Sur la route

REGION AUVERGNE RHONE ALPES 

Départements : Ain, Allier, Ardèche, Cantal, Drôme, Isère, Loire, Haute-Loire, Puy-de-Dôme, Rhône, Métropole de Lyon, Savoie, Haute-Savoie.
Population : 8 millions d’habitants
Préfecture : Lyon
Superficie : 69 711 km2
Spécialités : vins du Beaujolais, des côtes du Rhône et de Savoie, spécialités lyonnaises (quenelles, cervelles de canut, saucisson..), potée auvergnate, spécialités savoyardes (raclette, fondue, tartiflettes, diots, crozets), fromages (beaufort, reblochon, cantal, bleu d’Auvergne, Salers, saint-Nectaire…), lentille verte du Puy, eaux (Evian, Thonon, Volvic) verveine, chartreuse.
Clubs sportifs : Olympique Lyonnais, AS Saint-Etienne, Clermont Foot 63, Grenoble Foot 38 (football). ASM Clermont, Lyon OU, FC Grenoble, Stade Aurillacois, US Oyonnax (rugby), ASVEL Villeurbanne (basket), Chambéry (handball), Brûleurs de loup Grenoble, Pionniers de Chamonix (hockey-sur-glace)
Compétitions : coupe du monde de football féminin, compétitions de ski (critérium de la Première neige à Val d’Isère), cols du Tour de France, Critérium du Dauphiné.
Économie : (8e région européenne) industries de pointe, automobile (Berliet), métallurgie, caoutchouc, plastiques, chimie, électronique, agroalimentaire, textile, numérique, banques, universités, administrations, viticulture. pneumatiques (Michelin). Design. Nouvelles technologies (Inovallée)  Tourisme d’hiver et d’été. 
Festivals : Fête des Lumières à Lyon, Nuits de Fourvière à Lyon, quais du polar à Lyon, biennale du design à Saint-Etienne, festival de musique classique de La Chaise-Dieu Sites  touristiques : vieux Lyon et Croix-Rousse, cathédrale du Puy-en-Velay, lac d’Annecy, château de Chambéry, sports d’hivers en Isère, Savoie et Haute-Savoie, Cantal, Stations thermales, volcans d’Auvergne. Caverne du Pont d’Arc. Château de Grignan. Bastille de Grenoble. Vulcania. Parc des Oiseaux.
Sites web et réseaux sociaux : www.auvergnerhonealpes.fr

HAUTE-SAVOIE (74)

Population : 850 000 hab.
Préfecture : Annecy
Sous-préfectures : Bonneville, Saint-Julien-en-Genevois, Thonon-les-Bains.
Nombre de communes : 279
Superficie : 4 388 km2
Spécialités : Fromages AOC/AOP (Reblochon, Abondance, Tomme, Tome des Bauges, Beaufort, Chevrotin, Emmental de Savoie, Raclette), Vins de Savoie AOC (Ayze, Royal Seyssel, Roussette de Savoie). Autres labellisations : Berthoud (STG), Pommes et Poires de Savoie (IGP). Spécialités et plats traditionnels : Génépi, Crozets, Tartiflette, les filets de perches (poissons de lac), diots, tarte aux myrtilles, fondue savoyarde, beignets de pomme de terre, miel, bidoyon (cidre artisanal), gentiane. 
Clubs sportifs : siège de la fédération Française de ski. Football Club Annecy, GFA Rumilly Vallières (football). Thonon Evian Grand Genève Football Club. FCS Rumilly (rugby). US Annecy Rugby. Black Panthers de Thonon-les-Bains (football américain). Annecy CSAV Handball. Annemasse Basket Club. Chamonix Elite Hockey Club « Les Pionniers ». Hockey Club Pays du Mont Blanc. Haute-Savoie Nordic Team
Compétitions et événements majeurs : Kandahar, Coupe du Monde de Ski Alpin - Chamonix Mont Blanc Les Houches, Greenweez Maxi-Race - Annecy, Alps Bike Festival - La Clusaz,  Coupe du Monde de VTT - Les Gets, Coupe du monde d’escalade - Chamonix Mont Blanc, Jumping International de Megève, Evian Championship,  Ultra Trail du Mont-Blanc - Chamonix, Coupe du Monde de biathlon - le Grand Bornand, Coupe du Monde de Telemark - Samoëns et Saint-Gervais-les-Bains, High’Five Festival - Annecy, Rock the pistes - Portes du Soleil, Critérium du Dauphiné, Coupe du Monde de ski-alpinisme - Flaine, Grande Odysée Savoie-Mont-Blanc, Tour de l’Avenir, Tour des Pays de Savoie
Patrimoine :  Lac Léman, Mont-Blanc et Aiguille du Midi, Lac d’Annecy. Château des Sires de Bonneville. Château de Clermont. Plateau des Glières (nécropole nationale). Train de Montenvers (Mer de Glace) et Tramway du Mont Blanc, Château de Ripaille, Col des Aravis, Village des Flottins, Pont des Amours (Annecy), Le Hameau du Père Noël, Château d’Annecy, Pont de la Caille, Basilique de la Visitation, La Tournette, Col de la Forclaz, Abbaye d’Abondance, Buvette Cachat des Eaux d’Evian, Châteaux des Allinges, Chapelles baroques de St-Gervais, Abbaye d’Aulps, Thermes de St-Gervais, Centre d’Interprétation de la contrebande en Montagne
Festivals : festival international du film d’animation, Montjoux festival, Guitare en Scène, Nomade Reggae Festival, Rock’n’Poche, Festival international de jazz de Megève, Pleins Feux Festival, Village des Flottins, Morzine Harley Days, Musilac Mont-Blanc, Radio Meuh Circus Festival, Mont-Blanc Humour, Paradisio Annecy, Les Grandes Médiévales d’Andilly
Économie : horlogerie (Cluses), décolletage, mécanique (Dassault, Alcatel), agriculture et agroalimentaire (production laitière reblochon, tome, eaux d’Evian), tourisme de montagne, industrie du sport (Dynastar, Salomon, Mavic). Cluster Outdoor Sport Valley, pour le développement économique de la filière outdoor. Grands équipements (Rochexpo, …)
Site web : https://www.hautesavoie.fr/, www.haute-savoie-tourisme.org/   

Riche de son patrimoine, de son agriculture de qualité, de ses spécialités culinaires et de paysages hors-normes, la Haute-Savoie est l’un des départements les plus attractifs de France, avec une qualité et un niveau de vie unanimement reconnus. C’est grâce à la diversité de son territoire que la Haute-Savoie tire son épingle du jeu : paysages de montagne, lacs exceptionnels, vallées dynamiques … Du Nord au Sud du département, habitants et visiteurs bénéficient d’un cadre de vie remarquable. Véritable terre de cyclisme, la Haute-Savoie a accueilli, depuis 1947, 18 villes-étapes du Tour de France et 27 de ses cols ont été franchis par le Tour. Depuis 2021, le Conseil départemental de la Haute-Savoie a mis en place une véritable politique en faveur du vélo. Que ce soit dans l’accompagnement des projets de ces 279 communes, qu’à travers l’opération « Savoir rouler » auprès des collégiens, ou grâce à l’accueil de nombreux événements cyclistes, la Haute-Savoie est pleinement engagé en faveur de la pratique du vélo.

Km 2.3

SAINT-JEAN-D’AULPS (1 600 hab.)
Jean Gueguen, vainqueur de Paris-Bruxelles et Paris-Camembert, participa à deux Tours de France en 1951 et 1953. Il est mort à Saint-Jean-d’Aulps.

Abbaye d’Aulps
Fondation : fondée au XIe siècle.
Situation : à 800 m d'altitude dans une vallée du Chablais.
Caractéristiques : d’une superficie de trois hectares, le domaine abrite les vestiges de l’abbatiale, les celliers, des jardins, la porterie et surtout l’ancienne ferme monastique.
Histoire : ses moines s’affilient à l’Ordre cistercien en 1136. Elle devient l’un des plus importants monastères de la Savoie médiévale. Les bâtiments sont détruits en grande partie en 1823. Jusqu’en 1998, le domaine monastique est une exploitation agricole.
Destination actuelle : abrite un centre d’interprétation unique en France consacré à la vie quotidienne des moines d’une abbaye de montagne au Moyen-âge. Les jardins de l’abbaye font aussi l’objet d’un soin particulier avec la création d’un jardin botanique. Des représentations de cinéma en plein air sont données en été.
Classement : Monument historique en 1902.

Km 10

LA BAUME (330 hab.)

Lac du Jotty
Situation : sur la Dranse de Morzine.
Caractéristiques : s’étend sur une longueur de 1,5 km.
À savoir : le lac du Jotty marque un changement d'état pour la Dranse de Morzine. C'est à partir de là qu'elle devient plus étroite et plus profonde.

Barrage du Jotty
Fondation : construit au XXe siècle (1948-1950).
Histoire : barrage hydraulique.
Caractéristiques : barrage en voûte haut de 120 m de long et 22,5 m de hauteur.

Km 12.1

LA VERNAZ (350 hab.)

Gorges du Pont du diable
Situation : nées sous un glacier, les Gorges du Pont du diable se situent dans la vallée d'Aulps et sont traversées par la Dranse de Morzine.
Histoire : offrent un exemple d'érosion dans les Préalpes calcaires du Chablais. La rivière, alors qu'elle se trouvait déjà dans une vallée encaissée, a rencontré une barrière de calcaire (les rochers de la Garde) remontant au crétacé, puis recouverte à nouveau au jurassique. Cette configuration a été érodée au fil du temps par cette rivière impétueuse, formant ainsi un défilé.
A savoir : ce site a été aménagé à partir de 1893 et a obtenu son classement en 1908. Il est depuis 2012 un site emblématique du Géoparc mondial Unesco du Chablais.

Km 36.9

PUBLIER (7 500 hab.)
Ancienne ville thermale au bord du lac Léman, Publier est aussi connue pour le port et l’a plage d’Amphion, où résidèrent plusieurs célébrités, dont Django Reinhardt, qui y a écrit le morceau « Folie d’Amphion », mais surtout Anna de Noailles, qui y a vécu de longues années dans sa villa Bassaraba. Le jardin de la villa, ouvert au public, abrite un temple votif en l’honneur de la poétesse, érigé après sa mort, en 1938.

Km 42.7

THONON-LES-BAINS (35 900 hab.)
La ville du lac Léman a accueilli le Tour de France à neuf reprises entre 1955 et 1981 et a vu s’imposer des coureurs du calibre de Jacques Anquetil, Jan Janssen ou Sean Kelly. Thonon a également accueilli le Critérium du Dauphiné à sept reprises avec des vainqueurs aussi prestigieux que Bernard Thévenet ou Hennie Kuiper. Parmi les coureurs natifs de Thonon, l’ancien champion de France Sébastien Médan, qui a lancé en 2021 la Thonon Cycling Race.

Château de Ripaille
Fondation : construit à partir du XIVe siècle.
Styles : médiéval et style 1900.
Histoire : construit par Amédée VIII en 1434 afin d’en faire un ermitage pour grand seigneur et s’y retirer. Plusieurs ordres religieux, dont celui des Chartreux, les armées révolutionnaires et un général de Napoléon occupent ensuite le site successivement.
Destination actuelle : le château est le siège d'une Fondation, créée en 1976, qui travaille à la conversation, la valorisation et l'animation de ce monument. Ripaille est actuellement un des cent sites remarquables du gout avec la production sur le domaine privé d’un vin AOC de grande qualité.
Le dicton : « Qui n'a point vu Ripaille, n'a jamais rien vu qui ne vaille. »
Classement : inscrit Monument Historique en 1942.

À Allinges (2 km)

Domaines des Châteaux d’Allinges
Fondation : Xe siècle.
Caractéristiques : les deux châteaux (Château d’Allinges-Vieux et Château d’Allinges-Neuf)
présentent la caractéristique d'être installés face à face et séparés par une faible distance. Ils ont été édifiés sur une crête en forme de croissant, située sur la rive sud du lac Léman.
Histoire : les deux châteaux ne sont mentionnés ensemble qu'au début du XIIIe siècle, bien après leur construction. À cette période, Château-Neuf se trouve en possession de la maison de Savoie, tandis que Château-Vieux appartient aux sires de Faucigny. À la suite du conflit delphino-savoyard qui perdura de la seconde moitié du XIIIe siècle jusqu'au XIVe siècle, Château-Vieux est peu à peu abandonné et seul Château-Neuf reste en usage. Il sera finalement démantelé en 1703 par le Duc de Savoie dans la crainte de voir cette place forte tomber aux mains des Français.
Classement : classés Monument Historique en 2011.

Km 56.2

REYVROZ (500 hab.)

Géoparc mondial Unesco du Chablais
Le géoparc mondial Unesco du Chablais (précédemment Geopark Chablais) est un parc géologique situé dans le département de la Haute-Savoie en France. Il correspond au territoire du Chablais français et s’étend de la rive sud du Léman jusqu’à la frontière avec la Suisse. Il comprend 62 communes, dont Thonon-les-Bains, et couvre près de 900 km2 pour 125 000 habitants. Le Géoparc du Chablais a intégré le réseau des géoparcs soutenus par l’Unesco en mars 2012.

Km 77.3

ONNION (1 300 hab.)
La commune accueille avec Bogève, Viuz-en-Sallaz et Saint-Jeoire la station de sports d'hiver des Brasses.

Église Saint-Maurice
Fondation : XIXe siècle (1824-1829).
Histoire : construite à l'emplacement d'une église primitive.
Caractéristiques : les peintures extérieures ont été réalisées en 1871 par un peintre décorateur italien. La cloche, datant de 1732, est classée monument historique.

Km 81.8

SAINT-JEOIRE (3 400 hab.)
La ville, située à proximité de l’imposant Môle (1 863 m) est dominée par le château de Beauregard.

Château de Beauregard
Construction : du XIIIe au XXe siècle
Styles : médiéval, renaissance et moderne.
Caractéristiques : il se présente sous la forme d'une enceinte flanquée enserrant une maison forte et dont il subsiste des parties XIIe siècle, XIIIe et XIVe siècles. La fonction originelle du château consistait à défendre le bourg de Saint-Jeoire-en-Faucigny. Il s'agissait alors d'un simple donjon rectangulaire qui constitue encore aujourd'hui le corps principal du château.
Histoire : l’histoire du château, intimement liée à celle de la famille de La Fléchère, a été très mouvementée. Incendié et pillé plusieurs fois, notamment par les troupes de Genève ou à la Révolution française, son intérieur dut être entièrement reconstruit à plusieurs reprises, les mûrs restant cependant en place. Le château est resté au sein de la famille de La Fléchère de Beauregard jusqu'en 2004, soit pendant huit siècles.
Destination actuelle : offert en 2004 au diocèse d'Annecy qui le confie à une communauté religieuse charismatique se voulant d'inspiration franciscaine, la Fraternité Eucharistein, en 2008.

Église Saint-Georges et Tour carrée
Fondation : construite au XIXe siècle (1855-1858).
Style : style néogothique lombard.
Histoire : une première église rectangulaire est construite au Moyen ge, et modifiée au fil du temps. Son clocher, menaçant de s'effondrer, est abattu en 1739. À la suite d'une décision communale, les travaux de construction d'un nouveau clocher sont entrepris, et finissent en 1759.

Km 94

THYEZ (6 300 hab.)
Ville de Maurice Manificat, skieur de fond médaillé olympique en 2014 à Sotchi et en 2018 à Pyeongchang.

Km 100.5

CLUSES (17 000 hab.)
Cluses est une ville de haute technologie. C'est la conséquence d'une tradition d'avant-garde. Au XVIIIe siècle, un Faucignerand nommé Ballaloud introduit dans la vallée la technique horlogère qu'il ramène d'Allemagne. Au fil des décennies, Cluses devient le centre de l'activité horlogère dans la vallée de l’Arve. Activité qui consiste à produire des séries de pièces pour mouvements d'horlogerie revendues ensuite à Genève. En 1848, quatre ans après l’incendie qui détruit totalement la ville, est créée la prestigieuse École nationale d’horlogerie, centre de formation de techniciens horlogers qui permet à Cluses de s'affirmer sur le plan industriel. Les années 50 et 60 furent l'âge d'or du décolletage. Cette histoire industrielle est retracée par le Musée de l’horlogerie et du décolletage.
C’est au départ de Cluses, que le Tour de France 2021 s’était élancé en direction de Tignes, où Ben O’Connor avait gagné en solitaire tandis que Tadej Pogacar écrasait la course pour s’emparer définitivement des commandes. Cluses a par ailleurs accueilli à deux reprises des arrivées d’étape du Tour de France en provenance de la Tarentaise. C’était le cas en 1994, avec une étape partie de Moûtiers et remportée par Piotr Ugrumov et en 2002 pour une étape partie d’Aime.
Cluses a encore été plus souvent au programme du Critérium du Dauphiné, la dernière fois en 2019 pour le départ d’une étape remportée à Champéry par Dylan van Baarle, mais aussi du Tour des Pays de Savoie, avec des vainqueurs prestigieux, Tao Geoghegan Hart en 2016 et Egan Bernal en 2017.

Musée de l’horlogerie et du décolletage
Fondation : début du XXe siècle.
Histoire : original par son histoire et par ses collections, le musée de l’horlogerie et du décolletage vaut le détour. Initié à l’aube du XXe siècle par l’École nationale d’horlogerie de Cluses, le musée avait une double vocation : collectionner d’anciens instruments de mesure du temps (la plus ancienne pièce date du XVIe siècle) et conserver la mémoire de l’industrie locale.
Caractéristiques : situé aujourd’hui dans l’Espace Carpano & Pons, ancien site industriel, le musée évoque également l’histoire de l'École d’horlogerie en présentant notamment un ensemble unique de modèles d’échappements fabriqués à Cluses. Visites guidées thématiques, visites théâtralisées, ateliers pédagogiques et expositions temporaires sont régulièrement proposés et permettent de découvrir, apprendre et s’émerveiller.

Km 115.6

SALLANCHES (16 000 hab.)
Le 19 avril 1840, la ville de Sallanches fut entièrement dévastée par un incendie, qui ne laissa que des cendres, 63 personnes carbonisées et seulement cinq maisons debout sur les 273 que comptait le bourg. La catastrophe suscita un vaste élan de solidarité (Victor Hugo fut parmi les premiers contributeurs), et elle fut suivie l’année suivante d’une épidémie de typhus qui tua encore de nombreux habitants. Il fut alors nécessaire de reconstruire entièrement la localité après avoir rasé ce qui restait de l’ancienne, à l’exception de l’église et des quelques maisons qui avaient résisté au feu. Le roi Charles-Albert de Savoie-Sardaigne finança cette réhabilitation, confiée à l’architecte François Justin, qui s’inspira du plan orthogonal de Turin pour bâtir une ville nouvelle d’architecture néo-classique sarde. François Justin dut à nouveau s’employer en 1844 pour reconstruire la ville de Cluses, victime elle aussi d’un incendie ravageur.
Lieu d’un championnat du monde mythique remporté par Bernard Hinault en 1980, Sallanches est également la ville où réside Charly Mottet, deux fois quatrième du Tour de France (dix participations) et triple vainqueur du Critérium du Dauphiné. Sallanches a accueilli à trois reprises le Tour de France, toujours pour des départs : en 2016 s’y élançait un contre-la-montre remporté à Megève par Chris Froome.

1980 : le chef d’œuvre de Bernard Hinault
L’année 1980 fut une année particulière pour Bernard Hinault. Dès le printemps, le Blaireau signe l’un des exploits les plus retentissants de sa carrière en enlevant un Liège-Bastogne-Liège dantesque sous la neige et dans le froid. Dans la foulée, le Breton devient le premier Français après Jacques Anquetil à s’adjuger le Tour d’Italie. Tout se gâte pourtant dans le Tour de France où, victime d’une douleur tenace au genou, le tenant du titre est contraint à l’abandon du côté de Pau. Il se ressaisit rapidement pour enlever une étape du Tour du Limousin et aborder dans une forme retrouvée le championnat du monde de Sallanches. Si Hinault n’a jamais brillé auparavant dans la loterie des Mondiaux, c’est que les parcours trop plats ou les intrigues d’équipes ne l’ont pas favorisé. Mais le parcours savoyard, avec la redoutable côte de Domancy, est l’un des plus difficiles proposé aux candidats au maillot arc-en-ciel. « Met le champagne au frais », avait lancé Hinault au patron de l’hôtel qui hébergeait l’équipe de France, au moment de se diriger vers le départ. En effet, le Blaireau passa à l’attaque à 150 km du but et écœura tous ses adversaires jusqu’au dernier, l’Italien Gianbattista Baronchelli.

Km 124.1

PASSY (11 200 hab.)
Souffrant d’une trop longue exposition aux radiations, Marie Curie est morte le 29 juin 1934 dans un établissement de Passy, le sanatorium de Sancellemoz.

Km 129.9

SAINT-GERVAIS-LES-BAINS (5 600 hab.)
Station thermale et station de ski huppée, avec ses grands hôtels du début du XXe siècle, comme l’hôtel du Mont-Joly (classé MH en 1997), Saint-Gervais fait partie de la communauté de communes du Pays du Mont-Blanc, dont le siège est à Passy.
Saint-Gervais a accueilli trois étapes du Tour de France, pour des arrivées au Bettex en 1990, 1992 et 2016. Cette dernière fois, c’est Romain Bardet qui s’était isolé sous la pluie battante pour l’emporter.
Deux arrivées d'étapes du Critérium du Dauphiné ont également été jugées avec l'ascension finale du Bettex. La première fois en 2015 avec la victoire de Christopher Froome, lâchant Tejay van Garderen à 1,5 km de l'arrivée. La seconde fois en 2018 lors de la dernière étape avec la victoire d'Adam Yates, rattrapant sur le fil l'échappé Daniel Navarro. Geraint Thomas, 5e de l'étape, conservait son maillot jaune.
C’est aussi la ville de Jeannie Longo, où ses parents étaient enseignants.

Gare du Nid d’aigle
Le Nid d'Aigle est la gare terminus du tramway du Mont-Blanc (TMB), située sur la commune de Saint-Gervais-les-Bains. Elle accueille les alpinistes ainsi que les promeneurs à 2 362 mètres d'altitude, au-dessous du glacier de Bionnassay. L'hiver, le tramway s'arrête à la gare de Bellevue, car la station Nid d'Aigle n'est pas accessible en raison des risques d'avalanche. Un nouveau chalet est en construction pour remplacer l'ancien construit en 1933 par Georges Orset et détruit par un incendie en 2002. Le voyage en tramway Le Fayet - Nid d'Aigle dure environ trois quarts d'heure et un de ses intérêts est le panorama. C'est au Nid d'Aigle que part la « Voie Royale » du mont Blanc par le refuge de Tête rousse puis le refuge du Goûter.

Km 134.6

COMBLOUX (2 100 hab.)
Décrite par Victor Hugo comme « la perle des Alpes dans son écrin de glaciers ». Au cours des années 1930, les sports d'hiver se développent donnant naissance à la station de ski et relié au grand domaine Évasion Mont-Blanc. Aujourd'hui, on tend à utiliser l'expression promotionnelle « Combloux 360° mont-blanc France » pour désigner cette station du pays du Mont-Blanc, en raison d'un panorama sur les massifs environnants. Son église Saint-Nicolas est inscrite Monument Historique.

Km 139.1

DEMI-QUARTIER (870 hab.)
Demi-Quartier est une commune qui partage avec Taillepied (Manche) et Turquestein-Blancrupt (Moselle) la particularité d’avoir sa mairie située sur une autre commune. La sienne se trouve à Megève, sur la place de l’église, face à celle de Megève. Le chanteur comédien français Michel Sardou y vit depuis 2007.

Suivez-nous

Recevez des informations exclusives sur le Tour de France