Tour de France 2022

Rendez-vous le jeudi 14 octobre pour la révélation du parcours du Tour de France 2022

Sur la route

Km 1

Km 1 : Rochecorbon (3 200 hab.)
Labellisée « Petites Cités de Caractère ». Commune troglodytique du bord de Loire. Une des 8 communes viticoles (300 ha de vignes) de l'appellation AOC Vouvray.

Lanterne de Rochecorbon
Fondation: XIe siècle par le seigneur Robert des Roches
Style : Forteresse médiévale
Caractéristiques : la tour rectangulaire haute de 10 m reste l’unique vestige du château-fort de Rochecorbon, laissé à l’abandon par ses propriétaires au XVe siècle.
La petite histoire : La datation de l’édification de la tour fait débat, le style de couronnement étant caractéristique du XVe siècle. « Elle se dessine sur un paysage charmant » écrivait Honoré de Balzac à son propos.
Signe particulier : cette tour de guet pouvait servir de fanal dont les feux prévenaient la garnison d’Amboise des dangers menaçant Rochecorbon, mais aussi à guider les navigateurs sur la Loire.
Classement : Monument Historique en 1840.

Km 4

Km 4 : Vouvray (3 200 hab.)
La commune est construite en partie à flanc de coteau dans lequel se nichent de nombreuses maisons troglodytiques et caves de producteurs de vins. La commune est réputée pour son vignoble né au IVe siècle. Il est lié à la fondation du monastère de Marmoutier par saint Martin en 372. Les environs de l'abbaye sont couverts de ceps qui fournissent un vin exquis. Au XIVe siècle, certains crus de Vouvray appartiennent à la couronne de France.

Les vignes de Vouvray
Vignoble créé par les moines du monastère de Marmoutier fondé en 372 par saint Martin. Au cours du XIVe siècle une partie du terroir viticole de Vouvray appartient aux rois de France qui font servir ces vins à leur table.
L'AOC Vouvray fut reconnue par un décret, le 6 septembre 1936 (Elle s'étend sur 2 200 hectares et couvre les communes de Vouvray, Chançay, Noizay, Reugny, Rochecorbon, Sainte-Radegonde-en-Touraine (rattachée à Tours en 1964), Vernou-sur-Brenne, et une partie de Parçay-Meslay).

Km 9

Km 9 : Vernou-sur-Brenne (2 700 hab.)
Commune de naissance de Guy Ignolin, coureur cycliste français né en 1936 et mort en 2011, professionnel de 1959 à 1967, vainqueur de 3 étapes du Tour de France (une en 1961 et deux en 1963) et de deux étapes du Tour d’Espagne en 1963.

Km 27

Km 27 : Amboise (12 700 hab.)
Commune située dans le périmètre du Val de Loire, inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco. C'est l'une des 11 communes viticoles de l'aire d'appellation d'origine contrôlée (AOC) « touraine-amboise ».
Amboise a également hérité d'un patrimoine industriel de la fin du XIXe siècle dont elle garde aujourd'hui le savoir-faire.
Amboise, qui a accueilli une étape du Tour de l’Avenir en 2017, est aussi la ville de l’ancien coureur professionnel Franck Boucanville.

Château royal d’Amboise
Fondation : XIe siècle pour le premier édifice, remanié au XVe siècle par le roi Charles VIII
Style : forteresse médiévale devenue palais de la Renaissance de style gothique.
Caractéristiques : on parle de gothique international pour désigner le logis royal, auquel ont été ajoutés la Tour des Minimes et la Tour Heurtault, ainsi que la Chapelle Saint-Hubert. Dans les jardins, la terrasse de Naples s’étend sur trois belvédères qui dominent la Loire.
La petite histoire : François Ier grandit à Amboise et fit venir d’Italie le grand Léonard de Vinci, qu’il installa au Clos Lucé, auquel le château est relié par un passage souterrain.
Destination actuelle : site de tourisme parmi les plus renommés des châteaux de la Loire
Classement : Monument Historique en 1840.

Château du Clos Lucé
Fondation : fief dépendant du château d’Amboise, construit à l’origine en 1471
Style : gothique
Caractéristiques : façade en briques roses et pierre blanche, installé sur un parc de 7 hectares traversé par l’Amasse, un petit affluent de la Loire.
La petite histoire : le château est devenu pendant trois ans la dernière demeure du célèbre Léonard de Vinci. À l'intérieur, on découvre la chambre du maître, sa cuisine, la salle du Conseil, l'oratoire d'Anne de Bretagne, ou encore la chambre de Marguerite de Navarre.
Destination actuelle : lieu de visite dédié à l’univers de Leonard de Vinci, on y trouve par exemple 40 maquettes réalisées à partir des dessins de l’inventeur, ainsi que des animations 3D.
Classement : Monument Historique en 1862.

Léonard de Vinci (1452-1519)
Peintre, scientifique, ingénieur, inventeur, anatomiste, sculpteur, architecte, philosophe et écrivain italien né le 15 avril 1452 à Vinci en Toscane et mort en 1519 à Amboise. Adepte de l'art nouveau du clair-obscur, il perfectionne sa technique du sfumato (embrumé) qui adoucit les contrastes et améliore le réalisme des paysages ou des portraits. Génie, féru de sciences, il étudie les mathématiques, l'anatomie animale et humaine, ainsi que le vol des oiseaux. Dans toutes ces études, Léonard de Vinci suit une méthode rationnelle, rigoureuse, fondée sur l'observation. Infatigable et éclectique, il dessine, comme en témoignent les documents parvenus jusqu'à nous, à peu près tout ce qu'il rencontre, humains, animaux, plantes, mécanismes... Il a le rare privilège d'avoir accès à des cadavres humains, dont il étudie minutieusement l'anatomie interne. En géométrie, il explore des formes nouvelles. Son dessin du rhombicuboctaèdre est devenu célèbre. En 1515, la bataille de Marignan donne le pays milanais à François 1er, qui convie Léonard en France. L'année suivante, l'artiste s'installe au Clos-Lucé. Il suscite l'admiration du roi, qui lui achète La Joconde, et le laisse libre de « faire ce qu'il veut ». Malade, il meurt en 1519.

Km 30

KM 30 : Pagode de Chanteloup

Fondation : bâtie sur le domaine du château disparu de Chanteloup, entre 1775 et 1778 à la demande du duc de Choiseul, ministre de Louis XV
Style : temple dédié à l’amitié
Caractéristiques : culminant à 44 m et avec 149 marches, la pagode comporte sept étages, chacun construit « en coupale », en retrait les uns sur les autres sur le principe de la longue-vue. Son sommet offre un panorama sur la vallée de la Loire.
La petite histoire : le duc de Choiseul a fait édifier cette pagode en hommage à la fidélité de ceux qui, bravant le roi, venaient le visiter durant sa disgrâce. Au premier étage, Choiseul aurait fait graver les noms de ses visiteurs sur des tables de marbre blanc, ensuite retournées face contre le mur.
Destination actuelle : lieu de visite offrant une restitution virtuelle des riches heures du Château de Chanteloup.
Classement : Monument Historique en 1862.

Km 42

Km 42 : Chenonceaux (350 hab.)
La différence d'orthographe (pas de « x » quand on évoque le château) serait due à l'une des propriétaires de l'édifice, Louise Dupin, sous la Révolution, qui voulut ainsi marquer sa « sympathie » avec le nouveau régime, après y avoir du reste accueilli avant les événements de 1789 nombre de philosophes des Lumières. En supprimant le « x », elle aurait souhaité concrètement rappeler les origines royales du château tout en faisant allégeance à la république.

Château de Chenonceau
Fondation : château actuel construit de 1513 à 1521 par Thomas Bohier, receveur des Finances sous Charles VIII, Louis XII et François Ier.
Style : Renaissance
Caractéristiques : le château présente une architecture appuyée au Cher, entouré sur 3 côtés de fossés d’eaux vives et aux angles 4 tours rondes, les bases baignant dans les douves.
La petite histoire : l'histoire du château est marquée par les femmes qui en ont été les propriétaires et les bâtisseuses, d'où son surnom de « château des Dames », de Katherine Briçonnet (architecte du château et épouse de Thomas Bohier) à Diane de Poitiers, Catherine de Médicis ou Louise de Lorraine, jusqu’à Madame Georges Menier (qui a géré l’hôpital militaire installé dans le château pendant la guerre de 14-18), dont la famille est encore propriétaire.
Destination actuelle : 850 000 visiteurs sont accueillis chaque année, soit la plus grosse affluence en France pour un château privé.
Classement : Monument Historique en 1840 (château) et 1962 (parc).

DÉPARTEMENT DU LOIR-ET-CHER (41)
Population : 331 915 habitants, répartis sur 15 cantons et 267 communes.
Préfecture : Blois (46 086 h.).
Sous-préfectures : Vendôme, Romorantin-Lanthenay
Spécialités : tarte Tatin (Lamotte-Beuvron), fromage de chèvre AOP (Selles-sur-Cher), vins AOP (Touraine, Cheverny, Coteaux-du-Vendômois).
Festivals : Festival International des Jardins (Chaumont-sur-Loire), Promenades Photographiques (Vendôme), Rendez-vous de l’Histoire (Blois, octobre), BD Boum (Blois, novembre), Jazzin’ Cheverny, Festival international folklorique (Montoire-sur-le-Loir), Rockomotives (Vendôme).
Sites touristiques : Inscrit pour partie au patrimoine mondial de l’UNESCO, le Loir-et-Cher propose quatre des plus fameux des châteaux de la Loire : Blois, Chambord, Chaumont-sur-Loire et Cheverny. Le ZooParc de Beauval, classé parmi les quatre plus beaux zoos du monde, compte également parmi les fleurons du département.
Économie : tourisme (dont hébergements haut de gamme, 5 chefs étoilés…), agriculture, viticulture, mécanique de précision et de pointe, plateformes de transport logistique.
Sport : Marie-Amélie Le Fur (championne paralympique, 8 médailles dont 2 en or ), Romain Feillu (cyclisme).
Evénements : ADA Blois Basket 41 (Pro A), Tour de Loir-et-Cher (cyclisme, avril), Internationaux de tennis de Blois, Game Fair, salon international de la chasse et de la nature au Parc équestre fédéral à Lamotte-Beuvron, Generali Open de France (équitation).

Km 47

Km 47 : CHISSAY-EN-TOURAINE (1 100 hab.)
Fait partie de la petite région agricole « les Plateaux bocagers de la Touraine méridionale ». En juin 1940, le château de la Ménaudière, aujourd'hui hôtel de luxe servit de repli à l'administration du président du Conseil, Paul Reynaud, au moment de l'invasion allemande.

Château de Chissay

Fondation : construit au XVe siècle sous Charles VII pour le trésorier de France Pierre Bérard, époux d’Anne de Ronsard.
Style : château-fort
La petite histoire : en juin 1940, en pleine débâcle, le château accueille le gouvernement du président Paul Reynaud, installé à une trentaine de kilomètres au château de Cangé. Dans le grand salon se tiennent alors des conférences politiques et militaires. Chissay voit passer le général Weygand, l’ambassadeur de Grande-Bretagne, des ministres… Le 12 Juin, le général De Gaulle arrive à Chissay pour présenter à Paul Reynaud son projet de réduit breton. Chissay venait d’être témoin de l’agonie de la IIIe République.
Destination actuelle : l’ancienne demeure royale est devenue un hôtel.
Classement : Monument Historique en 1846

Km 50

Km 50 : Montrichard (3 300 hab.)
Ancienne commune, devenue après le regroupement avec Bourré en 2016, la nouvelle commune de Montrichard-Val de Cher.
Cité médiévale qui daterait du XIe siècle. Le donjon du XIIe siècle possède également deux musées, un d'archéologie et un sur l'histoire locale et les traditions.
En 2017, une étape du Tour de l’Avenir s’est élancée de Montrichard.

Château de Montrichard
Fondation : XIe siècle par le comte d’Anjou, Foulques III Nerra
Style : forteresse médiévale
Caractéristiques : un imposant donjon carré domine encore la ville et reste le seul vestige du château.
Signe particulier : les ruines du château sont maintenant enserrées par une chemise (mur de protection)
Destination actuelle : le musée archéologique des amis de René Galloux (paléontologie, Préhistoire de l’homme, Molinologie, époque gallo-romaine, mérovingienne) et le musée d’ethnologie des amis du vieux Montrichard y sont installés.
Classement : Monument Historique en 1877

Arrête-moi si tu peux (2002)
Film américain réalisé par Steven Spielberg, avec Tom Hanks, Leonardo di Caprio, Nathalie Baye et Christopher Walken. Inspiré de faits réels, le film retrace l’histoire de Frank William Abagnale, Jr. (Leonardo Di Caprio), l’un des imposteurs les plus célèbres des États-Unis. Tour à tour, pilote de ligne, médecin, avocat (il falsifie l’ensemble de ses diplômes), il utilise des faux chèques pour un montant de 2,5 millions dollars. Montrichard joue un rôle clé dans le film, puisque c’est dans ce village que l’agent du FBI (Tom Hanks) arrête Leonardo di Caprio (sa mère, jouée par Nathalie Baye est née à Montrichard). Ironie de l’histoire, Steven Spielberg, n’a jamais posé ses caméras à Montrichard. En effet, l’intégralité des prises de vues du village a été réalisé à Québec, sur la place royale de la ville. Quelques anachronismes ressortent d’ailleurs de ces prises de vues, comme l’utilisation des Citroën DS par la Police nationale, alors que cette dernière n’en a jamais utilisé et que Montrichard dépend plutôt de la gendarmerie.

Km 58

Km 58 : Monthous-sur-Cher (970 hab.)

Château du Gué-Péan
Fondation : XVe siècle
Style : Renaissance
Caractéristiques : quatre tours d’angle donnent du panache au château. L’une d’elle, la Tour à impériale, est une prouesse architecturale dont il n’existe que 13 occurrences en Europe.
Signe particulier : la légende veut que son donjon soit bâti sur un dolmen.
Destination actuelle : l’architecte du Futuroscope, Denis Laming, a repris la propriété au tournant du XXIe siècle. Il a relancé l’activité équestre et ouvre le monument au public en été.
Classement : Monument Historique en 1980.

Km 74

Km 74 : Zooparc de Beauval
En 1980, Françoise Delord, présentatrice de spectacles sur la scène du music-hall Bobino et passionnée par les oiseaux ouvre le parc ornithologique de Beauval, accueillant près de 2 000 oiseaux. En 1989, le parc devient le Zooparc de Beauval et accueille ses premiers fauves et ses premiers primates. Le développement du parc, tourné vers le bien-être animal, s’accompagne par la création de l’association Beauval Nature en 2009. En 2012 s’installe un couple de pandas géants, uniques représentants de leur espèce en France, dans le cadre d'un programme de recherche, de reproduction et de conservation en collaboration avec la base de Chengdu, en Chine.
En 2017, le Zooparc devient le premier parc français, et le quatrième européen, à réussir la reproduction du panda géant. Aujourd’hui, il accueille près de 35 000 animaux extraordinaires et 800 espèces.

Km 74

Km 74 : Seigy (1 050 hab.)
Seigy est le village où est organisée chaque année depuis 2013 une cyclosportive, la Nicolas Vogondy, parrainée par l’enfant du pays. Champion de France sur route en 2002 et 2008, et du contre-la-montre en 2010, Nicolas Vogondy a participé au Tour de France à sept reprises entre 2001 et 2010, terminant 19e en 2002.

DÉPARTEMENT DE L’INDRE (36)
Population : 220 595 habitants, répartis sur 13 cantons et 241 communes.
Préfecture : Châteauroux (43 400 h.).
Sous-préfectures : Le Blanc, La Châtre, Issoudun.
Superficie : 6791 m²
Spécialités : pâté berrichon, galette aux pommes de terre, œufs à la couille d’âne (œufs pochés dans du vin rouge), poirat (poires et poivre cuits en tourte), tarte aux barriaux (spécialité berrichonne aux prunes noires), crème de lentilles vertes du Berry aux truffes, les frites de carpes (spécialité avec des carpes de Brenne), poule noire du Berry, vins de Reuilly, vins de Valençay, fromages (pyramide de Valençay, pyramide de Pouligny-Saint-Pierre)
Festivals : le Stage international-Festival DARC (Danse, Art, Rythme, Culture), le Festival Le Son Continu. Festival de Harpe de Gargilesse. Festival Pentecôte en Berry à La Grange aux Pianos, Chassignolles, Festival de la Prée à Ségry.
Sites touristiques : Maison Jour de fête-Jacques Tati, musée Argentomagus, Musée Saint-Roch, Réserve de la Haute Touche, Parc naturel de la Brenne, Nohant – Maison de George Sand, Château de Valençay, Train du bas-Berry à Ecueillé, Jardins de Poulaines, Château de Bouges, Abbaye Notre-Dame de Déols, Parc naturel de la Brenne, Réserve
de la Haute Touche, Saint-Valentin (le village des amoureux), musée de l’hospice Saint-Roch à Issoudun,
Économies : Développement de PME sur des niches : huileries Vigean, Noiseraie Production, Fromages AOP / Vins AOP / Label Rouge pour la Lentille verte du Berry, Equipement de la maison et du bâtiment : Balsan, France Parquet Production Innovation (FPPI), AMCC, Beirens...Logistique et transport, Plates-formes nationales avec notamment le groupe Vivarte. Implantation ou maintien de grandes entreprises : Louis Vuitton (maroquinerie et bagages), Bodin Joyeux et Maroquinerie Rioland (mégisseries haut de gamme)
Sport : La Berrichonne Football, Basket ; équipes de Nationale 1 et Nationale 3 au Poinçonnet, CNTS Club de Tir, Maison départementale des sports. Les bases de Loisirs de Ligny, d’Eguzon et l’étang de Bellebouche et le lac de Belle-Isle offrent des activités nautiques et de loisirs.
Sites web : www.indre.fr / www.berryprovince.com / www.indreberry.fr / https://www.facebook.com/IndreenBerry/ / Twitter @Indre36 / https://www.instagram.com/indre36/


L’Indre-en Berry, un département nature !
Situé au centre de la France, au cœur du Berry, le département de l'Indre, parcouru par la rivière qui lui donne son nom, assure une transition, tout en nuances, du Val de Loire aux contreforts du Massif Central.
L'Indre dispose d'un environnement préservé, d'un riche passé, de terroirs et de traditions perpétuées qui font l'enchantement de ses visiteurs. Paisible et sauvage, médiévale et romantique, terre de nuances et de contrastes, l'Indre demeure un pays attachant, souvent secret. Avec plus de 80 églises romanes, 100 châteaux et demeures d'époque médiévale, des milliers de km de sentiers balisés, un parc naturel régional…, laissez-vous guider le temps de cette rapide balade à travers les 6 paysages de l'Indre.
Le Pays de Valençay - Boischaut Nord : pays de bocage en limite de Touraine, qui connut les fastes de la diplomatie napoléonienne, autour du somptueux château du Prince de Talleyrand à Valençay (Renaissance). Avec Bouges (XVIIIème siècle - réplique du Petit Trianon) et Argy, il forme le "triangle d'or" des châteaux du département. Un fromage de chèvre tout en finesse à l'allure de pyramide, et un vignoble couronnent Valençay d'une double AOC.
Le Pays d'Issoudun et de la Champagne Berrichonne : les grandes plaines céréalières de la Champagne Berrichonne cachent quelques trésors : les crûs légers et fruités des vins de Reuilly (AOC), les lentilles vertes du Berry et l'ancienne ville royale d'Issoudun avec notamment son magnifique hospice Saint-Roch ou encore sa Tour Blanche.
Le Pays de La Châtre en Berry : l'esprit du romantisme souffle depuis le XIXème siècle sur ce paisible pays de bocage du sud de l'Indre. A Nohant, George Sand a vécu et a reçu Balzac, Chopin, Delacroix, Liszt, Flaubert.
Le Pays Val de Creuse - Val d'Anglin : de Crozant à Tournon-Saint-Martin, des paysages spectaculaires qui ont inspiré de grands impressionnistes comme Monet ou Guillaumin. Ici c'est le règne des loisirs de plein air autour de l'Anglin, de la Creuse ou du plan d'eau d'Éguzon (300 ha).
Le parc naturel régional de la Brenne : on le surnomme le Pays des mille étangs. La chasse, la pisciculture et les pêches d'étangs, l'élevage extensif continuent de faire vivre la Brenne qui est aussi un paradis pour les amateurs d'ornithologie, de faune et de flore : orchidées, libellules, oiseaux migrateurs, et même un petite tortue d'eau douce, la cistude.
Le Pays Castelroussin - Val de l'Indre : Châteauroux, ville verte, dynamique, animée au patrimoine préservé, ville à taille humaine.

Km 114

Km 114 : Valençay (2 400 hab.)
La commune, marquée par la forte personnalité de Talleyrand, qui y est enterré et à qui un musée est consacré dans le somptueux château qu’il habitait, est également connue pour son fromage de chèvre cendré de forme pyramidale au lait cru du Berry. L’histoire raconte que le fromage ne forme pas une pyramide complète parce qu’il fut servi à Napoléon et que Talleyrand exigea qu’on coupe la partie supérieure pour ne pas rappeler à son hôte ses défaites lors de la campagne d’Égypte. Le Valençay est également un vin AOC qui produit des rouges (gamay) et des blancs (sauvignon). Parmi les producteurs célèbres de ce vin, le journaliste et ancien président des clubs de football du Paris Saint-Germain et de Châteauroux Michel Denisot.

Château de Valençay

Fondation : Xe siècle
Style : Renaissance
Caractéristiques : joyau d'architecture, remarquablement conservé, doté d'un superbe donjon Renaissance, d'une galerie italienne à arcades, d'une aile de style classique et de tours d'angle aux toits en dôme.
Signe particulier : ancienne demeure du prince Charles-Maurice de Talleyrand (1754-1838), ministre des relations extérieures sous le Consulat. Napoléon Bonaparte lui a apporté sa contribution en y ajoutant certaines consignes : « Je veux que vous ayez une belle terre, que vous y receviez brillamment le corps diplomatique, les étrangers marquants »
Destination actuelle : lieu de visite, ainsi que d’expositions et d’événements culturels divers.
Classement : Monument Historique en 2011 / Classé parmi les 22 grands sites du Val de Loire.

Km 137

Km 137 : Levroux (2 900 hab.)
Cité médiévale. Remarquable pour sa collégiale Saint-Sylvain, classée en 1840.
La collégiale Saint-Sylvain date de la fin de l’époque romane et du début de l’époque gothique (XIIIe siècle). A noter son superbe buffet d'orgues (1502), ses stalles classées de la fin du XVe siècle et ses statues en bois polychrome du XVIe siècle.
La porte de Champagne est l’autre monument marquant de la ville : construite en 1436 afin que les habitants de la cité se protègent des guerres et des brigands. Au-dessus de la porte, les rainures dans lesquelles s'encastraient les bras du pont-levis sont conservées. Cet édifice marque aujourd’hui la séparation entre la partie médiévale et moderne de la cité.
En 2018, Levroux fut l’arrivée d’une étape du Tour de l’Avenir enlevée par Matthew Gibson.

Km 152

Km 152 : Déols (7 560 hab.)
Au nord de Châteauroux, à Déols, s’élève un clocher comme seul vestige des temps anciens. Sa fondation remonte à 917 après notre ère. Un homme de l’entourage du duc d’Aquitaine, Ebbes de Bourges, dit le Noble, grand du Berry, fonde une maison féodale et, sur le même modèle de celle de Cluny, une abbaye : l’abbaye Notre-Dame-St-Pierre-St-Paul. Cette dernière compte parmi les plus importantes de son temps, à la fois par son architecture et par son influence. Ses sept clochers et ses dimensions remarquables (113 mètres de long pour l’église abbatiale) attirent les vocations de près de 200 moines. Malgré la puissance de l’abbaye, une succession d’événements tels que la guerre de Cent ans et les guerres de religion la mène à sa ruine. Sa destruction est accentuée au XVIIe siècle lorsque le seigneur d’alors la transforme en carrière de pierres. Ne subsiste aujourd’hui de la grandeur de cette abbaye qu’un des clochers, haut de 42 mètres, accessible l’été, duquel la vue est imprenable. On peut également admirer quelques vestiges de l’église et du cloître ainsi qu’un ensemble remarquable de chapiteaux romans dans l’espace muséal René Pécherat. L’abbaye de Déols est inscrite parmi les sites clunisiens d’Europe.
Du haut du clocher, on peut découvrir les autres richesses du patrimoine déolois : portes du Pont Perrin et de l’horloge, tombeaux de Saint-Ludre et de Saint-Léocade.

Suivez-nous

Recevez des informations exclusives sur le Tour de France