Tour de France 2022

Rendez-vous le jeudi 14 octobre pour la révélation du parcours du Tour de France 2022

Sur la route

DÉPARTEMENT D’ILLE-ET-VILAINE (35)

Population : 1,076 millions d’habitants, répartis sur 27 cantons et 333 communes.

Préfecture :  Rennes (hab. 216 815). 

Sous-préfectures : Fougères, Redon Saint-Malo. 

Spécialités : Huîtres de Cancale, épices Roellinger, moules de bouchots AOP de la baie du Mont Saint-Michel, Agneaux de pré-salé AOP de la Baie du Mont-Saint-Michel, poule coucou de Rennes, poulets de Janzé, beurre Bordier, craquelin de Saint-Malo, galette saucisse, Redon et la châtaigne. Le marché des Lices (2e plus grand de France et l’un de plus anciens). 

Personnalités : Marquise de Sévigné, François-René de Chateaubriand (littérature), René Duguay-Trouin, Robert Surcouf (corsaires), Bertrand du Guesclin (chevalier), Jacques Cartier (navigateur et explorateur malouin)… 

Sport : SRFC Rennes (football, Ligue 1), Cesson Rennes Métropole Handball (Les Irréductibles Cessonais, Champions de France de Pro D2 en 2009 et 2020). Evénements : Jumping International de Dinard (août), Route du Rhum (prochaine édition en 2022), Rallycross de Lohéac RX (FIA world rallycross championship)… 

Sites touristiques : Rennes, capitale de la Bretagne et son parlement ; baie du Mont Saint-Michel (patrimoine mondial de l’UNESCO) ; forêt de Brocéliande et les légendes du roi Arthur et de Merlin l’enchanteur ; les Marches de Bretagne et les forteresses médiévales de Vitré et Fougères ; le spectaculaire escalier des onze écluses sur le canal d’Ille-et-Rance à Hédé-Bazouges ; Bécherel, cité du livre (Fête du Livre à Pâques) ; les Vallées de la Rance, de la Vilaine et du Couesnon ; le site mégalithique de Saint-Just, 2e de Bretagne pour la diversité des monuments.

Festivals : Quai des Bulles (festival de la BD et de l’image projetée, octobre) et Étonnants Voyageurs (festival du Livre et du Film) à Saint-Malo. Dinard Film Festival (cinéma britannique). Transmusicales de Rennes, La Route du Rock, collections été (août) et hiver (février). Yaouank (musique bretonne à Rennes).

Économie : 1er département laitier de France. Recherche et formation : 71 542 étudiants soit 56 % de la Bretagne. Entreprises 47,9 % des établissements dans les services (source CCI 35 chiffres clés 2019). La Métropole Rennaise a le label French Tech. Tourisme : 4,32 M de nuitées touristiques en 2019 (Hôtellerie et Hôtellerie de plein air).

Sites web et réseaux sociaux : www.bretagne35.com/ / www.facebook.com/tourismehautebretagne / twitter.com/hautebretagne / www.ille-et-vilaine.fr / www.facebook.com/illeetvilaine / twitter.com/ille_et_vilaine / www.linkedin.com/company/département-ille-et-vilaine  

L’Ille-et-Vilaine n’a pas fini de vous surprendre ! Département breton, ce territoire au patrimoine d’une grande richesse, entre terre et mer, est situé à 1h30 en train de Paris. Au nord, la Côte d’Emeraude et la baie du Mont-Saint-Michel, classée au patrimoine mondial de l’UNESCO, bordent la Manche. Au milieu de paysages somptueux se nichent les stations balnéaires prestigieuses de Saint-Briac, Saint-Lunaire, Dinard et Saint-Malo, éternelle cité corsaire. Face au Mont-Saint-Michel, Cancale, site remarquable du goût pour ses huîtres, est incontournable, comme Dol de Bretagne pour son patrimoine et Combourg, cité du romantisme chère à Chateaubriand.

A l’Est, voici les Marches de Bretagne avec les cités médiévales de Fougères et Vitré, labellisées Ville d’art et d’histoire. Forteresse, châteaux, ruelles et maisons à pans de bois ou à porches… Au cœur du département, se trouve Rennes, capitale de la Bretagne et son parlement, emblématique. La ville est réputée pour la richesse de sa programmation culturelle, la diversité de son patrimoine et l’effervescence de sa vie étudiante.Au Sud, la vallée de La Vilaine. Depuis Rennes, la rivière dessine des paysages d’une rare beauté au milieu de petits bourgs pittoresques aux rues chargées d’Histoire jusqu’à Redon, carrefour des voies navigables de l’Ouest.

A l’ouest, on entre en pays de Brocéliande, terre de légendes. C’est le cœur mythique de la Bretagne, le royaume de l’imaginaire, du roi Arthur et de la fée Vivianne, au milieu d’une nature faite de landes, de forêts et de vallées profondes.

L’Ille-et-Vilaine, c’est aussi une gastronomie généreuse avec ses marchés animés, ses produits locaux et ses événements culinaires, sans oublier un grand dynamisme culturel et sportif autour d’événements majeurs :  Le festival Etonnants Voyageurs, Les Transmusicales ou bien la Route du Rhum.

Bains-sur-Oust (3 490 hab.)

La Roche du Theil

Poste avancé d’un camp fortifié romain dès le Ier siècle, le lieu de culte est créé sous l’impulsion du moine Conwoïon en 845. Du XVe siècle jusqu’en 1839, la Roche du Theil est une propriété seigneuriale regroupant chapelles, fermes et terres agricoles. En 1839, le lieu devient propriété de la congrégation de Jésus et Marie et se consacre à l’évangélisation et à la formation des prêtres, « eudistes », à partir de 1850. Le séminaire de La Roche ferme ses portes en 1959 : les séminaristes présents sont transférés à Ris-Orangis en région parisienne.

Aujourd’hui, la Roche du Theil est une maison d’accueil qui héberge toujours une petite communauté de prêtres et religieuses et qui accueille toute l’année un public varié, pour des séjours spirituels.

Km 23.3

Guipry-Messac (7 000 hab.)

Commune créée le 1er janvier 2016 de la fusion des communes de Messac et de Guipry. Le vaste territoire de la nouvelle entité (près de 92 km²) est traversé par le cours de la Vilaine, qui constituait jusqu'alors la limite entre les deux villages. Un port sur le fleuve s’est développé au Moyen-Âge avec le transport et le commerce du sel provenant de Guérande avant de laisser place au chemin de fer et au transport routier au XXe siècle.

Château de Champs

Fondation : début XVIIe siècle, par la famille de Rosnyvinen. 

Style : médiéval

Caractéristiques : bâtiments entourés de douves. Un grand salon au premier étage ; possède 12 fresques du XVIIIe siècle, à thème biblique.

Signe particulier : vers 1710, l'édifice est considérablement agrandi en utilisant les matériaux provenant du démantèlement du château de Lohéac. 

Classement : Monument Historique en 1966.

Manoir de l’Automobile (à Lohéac, 9 km) 

Un des plus beaux musées d’Europe consacré à l’histoire de l’automobile.Dans un manoir du XVIIe siècle, 15 000 m2 d’exposition accueillent plus de 400 véhicules (parmi lesquelles 30 voitures hippomobiles, 50 motos et vélos) de tous types et de toutes nationalités évoquant un siècle d’automobile.

Également, un espace maquette avec 30 diaporamas et plus de 3000 automobiles miniatures de toutes marques et de toutes formules, une grille de départ de 18 Formule 1, la chapelle des moteurs (présentation originale de l’histoire des moteurs), un garage et une station-service d’autrefois reconstitués…

Circuit automobile de Lohéac

Outre le circuit de Rallycross, le site comprend une piste de 2,5 km entièrement asphaltée, une piste de Karting, un espace d'évolution 4x4 et offre des parcours de quad. Le circuit de Lohéac est le plus ancien circuit de Rallycross de France. De 1976 à 2012, il accueille chaque année une manche du Championnat de France de rallycross. Le circuit accueille la manche française du championnat du monde de rallycross FIA depuis la création du championnat en 2014.

Km 36

Bain-de-Bretagne (7 400 hab.)

Tire son nom du propriétaire d'une villa (ferme) romaine, Balnus, qui habitait à proximité d'un lac naturel où la pêche était déjà pratiquée. La localité s'est développée profitant notamment de sa situation sur l'axe Rennes-Nantes.

Petite seigneurie prospère grâce à son agriculture puis son artisanat (tanneries, moulins), Bain-de-Bretagne a conservé son rang de cité commerciale au cœur d'une campagne vallonnée à l'est du cours de la Vilaine.

En bordure d'un lac, l'étang de Bain, dit aussi étang de la Bornière, d'une superficie de 35 hectares

À noter le Moulin-tour de Bertaud, du type "petit-pied" construit au XVIIIe siècle. Surélevé vers 1840 pour être équipé du système d'ailes Berton. Ce moulin a été restauré et produit de la farine de froment et de sarrasin biologique.

Né en 1839 dans la commune, l’architecte Arthur Regnault a rénové ou reconstruit dans le style néo-byzantin la plupart des églises que nous croiserons dans cette étape.

Km 56

Janzé (8 400 hab.)

Ancienne, la commune tiendrait son nom selon les historiens de son occupation romaine, avec le terme Janziacum. Au XIXe siècle, Janzé connaît une période d’expansion, avec notamment le commerce des toiles à voile. A côté du chanvre, la ville produit également des céréales, notamment le blé noir, ainsi que les pommes destinées à la fabrication du cidre. Conserve de nombreuses maisons construites au XIXe siècle et au début du XXe siècle. Forment un bâti typique de l’époque avec une certaine unité : emploi en particulier de la brique et du schiste, extraits en partie d’une carrière située à Amanlis.

Km 60

Amanlis (1 700 hab.)

À voir notamment pour son église Saint-Martin-de-Tours, édifiée pour l'essentiel au XIVe siècle sur les bases d’une église datant des XIe et XIIe siècles. Le chevet a été construit en 1625. L’église a été inscrite aux monuments historiques par arrêté du 21 février 1974. Une autre église proche, l’église Saint-Maximilien-Kolbe, de style néo-byzantin (XIXe siècle) aurait servi de décor pour un film de propagande nazie de 1942 intitulé Battage du blé en Ukraine et dont Raimu aurait été le réalisateur imposé.

Natif d’Amanlis, le Français Basile Decortès a participé au Tour de France 1950.

Km 67

Châteaugiron (10 00 hab.)

Regroupe les communes de Saint-Aubin-du-Pavail et Ossé qui ont fusionné en janvier 2017. Nichée sur un promontoire rocheux (le mont Giron), surplombant des petits cours d’eau serpentant dans la campagne (l’Yaigne et le Rimon), Châteaugiron naît au début du XIe siècle, au moment où se met en place la société féodale du Moyen-Âge. En 1008, Alain III, nouveau duc de Bretagne, offre à Anquetil, un chevalier originaire de Normandie, des terres situées sur la paroisse de Noyal, dans le voisinage des sires de Vitré et Fougères. Anquetil y construit un premier château, de bois, et meurt en 1039, laissant ses terres à son fils aîné Giron. La ville se développe autour du château à partir du XIIe siècle. De nombreuses maisons en pans de bois colorés se blottissent près des hautes tours. Les moines de l’abbaye Saint-Mélaine de Rennes y implantent un prieuré. 

Centre administratif, Châteaugiron devient au Moyen-Âge un pôle commercial, célèbre pour son marché hebdomadaire, ses 3 foires annuelles et le commerce des toiles à voile, les Noyales.

Léon-Paul Ménard (1946-1993), né à Châteaugiron, coureur cycliste professionnel a participé au Tour de France 1972. La ville était aussi entre 1957 et 1973 le siège d’un critérium d’après-Tour où se sont imposés tous les plus grands. 

Château de Châteaugiron 

Fondation : bâti au XIIe siècle, puis rénové an XVe siècle par Jean de Derval, un des neuf barons de Bretagne.

Style : forteresse médiévale

Caractéristiques : quatre tours se dressent encore, dont le donjon qui domine la ville du haut de ses 38 mètres. 

Destination actuelle : le château abrite le musée Gourdel, dédié aux sculpteurs Julien et Pierre Gourdel, originaires de la ville. Un centre d’art contemporain est installé au sein de la chapelle du château.

Classement : Monument Historique en 1931 et 1993.

Km 76

Noyal-sur-Vilaine (6 500 hab.)

Siège d'une seigneurie dès le XIe siècle, un riche prieuré y perdure jusqu'à la Révolution. L'activité essentiellement agricole dans un paysage de bocage est complétée du XVIIe au XIXe siècle par la fabrication de toiles à voiles (des « noyales ») à base de chanvre. Au cours de la seconde moitié du XXe siècle, la commune bénéficie de l'essor de l'agglomération rennaise. Une zone d'activité (logistique, agro-alimentaire) se développe à proximité de la voie express qui prolonge l'autoroute de Vitré à Rennes.

Château du Bois Orcan 

Fondation : au XVe siècle par Julien Thierry, ministre des finances d’Anne de Bretagne.

Style : médiéval breton.

Caractéristiques : importante collection de meubles et objets témoignant de l'art de vivre au temps de la duchesse Anne. Le domaine possède également un jardin médiéval soigneusement reconstitué. 

Destination actuelle : le domaine abrite un musée, l'Athanor, dédié au sculpteur contemporain Étienne Martin (1913-1995), figure majeure de l'art du XXe siècle. 

Classement : Monument Historique en 1987 / Jardin remarquable

Km 87

Lifrré (4 500 hab.)

Peuplée depuis l'époque gallo-romaine, la ville de Liffré naît au XIIe siècle, et devient un lieu de chasse de prédilection des comtes de Rennes et des Ducs de Bretagne. Elle développe son économie autour des forges, des carrières de pierre et de la forêt.  Théâtre d'une violente bataille entre les royalistes et les troupes républicaines en 1794, elle retrouve ensuite le calme, connaissant même un important essor démographique dès les années 1970. Construit dans la première moitié du XIXe siècle, l’hôtel de Liffré présente encore une belle horloge en fronton. Le bâtiment a été édifié sur les anciennes halles de la commune.

Km 94.2

La Bouëxière (4 500 hab.)

Petit village médiéval dominé par sa motte castrale du XIIe siècle, dotée d'un donjon circulaire du XIIIe, d'une église prieurale remaniée au XVe, d'un pont de style roman et d'habitations typiques et de caractère.

Au niveau du bourg et des hameaux qui jalonnent le territoire, d'autres édifices civils valent le coup d'œil, tels le château de Bertry (XVe siècle), celui du Carrefour (XVIIe) ou encore l'ancien manoir seigneurial de la Bouëxière dont les parties les plus anciennes datent du XIIe siècle.

Possède plusieurs zones naturelles protégées à l'écosystème remarquable. La Bouëxière est le village natal des frères Delamontagne, Laurent et Patrick, qui évoluèrent tous les deux au Stade Rennais. Patrick compte trois sélections en équipe de France de football. 

C’est aussi la ville où vécurent le résistant et ministre Charles Tillon et sa femme Raymonde, l’une des premières femmes élues à l’Assemble nationale.

Km 105

Champeaux (500 hab.) 

Ancienne, la commune de Champeaux témoigne d'une occupation humaine dès la Préhistoire. Il faut cependant attendre le XVe siècle pour qu'elle se développe réellement, notamment grâce à la fondation de la collégiale Sainte-Madeleine, classée en 1910. Cette église gothique, datant des XVe et XVIe siècles recèle un mobilier Renaissance exceptionnel, en lien avec la vocation funéraire voulue par ses fondateurs, membres de la maison d'Espinay de Bretagne. Devenu marquisat au XVIe siècle, Champeaux connaît les heurs de la chouannerie à la fin du XVIIIe siècle.Son château de l’Espinay.

Km 114

Vitré (18 000 hab.)

Labellisée Ville d'art et d'histoire. Inscrite à la liste des Plus beaux détours de France.« Voir une ville gothique entière, complète, homogène, comme il en reste encore quelques-unes, Nuremberg en Bavière, Vitoria en Espagne, ou même de plus petits échantillons pourvu qu’ils soient bien conservés, Vitré en Bretagne, Nordhausen en Prusse. » Victor Hugo, dans Notre-Dame de Paris.

Déployée autour de son château, Vitré a connu un brillant essor à partir du XIVe siècle, essentiellement fondé sur le commerce international des toiles de chanvre (ou canevas). Ce fut l'une des cités les plus actives de Bretagne. 

Son église Notre-Dame du XVIe siècle et plus de 70 édifices de la ville sont inscrits au titre des Monuments Historiques comme de nombreuses maisons du centre historique, l’enceinte fortifiée de la ville, le monastère Saint-Nicolas… 

Vitré a accueilli le Tour de France à quatre reprises, en 1985 pour le départ d’un contre-la-montre par équipes, puis pour trois arrivées au sprints, réglées par Mario Cippolini (1995), Marcel Wust (2000) et Robbie McEwen (2006). Vitré est également depuis 1996 la ville hôte de la Route Adélie, qui se déroule au mois d’avril et dont le dernier vainqueur en 2019 fut Marc Sarreau.

Château de Vitré  

Fondation : deuxième partie du XIe siècle par Robert Ier de Vitré.

Styles : château-fort roman auquel ont été ajoutés des éléments gothiques, Renaissance, puis néo-gothiques. 

Caractéristiques : lors de son agrandissement, il a été bâti selon un plan triangulaire. Châtelet d’entrée composé de deux tours en poivrière.

Signe particulier : transformé en prison au XIXe siècle, il a ensuite connu une période de restauration.

Destination actuelle : la tour Saint-Laurent est devenue un musée, fondé en 1877 par Arthur Lemoyne de la Borderie, un érudit local qui fut le premier historien de la Bretagne.

Classement : Monument Historique depuis 1872

Château des Rochers Sévigné

Fondation : XVe siècle par la famille de Sévigné.

Style : manoir gothique.

Caractéristiques : bâti sur un plan en L avec deux tours. Un jardin à la française a ensuite été créé en 1690 par André Le Nôtre.

La petite histoire : la célèbre épistolière Madame de Sévigné (1626-1696), découvre cette demeure médiévale de style gothique l’année même de son mariage en 1644. Tombée sous le charme, elle y fit 16 séjours jusqu’en 1690, et y écrivit 297 lettres dont 262 à sa fille, la comtesse de Grignan, soit le quart de son œuvre conservée. 

Destination actuelle : accueille un musée ouvert au public dès 1884 et dédié à l’histoire de Madame de Sévigné.

Classement : Monument Historique en 1995.

Km 122

Balazé (2 200 hab.)

Jusqu'à la Révolution de 1789, Balazé était sous la dépendance du marquisat du Châtelet, qui jouissait des droits de justice et celui de la fiscalité. C’est la ville de Pierre Méhaignerie, ancien maire de Vitré et ministre de l’Agriculture, de l’Équipement et Garde des Sceaux entre 1977 et 1995.

Km 134

Dompierre-du-Chemin

Ancienne commune qui a fusionné avec Luitré-du-Chemin pour former en 2019 la nouvelle commune de Luitré-Dompierre. Fait partie de l’association des Dompierre de France, regroupant 23 communes françaises dont le nom comporte Dompierre. Une commune différente accueille la fête, chaque année.

Le saut de Roland

Espace naturel départemental caractérisé par d’abruptes falaises de quartz dominant le ruisseau de Saint-Blaise Il présente un site d’escalade répertorié par la Fédération française de la montagne et de l'escalade. 

Selon la légende, Roland, le neveu de Charlemagne et préfet des Marches de Bretagne, prétendit franchir la vallée d’un saut de cheval, depuis le haut de la falaise jusqu’au sommet du versant opposé. Il franchit la vallée avec succès par deux fois, la première fois au nom de Dieu et la deuxième fois au nom de la Vierge. Il tenta de la franchir une troisième fois au nom de sa Dame... malheureusement il fut précipité au fond de la vallée dans une chute qui lui fut fatale.

Suivez-nous

Recevez des informations exclusives sur le Tour de France