Patrimoine

Sur la route

Km 20

RÉAUMUR (820 hab.)

Réaumur a donné son nom au physicien René-Antoine Ferchault de Réaumur, connu pour son travail sur les insectes et inventeur du thermomètre à alcool. Sa maison a été transformée en musée des sciences. Dans le village se trouve un ancien réseau de souterrains très sophistiqué lié au château de la Haute-Cour. 

Maison des sciences de Réaumur
Acquise par le grand-père de René-Antoine Ferchault de Réaumur au XVIIe siècle, cette maison bâtie en 1576 demeure la propriété familiale jusqu’à la mort du savant en 1757. Chaque année, alors qu’il est à la tête de l’Académie des Sciences de Paris, il vient y passer trois mois. Il y fait des découvertes que l’on retrouve dans ses mémoires archivées aujourd’hui à l’académie. En 1990, la commune de Réaumur acquiert la propriété. Le manoir des sciences, qui retrace les travaux de ce grand savant du XVIIIe siècle, ouvre au public en mai 2002. 

Km 27.5

POUZAUGES (5 530 hab.)

Pouzauges doit sa prospérité à la présence sur son sol de la firme d’agro-alimentaire Fleury-Michon. 

Château de Pouzauges
Cette forteresse du XIIe siècle impressionne par son donjon carré de 26 mètres de haut et par une courtine flanquée de tours et de contreforts. Elle offre un magnifique panorama sur le bocage vendéen. Propriété des seigneurs de Pouzauges, puis de la famille des Vicomtes de Thouars, le château médiéval fût transformé en résidence au XVe siècle par Catherine de Thouars, épouse du célèbre Gilles de Rais.

Km 35

SÈVREMONT (6 470 hab.)

Sèvremont est issue de la fusion en 2016 des communes de Châtelliers-Châteaumur, de La Flocellière, de La Pommeraie-sur-Sèvre, et de Saint-Michel-Mont-Mercure.

Donjon de Châtelliers-Châteaumur
C’est une des dernières traces de la forteresse qui fût élevée au XIIe siècle sur un ancien site défensif gaulois. Ce donjon de style niortais, dépendant de la baronnie de Thouars, fût classé monument historique dès 1979

Km 44.5

LES HERBIERS (15 450 hab.)

Villé étape du Tour en 2011 avec une arrivée au Mont de Alouettes, remportée par Philippe Gilbert. Les Herbiers sont aussi le siège du Chrono des Herbiers. Né en 1982, le Chrono des Espoirs, appelé à partir de 1988 le Chrono des Herbiers, est devenu depuis 2006  le Chrono des Nations succédant au Grand Prix des Nations organisé jusqu’en en 2004. Cette épreuve devenue le grand rendez-vous du contre-la-montre international fêtera sa 40ème édition en 2021.

À VOIR

Le Mont des Alouettes
À la sortie des Herbiers, cette colline de légende culminant à 231 mètres offre un très beau panorama sur le bocage vendéen. On y trouve une élégante chapelle néo-gothique et trois moulins à vent dont deux restaurés. Chaque été, de nombreuses animations y sont organisées et en particulier, d'avril à septembre, la visite avec son meunier du moulin à vent en fonctionnement.

Puy du Fou (à 7 km)
Créée en 1978, la Cinéscénie du Puy du Fou est le plus grand spectacle nocturne son et lumière du monde qui retrace l'histoire de la France à travers une famille vendéenne, du Moyen-âge au XXe siècle. Près de 3 200 bénévoles, 1200 acteurs pour un spectacle qui attire chaque soir 14 000 personnes soit 400 000 chaque été entre mai et septembre.
Le grand parc du Puy du Fou retrace également l’histoire de France sur 45 ha, avec la reconstitution de plusieurs époques, des gladiateurs romains au Bourg 1900 en passant par les mousquetaires. Il est devenu le 4e parc à thème français par sa fréquentation avec plus d'un million de visiteurs d'avril à septembre et le 1er en termes de satisfaction.
Le grand parc a accueilli la présentation des équipes du Tour de France en 1993 et en 2011. 

Chemin de fer de la Vendée 
Découverte des paysages tourmentés du haut-bocage vendéen à bord d'une locomotive à vapeur entre Mortagne-sur-Sèvre et les Herbiers. Possibilité de déjeuner au cours du trajet dans d’anciens wagons, ayant notamment appartenus à l’Orient express.

Km 65

TIFFAUGES 

Le château de « Barbe Bleue » à Tiffauges : c’est le château où Gilles de Rais, qui y résida au début du XVe siècle, aurait perpétré ses atrocités. Maréchal de France, ancien compagnon de Jeanne d’Arc, ruiné par son amour des fêtes somptueuses, il se tourna à la fin de sa vie vers l’alchimie et fut pendu pour meurtres et sorcellerie. Longtemps à l’abandon, le château est aujourd’hui la propriété du conseil général de Vendée. Il accueille des spectacles et abrite un conservatoire de machines de guerre médiévales et un centre d'alchimie qui attire de nombreux visiteurs.

Km 81.5

MONTAIGU (5 200 hab.)

Château et fortifications
Décrétées par Louis XI, elles sont composées des remparts du château, d’une digue monumentale en pierre, de quatre portes de villes et de douves intérieures (barrant l’éperon rocheux) et extérieures (entourant la ville). Les remparts datant de la fin du XVe siècle, sont caractérisés par des formes aigües (polygones), des maçonneries en moellons de grosse taille et réguliers. La digue, en retenant de l’eau du ruisseau l’Asson, permettait de créer un étang de protection. Les remparts furent arasés en 1586 sur l’ordre d’Henri III.

Km 91.5

MONTRÉVERD (3 580 hab.)

Issue de la fusion des communes de Mormaison, de Saint-André-Treize-Voies et de Saint-Sulpice-le-Verdon, la commune est créée le 1er janvier 2016. Elle intéresse l’amateur de sport parce que l’ancien défenseur international Maxime Bossis vit le jour à Saint-André-Treize-Voies en 1955. 

Km 104.5

LES LUCS-SUR-BOULOGNE (3 400 hab.) 

La commune, siège d’un massacre pendant les Guerres de Vendée en 1794, abrite deux importants lieux de mémoire de la Vendée. 

Mémorial de la Vendée
Il rend hommage aux victimes des « Colonnes Infernales » de la Guerre de Vendée et notamment aux victimes du massacre des Lucs-sur-Boulogne. Le lieu se veut également le mémorial de toutes les victimes des totalitarismes, et c'est à ce titre qu'Alexandre Soljenitsyne l'a inauguré le 25 septembre 1993. Il est le point de départ du Chemin de la Mémoire qui se termine à la Chapelle du Petit-Luc restaurée en 1867 où sont inscrits les noms des victimes de la tuerie de 1794.

Historial de la Vendée
Inauguré en 2006 et remarquable par son architecture innovante, l’Historial raconte l'histoire de la Vendée des origines à nos jours. Comme le Mémorial de la Vendée, il se niche au cœur de l'espace naturel de la vallée de la Boulogne. La première pierre a été posée en septembre 2003 par Philippe de Villiers, président du conseil général de la Vendée de 1988 à 2010, et a ouvert ses portes en juin 2006. Ce musée dispose d’une collection de 20 000 objets dont 3 000 sont exposés. Labellisé musée de France, l’Historial doit son architecture intégrée à l’environnement au cabinet d’architectes Plan 01, qui a remporté le concours lancé en 2000 au plan européen. 

Km 158

NESMY (2 830 hab.)

La commune est remarquable pour son château Renaissance du XVIe siècle, propriété privée qui ouvre cependant son parc au public en été. Ce parc de 47 ha a été dessiné en 1842 par André Leroy, paysagiste angevin, sur les vestiges d'un domaine du XIe siècle. Il comporte un ensemble hydraulique de cinq étangs, attribué aux frères Bühler. Il est entouré d'une ceinture d'arbres d'essences précieuses, et forme un ensemble cohérent et original, caractéristique des parcs paysagers du XIXe siècle.

Suivez-nous

Recevez des informations exclusives sur le Tour de France

Partenaires du Tour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblés en fonction de vos centres d'intérêts.

En savoir plus