’imposant sur les bords de Saône, au pied de la statue de Lamartine.

Par sa position centrale sur la carte de France, la cité des armes et du cycle n’a pas connu les Tours d’avant-guerre qui s’attachaient à « coller » aux frontières. En revanche, elle l’a reçu à 25 reprises depuis 1950 et lors du dernier passage en 2014, l’arrivée au sprint consacrait pour la première fois le sprinteur norvégien Alexander Kristoff. Mais l’image la plus célèbre reste celle de Bernard Hinault en 1985, Maillot Jaune ensanglanté et nez fracturé.

Suivez-nous

Recevez des informations exclusives sur le Tour de France

Partenaires du Tour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblés en fonction de vos centres d'intérêts.

En savoir plus