Sur la route

RÉGION OCCITANIE

Départements : Ariège, Aude, Aveyron, Gard, Haute-Garonne, Gers, Hérault, Lot, Lozère, Hautes-Pyrénées, Pyrénées-Orientales, Tarn, Tarn-et-Garonne.
Population : 5,9 millions hab.
Préfecture : Toulouse
Superficie : 72 724 km2
Spécialités : foie gras, cassoulet, aligot, tielle sétoise, brandade de morue, haricots tarbais, garbure, oignon doux, cerises de Céret, vins (Pic Saint-Loup, Corbières, Cahors, Costières de Nîmes, blanquette de Limoux, Minervois, Tavel, Madiran). Eau source Perrier.
Clubs sportifs : Stade Toulousain, Castres Olympique, Montpellier HR, USAP Perpignan (rugby), Montpellier HSC, Nîmes Olympique, Toulouse FC (football), Dragons Catalans (rugby à XIII), Montpellier Handball, Fenix Toulouse, USAM Nîmes-Gard (handball) 
Compétitions : Tour de France, Open Sud de France (tennis), Route d’Occitanie (cyclisme).
Économie : aéronautique et espace (Airbus, Ariane, Toulouse), défense, informatique, nucléaire, agro-alimentaire, agriculture (vins, céréales) tourisme, industrie pharmaceutique. Universités (Montpellier, Toulouse).  
Festivals : férias de Nîmes et Béziers,  Rio Loco (Toulouse), Festival Radio France Montpellier (classique), Comédie du Livre (Montpellier), Electro Beach (Port Barcarès) , Jazz in Marciac, Cinémed (Montpellier), Circa Auch, festival du roman noir à Frontignan.
Sites  touristiques : Cité de Carcassonne, basilique de Lourdes, Toulouse (Capitole, Saint-Sernin, ville rose), Montpellier (place de la Comédie, Écusson), plages, Pont du Gard, Arènes de Nîmes, châteaux forts cathares, Canal du Midi, cathédrales d’Albi, Castres et Rodez. Viaduc de Millau, grottes de Niaux et du Maz d’Azil. Pont Valentré à Cahors. Villages de caractère. Plages de l’Aude, du Gard et de l’Hérault. Stations de ski des Pyrénées et de l’Ariège.
Site web : www.laregionoccitanie.fr

LOT (46)

Région : Occitanie
Population : 174 000 habitants
Superficie : 5 217 km²
Nombre de communes : 313 communes
Préfecture : Cahors (21 000 habitants)
Sous-préfectures : Figeac et Gourdon
Spécialités : de nombreux produits locaux sont inscrits sous un signe officiel de qualité (AOP, AOC, IGP et label rouge) : vin de Cahors, vins des Coteaux du Quercy, vin du Lot, Safran du Quercy, Canard à foie gras du Sud-Ouest, Melons du Quercy, Agneau fermier du Quercy, truffe noire, fromage de rocamadour, noix. Le pastis quercynois (un gâteau, pas une boisson !) La mique levée (pâte levée épaisse cuite à petit feu dans un bouillon accompagnée de légumes et d'un petit salé).
Économie : quatre grands secteurs : la construction électrique (groupe Cahors), l'aéronautique (Ratier Figeac, Figeac Aéro), la mécanique (arc industriel Figeac/Saint-Céré), l'agro-alimentaire (siège historique d’Andros à Biars-sur-Cère). Le Lot, c’est aussi une multitude de petites entreprises à la pointe de l’innovation, comme Whylot (à Cambes) qui conçoit les moteurs de demain, Soben (à Cahors) qui invente son robot de livraison made in Lot, Pivaudran (à Souillac), fabricant d'emballages métalliques de luxe pour la parfumerie et la cosmétique, Thiot ingénierie (laboratoire de physique des chocs) à Puybrun, ITHPP (spécialiste des hautes puissances pulsées) à Thégra, M2I biocontrôle à Parnac (leader européen de la production de solutions biologiques de protection des plantes et cultures par phéromones)…
Patrimoine : le Lot compte 420 sites et monuments protégés et un petit patrimoine rural préservé. Des sites emblématiques : le pont Valentré à Cahors (inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO dans le cadre des Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle). La cité médiévale de Rocamadour est un tout petit village à la réputation mondiale. Trois grands sites d'Occitanie: Rocamadour-Vallée de la Dordogne, Figeac-Vallées du Lot et du Célé, Cahors-Vallée du Lot
Des sites souterrains de renommée : le Gouffre de Padirac, le plus grand gouffre de France que l’on visite grâce à la rivière souterraine, la grotte ornée du Pech-Merle, haut lieu de l’art pariétal en France. Les villages de Saint-Cirq Lapopie (désigné village préféré des Français), Autoire, Loubressac, Cardaillac, Carennac et Capdenac-le-Haut sont classés parmi les plus beaux villages de France.
Sport : Trial Urbain International de Cahors (20 000 spectateurs) : épreuve organisée en plein centre-ville. Le Tournoi de Pâques à Cahors rassemble de nombreuses équipes de football jeunes venues de toute la France Lacapelle-Marival a accueilli le championnat du monde de motocross (MXGP) en octobre 2021, sur son circuit international. Le Lot est un paradis pour cyclistes (route et VTT). Côté compétition, le critérium de Vayrac est le rendez-vous incontournable d’après Tour de France. Enfin le Lot est idéal pour les sports de plein air (canoé, escalade, spéléologie, via ferrata, plongée spéléo…). Pour preuve, la « Dordogne Intégrale », course extrême longue distance en canoë-kayak et stand-up paddle emprunte le cours sauvage de la Dordogne lotoise chaque année. Ultra Trail Causse et Vallées Lot Dordogne.
Culture et festivals : festival de Saint-Céré (art lyrique), Rencontres cinéma à Gindou, Cahors blues festival, Souillac en jazz, Ecaussystème à Gignac (musiques actuelles), Africajarc (musiques du monde), festival de Théâtre à Figeac, Lot of Saveurs à Cahors (autour de la gastronomie), Festival de Rocamadour (musique sacrée). Figeac abrite le musée des Ecritures et une reproduction géante de la pierre de Rosette, décryptée par Jean-François Champollion (originaire de la ville), et Souillac, le Musée de l’Automate.
Sites Web et réseaux sociaux :

Département du Lot
https://lot.fr
https://www.choisirlelot.fr/
https://www.facebook.com/lot.departement/
https://www.facebook.com/ohmylot
https://www.linkedin.com/company/departement-du-lot/
Lot Tourisme
https://www.tourisme-lot.com/
https://www.facebook.com/destinationvalleeslotdordogne
https://www.instagram.com/destinationvalleeslotdordogne/
https://twitter.com/tourismelot


La spectaculaire cité de Rocamadour, le légendaire Pont Valentré à Cahors, le joyau Saint-Cirq-Lapopie (village préféré des Français) et l’impressionnant gouffre de Padirac : derrière ces cartes postales célèbres se trouve le Lot, un écrin à taille humaine et à l’environnement préservé (réservoir important de biodiversité avec des espaces naturels qui couvrent 70 % du territoire et un ciel vierge de toute pollution lumineuse). Entre Quercy blanc, Bouriane verte et Ségala vallonné, ce département à l’accent occitan, irrigué par les rivières Lot et Dordogne, est multiple. Et synonyme de vin de cahors, de pierres sèches des causses, de truffes et de confits…
Ici on vit bien, ici on est bien. Et ce depuis toujours, comme en témoignent les grottes ornées (Pech Merle), les vestiges gallo-romains (la bataille d’Uxellodunum a eu lieu ici), les nombreux châteaux du Moyen- ge et les villages typiques.
On vient de loin pour visiter le Lot. Alors pourquoi ne pas habiter à temps plein ces sites de vacances ? Pourquoi ne pas profiter toute l’année des chemins de randonnée, des panoramas, de la convivialité des marchés, des bastides et, la saison venue, des spots de VTT, de navigation sur le Lot, de kayak sur la Dordogne ou le Célé, ou des sites de pêche à la mouche ou à la carpe de nuit ? Des emplois sont à pourvoir, des commerces et sociétés artisanales à reprendre… Les industries du Lot recrutent dans l’aéronautique, innovent dans des secteurs de pointe (construction électrique et électronique), se développent dans l’agroalimentaire (confituriers, filière palmipède)…
Le réseau « Oh my Lot ! » propose un accompagnement personnalisé pour s’installer dans le département.
Infos sur https://www.choisirlelot.fr/

Km 4.2

ANGLARS (220 hab.)

Église Saint-Martin
Construction : début du XIIIe siècle puis XVIIIe siècle.
Styles : roman et gothique
Caractéristiques : l'église est à nef unique, accostée de deux chapelles à deux travées qui forment deux bas-côtés au nord et au sud. La tour-clocher, très imposante, est sans doute une ancienne tour-beffroi devenue tour d'église, ce qui n’est pas rare dans le Quercy.
Histoire : un prieuré bénédictin est attesté à Anglars en 972. À la fin de la guerre de Cent Ans, des bandes anglaises s'emparèrent d'Anglars, d'où elles rançonnent le pays. L'église est brûlée à cette époque. Il ne reste de l'église romane que la tour-clocher qui a pu être construite à la fin du XIIe siècle ou au début du XIIIe siècle. La reconstruction de l'église a sans doute eu lieu en 1720, donnant un bel exemple de construction gothique du début du XVIIIe siècle.
Classement : Monument Historique depuis 1930.

Km 10.1

AYNAC (560 hab.)

Parmi les célébrités d’Aynac, Charles Ribeyrolles (1812-1860), écrivain républicain et opposant au régime de Napoléon III. Il passa l’essentiel de sa vie en exil, notamment à Jersey où il côtoya Victor Hugo.

Château d’Aynac
Construction : XVIe au XIXe siècles.
Style : renaissance
Caractéristiques : dressé à l’extrémité d’un parc de huit hectares, le château se compose d’un donjon de six étages enserré de deux corps de logis de trois étages, autour d’une cour ouverte au Sud. Affecté d’une totale dissymétrie, il semble bel et bien avoir été édifié sur un bâti primitif. Il est cantonné de quatre tours rondes, crénelées et surmontées de dômes dits « à l’impériale ».
Histoire : le château est aménagé par les seigneurs d’Aynac dans le style Renaissance. Ses tours se coiffent de dômes et ses intérieurs s’ornent de décorations luxuriantes. Il est ensuite délaissé pendant tout le XVIIIe siècle. À la Révolution, il est pillé et ses archives sont détruites. En 1875, Étienne-Guy de Turenne d’Aynac épouse Elizabeth de Wagram, qui se prend de passion pour le château et le restaure. Louise de Turenne d’Aynac est la dernière descendante de la famille à habiter le château, qui est racheté par la commune en 1973 pour y installer la mairie et des colonies de vacances. En 2008 la commune décide de vendre le château au pilote automobile Laurent Battut.
Destination actuelle : le château accueille chaque année le Rallye Castine et l'Aynac Motor Festival, un rassemblement festif de voitures de collection.
Classement : Monument Historique depuis 1988.

Église Saint-Geniès
Construction : XIIe au XIXe siècles.
Style : roman
Histoire : l’existence d’une église n’est pas mentionnée avant le Xe siècle. C’est ensuite un prieuré dépendant de la cathédrale de Cahors. L'église est en partie reconstruite et agrandie en 1882 dans le style néo-roman.
Caractéristiques : l’édifice a été construit suivant un plan en croix latine. Elle est constituée d’un chevet suivant un plan bénédictin, se composant d’une abside cantonnée de deux absidioles ouvertes sur les croisillons d’un large transept.
Classement : Monument Historique en 1913.

Km 13.7

SAIGNES (75 hab.)

Château de Saignes
Construction : XIIIe (donjon) et XVIe siècle.
Style : médiéval et Renaissance.
Histoire : le château actuel a été construit autour d’un donjon médiéval par Pierre IV de Lagarde, né à la fin du XVe siècle, mort en 1566, qui fut l’un des plus importants diplomates de François Ier. Le dernier descendant de la famille, Henri de La Garde, comte de Saignes, est mort à Saignes en 1923. Cependant le château de Saignes est abandonné au début du XIXe siècle, il sert alors de carrière de pierres.
Caractéristiques : le château de Saignes s’élève sur une éminence d’environ 400 mètres d’altitude. De grands murs de soutènement (anciens remparts) forment une terrasse artificielle sur laquelle on a construit le château et ses dépendances, dont la chapelle seigneuriale, séparée du château. Le logis, remanié à la Renaissance, est encadré à la fois d’un imposant donjon, de plan circulaire, et d’une tour carrée, pourvue d’une tourelle circulaire en encorbellement. Devant, une courtine est bastionnée de deux tours défensives dans lesquelles s’ouvrent des canonnières. Au fond de la cour seigneuriale, au sud-est, un long bâtiment est bordé de deux imposantes tours, datant a priori du XIVe siècle.
Destination actuelle : restauré avec soin entre 2013 et 2019, le château est ouvert à la visite.
Classement : Monument Historique depuis 2002.

Km 17.1

BIO (340 hab.)

Parc naturel régional des Causses du Quercy
Créé en 1999, comme son nom l'indique, il s'appuie principalement sur le territoire des causses du Quercy puisqu'il englobe du nord au sud les causses de Gramat, de Saint-Chels, et de Limogne, mais comprend aussi une partie du Quercy blanc au sud (Lalbenque, Belfort-du-Quercy, Belmont-Sainte-Foi) et mord à l'est sur les hauteurs du Limargue. Le territoire est entaillé par plusieurs vallées dont celles de la Dordogne à son extrémité septentrionale, du Célé et du Lot.

Km 19.2

LAVERGNE (460 hab.)

Église Saint-Blaise
Construction : XIIe au XIXe siècles.
Style : gothique
Histoire : l’église de Lavergne a dépendu du prieuré conventuel Saint-Robert de Védrenne à Égletons, qui lui-même relevait de l'abbaye de la Chaise-Dieu avant de dépendre, au XVIIe siècle de l'abbaye de La Couronne et des chanoines réguliers de Saint-Augustin de Cahors. On connaît des prieurs de Lavergne à partir de 1314. La mention de « sol du cloître » sur des documents laisse à penser qu'il s'agissait d'un prieuré.
Caractéristiques : remarquable essentiellement pour son clocher-mur.
Classement : Monument Historique depuis 1925.

Hippodrome du Tumulus
Fondation : 1895
Caractéristiques : le Pari Mutuel y organise deux réunions hippiques depuis 1895, courses de trot et de galop, notamment réservées aux pur-sang arabes dont l'élevage est très présent dans le Lot. Les tribunes furent construites entre 1921 et 1922. En 2010 a commencé une rénovation afin de les remettre aux normes de sécurité. Les réunions ont lieu au mois d’août.
Petite histoire : ainsi nommé en raison de la proximité de l’énorme tumulus de l’âge de fer surnommé dans la région « l’étron de Gargantua ».

Km 20.4

GRAMAT (3 470 hab.)
Occupé par l'homme dès la Préhistoire (présence de dolmens, mise au jour d'outils ou silex taillés), Gramat se situe durant l'Antiquité au carrefour de deux voies romaines reliant Cahors à Limoges et Rodez à Périgueux.
Cette localisation lui permet d'être fréquentée par de nombreux pèlerins et de se développer comme centre commercial au Moyen ge. Devenue une baronnie, la seigneurie de Gramat fut détenue par quatre familles jusqu'à la Révolution.
Occupée par les troupes anglaises durant la guerre de Cent ans et de nouveau pillée lors des guerres de Religion, la cité retrouve ensuite une certaine sérénité s'affirmant comme un pôle commercial, artisanal et agricole entre Quercy et Périgord. En son centre se trouve une pittoresque halle du XIXe siècle.

Parc animalier de Gramat
Ouvert au public depuis mai 1980, il est géré par l’association pour l'étude et la protection de la faune et de la flore du causse créée à cet effet en 1976. D'une superficie de 40 hectares, il s'ouvre dans le cadre naturel du causse de Gramat et permet de découvrir par une promenade de 3,5 km la flore typique de la région (chêne pubescent, érable de Montpellier, genévrier commun, cornouiller mâle, etc.).
Il permet surtout d'observer de très nombreuses espèces animales, essentiellement européennes, mais aussi exotiques (autruche, émeu, guanaco, yack). Il participe à la protection de certaines espèces particulièrement menacées, comme le cheval de Przewalski, le vautour percnoptère ou la loutre européenne. Des animaux nés à Gramat ont pu être réintroduits avec succès dans leur milieu naturel. Le parc de Gramat abrite également le conservatoire européen des races primitives d'animaux domestiques. Un programme d'élevage d'animaux de basse-cour a été élaboré afin de préserver la diversité des races domestiques.

Église Saint-Pierre
Construction : 1923
Style : néo-gothique
Caractéristiques : cette église monumentale située en plein cœur du bourg de Gramat a été construite en 1923 par l'architecte départemental Emile Toulouse, succédant à un premier édifice situé à l'extérieur du bourg et qui fut abandonné puis détruit. De style néo-gothique, elle s'est inspirée des cathédrales d'Ile de France, l'édifice présentant une large nef, flanquée de deux collatéraux et barrée par un transept. A l'intérieur, de superbes verrières de Charles Champigneule retracent les épisodes de la vie de Jésus.
Signe particulier : l’orgue Junck (1853) est classé Monument Historique.

Km 32.5

COUZOU (100 hab.)

Château de la Pannonie
Construction : XVe au XIXe siècle
Histoire : en 1685, la famille Vidal de Lapize édifie le "nouveau" château de la Pannonie. Dans les années 1730-1760, La Pannonie fut embellie dans le plus pur style classique et doté d'une belle décoration intérieure, seul exemple en Quercy de ce type d'architecture « à la parisienne ». Le château est détenu par la même famille depuis le XVIIe siècle marquant ainsi sa volonté de conserver ce patrimoine.
Signes particuliers : en 1780, Antoine Vidal de Lapize a acquis un ensemble de peintures sur bois et sur toile du château de Saint-Sulpice pour l'installer au château de la Pannonie. Le parc est classé Natura 2000.
Destination actuelle : ouvert à la visite de juin à octobre.
Classement : Monument Historique en 1992

Église Saint-Cyr-et-Sainte-Julitte
Construction : 1650 à 1864
Histoire : l'église Saint-Cyr d'Alzou était l'église paroissiale des habitants de La Pannonie. Ceux-ci se plaignant de son éloignement, Jean Magdelon de La Grange dépensa 1 500 livres pour faire bâtir une nouvelle église près du château dans le deuxième quart du XVIIe siècle. En 1685, la Pannonie devient la propriété de Pierre-Antoine Vidal de Lapize. Profitant d'un vaste chantier de reconstruction du château, l'église fut dotée d'un nouveau clocher et d'un retable de bois doré. L’église est encore agrandie au XIXe siècle.
Classement : Monument Historique depuis 2012.

Suivez-nous

Recevez des informations exclusives sur le Tour de France