Patrimoine

Les coureurs du Tour ont souvent traversé Albertville pour accéder aux vallées de la Tarentaise ou du Beaufortain mais s’y étaient rarement arrêtés jusqu’à ces dernières années. Les deux derniers départs depuis la ville olympique ont permis aux Français de briller. En 2012, Pierre Rolland mettait à profit le format dynamique de l’étape pour s’imposer à La Toussuire-Les Sybelles. En 2016, Romain Bardet avait réalisé un coup de force à l’approche de Saint-Gervais Mont Blanc pour aller chercher l’étape et la deuxième place du classement général.

 

La Rosière Espace San Bernardo

Réputée pour son domaine skiable franco-italien, l’Espace San Bernardo, et son orientation plein sud qui séduit les skieurs l’hiver, la station n’a encore jamais reçu le Tour de France mais a déjà fait ses preuves comme révélatrice de talents à l’occasion du Tour de l’Avenir, qui s’y est hissé à deux reprises. En 2014, Miguel Angel Lopez, double vainqueur d’étape lors du dernier Tour d’Espagne, s’était adjugé la course la plus prisée chez les Espoirs avec sa victoire à La Rosière. L’année suivante, le Français Guillaume Martin se faisait lui aussi remarquer en remportant l’étape. 

Sur la route

Km 11.5

VILLARD-SUR-DORON (670 hab.)

Cette jolie localité du Beaufortain est le village de Marie Bochet, quadruple championne paralympique de ski à Sotchi puis à Pyongcheang, où elle était le porte-drapeau de l’équipe de France. Quinze fois championne du monde, elle a remporté l’or olympique dans les cinq disciplines du ski alpin (slalom, géant, Super-G, descente et combiné). Au-dessus du village se trouve la station de Bisanne 1500, où le peloton revient après une première incursion en 2016. Rafal Majka était alors passé en tête.

Km 28

LES SAISIES (800 hab. à Hauteluce)

La station, souvent saluée par le Tour, est un fief du ski de fond et du ski alpin, et notamment de la dynastie des Piccard, dont l’aîné Franck, a été sacré champion olympique de Super-G à Calgary.
Au cours de la Seconde Guerre mondiale, le col des Saisies devint un refuge pour la Résistance. Le 1er août 1944, sous le nom de code « ébonite », a lieu le plus gros parachutage d’armes effectué par les Alliés au profit de la Résistance : 78 forteresses volantes venant de Londres larguent 899 containers d'armes destinées aux 3 000 hommes des maquis de Savoie.
Avant le développement des sports d'hiver, le col était essentiellement un vaste alpage. La zone s'est urbanisée depuis les années 1970, avec comme point d'orgue l'organisation des compétitions de biathlon lors des Jeux olympiques d'Albertville. Le domaine "Espace Diamant" est commun avec les villages des Saisies, Crest-Voland, Notre-Dame-de-Bellecombe et Flumet. Le domaine de 192 km de piste de ski alpin et 146 km de piste de ski nordique est desservi par 85 remontées mécaniques.

Km 43.5

BEAUFORT (2 100 hab.)

Dominant le Doron, les restes du château de Beaufort, érigé sur les ruines d’une villa romaine vers le Xe siècle, témoignent de la longue histoire de Beaufort. Propriété des Beaufort, du roi de France puis de la Maison de Savoie, il fut à partir du XVIe siècle jusqu’à nos jours occupé par diverses congrégations religieuses.
Beaufort est également célèbre pour avoir donné son nom à un fromage produit dans les vallées du Beaufortain, de la Tarentaise, de la Maurienne et à une partie du Val d'Arly. Il bénéficie d'une AOC depuis 1968. Ce fromage au lait cru fait partie de la famille des gruyères et il est surnommé le « Prince des gruyères ». C'est un fromage à base de lait de vache de race tarine ou Abondance, à pâte pressée cuite et croûte naturelle brossée. Les meules pèsent de 20 à 70 kg.
Beaufort est également le berceau de la famille de l’écrivain Roger Frison-Roche, qui y découvrit l’amour de la montagne, inspiration de l’ensemble de son œuvre, avant de s’installer à Chamonix. 

 

Km 88.5

BOURG-SAINT-MAURICE (voir étape suivante)

Km 91.5

SÉEZ (2 400 hab.)

Le centre du village est situé à 900 m d’altitude au cœur d’un massif montagneux avoisinant les 3000 m d’altitude et a depuis toujours occupé une place particulière. En effet le nom de Séez vient du latin sextum qui signifie sixième borne millière. Le village de Séez a été construit à l’emplacement de cette borne, étape incontournable de la voie romaine qui menait de Vienne à Milan via le Col du Petit-Saint-Bernard. Le village fut également l’ancien siège du Comté de la Val d’Isère. L’identité de la commune a été influencée par sa richesse historique et culturelle. Aujourd’hui, le village occupe une position stratégique au cœur de la Haute Tarentaise et des plus grandes stations de sports d’hiver telles que les Arcs, Tignes, Val d’Isère, Sainte-Foy Tarentaise. Il est relié à l’espace international San Bernardo (La Rosière/ La Thuile d’Aoste) par le télésiège des Écudets situé à 6 kilomètres du centre du village.

Km 97.5

MONTVALEZAN (700 hab.)

L’un des enfants les plus célèbres du village, dont dépend la station de la Rosière, est le skieur Joël Chenal, vice-champion olympique du géant à Sestrières en 2006. 

Suivez-nous

Recevez des informations exclusives sur le Tour de France

Partenaires du Tour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblés en fonction de vos centres d'intérêts.

En savoir plus