Patrimoine

Les plus beaux succès du football français sont indirectement liés à Dreux où a en grande partie été formé le champion du monde et d’Europe Patrick Vieira avant de devenir l’un des piliers de la sélection nationale et du club londonien d’Arsenal. La ville n’a jamais reçu le Tour de France mais elle a accueilli en 2009 le départ du Tour de l’Avenir. Un bon souvenir pour Julien Bérard, vainqueur du prologue devant le futur lauréat Romain Sicard.

Amiens Métropole

La capitale de la Picardie est le point de rencontre entre Jules Verne, l’écrivain français le plus traduit au monde, le président de la République Emmanuel Macron, et le recordman de l’heure des plus de 105 ans, Robert Marchand, tous trois Amiénois de naissance ou d’adoption. La première arrivée d’étape ici en 1932 vit la victoire d’un André – Leducq, lauréat du Tour cette année-là – tout comme la dernière, revenue à un autre André, Greipel en 2015.

Sur la route

Km 9

ANET (2 700 hab.)

Château d’Anet
C'est en 1547 que Diane de Poitiers, veuve de Louis de Brézé, Grand Sénéchal de Normandie, fit commencer la construction du château d'Anet. Cinq années suffirent à l'achèvement des travaux que dirigea le célèbre architecte Philibert Delorme. En 1566, Diane de Poitiers mourait à Anet. Selon son désir, et pour abriter son tombeau, magnifique œuvre de Pierre Bontemps, sa fille Louise de Brézé, Duchesse d'Aumale fit élever près du château une chapelle funéraire qui vient d'être restaurée. Au XVIIe siècle, le château appartint aux Ducs de Vendôme qui y apportèrent de profonds remaniements : l'escalier d'honneur fut construit par Claude Desgots en 1680 ainsi que le pavillon du gouvernement. Le canal fut creusé à cette époque sur des plans de Le Nôtre. Au XVIIIe siècle, la Duchesse du Maine, puis le Duc de Penthièvre y menèrent grand train. Confisqué, vendu comme bien national à la Révolution, il fut saccagé et en partie détruit. À partir de 1840, le château fut restauré par la famille qui en est toujours propriétaire toujours aujourd’hui. Il se visite le week-end dans la basse saison et tous les jours sauf le mardi d’avril à octobre.

Km 32

PACY-SUR-EURE (5 120 hab.)

À VOIR

Chemin de fer de la vallée de l’Eure
Relancé par une bande de passionnés sur un tronçon de l’ancienne ligne Rouen-Chartres-Orléans, le Chemin de fer de la vallée de l’Eure permet de redécouvrir ce coin de Normandie comme à la fin du XIXe siècle. Au départ de la gare de Pacy-sur-Eure, ces balades en train d’autrefois durent de 1h15 à 2h30 en fonction des circuits choisis. Des « trains à thème » -Trains Resto, Train d’Halloween, Train du Père Noël- proposent des animations originales et ludiques.

Km 38

Château de Brécourt

Resté dans la même famille durant près de deux cents ans, le château de Brécourt fut pillé pendant la Révolution lors d’un événement resté célèbre. Le 13 juillet 1793, Brécourt est pillé lors d’un épisode baptisé « la bataille sans larmes », car livrée sans heurts. Vendu le 16 fructidor an VII, le château fut finalement acheté par le marquis de Pérignon, qui devint maréchal d’Empire et vit sa famille le garder jusqu’en 1903. Classé à l’inventaire des monuments historiques, Brécourt, fut aussi un temps la résidence de l’ambassadeur des Etats-Unis. En 1979, la demeure devient un hôtel restaurant. Il est aujourd’hui à vendre.

Km 43.5

VERNON (24 000 hab.)

Longtemps villégiature des monarques et de leurs proches -Guillaume le Conquérant, Philippe Auguste, Saint Louis, Louis XI, Madame de Pompadour ou Louis Philippe-, Vernon est devenu le refuge de quelques-unes des figures de l’aristocratie du show-biz puisqu’Alain Delon, Catherine Deneuve, Thierry Lhermitte ou Emir Kusturica demeurent dans la commune. Baptisée « le Neuilly normand », cette jolie petite cité à seulement 70 km de Paris est aussi la ville natale d’Ousmane Dembélé, l’attaquant du FC Barcelone.  

À VOIR 

Château de Bizy
Les différents bâtiments qui composent le château ont été construits à des époques différentes. Depuis le début des travaux en 1740, les propriétaires successifs ont ajouté, au fil du temps, leur pierre à l'édifice. Le Duc de Belle-Isle, le Duc de Penthièvre ou encore Louis-Philippe, le dernier roi des Français, ont participé à la création et à l'embellissement du Château de Bizy. Dans les salons, renommés pour leurs boiseries du XVIIIe et leurs tapisseries des Gobelins de la série des Maisons Royales, des souvenirs du Ier Empire sont exposés, réunis par les descendants du Maréchal Suchet, les Ducs d'Albufera. 

Château des Tourelles
Présent sur toutes les cartes postales de Vernon, ce château, construit sur ordre de Philippe-Auguste pour stopper l’avancée des Anglais, est l’une des rares constructions du XIIe siècle aussi bien conservées. De petite taille, mais flanqué de quatre tours, il est classé depuis 1926, mais son intérieur, endommagé, ne se visite pas. 

Km 51.5

PRESSAGNY-L’ORGUEILLEUX (700 hab.)

Site d’un ermitage dédié à Marie-Madeleine au XIIe siècle, le village se développa par la suite grâce aux nobles qui venaient chasser dans la forêt de Vernon. Le château de la Madeleine est installé sur le site de l’ancien prieuré et le village est devenu un lieu de villégiature pour Parisiens fortunés. Gaston Gallimard, fondateur des éditions qui portent son nom, y résidait, de même que le cinéaste Jean Renoir.

Château de la Madeleine
Le premier occupant de ces lieux, au XIIe siècle, fut Saint Adjutor, patron des mariniers de la Seine. Petit fils de Richard de Vernon, il partit en croisade, fut fait prisonnier et ramené miraculeusement par Marie-Madeleine au lieu-dit le Mont où est bâti le château. Il installa à cet endroit un monastère, qui devint un prieuré au XVe siècle avant d’être détruit à la Révolution. La propriété fût achetée par un général d’Empire, le général de Brémond. Le poète Casimir de la Vigne en fit l‘acquisition au XIXe siècle. En 1849, le richissime Baron Thénard, inventeur de l’eau oxygénée, acheta la propriété, mais mourut trois ans plus tard. Sa veuve et sa fille engagèrent d’énormes travaux pour donner au château son aspect actuel, à la fois rococo et baroque. En 1924, le château fut vendu à Monsieur Gianotti, architecte de la ligne Maginot. Sa femme fit classer le parc, constitué de 120 essences rares. Abandonné dans les années 1960, il fut racheté par la famille Clermont, qui l’occupe encore et en fit un château d’hôtes.

Km 66

LES ANDELYS (8 140 hab.)

Établi autour du Château-Gaillard, bâti par Richard Cœur-de-Lion au-dessus de la Seine, Les Andelys a toujours inspiré les peintres, qui y ont vécu ou s’y sont installés, de Nicolas Poussin à Paul Signac ou Ludovic-Rodo Pissarro, l’un des sept fils de Camille. 

À VOIR  

Château-Gaillard
Le Château-Gaillard veille depuis plus de 800 ans, du haut de son éperon rocheux, sur la ville des Andelys et sur l’une des plus belles boucles de la Seine normande. Construit en un temps record, entre 1196 et 1198, afin de protéger la Seine et la ville de Rouen des prétentions du roi de France, Philippe Auguste, le Château-Gaillard constitue pour l’époque une version aboutie de l’architecture défensive. Le Château-Gaillard tombe le 6 mars 1204 entre les mains des Français. Au cours de la même année, la Normandie, à l’exception des Îles anglo-normandes, est rattachée au Royaume de France. Lieu de séjour des rois de France (Louis IX, Philippe III le Hardi), lieu d’exil (David Bruce, futur roi d’Écosse) ou prison (Marguerite de Bourgogne, Charles le Mauvais et Charles de Melun), le Château-Gaillard est alternativement pris par les troupes françaises et anglaises pendant la guerre de Cent Ans. En 1598, les États Généraux demandent à Henri IV de démolir le château. Son démantèlement prend fin en 1611. Ce sont les ruines majestueuses du Château-Gaillard qui ont inspiré les romantiques anglais, les peintres impressionnistes, les poètes et les écrivains contemporains.

Musée Nicolas-Poussin
Le musée Nicolas Poussin est situé dans une ancienne demeure bourgeoise du XVIIIe siècle. Il retrace l’histoire de la ville des Andelys. Le musée présente également un tableau de Nicolas Poussin, Coriolan supplié par sa famille. Ce chef d’œuvre rappelle les origines andelysiennes du plus grand peintre français du XVIIe siècle, qui a donné son nom au musée.

Km 94

BÉZU-LA-FORÊT (300 hab.)

Château de la Fontaine-du-Houx
C’est un ancien manoir des rois de France, notamment occupé par les Mérovingiens et les Carolingiens, détruit lors des combats de la guerre de Cent Ans. L’édifice a été reconstruit entre le XVIe siècle et le XVIIIe siècle.

Km 106.5

FERRIÈRES-EN-BRAY (1 590 hab.)

C’est en 1850 à Ferrières-en-Bray, à la ferme du Manais, que Charles Gervais, commis aux Halles de Paris, mit au point, avec Mme Héroud, fermière en Bray, la recette du Petit Suisse qui allait faire la fortune du groupe Gervais. Le siège de la compagnie se trouve toujours à Ferrières-en-Bray, où une usine Danone construite en 2007 a absorbé celle installée jusque-là à Neufchâtel-en-Bray.

Km 117.5

GERBEROY (100 hab.)

Personne ne résiste aux charmes du village de Gerberoy dans l'Oise, l'un des plus beaux villages de France : ruelles pavées, maisons de poupée en torchis et à pans de bois colorés, roses trémières et glycines qui se languissent sur les vieilles pierres. Un vrai décor cinématographique qui n’a pas échappé à la série Maupassant ou au film Un amour de sorcière avec Vanessa Paradis !
Escapade printanière ou virée estivale, Gerberoy sait mettre au parfum : ici, la rose est reine et symbole. Elle se fête tous les ans, le troisième week-end de juin. Rare ou ancienne, elle se décline en 25 variétés dans le jardin remarquable du peintre postimpressionniste Henri Le Sidaner.

Suivez-nous

Recevez des informations exclusives sur le Tour de France

Partenaires du Tour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblés en fonction de vos centres d'intérêts.

En savoir plus