Sur la route

Département de la Marne (51)

Population : 570 900 hab.

Préfecture : Châlons-en-Champagne

Sous-préfectures : Reims, Épernay, Vitry-le-François

Superficie : 8 169 km²

Spécialités : champagne, jambon d’Ardennes, jambon de Reims, Bouzy rouge (vin), vinaigre, moutarde, croquignoles, nonnettes, roses de Reims (gâteaux), potée champenoise, lentillons, pied de cochon.

Grands clubs sportifs : Stade de Reims, Champagne Châlons Reims Basket, Entente Family Stade de Reims athlétisme (Yohann Diniz, Mahiedine Mekhissi), Reims Basket Féminin, Reims Champagne Handball, Rugby Epernay Champagne,

Grandes compétitions : Coupe du monde de football féminin 2019, meeting national des sacres (athlétisme), Jumping international de Reims, Boucles de la Marne, Run-in de Reims, Foulées des sacres, rallye automobile Epernay, critérium d’Epernay

Festivals : Itinéraires, Habits de Lumière à Epernay, Flâneries musicales de Reims, champagne en fête, Festival de musiques d’ici et d’ailleurs à Châlons-en-Champagne. Musiques en Champagne à Aÿ. Foire au pied de cochon à Sainte-Ménéhould, Moissons Rock à Juvigny.

Sites touristiques : Reims et sa cathédrale, avenue de Champagne à Epernay, basilique de l’Épine, cathédrale de Châlons, cloître de Notre-Dame-en-Vaux, moulin de Valmy, monument à la Première bataille de la Marne.

Économie : champagne, Pôle de compétitivité « Industries et Agro-Ressources, aéroport Paris-Vatry. recherche et industrie pharmaceutique, emballages plastiques, revêtements de sols et matériaux, équipement automobiles, verres correcteurs hauts de gamme.  

Sites web et réseaux sociaux : www.marne.fr / www.tourisme-en-champagne.com

Km 17.5

Bouzy (950 hab.)

Presque entièrement dédié au champagne, le village viticole de Bouzy a la particularité de produire un Bouzy rouge à base de pinot noir, considéré comme le plus septentrional des vins rouges français.

Km 26.5

Vraux

Cette petite commune abritait pendant la Deuxième Guerre mondiale un terrain d’aviation de la Royal Air Force et un intéressant musée retrace les grandes heures de cette base et de l’aviation de cette période.KM

Km 28.5

Juvigny (1 000 hab.)

Château de Juvigny
De l'ancien château de Juvigny, enjeu de combats au cours de la Guerre de Cent Ans, les douves constituent le vestige le plus visible. Passée au XVIe siècle aux Dorigny, la terre fut acquise en 1631 par Jean Clozier, commissaire ordinaire des Guerres, qui fit élever une chapelle dans l'église et mourut en 1660. Son fils et son neveu Charles Roland, conseiller au Parlement de Paris, firent construire le château actuel. Le domaine fut acquis sous l'Empire par Alexandre Godart, qui devint maire de Châlons et se retira à Juvigny. Il appartient aujourd'hui aux enfants d’Henri Hénimann, descendant direct de ce dernier, les familles Caubère et Fournis.
Comme la plupart de ceux des environs, le château de Juvigny, situé à l'extrémité du village, est une demeure paisible et dépourvue de toute ostentation. Simple en profondeur, le corps de logis se développe entre deux ailes dont la saillie, sur la cour d'honneur, correspond aux escaliers latéraux, l'un en bois, l'autre doté d'une rampe en fer forgé de 1770.  Deux corps de dépendances - vraisemblablement rehaussés d'un étage sous la Restauration - se développent de part et d'autre de la cour, jusqu'aux hauts pavillons qui encadrent l'entrée.

Km 37.5

Châlons-en-Champagne (45 000 hab.)

Châlons tire son nom du peuple gaulois des Catalaunes, installés sur l'oppidum de La Cheppe. Vers 20 av. J.-C., l’une des principales voies romaines, la via Agrippa, traverse Chalons. C'est la présence d'un évêque qui permet à Chalons de ne pas retomber au rang de simple bourgade durant la période mérovingienne puis de redémarrer dès le IXe siècle.

À partir de là, Chalons devient un marché prospère, installé sur une place qui porta jusqu'au XIXe siècle le nom de Place du Marché au Blé, aujourd'hui Place de la République. L'activité marchande de la ville était si importante que l'évêque avait obtenu en 864, du roi Charles le Chauve, la création d'un atelier monétaire. Dès le XIIe et tout au long du XIIIe siècle, la prospérité châlonnaise repose sur la fabrication de draps de laine de haute qualité, vendus dans toute l'Europe par l'intermédiaire des quatre grandes foires de Champagne.

Le tracé des remparts élevés au début du XIIIe siècle correspond aujourd'hui à l'emplacement des boulevards qui ceinturent la ville. La vie artistique est brillante. Dix-sept édifices religieux sont construits ou reconstruits à cette époque. Mais la guerre de Cent Ans et le changement de l'axe commercial qui bascule vers Paris stoppent le développement urbain. Au XVIIe siècle, l’évêque est supplanté par l'intendant de Champagne, représentant du roi. Le dernier des intendants, Rouillé d'Orfeuil (1764-1790), fait de  Chalons une capitale provinciale et embellit la ville.

À la Révolution, Chalons perd son nom historique de Châlons-en-Champagne pour celui de Châlons-sur-Marne. Au XIXe siècle, en plein marasme économique, Chalons, préfecture de la Marne, devient une des plus grandes villes de garnison de France

Chalons est la ville natale de Léon Bourgeois, Prix Nobel de la Paix en 1920, de l’humoriste Pierre Dac et du dessinateur Cabu.

Le Tour de France y a fait étape à deux reprises, en 1974 et 1993, et y a sacré deux Belges, Eddy Merckx et Johan Museeuw.

À VOIR

Collégiale Notre-Dame-en-Vaux
Inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco dans le cadre des Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France, Notre-Dame-en-Vaux fut commencée avant 1157, en remplacement d'un édifice antérieur qui s'était écroulé. Sa reconstruction était achevée en 1217. Commencée en style « de transition » (intermédiaire entre le roman et le gothique), elle fut terminée en gothique. On y trouve un beau chevet avec abside gothique flanquée de deux tours romanes (influence de la cathédrale de Toul), mais aussi d'admirables verrières du XVIe siècle. Il s'y trouve également un des plus grands carillons d'Europe, composé de 56 cloches et datant du XIXe siècle. Jusqu'à la Révolution, qui mutila son portail sud de style renaissance, elle possédait quatre flèches. Trois furent rasées à la Révolution pour récupérer leur plomb à des fins militaires ; une fut reconstruite à partir de 1852 par l'abbé Champenois, les deux autres attendent toujours de l'être.

Km 64.5

Saint-Amand-sur-Fion (1 000 hab.)

Sur la rivière le Fion, ce pittoresque village avec ses maisons à pans de bois est aussi remarquable pour son imposante église Saint-Amand, classée depuis 1875. De style gothique rayonnant, elle est notable pour son porche, une sorte de cloître installé à l’entrée de l’édifice, et ses dimensions importantes. 

Département de la Meuse

Population : 189 055 (2016)

Préfecture : Bar-le-Duc

Sous-préfectures : Verdun, Commercy

Superficie : 6 211 km2

Spécialités : Madeleines de Commercy (gourmandise), Dragées de Verdun (confiserie), Confitures de groseilles épépinées à la plume d’oie de Bar-le-Duc (tradition locale), Mirabelle (fruit et spiritueux), Bières artisanales (Charmoy, Nettancourt, Rarécourt, Chaillon, Dun, Morley), Vin de pays des Côtes de Meuse (IGP), Moelleux de fraise de Revigny-sur-Ornain, Brie de Meaux (fromage), Truffe de Meuse, Boucherie Polmard (viande), Bergère de France (textile), Essilor (optique)

Sports : Aérien : Aéronautique, Aéromodélisme, Vol à Voile, ULM, Vol Libre (Parapente). / Terrestre : Cyclisme (VTT, Cyclocross), Cyclotourisme (Itinérance Meuse à Vélo), Equitation, Montagne Escalade, Motocyclisme, Randonnée Pédestre, Triathlon. / Aquatique : Aviron, Canoë-Kayak, Pêche sportive, Voile, Plongée subaquatique. / Souterrain : Spéléologie.

Compétition : Semi-Marathon Meuse Grande Guerre, 10 km de Verdun, Trail des tranchées, Fééria barisienne, Trail des ducs Tour de Madine, Echappées en Meuse, la Route des Hommes, etc.

Festivals : « Festival RenaissanceS » à Bar-le-Duc, « Grand Festival » de Verdun, « Festival des Granges » à Laimont, « Festival des crèches » à Muzeray, « Vent des Forêts » à Fresnes-au-Mont, le son et lumière « Des Flammes à la lumière » à Verdun, Les Vieux métiers d’Azannes, « Ma rue prend l’Aire » à Pierrefitte-sur-Aire, Mondial Air Ballons à Chambley (limite avec le 54), « Les bielles meusiennes » à Madine.

Économie : artisanat important et ouverture à l’international, 4 filières : agro-alimentaire, industrie (aéronautique, énergie et agriculture), chimie et bois. Innovation dans plusieurs secteurs d’activités : optique,  agricole, défense.

Sites web et réseaux sociaux : www.meuse.fr / twitter.com/deptmeuse / www.facebook.com/Département-de-la-Meuse-89337608659 / www.tourisme-meuse.com / twitter.com/cdt55 / www.facebook.com/tourisme.meuse/

Km 95.5

Revigny-sur-Ornain (2 860 hab.)

La ville de l’ancien académicien Pierre Gaxotte et de l’ancien ministre Gérard Longuet abrite une importante nécropole nationale qui rend notamment hommage aux morts de la bataille de Verdun. Quelque 1 300 tombes y sont recensées. La ville abrite également une statue d’André Maginot, l’ancien ministre de la Guerre connu pour la ligne de défense censée protéger la France contre une invasion allemande. On sait moins qu’André Maginot fut aussi président de la Fédération internationale d’escrime de 1921 à 1924.

Km 112

Bar-le-Duc (15 220 hab.)

Ville d’art et d’histoire, Bar-le-Duc dissimule de précieux témoignages de l’architecture du XVIe, dont les hôtels particuliers de la place Saint-Pierre et de la rue des Ducs-de-Bar révèlent les plus beaux secrets. L’histoire de la ville remonte au Xe siècle, à l’époque où les comtes de Bar édifièrent un château et une cité fortifiée pour assurer la défense de leur territoire face au royaume de France. La Porte romane et la Tour de l’Horloge sont les derniers vestiges de cette période tourmentée. Le château médiéval a laissé place au Neuf Castel datant du XVIe siècle et abritant aujourd’hui les collections du Musée barrois. De là, une promenade autour des remparts propose une visite insolite entre Ville haute et Ville basse. La vallée est traversée par l’Ornain et ses sept ponts, dont le plus emblématique est celui de Notre-Dame, remarquable pour sa chapelle miraculée.

Le canal de la Marne au Rhin ou encore le canal des usines, prenant toutes ses aises dans le parc de l’Hôtel de Ville, sont autant de cours d’eau qui emmènent vers d’autres horizons. Surtout, les amoureux du vélo pourront se rendre à Bar-le-Duc dans une forme de pèlerinage, dont le terme s situerait au pied du monument des Michaux, situé à l’angle de la rue Maginot et de la rue du Bourg. En 1861, Pierre et Ernest Michaux avaient tout simplement eu l’idée géniale d’ajouter une manivelle sur la roue avant d’une draisienne, donnant ainsi naissance au vélocipède à pédales.

La spécialité de la ville depuis 1344 est la confiture de groseilles épépinées à la plume d’oie! La Maison Dutriez perpétue cette tradition locale séculaire dans le quartier de Marbeaumont.

La préfecture de la Meuse a accueilli le Tour de France en 2001, pour un contre-la-montre par équipes parti de Verdun et remporté par la formation française Crédit Agricole. Bar-le-Duc est également la ville de l’ancienne pistarde Magali Humbert, plusieurs fois médaillée aux championnats du monde sur piste dans les années 90.

Km 150

Commercy (5 700 hab.)

Sous-préfecture de la Meuse, Commercy connut son âge d’or au XVIIIe siècle avec l’installation en ville du roi en exil Stanislas de Pologne, beau-père de Louis XV, qui fit du château l’un de ses palais royaux en Lorraine, et où il reçut notamment Voltaire. La ville est notamment connue pour ses madeleines, confectionnées d’après une recette héritée d’un pâtissier du duc Stanislas.

Commercy a accueilli en 2001 le départ d’une étape du Tour de France, remportée à Strasbourg par Jaan Kirsipuu.

Château Stanislas
Édifié en 1662 sur une ancienne forteresse du XIIe siècle par le cardinal de Retz, rebâti et embelli à partir de 1708, le château devient un véritable palais avec l'arrivée à Commercy du roi Stanislas, qui en fait le lieu de ses plaisirs royaux... Accompagné des architectes Boffrand et Dorbay, il décide que le nouveau château s'appuiera sur les tours et les courtines de l'enceinte extérieure de la forteresse. Incendié en 1944 après avoir été converti en caserne, le château est restauré à partir de 1957 et inauguré le 5 novembre 1972.

Km 154.5

Euville (1 670 hab.)

La localité est notamment célèbre pour sa grande carrière, dont la pierre de taille a notamment été utilisée pour la construction au XIXe siècle de nombreux bâtiments et monuments parisiens comme certains bâtiments du Louvre, le Grand et le Petit Palais, l’Opéra Garnier ou la Gare de l’Est.

Meurthe-et-Moselle (54)

Population : 733 821 hab.

Préfecture : Nancy

Sous-préfectures : Lunéville, Toul et Briey

Superficie : 5 246 km²

Spécialités : bergamotes (confiserie à l’essence de bergamote même parfum que l’eau de Cologne), macarons des sœurs Macarons, mirabelles, baba au rhum, saint Epvre (gâteau) pâté lorrain, quiche lorraine, bouchée à la reine. Verrerie Daum.

Grands clubs sportifs : AS Nancy Lorraine (football), Stade Lorrain Université Club Nancy Basket (basket-ball Pro B), Grand Nancy Métropole Hand Ball, Vandœuvre Nancy Volley Ball, Grand Nancy Volley Ball

Grandes compétitions : meeting d’athlétisme Stanislas, Nancy-Metz à la marche, course de la Saint-Nicolas. Semi-marathon du Grand Nancy.

Festivals : Nancy Jazz Pulsations, Nancyphonies, le Live sur la Place. Fêtes de Saint Nicolas. Festival de Froville. Festival EuroBD de Longwy.

Sites touristiques : place Stanislas à Nancy, villa Majorelle, patrimoine École de Nancy, château de Lunéville, basilique Saint-Nicolas-de-Port, remparts de Longwy, haras nationaux de Rosières-aux-Salines, abbaye de Pont-à-Mousson.

Économie : sidérurgie, industrie minière, finance et droit, bâtiment, logistique et commerce, tourisme d’affaires, industries culturelles, économie numérique, matériaux, ingénierie de la santé. Tourisme. Universités.

Sites web et réseaux sociaux : www.meurthe-et-moselle.fr / www.tourisme-meurtheetmoselle.fr

Km 179.5

Toul (16 000 hab.)

Ancienne ville romaine importante (Tullum), puis évêché du Saint-Empire romain germanique, Toul passe sous le contrôle de la France en 1552 avant d'être définitivement annexée en 1648, en vertu du traité de Westphalie. Elle garde de sa splendeur médiévale la belle cathédrale Saint-Étienne, la collégiale Saint-Gengoult et la Maison-Dieu, qui abrite le musée d’Art et d’Histoire de la ville. À voir également son hôtel de ville, ancien palais épiscopal du XVIIIe siècle. Longtemps ville de garnison et de généraux réputés (Marcel Bigeard, Gouvion-Saint-Cyr), mais aussi de ministres, Toul abrite la plus grande centrale photovoltaïque de France et produit des vins AOC (Côtes de Toul, Gris de Toul).

C’est aussi la ville de Pascal Lance, qui participa à cinq Tours de France entre 1990 et 1997 et officie aujourd’hui comme chauffeur de la voiture du directeur de course Thierry Gouvenou. C’est enfin à Toul qu’Octave Lapize, le vainqueur du Tour 1910, trouva la mort en juillet 1917.

Km 203.5

Villers-lès-Nancy (14 500 hab.)

Poumon vert de Nancy, la ville est remarquable par la présence sur son territoire de pas moins de sept châteaux, construits pour la plupart au XIXe siècle et parfaitement conservés : le château de l’Asnée, qui abrite le séminaire, la Tour Greff, fausse tour médiévale du XIXe, le château Madame de Graffigny, le château Simon de Chatellus, le château Saint-Fiacre, le château de Brabois (XVIIIe) et le plus intéressant du lot, le château de Rémicourt, datant du XVIIIe.

Km 206.5

Laxou (14 300 hab.)

Laxou se situe dans l'agglomération de Nancy, en majeure partie recouverte par la forêt de Haye. Elle est la troisième ville de l'agglomération en population derrière Nancy et Vandœuvre. Installée dans une ancienne vallée viticole, la ville de Laxou était déjà occupée à l'époque mérovingienne. Occupée par les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem dès le début du XIIe siècle, elle se développe à cette époque sous le giron des ducs de Lorraine. Autrefois réputée pour ses vignobles, la commune développe également jusqu'au XXe siècle ses carrières et ses mines de fer. Touristique, Laxou bénéficie encore aujourd'hui de l'attrait de sa glorieuse voisine, Nancy, ainsi que de son intéressant patrimoine architectural et historique, notamment la Poterie de l’ancien asile d’aliénés de Maréville ou son quartier Art Nouveau.

Commune sportive, Laxou est la ville natale de l’ancienne skieuse Marie Marchand-Arvier, vice-championne du monde de Super-G en 2009 et de l’ancien champion du monde moto en 125 cm3 Arnaud Vincent.

Suivez-nous

Recevez des informations exclusives sur le Tour de France

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblés en fonction de vos centres d'intérêts.

En savoir plus