Sur la route

SAÔNE-ET-LOIRE (71)

Population : 555 408 hab.

Préfecture : Mâcon

Sous-préfectures : Chalon-sur-Saône, Autun, Louhans, Charolles

Superficie : 8 575 km²

Spécialités : AOC/AOP : bœuf de Charolles, volailles de Bresse (poulet, poularde, chapon et dinde de Bresse), crème et beurre de Bresse, fromages de chèvre du Charolais et du Mâconnais, 30 appellations de vins. Autres spécialités : la pochouse, les corniottes, les escargots de Bourgogne, le jambon persillé.

Grands clubs sportifs : basket : Élan Chalon (Jeep Elite) et Charnay Basket Bourgogne Sud (Ligue 2 féminine. ) Rugby : Association sportive mâconnaise (Fédérale 1). Natation : cercle nautique chalonnais (Nationale 1). Aviron : Société des régates Mâconnaise (Nationale) et Cercle aviron de Chalon (Nationale). Gymnastique : Alliance gymnique Montceau (Nationale 1A). Sports Boules : Olympique Mâcon Boules (Elite 1) et Boule sportive Digoinaise (Fédérale 1). Tennis de Table : Union pongiste Creusot Varennes (Nationale 1). Triathlon : Autun triathlon (Nationale 1). Grandes compétitions :

Tennis : Open de Mâcon et tournoi national de Gueugnon. Cyclisme : Tour de Saône-et-Loire. Marathon des Vins de la Côte chalonnaise, rallye des vins Mâcon, rallye de la Côte Chalonnaise, Jumping international*** de Mâcon-Chaintré, championnat de France de motonautisme à Mâcon

Festivals : Chalon dans la rue à Chalon-sur-Saône, Les Musicaves à Givry, Les Montgolfiades à Chalon-sur-Saône, Les Ligériades à Digoin, Festival Saint Rock à La Clayette, Les Nuits Bressanes à Louhans, Augustodunum à Autun, Les Musicales en Côte Chalonnaise, Jazz campus en Clunisois, Jazz à Couches, Fête de la Vielle à Anost, Les Grandes Heures de Cluny, festival du Bœuf à Charolles, les Glorieuses de Bresse à Louhans, Tango Swing et Bretelles à Montceau

Économie : oenotourisme, vélotourisme (Voies Vertes et véloroutes), gastronomie (12 étoilés dont le seul 3 étoiles de Bourgogne), tourisme fluvial , tourisme industriel (vallée de la céramique le long du Canal du Centre), thermalisme (Bourbon-Lancy).

Sites web et réseaux sociaux : www.destination-saone-et-loire.fr / www.country-break-bourgogne.fr / sur Facebook : Saône et Loire Tourisme  / sur twitter : destination71 / sur Instagram : destinationsaoneetloire / sur Youtube : Destination Saône-et-Loire

Km 8.5

Saint-Amour-Bellevue (550 hab.)

C’est à Saint-Amour que cette étape entame sa tournée des appellations du Beaujolais. En plus de l'AOC Saint-Amour, la commune viticole de Saint-Amour-Bellevue a l'autorisation de produire les vins AOC : Saint-Véran, Beaujolais Villages, Beaujolais, Bourgogne aligoté, Bourgogne, Mâcon, Bourgogne Passe-tout-grains, Coteaux Bourguignons, Crémant de Bourgogne, Bourgogne mousseux ainsi que l'IGP Saône-et-Loire. C’est l'une des étapes sur la Route des vins Mâconnais-Beaujolais créée en 1986.

RHÔNE (69)

Population : 1,882 millions hab.

Préfecture : Lyon

Sous-préfecture : Villefranche-sur-Saône

Superficie : 3 249 km2

Spécialités : saucisson de Lyon, rosette, cervelles de canut, tablier de sapeur, quenelles, grattons, soupe à l’oignon, vins du  Beaujolais.

Grands clubs sportifs : Olympique Lyonnais (football), Lyon Olympique Universitaire (LOU, rugby), ASVEL Lyon- Villeurbanne (basket)

Grandes compétitions : coupe du monde de football féminin, Run-in Lyon

Festivals : Fête des lumières à Lyon, Nuits de Fourvières à Lyon, Biennale de Lyon, Quais du polar à Lyon.

Sites touristiques : festival des Lumières, vieux Lyon, la Croix-Rousse, vignobles du beaujolais.

Economie : industries de pointe, automobile (Berliet), chimie, banques, universités, administrations, viticulture.

Sites web et réseaux sociaux : www.rhone.fr / www.rhonetourisme.com

Km 14

Chénas (550 hab.)

C’est le roi Philippe Le Long, qui aurait ordonné en 1316 qu’on plante des vignes à Chénas. La légende prétend que Louis XIII n’acceptait de boire que du vin de Chénas. L'appellation couvre la commune de Chénas et de la Chapelle-de-Guinchay.

Km 17

Romanèche-Thorins (2 000 hab.)

C’est sur le territoire de cette commune viticole que se trouve le Moulin à vent devenu l’une des dix appellations du beaujolais. La commune compte plusieurs châteaux pittoresques, un musée du vin et un zoo fréquenté, le Touroparc Zoo. C’est à Romanèche-Thorins qu’a vu le jour Léon Foillard (1880-1964), vigneron et écrivain, considéré comme « le père du beaujolais ».

Km 22

Villié-Morgon (2 110 hab.)

C’est sur la commune qu’est produit le Morgon, l’un des dix crus du beaujolais. Le Château de Foncrenne fut construit au XVIIe siècle par le Marquis de St Amour à l'emplacement d'un ancien château médiéval. Il est aujourd'hui le siège de la mairie et du caveau de dégustation du cru Morgon. Parmi les producteurs de Morgon les plus célèbres, on citera Marcel Lapierre, décédé en 2010, qui fut un précurseur des vins nature.

Km 30.5

Quincié-en-Beaujolais (1 320 hab.)

Quincié-en-Beaujolais, qui produit du Brouilly, du Beaujolais-Vilages et du côtes de Brouilly, est la ville de Bernard Pivot, qui y passa son enfance et qui a donné son nom à la bibliothèque locale. Trois jolis châteaux se trouvent sur la commune, le château médiéval de la Palud, qui aurait reçu Louis XI, le château Renaissance de Varennes, qui offre une jolie vue sur le mont Brouily, et le château du Souzy (XVIIIe siècle).

Km 34

Saint-Lager  (1 030 hab.)

Deux châteaux à signaler sur la commune de Saint-Lager qui produit du Brouilly : le château de Saint-Lager, du XIIIe aux XVIIe siècle, en partie classé, dont les vignes occupaient jadis les contreforts du mont Brouilly et qui appartiennent aujourd’hui au château de Pizay. Mais aussi le château des Ravatys, qui a la particularité d’être la propriété de l’Institut Pasteur et dont les revenus servent à la recherche médicale.

Km 38

Odenas (930 hab.)

À VOIR

Le château de la Chaize
En 1670, François de la Chaize d’Aix, Sénéchal de Lyon, frère du Respectable Père de La Chaize, confesseur du Roi Louis XIV, achète la terre de La Douze à Odenas. De 1674 à 1676 est construit le nouveau château sur des plans de Jules-Hardouin Mansart, surintendant des Bâtiments Royaux et de Thomas Blanchet, peintre-architecte de l’Hôtel de Ville et du Palais St Pierre à Lyon. La création des jardins est quant à elle confiée à André Le Nôtre, jardinier du Roi. Achevé en 1676, le domaine prend alors le nom de château de la Chaize. Entre 1677 et 1693, le domaine s’agrandit, est élevé au rang de comté puis de marquisat.
Plus vaste domaine du Beaujolais (son domaine couvre près de 300 ha), le château a été racheté en 2017 et fait l’objet d’une restauration ambitieuse.

Le mont Brouilly
Visible à des kilomètres à la ronde, le mont Brouilly dresse sa silhouette couverte de vignes (300 ha) depuis l’époque romaine. De son sommet boisé, la chapelle Notre-Dame-des-raisins veille sur le vignoble, à la suite d’un vœu de la population de placer le vignoble atteint par divers fléaux (la grêle, l’oïdium), sous la protection de la Vierge Marie. Le mont Brouilly a toujours été un lieu de culte. Aujourd’hui encore, la Vierge est célébrée lors de la fête de la Nativité, le 8 septembre, et lors de la fête plus païenne organisée par les Amis de Brouilly le dernier samedi d’août. En 2017, Julien Alaphilippe y avait remporté une impressionnante victoire contre la montre sur Paris-Nice.

Km 86

Tarare (10 00 hab.)

Ville du textile depuis le XVIIIe siècle, capitale de la mousseline puis capitale du rideau, la ville se reconvertit au XXe siècle dans la fabrication de revêtements de sol connus sous le nom de Taraflex. La ville conserve toujours une usine Gerflor, qui reste le principal employeur. La famille de l’Abbé Pierre était originaire de Tarare, comme le milieu de terrain du Bayern de Munich et de l’équipe de France Corentin Tolisso, qui y est né en 1994.  

Km 115

Saint-Laurent-de-Chamousset (1 850 hab.)

Connue depuis le XVe siècle pour son marché aux veaux, Saint-Laurent-de-Chamousset est aussi notable pour son joli château de Chamousset où séjournèrent François 1er, en 1533, ainsi que Henri IV.

Km 142.5

Sainte-Foy-l’Argentière (1 280 hab.)

Château du Marquis de Fenoyl
Mentionné au XVe siècle, il est agrandi à différentes périodes, passant entre les mains de plusieurs familles. Il appartient à la famille de Fenoyl depuis 1771. Au début du XVIIIe siècle, le château est formé de trois corps de logis en U et de quatre tours entourant une cour. Après la construction de l'église, pour garder l'équilibre avec la tour sud-ouest, est construite une échauguette en poivrière sur console. La tour sud-ouest est ensuite légèrement surélevée et la tour sud-est crénelée.

Km 154

Saint-Symphorien-sur-Coise (1 350 hab.)

Saint-Symphorien-sur-Coise fait partie des 100 villes classées parmi les « Plus beaux détours de France ». Ancienne ville fortifiée, elle a connu trois enceintes dont l'œil attentif repère encore facilement la trace. Le visiteur découvre entre autres la Porte Riverie, vestige de la défense médiévale de la ville, puis se laisse surprendre par des maisons à colombages, des fenêtres à meneaux ou un ancien hôtel de style Art Nouveau. L'église collégiale dominant la ville sur son éperon, est un ouvrage du XVe siècle classé Monument historique. Construite sur l'ancien emplacement du château de la ville, elle a conservé une allure martiale démentie cependant à l'intérieur. Du fait de sa position, elle bénéficie d'un point de vue intéressant sur les alentours.

Outre ses aspects historiques, la ville a aussi développé au cours des siècles des spécialités industrielles et artisanales. Entre autres domaines de savoir-faire, la menuiserie et la chapellerie mais surtout la tannerie et la charcuterie. La ville est la capitale du saucisson-sec et dispose d’une usine d’un des partenaires du Tour de France les plus prisés du public, Cochonou. Toutes ces spécialités artisanales sont expliquées à la Maison des Métiers : espace vivant où des bénévoles passionnés reproduisent les gestes des chapeliers, des forgerons, des sabotiers, des passementiers...

Saint-Symphorien est aussi la ville où est né et où est enterré l’ancien président du conseil Antoine Pinay.

LOIRE (42)

Population : 762 222 hab.

Préfecture : Saint-Etienne

Sous-préfecture : Montbrison, Roanne

Superficie : 4 773 km2

Spécialités : râpée, barboton (viande), sarasson, fourme de Montbrison (fromages)

Grands clubs sportifs : AS Saint-Etienne (football), Chorale Roanne Basket.

Grandes compétitions : la SaintéLyon (running raid nocturne), Grand Prix de la ville de Saint-Etienne (vélo)

Festivals : Fête du livre de Saint-Etienne, Biennale internationale du design, Fête de la Courge à Andrézieux, Festival BD’Art à River-de-Gier, Rhino Jazz à Saint-Chamond.

Sites touristiques : parc zoologique de Saint-Martin-la-Plaine, station de ski de Chalmazel, musées de Saint-Étienne, château de Bouthéon.

Economie : sidérurgie, mécanique, textile médical, optique, design, grande distribution (Casino).

Sites web / réseaux sociaux : www.loire.fr / loiretourisme.com / loireforez.com

Km 182

Sorbiers (8 000 hab.)

Les Kazakhs Alexandre Vinokourov et Andrei Kivilev résidèrent à Sorbiers après leur arrivée en France et Kivilev y a été inhumé après son accident mortel sur Paris-Nice en 2003. La ville a aussi été le lieu de résidence de nombreux joueurs de l’AS Saint-Etienne.

Km 196

Saint-Priest-en-Jarez (6 200 hab.)

C’est à Saint-Priest-en-Jarez que se trouvait le restaurant le Clos Fleuri des parents de Pierre Gagnaire, que ce dernier reprit dans les années 1970 avant de voler de ses propres ailes et d’être désigné par ses pairs « plus grand chef étoilé du monde » en 2015.

Sur le sol de la commune est installé le Musée d’art moderne et contemporain de Saint-Etienne-Métropole.

Suivez-nous

Recevez des informations exclusives sur le Tour de France

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblés en fonction de vos centres d'intérêts.

En savoir plus