Tour de France 2022

Rendez-vous le jeudi 14 octobre pour la révélation du parcours du Tour de France 2022

Sur la route

SAVOIE (73)
Population : 432 716 hab.
Préfecture : Chambéry
Sous-préfectures : Albertville, Saint-Jean-de-Maurienne
Superficie : 6 028 km2
Spécialités : Raclette, tartiflette, fondue, crozets (pâtes en forme carré, à base de farine de sarrasin…), diots et pormoniers (saucisses de porc cuisinées au vin blanc), Saint-Genix (brioche aux pralines rouges), gâteau de Savoie, truffes en chocolat, bugnes (beignets), génépi (liqueur de plante des montagnes), fromages de Savoie (Tome des Bauges, Beaufort.)
Sport : Chambéry Savoie Handball (D1). Evénements : Championnats du monde de Handball masculin 2017, Championnat du monde d’aviron à Aiguebelette en août 2015, Critérium de la Première neige à Val d'Isère et coupe du monde de ski FIS à Courchevel (annuel), manche de coupe du monde de VTT Trial (août 2016 à Albertville), criterium du Dauphiné Libéré (annuel, en juin)
Principaux sites touristiques : Abbaye de Hautecombe (berges du lac du Bourget), château des ducs de Savoie (Chambéry), forts de la barrière de l’Esseillon (Haute Maurienne), parc national de de la Vanoise, parcs naturels régionaux des massifs des Bauges et de la chartreuse, lac du Bourget, lac d’Aiguebelette, etc.
Festivals : Musilac à Aix-les-Bains, Les Estivales en Savoie à Chambéry, Le Grand Bivouac à Albertville, Le festival du Cinéma européen des Arcs
Économie : tourisme, agroalimentaire, éco industries, industries de la montagne, matériaux composites, technologies de l’information et de la communication, travail des métaux
Sites web et réseaux sociaux : www.savoie.fr / https://www.facebook.com/Savoie-Le-D%C3%A9partement-153155071431222/timeline / https://twitter.com/SavoieDepart

Km 17

Saint-Pierre-d’Albigny (4 000 hab.)

Château de Miolans
Fondation : XIe siècle
Style : château-fort médiéval
Caractéristiques : à vocation défensive, le château était protégé par quatre fossés successifs et 3 ponts-levis, associés à 5 portes décalées pour casser l'enfilade.
La petite histoire : transformé en prison d’État de 1564 à 1792, la forteresse compta le marquis de Sade parmi ses plus célèbres prisonniers.
Destination actuelle : propriété privée des descendants de l’ancien préfet de la Savoie Eugène Guiter, qui le racheta en 1869 pour le restaurer, le châtreau accueille des événements culturels et s’ouvre partiellement aux visiteurs.
Classement : Monument Historique en 1994

Parc naturel régional du massif des Bauges
Ce parc créé en décembre 1995 s'étend sur 85 600 hectares et comprend 65 communes pour 56 500 habitants. Il protège d'impressionnantes falaises de calcaire ainsi que de beaux paysages de forêts et d'alpages.
Ces montagnes abritent une flore et une faune remarquables : 1 300 espèces végétales, 150 espèces d’oiseaux nicheurs, 9 espèces d’amphibiens...
Le 17 septembre 2011, le Parc a été labellisé Geopark du massif des Bauges. Ce label, soutenu par l'UNESCO promeut un développement touristique et économique durable par la valorisation des richesses géologiques du massif. Les villes portes sont : Aix-les-Bains, Albertville, Chambéry, Ugine, Rumilly, Annecy.

Km 27

Montmélian (4 100 hab.)
Situé dans la combe de Savoie. Ancienne capitale militaire du Duché de Savoie et capitale historique des vignobles de Savoie.
Ville pionnière en matière d'énergie solaire : elle est championne de France de l'énergie solaire depuis 2004 et Détentrice du label européen Citer'gie EEA. En 2015, Montmélian fut le départ du Dauphiné remporté à Saint-Gervais par Chris Froome.

Pont de Morens
Inscrit Monument Historique en 1985. Situé entre les communes de La Chavanne et de Montmélian, ce pont en pierre a été construit entre 1671 et 1685 grâce à l’architecte François Cuénot.

Km 36

Challes-les-Eaux (5 600 hab.)
Entre le massif de la Chartreuse et le massif des Bauges. Station thermale et touristique réputée pour ses cures ORL et gynécologie avec les eaux les plus soufrées d'Europe. Les thermes furent ouverts en 1874, à la suite de la découverte d’une eau sulfureuse en 1841.

Km 42

Chambéry (63 600 hab.)
Préfecture de la Savoie. Ville d’Art et d’Histoire. Sa vieille ville est composée d'un grand nombre d'anciens hôtels (XVe-XVIe) de la noblesse savoyarde, de petites ruelles d'époque médiévale, avec ses façades colorées et étroites (un impôt instauré au XIVe siècle se calculait sur la largeur des façades), ses décors en trompe l’œil. Mais Chambéry, c’est un ensemble de bâtiments anciens mélangés à des contemporains ... le beau théâtre Charles Dullin de 1864, qui porte le nom du comédien savoyard, le Phare, une grande salle multifonctionnelle de 2008, son Palais de justice où eut lieu la proclamation des résultats du plébiscite sur la réunion de la Savoie à la France (1860), la fontaine des éléphants, surnommée les « 4 sans cul », édifiée au XIXe siècle ...
Chambéry a accueilli à trois reprises le Tour de France, pour des départs en 1996 et 2010, et en 2017, pour une arrivée qui avait vu s’imposer Rigoberto Uran. La ville a également accueilli à seize reprises le Critérium du Dauphiné. C’est cependant en 1989 que fut signé le plus bel exploit cycliste en ville, avec la victoire dans le championnat du monde de Greg LeMond devant Dimitry Konyshev et Sean Kelly, quelques mois après son deuxième sacre dans le Tour. Déjà en arc-en-ciel en 1983, LeMond donna le nom de Chambéry à l’un des modèles de vélo qu’il commercialisa par la suite.

Fontaine des éléphants
Classée Monument Historique en 1982. Historiquement appelée Colonne de Boigne et surnommée « Les Quatre sans cul ». Érigée en 1838 en l'honneur du général De Boigne, la fontaine est aujourd'hui l'un des plus célèbres monuments de la ville. Haute de 17,65 m constituée de 4 éléphants en fonte de fer, la fontaine accueille la statue en bronze du général.

Château des Ducs de Savoie
Fondation : première édification au XIe siècle, puis modifié plusieurs fois durant le XIIIe siècle et achevé au XVe siècle.
Style : médiéval, avec des ajouts de style gothique
Caractéristiques : immense bâtisse conçu en quadrilatère irrégulier, dont se détache un donjon carré flanqué d’une tourelle-guette, d’une haute tour semi- circulaire et d’une haute chapelle.
La petite histoire : le château a subi plusieurs incendies au XVIIIe siècle et à partir de 1800 les premiers préfets engagèrent des travaux. Au moment du rattachement de la Savoie à la France en 1860, il est concédé gratuitement au département : une grande restauration demandée par l’empereur Napoléon III sera effectuée avec, entre autres, une nouvelle aile et un escalier monumental pour la Tour demi-ronde.
Destination actuelle : affecté aux services de la Préfecture de la Savoie, du conseil départemental de la Savoie et de l’Académie de Savoie.
Classement : Monument Historique en 1881

Parc naturel régional de Chartreuse
Créé en 1995. Un des 54 parcs naturels régionaux existant aujourd’hui en France. À cheval entre l’Isère et la Savoie, le parc couvre 76 500 hectares, et 60 communes, regroupant près de 50 000 habitants.
La Chartreuse centrale (Haute Chartreuse) se caractérise par une montagne au relief abrupt et tapissé de profondes forêts. Elle est le terrain de prédilection des chevreuils, sangliers, cerfs, mouflons et chamois. Les « Hauts de Chartreuse », classés en Réserve Naturelle d’État, sont le berceau d’une mosaïque de paysages où alternent alpages ouverts, forêts d’altitude et longues falaises. Ils abritent, sur plus de 4 450 hectares, une flore et une faune particulièrement riche en espèces. La Moyenne Chartreuse et les piémonts présentent des paysages plus ouverts. Ils regroupent une grande partie des ressources démographiques, agricoles, artisanales et industrielles.

Lac d’Aiguebelette
Situé à 360m d'altitude. C’est le 7e lac français avec une superficie de 545 hectares.
Sa couleur vert émeraude lui a donné son nom puisque Aiguebelette signifie belles petites eaux. Lac privé qui appartient à la famille de Rivérieux de Chambost de Lépin et à Électricité de France. Le lac est fréquemment utilisé pour de grandes compétitions d’aviron et a accueilli les championnats du monde de la discipline à deux reprises. Frédéric Dard possédait une maison au bord du lac.

ISERE (38)
Population : 1,26 million d’habitants
Préfecture : Grenoble
Sous-préfectures : Vienne, La Tour-du-Pin
Superficie : 7 431 km²
Spécialités : noix de Grenoble (AOC), St Marcellin (fromage IGP), Bleu du Vercors-Sassenage (fromage AOP), ravioles, liqueur de Chartreuse, chocolats Bonnat, antésite, vins (coteaux du Grésivaudan, Balmes dauphinoises, Collines rhodaniennes, Vitis Vienna), truite du Vercors, viandes d’alpage (bœuf, agneau), gratin dauphinois, brioche de Bourgoin, murçon (charcuterie)…
Patrimoine : Parc national des Ecrins, Parc naturel régional de Chartreuse, Parc naturel régional du Vercors, Réserve des Hauts Plateaux du Vercors. Domaine de Vizille, monastère de la grande Chartreuse, Saint-Antoine l’Abbaye, classé parmi les plus beaux villages de France, Pont-en-Royans, grottes de Choranche, téléphérique de Grenoble, caves de Chartreuse, funiculaire de St Hilaire du Touvet, cité médiévale de Crémieu, Vienne, parc d’attractions Walibi Rhône-Alpes, château de Virieu, château du Touvet.
Principaux clubs sportifs :FC Grenoble (Rugby), Brûleurs de loups (Hockey sur glace), GF38 (Foot), CSBJ (Rugby), Les ours de Villard (Hockey), Rugby Sassenage Isère (Rugby féminin). Evénements : Foulée Blanche à Autrans, Vélo Vert Festival à Villard de Lans, l’Ut4M (Ultra tour des 4 massifs), Trail des passerelles du Monteynard, Echappée Belle (Ultra traversée de Belledonne), EuroNordicWalk Vercors, La Marmotte à l’Alpe d’Huez (épreuve cyclosportive), Coupe Icare en Chartreuse, Mégavalanche à l’Alpe d’Huez.
Festivals : Festival de l’Alpe d’Huez (film de comédie, janvier), Festival Berlioz à la Côte Saint-André (août), Festival Jazz à Vienne (juillet), Festival du film de montagne d’Autrans (décembre), Festival du film court en plein air à Grenoble (juillet), Musée Electronique Festival au Musée dauphinois à Grenoble (juin), Vercors Music Festival à Autrans (juillet), Festival Cabaret Frappé à Grenoble, Festival Musiques en Vercors, Rencontres ciné-montagnes de Grenoble.
Économie : Industrie, électronique, numérique, micro et nanoélectronique, informatique, recherche, santé, hydroélectricité, chimie et environnement, énergies, thermalisme, tourisme (21,4 millions de nuitées marchandes et non marchandes - 2 milliards € de chiffre d’affaires générées par les entreprises du tourisme).
Sites Web : www.isere.fr / www.evasion.ishere.fr / www.alpes-isere.com / www.cyclo-alpes.com

Km 47.5

Saint-Laurent-du-Pont (4 530 hab.)
Saint-Laurent-du-Pont était la ville natale du cycliste Charles Berty, ancien détenteur du record du monde du 100 km. Ce rouleur, qui participa au Tour de France en 1935, 1936 et 1939, disparut en déportation à Mauthausen en 1944 à l’âge de 32 ans. Un stade de Grenoble porta son nom avant d’être démoli pour la construction du Stade des Alpes.

À SAVOIR :
La catastrophe du 5-7
Dans la soirée du 31 octobre au 1er novembre 1970, un terrible incendie ravage le 5-7, une boite de nuit à la mode située à l’entrée de Saint-Laurent-du-Pont. Alors que le groupe parisien Storm se produit sur scène, le feu se propage rapidement aux décors réalisés en papier mâché et en polyuréthane. Ces matériaux, en brûlant, dégagent des gaz très toxiques. Le plastique fondu pleut sur les victimes, les vêtements en fibres synthétiques s’enflamment également. Le public tente de s’enfuir mais les portes de secours ont été verrouillées pour empêcher l’accès aux fraudeurs, et les tourniquets métalliques de l’entrée de l’établissement ne fonctionnent que dans un sens : 146 décès dont 4 succombant de leurs blessures, la majorité des victimes avait moins de 20 ans. Lors de l’enquête, la gendarmerie constatera 68 infractions aux différentes réglementations.

À 10 km :

Musée de la Grande Chartreuse
La Grande Chartreuse a été fondée par Saint Bruno en 1084. Le monastère reste un lieu de prière et la visite du musée éclaire sur la vie des moines retirés dans la solitude et le silence, par des documents originaux et témoignages sur les 900 ans d'histoire des chartreux.

La chartreuse
En 1605, le Duc d’Estrées remet aux moines de la Chartreuse de Vauvert, à Paris, un manuscrit révélant la formule d’un élixir contenant la quasi-totalité des plantes médicinales de l’époque, dont nul ne sait l’origine. En 1737, le monastère de la Grande-Chartreuse décide d’en faire une étude exhaustive. Son apothicaire, Frère Jérôme Maubec, est chargé de cette tâche. En 1764, il parvient à fixer définitivement la formule de ce qui devient l’Elixir Végétal de la Grande-Chartreuse. Toujours exploité aujourd’hui, cet élixir titre 69°. La Chartreuse Verte, à 55°, est mise au point en 1840. Son succès est immédiat.
En 1903, les chartreux sont expulsés de France. Ils emportent leur secret et implantent une distillerie à Tarragone puis à Marseille jusqu’en 1929. Les moines retrouvent alors l’usage de l’appellation Chartreuse; ils reprennent la distillation en France, dans leur ancienne distillerie de Fourvoirie, proche du monastère de la Grande Chartreuse. Ces bâtiments sont détruits en 1935 par un éboulement de terrain. La fabrication est alors transférée à Voiron, où elle demeure jusqu’en novembre 2017 avant d’être assurée à Entre-Deux-Guiers.
Investis de cette mission par leur Ordre, deux moines travaillent dans le plus grand secret et sont seuls à connaître les détails de la production. Aujourd’hui comme hier, la formule reste un mystère que les méthodes modernes d’investigation n’ont pu percer.

Km 87

Voreppe (9 230 hab.)
L’étymologie du nom de Voreppe viendrait d'une racine préceltique, Vor c’est à dire « rocher, hauteur » et App « l’eau » en référence à sa situation géographique.
Voreppe fut en 1980 le départ d’une étape du Tour de France, enlevée à Saint-Étienne par Sean Kelly.

Château de Siéyès
Fondation : XVIIe siècle
Caractéristiques : la façade sur jardin s'ouvre sur les terrasses d'un parc à la française qui aurait été dessiné par Le Nôtre. Côté rue, la façade sur rue présente un décor remarquable en trompe-l'œil.
La petite histoire : c’est ici que Choderlos de Laclos (1741-1803) conçoit l'idée de son roman épistolaire Les Liaisons dangereuses (1782). Le château a également accueilli Honoré de Baléac (1799-1850), Daniel Stern (1805-1876) et Stendhal (1783-1842).
Destination actuelle : propriété privée
Classement : Monument Historique en 1980

Abbaye Notre-Dame de Chalais
Fondation : XIIe siècle
Style : chef d’œuvre de l’art roman dans le département de l’Isère.
Caractéristiques : l'abbaye a été fortement transformée par les chartreux dans son aspect extérieur (toiture en forme de capuchon, clocheton couronné par un globe terrestre surmonté d'une croix, etc.) et intérieur.
La petite histoire : le soleil du solstice d'été se trouve dans l'axe de la nef. Pénétrant par l'oculus percé dans le chevet, il décrit dans la journée une ellipse lumineuse sur le sol. Cette particularité se retrouve dans d'autres abbayes chalaisiennes.
Destination actuelle : vendue à la Révolution française, elle est aujourd'hui la propriété des Dominicaines d'Oullins qui proposent des retraites religieuses et ont ouvert une biscuiterie artisanale.
Classement : Monument Historique en 1974

Parc naturel régional du Vercors
À cheval sur les départements de la Drôme et de l’Isère. 206 208 hectares (1 700 hectares pour la Réserve des Hauts-Plateaux, 10% du territoire de ce Parc naturel régional), 85 communes (villes portes Crest, Grenoble, Romans-sur-Isère, Saint-Marcellin). Au nord, les Quatre montagnes, au nord-ouest, les Coulmes, à l’ouest, le Royans, au centre, le Vercors drômois, à l’est, le Trièves, au sud-est, le Diois et au sud-ouest la Gervanne.
La variété́ géomorphologique du massif avec ses gorges profondes taillées dans le calcaire, ses plateaux, ses sommets montagnards dominés par le Grand Veymont (2 341 m), ses immenses falaises, ses vastes forêts, mais aussi ses nombreuses influences climatiques : continentale, océanique, méditerranéenne et alpine, en font un territoire particulièrement riche et diversifié en faune et en flore. Plus de 1 800 espèces végétales y sont recensées, de plaine, de montagne ou de haute-montagne. Sans oublier la faune spécifique des falaises, des grottes et des zones humides. Certaines espèces comme le bouquetin des Alpes, le vautour fauve, le gypaète barbu ou la marmotte ont fait l’objet de réintroductions au cours des dernières années.

Km 96

Moirans (7 700 hab.)
L’histoire de Moirans débute dès l’antiquité sous le nom de Morginum (il est possible que la rivière la Morge soit à l'origine de son nom). L'église romane Saint-Pierre, bâtie au XIe siècle est classée monument historique. La ville a su préserver une tour médiévale, vestige des anciennes fortifications. Un couvent des Cordeliers datant du XIIIe siècle présente une architecture monastique médiévale exceptionnelle dans le département.
En 1580, une insurrection éclate dans le Valentinois, exacerbée par les pressions fiscales et la misère, cimentée par la querelle religieuse. Le gouverneur du Dauphiné, Maugiron s'empare de la place où il se livre à un véritable carnage et démolit l'enceinte fortifiée. Le duc de Lesdiguières devient seigneur de Moirans. À sa maîtresse, Marie Vignon, dite « la dame de Moirans », il achète le domaine de la Colombinière. La ville possède un ancien château delphinal, successivement transformé en perception, puis couvent des Ursulines et pris en charge par la commune en 1811 ; c'est là que siège aujourd'hui la mairie.
La Révolution française hésita à faire de Moirans le chef-lieu de l'Isère. En juillet 1790, il s'en fallut de 19 voix sur 556 qu'elle ne soit préférée à Grenoble.

Km 101

Tullins-Fures (7 700 hab.)
L’histoire de Tullins Fures commence à l’époque des Celtes. Les Romains occupent ensuite la région. Au Moyen- ge, à la mort du dernier seigneur de Tullins en 1428, le Dauphin hérite de la seigneurie. Après le rattachement du Dauphiné à la France, la ville est donnée en engagement à différentes familles de la région pendant plus de deux siècles (de 1428 à 1650). Au XVIIème siècle, de riches familles s’installent à Tullins et restaurent des maisons médiévales dont nous gardons encore la trace : de nombreuses portes sont inscrites à l’inventaire des Monuments Historiques.
Dès le début du XIXe siècle, l’industrialisation se développe dans le hameau de Fures avec la toilerie de chanvre, la soierie, la métallurgie et la papeterie grâce à la force motrice de l’eau. Après l’endiguement de l’Isère à la fin du XIXe siècle, la plaine de Tullins se prête alors à l’agriculture. La production de noix se développe pour remplacer les vignobles, qui s’étendaient sur les coteaux de Tullins, décimés par la crise du phylloxéra.
La ville de Tullins renferme un patrimoine riche autour de son centre ancien, de la tour du château et du Clos des Chartreux. Ce patrimoine architectural témoigne de l'histoire de la ville.

Km 119

Saint-Gervais (540 hab.)

Fonderie royale de canons de Saint-Gervais
Inscrite Monument Historique en 1986. Ancienne fonderie qui a fondu ses premiers canons en 1678 pour le compte de la marine de Louis XIV. Rachetée par le roi Louis XV en 1731, Saint-Gervais était à cette date la troisième fonderie de canons de la marine, après Ruelle et Indret. Restaurée en 1843, la fonderie proprement dite construite en pierre de taille de Rovon, ornée de deux avant-corps très simples, conserve quatre fours visibles.

Km 130

Saint-Pierre-de-Chérennes (480 hab.)

Le saint-marcellin
La course passe à 5 km de Saint-Marcellin, célèbre pour son fromage.
Le saint-marcellin est un fromage du Dauphiné. Son Indication géographique protégée (IGP) date de la fin 2013, elle s'étend sur 274 communes en Isère, dans la Drôme et en Savoie. C'est un petit fromage à base de lait de vache, à pâte molle à croûte fleurie, d'un poids moyen de 80 grammes. Sa production est réalisée avec le lait provenant de 274 communes de l'Isère, de la Drôme et de la Savoie.
Saint-Marcellin était part ailleurs la ville de Christophe Manin, qui participa aux Tours de France 1992 et 1994.

Département de la Drôme (26)
Population : 494 000 hab.
Préfecture : Valence (63 700 hab.)
Sous-préfectures : Die et Nyons
Superficie : 6530 km²
Spécialités : fruits à noyaux, plantes à parfum aromatiques et médicinales, lavande et lavandin, ail. 19 AOC / AOP dont 10 vins, 3 fromages et 6 autres produits : Noix de Grenoble, Olives noires de Nyons, Huile d’olive de Nyons, Huile d’olive de Provence, Huiles essentielles de Lavande de Haute-Provence, Châtaigne d’Ardèche. Les produits drômois bénéficient par ailleurs de 9 labels rouge et 13 IGP.
Clubs sportifs : Drôme HandBall Bourg-de-Péage, Valence HandBall, Team Drôme BMX, Saint Vallier Basket Drôme. Compétitions : Critérium du Dauphiné, Drôme Classic (UCI Europe Tour), Corima Drôme Provençale (cyclosportive), Drômoise (cyclosportive), Raid VTT les chemins du soleil (Marathon X Country international)
Festivals : Fêtes nocturnes de Grignan, Crest Jazz Vocal, Saoû chante Mozart
Économie : 44300 établissements et 13000 entreprises. Cuir et luxe, agroalimentaire, transport-logistique, etc.
Principaux sites touristiques : Ferme aux crocodiles (Pierrelatte), château de Grignan, Palais idéal du facteur Cheval (Hauterives)
Sites web et réseaux sociaux : www.ladrome.fr / www.ladrometourisme.com / www.facebook.com/ladromeledepartement

Km 143.5

Saint-Nazaire-en-Royans (800 hab.)
Village médiéval aux ruelles étroites. Traces des anciens remparts et ruines d'un château fort. Dominant les cours de l’Isère et de la Bourne, le village fut très tôt une cité fortifiée à l'époque médiévale, protégée de remparts. Enjeu stratégique dès le XIIe siècle entre seigneurs de la région, la localité paie de nouveau un lourd tribut durant les guerres de Religion.

Aqueduc de Saint-Nazaire
Pont en arc en plein cintre, achevé́ en 1876, (les travaux du canal de la Bourne vont par contre durer jusqu'en 1882) aménagé en voie piétonne. De 35 m de haut, de 235 m de long avec un ascenseur panoramique permettant d’y accéder. 17 arches : 5 petites arches de 10 m, une arche de 15 m, 8 arches de 12 m, une arche de 15 m pour franchir la route départementale n°7 qui traverse Saint-Nazaire, 2 arches de 10 m. Au pied de l’aqueduc et à quelques mètres de l’entrée de la grotte de Thaïs, le bateau à roue permet des croisières.

Grotte de Thaïs
Creusée par la rivière souterraine de Thaïs, laquelle se jette ensuite dans la Bourne. La rivière souterraine a formé un ensemble de galeries dont une partie sont encore noyées et qui font l'objet de plongées par des spéléologues. Une partie de la grotte a été habitée à la fin de l'âge glaciaire (vers - 8000 avant notre ère). Il s'agissait de chasseurs qui pouvaient notamment trouver dans la région des ours ou des rennes… La grotte avec ses parois colorées naturellement en rouge et noir se visite en suivant trois niveaux dont l'un fut effectivement occupé par des hommes.
Le parcours comprend des zones naturelles aux reliefs et décors étonnants mais également des galeries où des hommes se réfugièrent.

Km 161

Barbières (1 100 hab.)
Établie au flanc du Vercors, la commune est particulièrement remarquable pour son site géographique spectaculaire dans le défilé de la Barberolle, dominé par les ruines du château-fort de Pellafol.
Le village s’est développé au XIXe siècle.

Km 173

Chabeuil (6 700 hab.)
En 1349, le Dauphiné fut rattaché à la France, Chabreuil dépend alors du Dauphin Louis, futur Louis XI. Pendant la guerre contre l'Espagne, Louis XIV, pour des raisons d'alliance, offrit à Honoré II de Grimaldi, Prince de Monaco, la ville qui devint monégasque jusqu'à la révolution de 1789. On peut y admirer aujourd'hui l'hôtel des Grimaldi, avec son donjon très bien conservé.
Chabeuil abrite l’aéroport de Valence. Au rond-point, la réplique de la fusée de Tintin dans On a marché sur la lune d’Hergé.

Km 180

Beaumont-lès-Valence (3 800 hab.)
La ville de Sébastien Chabal se distingue par sa tour coiffée d’un campanile (XIVe) et par son église qui accueille sous son toit catholiques et protestants.

Suivez-nous

Recevez des informations exclusives sur le Tour de France