Sur la route

Région Sud Provence-Alpes-Côte-d’Azur

Départements : Alpes de Haute-Provence, Hautes-Alpes, Alpes-Maritimes, Bouches-du-Rhône, Var, Vaucluse.

Population : 5,1 millions hab.

Préfecture : Marseille

Superficie : 31 400 km2

Spécialités : cuisine méditerranéenne, pizza, pissaladière, panisses, chichis, bouillabaisse, petits farcis, alouette sans tête, pieds et paquets marseillais, salade niçoise, pan bagnat, gardiane de taureau, oursins, poissons (dorades, loups, rougets, denti, marbrés, pageots, pagres, sars), vins (rosés de Provence, côtes de Provence, côtes du Rhône, Palette, Bandol…)

Clubs sportifs : Olympique Marseille, OGC Nice (football), Rugby Club Toulon. Cercle des Nageurs de Marseille (natation)

Compétitions : coupes du monde de football, Euro 2016 de football, coupe du monde de rugby, tests matchs de rugby, Tour de France cycliste, Paris-Nice, GP La Marseille, Classique Haribo, Tour du Haut-Var, Tour de la Provence, beach volley, beach football, rugby à Toulon. Mondial de pétanque à Marseille. 

Festivals : festival de Cannes (Cinéma), festival d’Avignon (théâtre), chorégies d’Orange, festival d’Aix en Provence (art lyrique), jazz à Nice, Festival de Marseille (danse). Midem (Cannes), Marsatac (Marseille), Fiesta des Suds (Marseille), Plages électroniques (Cannes), Rencontres d’Arles (photographie)

Économie : 7% du PIB français, 3e région en France, 16e en Europe. Agriculture (vins maraîchage), tertiaire (80%), universités (Aix-Marseille première université de France, Nice, Toulon),  ports (Marseille, La Ciotat, Pot Saint-Louis, Nice), pétrochimie (Fos), logistique, aéroports de Nice et Marseille, tourisme.

Sites  touristiques : plages et stations balnéaires (Saint-Tropez, Nice, Saint-Raphaël, Fréjus, Cassis, Bandol etc..), Palais des Papes à Avignon, Arles (arènes, vestiges romains), Marseille (Vieux Port, Panier, calanques, château d’If, Mucem), Nice (Promenade des Anglais, vieux Nice, vieux port),  Mont Ventoux, Cannes, stations de ski des Hautes-Alpes et des Alpes maritimes (Serre-Chevalier, Le Sauze, Orcières-Merlette, Isola 2000), Briançon (citadelle), Aix-en-Provence.

Sites web et réseaux sociaux : www.maregionsud.fr

HAUTES-ALPES (05)

Préfecture : Gap

Sous-préfecture : Briançon

Population : 141 107 hab.

Superficie : 5 549 km2

Spécialités : Tourtons (beignets), Oreilles d’âne (gratin à base de crème, lasagnes et épinards), miels (montagne, lavande, toutes fleurs…), vins (Tallard et vallée de l’Avance), fruits (Pommes et Poires du val de Durance), fromages…

Économie : tourisme (plus de 20 millions de nuitées), avec 27 stations et 25 sites nordiques l’hiver. Agriculture (élevage bovin et ovin, production laitière et céréalière, arboriculture).

Sport : Deuxième département de France en termes de licenciés par habitant, dans près de 500 clubs et une cinquantaine de disciplines allant du ski alpin au Hockey-sur-Glace (Diables Rouges de Briançon et Rapaces de Gap) en passant par le vélo (cyclo, VTT), les sports collectifs (football, rugby, handball, basket), l’athlétisme, la natation...

Culture et patrimoine : Parc National des Écrins, Parc Naturel Régional du Queyras, Parc Naturel des Baronnies Provençales. Deux sites fortifiés inscrits au Patrimoine Mondial de l’Unesco : Briançon et Montdauphin.

Sites Internet : www.hautes-alpes.fr / www.hautes-alpes.net / www.phenomenalpes.com

Le Département des Hautes-Alpes est le « plus haut de France » avec un tiers de sa superficie au-dessus de 2000 m d’altitude. Le tourisme estival et hivernal représente l’activité économique principale du territoire avec 387.585 lits touristiques et plus de 20 millions de nuitées. L’activité hivernale s’organise autour de 27 stations et 25 sites nordiques. L’été, l’activité se répartit entre la randonnée pédestre et l’alpinisme, les spots d’eau vive, les activités aériennes avec notamment le site de Gap-Tallard et le lac de Serre-Ponçon, véritable mer à la montagne où on peut pratiquer toutes les activités nautiques entre criques sauvages et eau turquoise.

Son patrimoine naturel est exceptionnel avec le Parc National des Écrins et les Parcs Naturels Régionaux du Queyras et des Baronnies Provençales. Son patrimoine culturel l’est également avec deux sites fortifiés inscrits au Patrimoine Mondial de l’Unesco : Briançon et Montdauphin.

Km 6

SAVINES-LE-LAC (1 060 hab.)

Patrimoine du XXe siècle depuis juin 2011, Savines-le-Lac, au bord du lac de Serre-Ponçon, est par son environnement et son dynamisme un haut lieu du tourisme en été dans les Hautes-Alpes.

La commune, construite au bord d'un des plus grands lacs artificiels d'Europe, propose tous les services et commerces d'une véritable station balnéaire. Ce village dynamique est l'héritier d'une histoire très mouvementée. L'ancien village a été détruit lors de la construction du barrage de Serre-Ponçon et de sa mise en eau du lac. Il a été reconstruit, d'où son architecture moderne.

L'exposition photographique permanente "De Savines à Savines-le-Lac" à l'office de tourisme de Savines-le-Lac raconte son histoire.

Au cours des sept siècles de son existence, Savines s'est vu déplacer à trois reprises. En 1282, Rodolphe de la Font de Savines prêta hommage au Dauphin des terres du Mandement de Savines. À cette époque, le premier village était situé au fond du torrent de Réallon, au lieu-dit La Paroisse, où se trouvent encore les ruines de l'ancien Château des Comtes de la Font de Savines et celles de la première église paroissiale. Il fut abandonné sous la Révolution à cause des ravages du torrent de Réallon. Le second Savines, datant de 1825, fut détruit le 3 mai 1961 pour les besoins de la retenue de Serre-Ponçon. Il était situé sur la rive gauche de la Durance au lieu-dit la Charrière.

Le lac de Serre-Ponçon
Les crues dévastatrices de la Durance, en 1843 et 1856, ont conduit à des études de faisabilité d'un barrage. La perméabilité des sols a cependant nécessité l'émergence de nouvelles techniques et ce n'est qu'en 1948 qu'un ingénieur d'origine moscovite, Ivan Wilhem, proposa un projet viable. Les travaux d'aménagement débutent en 1955 avec Jean de Mailly pour architecte, aidé de Jean Prouvé, et la mise en eau de la retenue s'effectue à partir de novembre 1959 pour s'achever en mai 1961. Environ 1.500 personnes ont été déplacées et leurs villages - Savines, Ubaye, Rousset - inondés. Le village de Savines a été reconstruit et le nouveau Savines-le-lac a été inauguré en 1962.
Le Lac de Serre-Ponçon est le deuxième plus grand lac artificiel d'Europe.

Km 14

Les Demoiselles coiffées

Les Demoiselles coiffées, plus communément appelées « cheminée de fées », sont des formations originales dues au travail de l'érosion. Elles se présentent sous forme d'une colonne de conglomérats divers supportant un rocher plus ou moins volumineux. Afin de ne pas accentuer leur dégradation et surtout de ne pas faire courir un risque d'accident au public, un cheminement piétonnier a été réalisé en contre- bas, avec panneaux explicatifs et superbes panoramas.

La parcelle abritant les Demoiselles coiffées du Sauze du Lac, d'une superficie de 2.60 ha, est un site classé depuis 1966.

Km 17.5

Le Sauze-du-Lac (150 hab.)

Au carrefour de l'Ubaye et de la Durance, le village pittoresque du Sauze du Lac a su conserver un caractère typique tout en offrant un belvédère sur le lac de Serre-Ponçon. La commune dispose d’une plage publique au Port Saint-Pierre, à 780 m d’altitude. Située sur le bras de l'Ubaye du lac de Serre-Ponçon, cette plage est un havre de paix où il fait bon se reposer. En été, la baignade est surveillée et la plage aménagée.  On peut également y pratiquer la voile, le jet-ski, le pédalo et le canoë,

La chapelle Saint-Martin, site religieux récemment restauré date de 618,  est plantée sur sa colline dominant les vallées de l’Ubaye et de la Durance.

Le Parc Animalier de Serre-Ponçon présente la faune des Hautes-Alpes et des rapaces.

ALPES-DE-HAUTE-PROVENCE (04)

Population : 161 600 (2016)

Préfecture : Digne-les-Bains

Sous-préfectures : Barcelonnette, Castellane, Forcalquier

Superficie : 6 925 km2

Spécialités : Le miel de Lavande, la lavande, l’agneau de Sisteron, le fromage de Banon, le Génépi de la vallée de l’Ubaye, la truffe, l’huile d’olive, les vins de Pierrevert, les pommes des Alpes de Haute-Durance, les ravioles de l’Ubaye, le fumeton, la Tomme de l’Ubaye, la Cachaille.

Sports : rafting, nage en eau vive, descente de canyon, canoë kayak,  ski de piste, ski de fond, randonnées pédestres, équestre, nautique, escalade, via ferrata, cyclotourisme, golf, pêche, vol à voile, deltaplane, parapente, speed riding. Les Alpes de Haute-Provence sont au 1er rang des départements français pour l'itinérance à VTT. Trois Grandes Traversées sont labellisées par la FFC : l'Alpes-Provence, la Transverdon et les Chemins du soleil.

Principaux sites touristiques : gorges du Verdon, lac d’Allos, lac de Ste Croix, Parc national du Mercantour, Parcs naturels régionaux du Luberon et du Verdon, Unesco Géoparc de Haute Provence, village de Moustiers-Sainte-Marie, plateau de Valensole et ses lavandes, citadelle de Sisteron, musée de Préhistoire des gorges du Verdon, musée de Salagon et ses jardins remarquables, thermes de Gréoux-les-Bains et de Digne-les-Bains.

Evénements culturels : journées de la Préhistoire à Quinson (juillet),  festival des enfants du jazz à Barcelonnette (juillet), nuits de la citadelle à Sisteron (juillet/août), Été astro à Saint-Michel- l’Observatoire (juillet/Août), Corsos de la lavande, Fête de la lavande à Valensole (21 juillet), fêtes latinos mexicaines à barcelonnette en août, Les Correspondances de Manosque en septembre.

Économie : le tourisme, l’agriculture, les filières cosmétique, saveurs et senteurs, agro-alimentaire, énergies renouvelables, la chimie-pharmacie  (fabrication de produits de beauté, parfums, etc.), fruits et légumes, hydraulique (les barrages de la Durance et du Verdon assurent 12 % de la production hydroélectrique française), bois (les forêts couvrent près de la moitié du département), et photovoltaïque (1er département en PACA).

Sites web et réseaux sociaux : www.alpes-haute-provence.com / www.mondepartement04.fr / www.facebook.com/departement04 / www.facebook.com/alpesdehauteprovence/

Km 39.5

Méolans-Revel (340 hab.)

Le village est constitué de plusieurs hameaux (Méolans, St Barthélémy, Lavercq, Rioclar et Revel) avec son clocher emblématique dominant du haut de sa falaise la rivière Ubaye. Dans le cadre de Natura 2000, le vallon du Lavercq, avec sa randonnée pédestre très prisée des Eaux Tortes, est en cours d’inventaire général écologique et naturaliste. L’abbaye du Lavercq située au bout du vallon éponyme est le vestige d’un monastère du XIIe siècle.

La commune est surplombée d’un massif de 2408 m d’altitude, « la tête de Louis XVI », appelée ainsi pour son profil rappelant étrangement celui du roi.

Dans le village, la Maison du bois réunit tous les attributs d'un écomusée, d'un atelier du bois et d'une galerie d'exposition. Elle est une vitrine de la filière bois. Son architecture originale et innovante évoque le renouveau de la construction bois.

Km 49

Saint-Pons (640 hab.)

Avec Faucon, Saint Pons est l’un des plus anciens villages de la vallée de l’Ubaye.

Son église est la plus ancienne de la vallée (art roman, XIIe siècle), classée monument historique, avec son portique remarquable.

Un aérodrome permettant des vols en planeur et en petits avions est installé sur la commune de Saint Pons. La vallée bénéficie de conditions aérologiques très favorables qui permettent la pratique du parapente.

À flanc de montagne, le torrent du Riou Bourdoux, aujourd’hui pittoresque, fut longtemps l’un des plus redoutés d’Europe emportant tout sur son passage, avant d’être endigué au prix de travaux colossaux de barrages et de plantations de milliers d’arbres.

Km 50.5

Barcelonnette (2 610 hab.)

Fondée en 1231 par Raimond Béranger V comte de Provence et de Barcelone, Barcelonnette doit son nom à la capitale de la Catalogne. Dès 1614 et jusqu’en 1713, Barcelonnette est une préfecture du Sénat de Nice. Barcelonnette et la vallée de l’Ubaye ont été rattachés à la France lors des traités d’Utrecht, du fait de leur importance stratégique, vantée par le Général Berwick à Louis XIV.

L’histoire de Barcelonnette est à jamais liée au Mexique, où plus de 2 500 Ubayens forts d’une tradition de colportage, ont émigré entre 1820 et 1950. Certains y ont amassé des fortunes colossales et ont fait construire à Barcelonnette de somptueuses villas dignes des plus grandes stations balnéaires. Il reste aujourd’hui encore des liens très forts entre Barcelonnette et les descendants d’émigrés au Mexique. Tous les étés autour du 15 août, Barcelonnette revêt son costume mexicain et ses rues résonnent de musiques traditionnelles mexicaines.

Barcelonnette est la ville natale de Paul Reynaud, plusieurs fois ministre sous la troisième république, président du conseil en 1940.

En 1975, la 16e étape du Tour de France s’était élancée de Barcelonnette pour s’achever à Serre-Chevalier, où Bernard Thévenet avait confirmé sa victoire de la veille à Pra-Loup, terrassant Eddy Merckx.

Km 59.5

Jausiers (1 130 hab.)

Au pied de la plus haute route d’Europe, la route de Restefond la Bonette (2 802 m), Jausiers a accueilli le Tour de France en 2008. Cyril Dessel s’y était imposé. 

Commune du Parc National du Mercantour, Jausiers est le berceau de l’émigration au Mexique des gens de la vallée : les trois frères Arnaud, les premiers à être partis, sont originaires de Jausiers. Avant de s’établir au Mexique, ils se sont d’abord installés en Louisiane, alors colonie française, où Jacques Arnaud a fondé la ville d’Arnaudville. Tout comme à Barcelonnette, les émigrants ayant fait fortune au Mexique ont fait construire à Jausiers de superbes villas, la plus pittoresque étant le château des Magnans ; ainsi nommé par son fondateur en souvenir des élevages de vers à soie du village, il rappelle  par son architecture le palais de Monaco ou encore le château de Neuschwanstein de Louis II de Bavière ; il est inscrit depuis 1987 à l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques.

Le plan d’eau de Jausiers est une base de loisirs très appréciée, avec sa plage et ses espaces aménagés pour les jeux.

Parc national du Mercantour

Avec ses sommets de plus de 3 000 m d'altitude, ses multiples lacs glaciaires et ses six vallées au caractère très affirmé, le Parc national du Mercantour (146 000 ha sur 28 communes) constitue le joyau unique d'une nature préservée. Chamois, bouquetins et mouflons cohabitent dans les reliefs les plus escarpés des montagnes alors que le cerf, le chevreuil et le sanglier fréquentent les milieux boisés à des altitudes moins élevées. Les influences climatiques, géologiques et géographiques multiples exercées sur des milieux très variés et à des altitudes allant de 100 m à plus de 3 000 m, donnent au Mercantour une richesse végétale de plus de 2000 espèces de plantes sur les 4200 connues en France. Parmi elles, 220 sont considérées comme très rares et 40 ne se trouvent nulle part ailleurs dans le monde, comme la saxifrage à fleurs multiples.

Km 85

Vars (620 hab.)

La commune est surtout connue pour sa station de ski, qui forme avec Risoul le domaine skiable de la Forêt Blanche. La station est la capitale du kilomètre lancé (KL) et l’Italien Simone Origone y a établi le record du monde de vitesse à ski à 252,632 km/h en avril 2015.

Km 101

Guillestre (2 200 hab.)

La ville de Guillestre se trouve sur un plateau à 1 000 m d’altitude au-dessus des gorges du Gull, peu avant qu’il rejoigne la Durance. Protégé par ses montagnes, Guillestre a l’une des pluviométries les plus faibles de France. C’est le principal point d’entrée dans la vallée du Queyras et un point de passage entre Briançon et Embrun.  

Place forte de Mont-Dauphin : au confluent de la Durance et du Gull, dominant le canyon impressionnant creusé par ce dernier dans la vallée du Queyras, Mont-Dauphin est l’une des nombreuses places fortifiées par Vauban au XVIIe siècle. À ce titre, le fort a été classé au patrimoine mondial de l’Unesco au même titre que les autres fortifications de Vauban.

Km 115

Château-Ville-Vieille (320 hab.)

Le village se trouve au pied du Fort Queyras, ou Château Queyras, impressionnante forteresse bâtie sur un piton rocheux. Château fort médiéval du XIIIe siècle, la place a été remaniée par Vauban entre 1693 et 1740, avec l’ajout de trois enceintes. La citadelle permettait de verrouiller l’accès à la vallée de la Durance jusqu’à son désarmement en 1940 et son classement aux Monuments historiques en 1948. Passé entre les mains de plusieurs propriétaires, le château est utilisé pour des tournages, des jeux télévisés, et des attractions lors de la saison estivale.

Km 131

Stèle Fausto Coppi-Louison Bobet

La Casse Déserte, avec ses cheminées pierreuses à 2 220 m d’altitude et son aspect aride, est un secteur clef de l’Izoard, souvent exposé au vent. C’est à la sortie de la Casse Déserte, après une courte descente que se situe la stèle dédiée à Louison Bobet et Fausto Coppi, dont les plaques sont apposées sur un rocher monolithique. À partir de ce lieu, il reste environ deux kilomètres avec une pente proche de 9 % jusqu’au col.

Km 133

Col d’Izoard (2 361 m)

« C’est le privilège de l’Izoard de distinguer le champion », écrivait Jacques Goddet. Pendant de très longues années, l’Izoard (franchi par le Tour à 35 reprises) fut en effet le col dans lequel se joua la victoire dans le Tour de France. C’est Henri Pélissier qui, le premier en 1923, osa défier cette ascension pour s’échapper et reléguer son rival Ottavio Bottechia à quarante minutes. Gino Bartali fut le deuxième à utiliser l’Izoard comme rampe de lancement vers Paris aussi bien en 1938 qu’en 1948, où il avait terrassé les deux Bretons Louison Bobet et Jean Robic. En 1949, Gino le Pieux fut supplanté par son grand rival Fausto Coppi, qui le surclassa sur les pentes du col dans le Giro avant de le laisser gagner à Briançon sur le Tour. Deux ans plus tard, Coppi y dominait Hugo Koblet au meilleur de sa forme. Place ensuite à Louison Bobet, qui y bâtissait ses victoires de 1953 et 1954. En 1972, Eddy Merckx se fit un point d’honneur d‘écraser la concurrence dans cette ascension mythique avant d’y subir, en 1975, la loi de Bernard Thévenet. Le col perdit ensuite de son aura au profit de l’Alpe d’Huez.

En 2011, Andy Schleck y construisit sa victoire au sommet du Galibier. En 2014, c’est Joaquim Rodriguez qui passa le col en tête lors de la 14e étape conduisant à Risoul et enlevée par Rafal Majka. En 2017, enfin, c’est Warren Barguil qui y avait consolidé son maillot à pois en battant le record de l’ascension côté Sud.

Km 152

Briançon (12 000 hab.)

L'histoire commune du Tour de France et de Briançon a débuté en 1922 avec une victoire d'étape de Philippe Thys qui était déjà le premier triple vainqueur de l'épreuve. Par la suite, le palmarès de la ville fortifiée par Vauban et inscrite au patrimoine mondial de l'humanité par l'UNESCO s'est enrichi des noms des champions les plus illustres : Gino Bartali, Louison Bobet, Fausto Coppi, Charly Gaul, Gastone Nencini, Federico Bahamontes et Eddy Merckx, tous vainqueurs du Tour.  De tous, c’est sans doute Louison Bobet qui a le plus marqué la préfecture des Hautes-Alpes avec ses trois succès en 1950, 1953 et 1954.

Lors de la dernière visite en 2007, le Colombien Mauricio Soler, paré par ailleurs cette année-là du titre de meilleur grimpeur, y a signé le succès le plus retentissant de sa carrière. En 2017, la ville avait été le départ d’une étape vers l’Izoard remportée par Warren Barguil.

À VOIR :

Les fortifications de Vauban
Elles sont inscrites depuis juillet 2008 sur la liste du Patrimoine mondial de l'humanité aux côtés de onze autres sites français regroupés au sein du Réseau des Sites Majeurs de Vauban. Occupant une position stratégique à 1 326 mètres d’altitude, la ville haute de Briançon s’impose comme un site unique de fortification de montagne. Enserrée dans des remparts, elle est couronnée par des forts d’altitude la rendant imprenable. Ce site majestueux et imposant permet de comprendre le génie d’adaptation dont a fait preuve le célèbre ingénieur militaire de Louis XIV.

Km 156.5

Saint-Chaffrey (1 700 hab.)

La commune, limitrophe de Briançon, a accueilli sur son sol quatre étapes du Tour de France conclues à Serre-Chevalier, dont Saint-Chaffrey est la localité la plus peuplée. Elle est située au pied du Col de Granon, gravi par le Tour de France en 1986 (victoire d’Eduardo Chozas).

La piste Luc Alphand 
Située sur le site de Chantemerle, la piste Luc Alphand est une véritable vitrine sur Serre-Chevalier. Elle a pour particularité de serpenter entre les chalets d’alpages de Champcella et des Souliers et de plonger par un mur très pentu sur le village de Chantemerle. Ce tracé présente une diversité de passages techniques bien connus des compétiteurs. Utilisée pour la compétition, elle fut baptisée ainsi en 1998 après les victoires en coupe du monde de Luc Alphand qui s’est toujours entraîné sur cette piste.

Km 160

La Salle-les-Alpes (1 010 hab.)

C’est à la Salle-les-Alpes que fut jugée l’arrivée de l’étape du Tour 2017 remportée par Primoz Roglic. Cœur de la station de ski de Serre-Chevalier, le village est notamment remarquable pour son église Saint-Marcellin. Placée sous le vocable du premier évêque d'Embrun, elle domine l'ancien hameau de la Salle, les quartiers modernes et la station de Villeneuve-la-Salle.

C’est le fief de la famille Bréchu, dont Henri, vainqueur d’un slalom de Coupe du monde en 1970 à Madonna di Campiglio.

Km 189

col du Galibier (2 642 m)

Frontière naturelle entre les Alpes du Nord et du Sud, le Galibier est le col alpestre le plus franchi par le Tour avec 60 passages. En 2011, Andy Schleck s’imposa au sommet pour la plus haute arrivée d’une étape du Tour. En 2017, c’est Primoz Roglic qui bascula en tête avant d’aller chercher la victoire à Serre Chevalier.

Peu avant le sommet (côté Lautaret), une stèle rend hommage à Henri Desgrange, le premier directeur du Tour de France, qui écrivit dans l’Auto en 1911 pour le premier franchissement du col par les coureurs : « Oh ! Sappey ! Oh ! Laffrey ! Oh ! Col Bayard ! Oh ! Tourmalet ! je ne faillirai pas à mon devoir en proclamant qu'à côté du Galibier vous êtes de la pâle et vulgaire bibine : devant ce géant, il n'y a plus qu'à tirer son bonnet et à saluer bien bas !... »

Région Auvergne-Rhône Alpes

Départements : Ain, Allier, Ardèche, Cantal, Drôme, Isère, Loire, Haute-Loire, Puy-de-Dôme, Rhône, Métropole de Lyon, Savoie, Haute-Savoie.

Population : 7,917 millions d’habitants

Préfecture : Lyon

Superficie : 69 711 km2

Spécialités : vins du Beaujolais, des côtes du Rhône et de Savoie, spécialités lyonnaises (quenelles, cervelles de canut, saucisson..), potée auvergnate, spécialités savoyardes (raclette, fondue, tartiflettes, diots, crozets), fromages (beaufort, reblochon, cantal, bleu d’Auvergne, Salers, saint-Nectaire…), lentille verte du Puy, eaux (Evian, Thonon, Volvic) verveine, chartreuse.

Clubs sportifs : Olympique Lyonnais, AS Saint-Etienne, Clermont Foot 63 Grenoble Foot 38 (football). ASM Clermont, Lyon OU, FC Grenoble, Stade Aurillacois, US Oyonnax (rugby), ASVEL Villeurbanne (basket), Chambéry (handball), Brûleurs de loup Grenoble, Pionniers de Chamonix (hockey-sur-glace)

Compétitions : coupe du monde de football féminin, compétitions de ski (critérium de la Première neige à Val d’Isère), Tour de France, Critérium du Dauphiné.

Festivals : Fête des Lumières à Lyon, Nuits de Fourvière à Lyon, quais du polar à Lyon, biennale du design à Saint-Etienne, festival de musique classique de La Chaise-Dieu

Économie : (8e région européenne) industries de pointe, automobile (Berliet), métallurgie, caoutchouc, plastiques, chimie, électronique, agroalimentaire, textile, numérique, banques, universités, administrations, viticulture. pneumatiques (Michelin). Design. Nouvelles technologies (Inovallée). Tourisme d’hiver et d’été. 

Sites  touristiques : fête des Lumières à Lyon, vieux Lyon et Croix-Rousse, cathédrale du Puy-en-Velay, Cité du design à Lyon, lac d’Annecy, château de Chambéry, sports d’hivers en Isère, Savoie et Haute-Savoie, Cantal, Stations thermales, volcans d’Auvergne. Caverne du Pont d’Arc. Château de Grignan. Bastille de Grenoble. Vulcania. Parc des Oiseaux. Palais idéal du Facteur Cheval à Hauterives.

Sites web et réseaux sociaux : www.auvergnerhonealpes.fr

SAVOIE (73)

Population : 437 915 hab.

Préfecture : Chambéry

Sous-préfectures : Albertville, Saint-Jean-de-Maurienne

Superficie : 6 028 km2

Spécialités : Raclette, tartiflette, fondue, crozets (pâtes en forme carré, à base de farine de sarrasin…), diots et pormoniers, (saucisses de porc cuisinées au vin blanc) Saint-Genix (brioche aux pralines rouges), gâteau de Savoie, truffes en chocolat, bugnes (beignets), génépi (liqueur de plante des montagnes), Fromages de Savoie (Tome des Bauges, Beaufort.)

Clubs sportifs : Chambéry Savoie Handball (D1)

Compétitions : championnat du monde de traineaux à chiens janvier 2019, manche de Coupe Davis en février 2018, championnats du monde de handball masculin 2017, championnat du monde d’aviron à Aiguebelette en août 2015, Critérium de la Première neige à Val d'Isère et Coupe du monde de ski FIS à Courchevel (annuel), manche de coupe du monde de VTT Trial (août 2016 à Albertville), criterium du Dauphiné Libéré (annuel, en juin)

Principaux sites touristiques : outre les  plus grands domaines skiables au monde, la Savoie possède des sites patrimoniaux et naturels d’ampleur : l’abbaye de Hautecombe (berges du lac du Bourget), le château des ducs de Savoie, (Chambéry), les forts de la barrière de l’Esseillon (Haute Maurienne), le parc national de de la Vanoise, les parcs naturels régionaux des massifs des Bauges et de la chartreuse, le lac du Bourget et le lac d’Aiguebelette…etc.

Evénements culturels : Musilac à Aix-les-Bains, Les Estivales en Savoie à Chambéry, Le Grand Bivouac à Albertville, Le festival du Cinéma européen des Arcs

Économie : tourisme, agroalimentaire, éco-industries, industries de la montagne, matériaux composites, technologies de l’information et de la communication, travail des métaux

Sites web et réseaux sociaux : www.savoie.fr / www.facebook.com/SavoieDepartement/ / https://twitter.com/SavoieDepart / @SavoieDepartement / @SavoieDepart

Suivez-nous

Recevez des informations exclusives sur le Tour de France

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblés en fonction de vos centres d'intérêts.

En savoir plus