RÉGION AUVERGNE-RHÔNE ALPES

Départements : Ain, Allier, Ardèche, Cantal, Drôme, Isère, Loire, Haute-Loire, Puy-de-Dôme, Rhône, Métropole de Lyon, Savoie, Haute-Savoie.

Population : 8 millions d’habitants

Préfecture : Lyon

Superficie : 69 711 km2

Spécialités : vins du Beaujolais, des côtes du Rhône et de Savoie, spécialités lyonnaises (quenelles, cervelles de canut, saucisson..), potée auvergnate, spécialités savoyardes (raclette, fondue, tartiflettes, diots, crozets), fromages (beaufort, reblochon, cantal, bleu d’Auvergne, Salers, saint-Nectaire…), lentille verte du Puy, eaux (Evian, Thonon, Volvic) verveine, chartreuse.

Clubs sportifs : Olympique Lyonnais, AS Saint-Etienne, Clermont Foot 63, Grenoble Foot 38 (football). ASM Clermont, Lyon OU, FC Grenoble, Stade Aurillacois, US Oyonnax (rugby), ASVEL Villeurbanne (basket), Chambéry (handball), Brûleurs de loup Grenoble, Pionniers de Chamonix (hockey-sur-glace)

Compétitions : coupe du monde de football féminin, compétitions de ski (critérium de la Première neige à Val d’Isère), cols du Tour de France, Critérium du Dauphiné.

Économie : (8e région européenne) industries de pointe, automobile (Berliet), métallurgie, caoutchouc, plastiques, chimie, électronique, agroalimentaire, textile, numérique, banques, universités, administrations, viticulture. pneumatiques (Michelin). Design. Nouvelles technologies (Inovallée)  Tourisme d’hiver et d’été. 

Festivals : Fête des Lumières à Lyon, Nuits de Fourvière à Lyon, quais du polar à Lyon, biennale du design à Saint-Etienne, festival de musique classique de La Chaise-Dieu

Sites  touristiques : vieux Lyon et Croix-Rousse, cathédrale du Puy-en-Velay, lac d’Annecy, château de Chambéry, sports d’hivers en Isère, Savoie et Haute-Savoie, Cantal, Stations thermales, volcans d’Auvergne. Caverne du Pont d’Arc. Château de Grignan. Bastille de Grenoble. Vulcania. Parc des Oiseaux.

Site web : www.auvergnerhonealpes.fr

TOURISME À VELO
Contenu fourni par le réseau Vélo & Territoires

L’itinéraire star dans le coin, c’est la ViaRhôna ! Sur plus de 800 km, l’EuroVelo 17 part des rives du lac Léman jusqu’aux plages de la Méditerranée à vélo, en suivant le Rhône. 2000 ans d’histoire et de richesses patrimoniales, des panoramas alpins aux étangs de Camargue, en traversant les paysages emblématiques des vignobles des Côtes du Rhône et ceux de la Provence méridionale. L’étape du jour le croisera à La Bruyère (km 126) jusqu’à l’arrivée. Le Pays de Lhuis et Izieu offrent un cadre tout trouvé pour les amoureux de nature, entre plaine du Haut-Rhône, vignobles et montagnes. La portion suivante est tout aussi attractive, quittant momentanément le Rhône pour pénétrer dans les terres préservées des Balcons du Dauphiné, avec en arrière-plan les falaises pittoresques de l’Isle Crémieu. Le voyage se poursuit au fil de l’étape du jour en passant par la cité des peintres de Morestel, le site médiéval de Quirieu et le village pittoresque de Saint-Sorlin-en-Bugey. Une escale à La Balme-les-Grottes s’impose enfin pour découvrir les célèbres grottes classées parmi les 7 merveilles du Dauphiné, avant l’arrivée à Saint-Vulbas…

 

SAVOIE (73)

Région : Auvergne Rhône-Alpes

Population : 442 500 habitants

Superficie : 6 028 km²

Nombre de cantons : 19

Nombre de communes : 273

Préfecture : Chambéry (59 629 hab.)

Sous-préfectures : Albertville, St-Jean-de-Maurienne

Spécialités : Raclette, tartiflette, fondue, crozets (pâtes en forme carré, à base de farine de sarrasin…), diots et pormoniers, (saucisses de porc cuisinées au vin blanc), Saint-Genix (brioche aux pralines rouges), gâteau de Savoie, truffes en chocolat, bugnes (beignets), génépi (liqueur de plante des montagnes), Fromages de Savoie (Tome des Bauges, Beaufort.)

Sport : Chambéry Savoie Mont Blanc Handball (D1), équipe AG2R-Citroën (cyclisme), Aix Maurienne Savoie Basket (ProB) / Evénements : Championnats du monde de ski alpin Courchevel-Méribel 2023, Championnat du monde de VTT-Les Gets, août 2022. J.O. d’hiver d’Albertville 1992.

Patrimoine : abbaye de Hautecombe (berges du lac du Bourget), château des ducs de Savoie, (Chambéry), forts de la barrière de l’Esseillon (Haute Maurienne), parc national de de la Vanoise, parcs naturels régionaux des massifs des Bauges et de la chartreuse, lac du Bourget, lac d’Aiguebelette, etc.

Économie : tourisme, agroalimentaire, éco-industries, industries de la montagne, matériaux composites, technologies de l’information et de la communication, travail des métaux

Culture : Musilac à Aix-les-Bains, Les Estivales en Savoie à Chambéry, Le Grand Bivouac à Albertville, Le festival du Cinéma européen des Arcs

Sites Web et réseaux sociaux : www.savoie.fr / https://www.facebook.com/SavoieDepartement/ https://twitter.com/SavoieDeparthttps://www.savoie-mont-blanc.com/https://www.facebook.com/savoiemontblancFR/@savoiemontblancFRhttps://twitter.com/SavoieMontBlanc  / https://www.pinterest.fr/savoiemontblanc/https://www.instagram.com/savoiemontblanc/ / https://www.youtube.com/user/SavoieMontBlanc

Km 51.9

MONTMÉLIAN (1 100 HAB.)

Situé dans la combe de Savoie, il s’agit de l’ancienne capitale militaire du Duché de Savoie et capitale historique des vignobles de Savoie. C’est une ville pionnière en matière d'énergie solaire : elle est championne de France de la catégorie depuis 2004 et détentrice du label européen Citer'gie EEA. En 2015, Montmélian fut le départ d’une étape du Dauphiné remportée à Saint-Gervais par Chris Froome.  

Pont de Morens

Construction : 1671 à 1685

Histoire : situé entre les communes de La Chavanne et de Montmélian, ce pont en pierre a été construit grâce à l’architecte François Cuénot.

Classement : Monument Historique depuis 1985.

Km 57.4

CHIGNIN (1 000 HAB.)

Vin blanc, le chignin a obtenu l’appellation d’origine contrôlée en 1973. Cette appellation couvre une partie de la surface communale, soit 830 hectares. Sa production est de 8 000 hectolitres. La commune fait partie de l’aire géographique de production et de transformation du « Bois de Chartreuse », la première AOC de la filière bois en France.  

Les tours de Chignin 

Construit en 1876, sur les ruines du château médiéval de la Biguerne, le sanctuaire de Saint-Anthelme surplombe les vignobles et surveille l’entrée de la combe de Savoie. Également la Tour de la place ou Tour des archers.

Km 61.1

CHALLES-LES-EAUX (5 600 HAB.)

Entre le massif de la Chartreuse et le massif des Bauges. Station thermale et touristique réputée pour ses cures ORL et gynécologie avec les eaux les plus soufrées d'Europe. Les thermes furent ouverts en 1874, à la suite de la découverte d’une eau sulfureuse en 1841. La ville a accueilli à trois reprises des départs d’étape du Dauphiné au tournant des années 2000.

Km 65

LA RAVOIRE (9 000 HAB.)

Cette banlieue résidentielle de Chambéry, devenue la troisième ville la plus peuplée de l’agglomération et la sixième du département, a accueilli en 2016 le départ d’une étape du Critérium du Dauphiné remportée à Vaujany par Chris Froome. 

Km 66.3

CHAMBÉRY (63 600 HAB.)

La vieille ville est composée d’un grand nombre d’anciens hôtels (XVe-XVIe) de la noblesse savoyarde, de petites ruelles d’époque médiévale, avec ses façades colorées et étroites (un impôt instauré au XIVe siècle se calculait sur la largeur des façades), ses décors en trompe l’œil. Chambéry a accueilli à trois reprises le Tour de France, pour des départs en 1996 et 2010, et en 2017 pour une arrivée qui avait vu s’imposer Rigoberto Uran. La ville a également accueilli à seize reprises le Critérium du Dauphiné. C’est cependant en 1989 que fut signé le plus bel exploit cycliste en ville, avec la victoire dans le championnat du monde de Greg LeMond devant Dimitry Konyshev et Sean Kelly, quelques mois après son deuxième sacre dans le Tour. Déjà en arc-en-ciel en 1983, LeMond donna le nom de Chambéry à l’un des modèles de vélo qu’il commercialisa par la suite.  

Fontaine des éléphants

Classée Monument Historique en 1982. Historiquement appelée Colonne de Boigne, elle est aussi surnommée « Les Quatre sans cul ». Érigée en 1838 en l’honneur du général De Boigne, la fontaine est aujourd’hui l’un des plus célèbres monuments de la ville. Haute de 17,65 m constituée de 4 éléphants en fonte de fer, la fontaine accueille la statue en bronze du général.  

Château des Ducs de Savoie

Fondation : première édification au XIe siècle, puis modifié plusieurs fois durant le XIIIe siècle et achevé au XVe siècle.

Style : médiéval, avec des ajouts de style gothique.

Histoire : le château a subi plusieurs incendies au XVIIIe siècle et à partir de 1800 les premiers préfets engagèrent des travaux. Au moment du rattachement de la Savoie à la France en 1860, il est concédé gratuitement au département : une grande restauration demandée par l’empereur Napoléon III a été effectuée avec, entre autres, une nouvelle aile et un escalier monumental pour la Tour demi-ronde.

Caractéristiques : c’est une immense bâtisse conçue en quadrilatère irrégulier, dont se détache un donjon carré flanqué d’une tourelle-guette, d’une haute tour semi-circulaire et d’une haute chapelle.

Destination actuelle : affecté aux services de la Préfecture de la Savoie, du conseil départemental de la Savoie et de l’Académie de Savoie.

Classement : Monument Historique depuis 1881

Km 70.2

COGNIN (6 520 HAB.)

C’est la quatrième ville la plus peuplée du département de Savoie. Pendant la seconde guerre mondiale, la commune a été le refuge de la famille Badinter. La mère de Robert, qui prend comme nom Robert Berthet, s’y réfugie avec ses deux fils alors que le père, Simon, a été arrêté par Klaus Barbie après être tombé dans une souricière à Lyon (il mourut déporté à Sobibor). Plusieurs maisons fortes se trouvent sur la commune, la plus importante étant le château de Montcharvin, du XIIIe siècle, qui gardait le vieux chemin de Chambéry aux Échelles par Vimines. Également le château de Villeneuve, où résidait dans les années 1930 l’artiste peintre australienne Bessie Davidson.  

Parc naturel régional de Chartreuse

Le parc englobe le massif de la Chartreuse, dans l’aire géographique délimitée par les villes de Chambéry (nord), Voiron (ouest) et Grenoble (sud). Depuis le renouvellement de sa charte en 2008, il couvre une superficie de 76 700 hectares et compte 60 communes adhérentes (41 en Isère, 19 en Savoie), totalisant 46 300 habitants. Avec son agrandissement en 2022, il compte 72 communes adhérentes (42 en Isère, 30 en Savoie).

Km 90

LES ÉCHELLES (1 250 HAB.)

La commune, qui partage avec Entre-deux-Guiers la confluence du Guiers vif et du Guiers mort, se situe à mi-chemin des agglomérations de Grenoble et Chambéry. Elle fut jusqu’en 1860, année de rattachement de la Savoie à la France, une ville frontière marquant la limite entre la France et le Royaume de Sardaigne, le pont sur le Guiers vif marquant la frontière entre les deux pays. Autrefois traversée par la route nationale 6, positionnée au cœur d’une région touristique prisée, entre le site de Grottes des Échelles et les gorges de Chailles, la commune est adhérente à la communauté de communes Cœur de Chartreuse, ainsi qu’au Parc naturel régional de Chartreuse. Sa position de ville-frontière, propice à la contrebande, lui valut la visite fréquente au XVIIIe siècle du brigand Mandrin et de ses hommes. Par ailleurs, Stendhal avait une maison aux Échelles, son oncle étant maire de la commune. La mairie se trouve dans une ancienne commanderie des Hospitaliers, inscrite Monument historique en 1930. Les Échelles fut en 1984 le point de départ d’un contre-la-montre en côte du Tour de France jusqu’à la Ruchère (22 km), qui avait vu Laurent Fignon s’imposer devant Luis Herrera et Pedro Delgado.  

Grottes de Saint-Christophe

Les grottes sont célèbres en raison de leur mitoyenneté avec la voie sarde et de leur proximité avec la frontière entre la France et le duché de Savoie, puis le royaume de Sardaigne, dont elles ont longtemps constitué un poste-frontière sur la route de Paris à Turin. La « voie sarde » est un défilé d’origine naturelle qui fut aménagé en route et qui permet d’accéder au site des grottes. Son nom vient du fait que les ducs de Savoie, futurs rois de Sardaigne, adaptèrent ce passage (déjà aménagé par les Romains), en route royale pour les diligences au cours du XVIIe siècle. En 1649, d’autres travaux furent entrepris par la régente Christine de France pour consolider le mur du canal qui longeait cette voie, puis son fils, le duc Charles-Emmanuel II de Savoie, fit construire une rampe en pierres de taille, entre 1667 et 1670 pour faciliter le passage et achever cette voie vers la vallée du Guiers. Un monument dédié à Charles-Emmanuel II de Savoie a été érigé sur cette voie en 1674, juste avant l’accès aux grottes. Il est inscrit Monument historique en 1952. Selon certaines sources, une des nombreuses cavités situées dans le site dit des grottes des Échelles abrita le célèbre contrebandier français Louis Mandrin qui y cacha son trésor.

Km 99.5

SAINT-BÉRON (1 720 HAB.)  

Château de Vaux-Saint-Cyr

Construction : 1867.

Histoire : le château a été construit en 1867 par le comte Septime de Garnier des Garets, et par alliance, en 1910 le château revient à la famille Vaux-Saint-Cyr. Il a été bâti sur le site d’un château plus ancien, propriété des seigneurs de Clermont du Dauphiné puis de la famille de Dizimieu, qui le conserva jusqu’au début du XIXe siècle. Il fut rasé par les Genevois en 1603. C’est une propriété privée, seuls les extérieurs sont accessibles.

Caractéristiques : bâti en pierre du Gard et couvert d’ardoises, il est réalisé dans le style « éclectique » très en vogue au milieu du XIXe siècle et dont l’inspiration dominante vient de la Renaissance française et des décorations des châteaux de la Loire.

Classement : Monument historique depuis 1987.

Km 116.9

SAINT-GENIX-LES-VILLAGES (3 000 HAB.)

Elle est issue de la fusion en 2019 des communes de Gresin, Saint-Genix-sur-Guiers et Saint-Maurice-de-Rotherens. Ancienne ville frontalière, Saint-Genix-sur-Guiers a perdu son château comtal et ses fortifications, à l’exception d’une porte, dite de Savoie, et de quelques vestiges des remparts le long du Guiers. Son centre historique, regroupé autour de l’église, est remarquablement bien conservé. On y trouve une architecture en pierre, avec des tuiles en écailles et parfois des pignons à redents, comme dans le Bugey voisin. En dehors du centre, l’architecture rappelle celle de la plaine dauphinoise, avec des maisons en pisé. 

Musée Galletti

Le Radio-Musée Galletti présente l’histoire de la station de TSF construite par l’inventeur italien Roberto Clemens Galletti di Cadilhac avant la Première Guerre mondiale. Une collection d’anciens postes radiophoniques, de téléphones, d’affiches et de documents retrace 100 ans d’histoire des radiocommunications.

ISÈRE (38)

Région : Auvergne-Rhône-Alpes

Population : 1,2 million d’habitants (soit 16 % d’Auvergne-Rhône-Alpes)

Préfecture : Grenoble

Sous-préfectures : Vienne, La Tour du Pin

Nombre de communes : 521

Superficie : 7 431 Km² (11% d’Auvergne-Rhône-Alpes)

Spécialités : La noix de Grenoble (AOC), le St Marcellin (fromage IGP), le Bleu du Vercors-Sassenage (fromage AOP), les ravioles, la liqueur de Chartreuse, chocolats Bonnat, l’antésite. Les vins : Coteaux du Grésivaudan, Balmes Dauphinoises, Collines Rhodaniennes (vins IGP), Vitis Vienna (vins de Vienne). La truite du Vercors, les viandes d’alpage (bœuf, agneau), le gratin dauphinois, la brioche de Bourgoin, le murçon (charcuterie)…

Grands clubs sportifs : FC Grenoble (rugby), Brûleurs de loups (hockey sur glace), GF38 (football), CSBJ (rugby), Les bruleurs, Les ours de Villard (hockey), Rugby Sassenage Isère (rugby féminin).

Grandes compétitions : La Foulée blanche à Autrans, l’Ut4M (Ultra tour des 4 massifs), le Trail des passerelles du Monteynard, l’Echappée belle (Ultra traversée de Belledonne), EuroNordicWalk Vercors, le Grand Duc-trail de Chartreuse, La Marmotte à l’Alpe d’Huez (épreuve cyclosportive)

Festivals : La Coupe Icare à St Hilaire du Touvet, Festival de l’Alpe d’Huez (festival du film de comédie en Isère), Festival Berlioz à la Côte Saint-André, Festival Jazz à Vienne, Festival du film de montagne d’Autrans, Vélo Vert Festival à Villard de Lans, Tomorrowland à l’Alpe d’Huez.

Économie : Industrie, électronique, numérique, micro et nanoélectronique, informatique, recherche, santé, hydroélectricité, chimie et environnement, énergies, thermalisme, tourisme

Principaux sites touristiques : Domaine de Vizille, le monastère de la grande Chartreuse, Saint-Antoine l’Abbaye, les grottes de Choroanche, le téléphérique de Grenoble, musée de Grenoble, les caves de Chartreuse, musée Dauphinois, funiculaire de St Hilaire du Touvet, Crémieu, Vienne, parc Walibi Rhône-Alpes, Le plus grand glacier skiable d’Europe aux Deux-Alpes

Sites web et réseaux sociaux www.alpesishere.comwww.cyclo-alpes.com / www.isere.fr

Km 118

AOSTE (2 900 HAB.)

Siège du groupe agro-alimentaire Aoste, dont le jambon n’a rien à voir avec le jambon AOP produit dans la vallée d’Aoste en Italie.   Aoste a accueilli en 2017 le départ d’une étape du Critérium du Dauphiné enlevée par Peter Kennaugh à l’Alpe d’Huez, mais aussi une étape du Tour des Pays de Savoie en 2011, remportée à la Thuile par Romain Bardet.  

Musée gallo-romain d’Aoste

Création : 1856

Histoire : le nom d’Aoste provient d’Auguste et de Vicus Augustus, une petite ville romaine située au carrefour de plusieurs voies, dont l’une menait à Vienne, capitale de la province, puis Lyon, une autre vers la Suisse et la troisième en Italie Aoste puis Rome via Lemencum (Chambéry). La cité était alors un haut lieu de fabrication de verrerie et de poterie très bonne facture et sa production était exportée dans tout l’empire.

Caractéristiques : le musée gallo-romain d’Aoste est consacré à l’évocation de la vie quotidienne dans la ville antique d’Augustum, à la période gallo-romaine.

Classement : labellisé Musée de France.

AIN (01)

Population : 654 000 hab. (Andinois, Andinoises)

Préfecture : Bourg-en-Bresse

Sous-préfectures : Nantua, Belley et Gex

Superficie : 5 762 km 2

Région : Auvergne-Rhône-Alpes

Spécialités : volaille de Bresse (seule volaille AOC-AOP du monde), crème et beurre de Bresse, Vins du Bugey, fromages (comté, Bleu de Gex, morbier...), poissons des Dombes, quenelles de brochet sauce Nantua, tarte bressane, tarte de Pérouges...  

Patrimoine :  Monastère royal de Brou, basilique d’Ars (Ars sur Formans), Parc des oiseaux, la maison d’Izieu, cité médiévale de Pérouges, château des Allymes, abbaye d’Ambronay, Musée de la Bresse appelé désormais Domaine des saveurs-Les Planons, ainsi que 38 sites labellisés espaces naturels sensibles...

Sport : US Oyonnax (rugby), JL Bourg (Basket), USBPA  (rugby), FBBP01 (foot).

Compétitions majeures : Tour de l’Ain cycliste. Jumping international de Bourg-en-Bresse (CSI 4****). Grand Prix de tennis de Bourg Open de l’Ain. L’Ain’ternational Rhône-Alpes Valromey Tour (Epreuve internationale juniors 1 et 2 par équipe). Mondial de Quad de Pont-de-Vaux. La Forestière UCI. La Bisous (cyclosportive). L'Aindinoise (cyclosportive) Culture : Festival de musique baroque d’Ambronay. Le Printemps de Pérouges (musique). Les musicales du Parc des oiseaux. Le festival BD dans l’Ain. Festival cuivres en Dombes. Oh ! Bugey festival. À la folie pas du tout. Le grand marché des AOC - AOP – IGP. Les entretiens de Belley (événement gastronomique)

Économie :  1er département industriel de France. En janvier 2019, le Département de l'Ain a lancé son label Origin'Ain pour promouvoir ses nombreux savoir-faire (250 entreprises). De nombreux pôles de compétitivité d’envergure internationale (La Plastic Vallée, Alimentec, Le Parc industriel de la plaine de l'Ain...)

Sites web et réseaux sociaux : www.ain.fr / www.tourdefrance-ain.frwww.ain-tourisme.com / Facebook : @Departement01 / Instagram : @ain.le.departement / Twitter : @Departement_AINYoutube : Département de l'Ain / Snapchat : Snapdelain

Km 126.5

BRÉGNIER-CORDON (820 HAB.)

Le château de la Barre, situé à Brégnier-Cordon, fut le théâtre d’un fait divers qui aurait inspiré à Stendhal l’intrigue de Le Rouge et le Noir.  

Château de la Barre

Construction : 1344, remanié au XXe siècle.

Histoire : le fief appartient à Guillaume de Cordon, chevalier, qui en fait hommage la même année à Louis de Savoie. La seigneurie reste dans la famille jusqu’à la disgrâce d’Aynard de Cordon en 1435. Il reste peu de choses de l’ancien château du Moyen Âge. Les La Forest, qui en héritent aux XVIe et XVIIe siècles, transforment La Barre en demeure d’agrément, avec de beaux jardins.

Caractéristiques : le bâtiment principal actuel date de l’origine du château fort, XIIIe siècle ; c’est le donjon carré, à six niveaux qui culmine à 32 mètres ; il a été constamment habité ; les fortifications remontent au XIIIe siècle.

Petite histoire : le château a été le théâtre d’un fait divers impliquant un jeune séminariste du village de Brangues, Antoine Berthet, engagé en 1826 par le comte de Cordon comme précepteur. Berthet aurait séduit sa fille Henriette, ce qui aurait provoqué son renvoi. Persuadé pour sa maîtresse, l’épouse du maire de Brangues, était à l'origine de son licenciement, il fit feu sur elle dans l’église de Brangues. Arrêté et condamné à mort, il fut exécuté à Grenoble en 1828. Il est admis que Stendhal, familier des tribunaux et des affaires judiciaires, s'est inspiré de ce fait divers pour écrire son roman Le Rouge et le Noir. 

Réserve naturelle du Haut-Rhône

Elle s’étend sur 3 départements : l’Ain (Lhuis, Groslée, Saint-Benoît et Brégnier-Cordon), l’Isère et la Savoie. Avec 1707 hectares d’espaces alluviaux et forestiers s’étirant sur 26 km le long du Rhône, c’est la plus grande réserve fluviale forestière de France. Elle abrite des sites remarquables comme le méandre du Saugey et la forêt d’Evieu, de nombreuses espèces (castor, loutre, sonneur à ventre jaune, aigrette garzette, faucon hobereau, héron pourpre...), une grande diversité de milieux (ripisylves, saulaies, roselières, prairies inondables) et plus d’une dizaine de plantes remarquables (l’hottonie des marais, la renoncule grande douve, la petite naïade ou la fritillaire pintade)

Km 134.2

GROSLÉE-SAINT-BENOIT (1 240 HAB.)

Née de la fusion en 2016 de Groslée et Saint-Benoît, la commune compte sur son territoire plusieurs bâtiments inscrits MH, comme son ancien château médiéval, fief de la puissante seigneurie de Groslée et la maison forte de Vareppe (XVe).  

Château de Groslée

Construction : 1180.

Histoire : le château est bâti par Jacques de Groslée, sénéchal de Lyon. Le château, le village et la seigneurie sont vendus vers 1420 par Antoine de Groslée au duc Amédée VIII de Savoie, mais il restent dans la famille en revenant à Jacques de Groslée, seigneur de Lhuis. En 1580, le duc Charles-Emmanuel Ier de Savoie érige la seigneurie en comté en faveur de Claude de Groslée, en y unissant la seigneurie de Lhuis. Joseph-Marie de Barral, marquis de Montferrat, président au parlement de Grenoble, en hérite par mariage en 1777 et en jouissait encore en 1789. Le château, restauré aux XVe et XVIe siècles, est démantelé au XVIIIe siècle. Il n'en subsiste que le donjon.

Destination actuelle : propriété privée.

Classement : Monument historique depuis 1992.

Km 142.7

LHUIS (890 HAB.)

Son église romane Notre-Dame de l’Assomption (XIIe) est classée Monument historique depuis 1930. Lhuis, comme la plupart des communes traversées en cette fin d’étape, a figuré au parcours du Tour du Valromey, importante course par étapes juniors remportée notamment par Mathieu Van der Poel, Victor Lafay ou Romain Grégoire et en 2023 par le jeune Américain Andrew August, né en 2005 et annoncé comme un prodige en devenir.

Km 149.5

BRIORD (1 100 HAB.)

L’occupation ancienne de Briord est attestée par la présence d’un aqueduc romain enterré et par la découverte d’une nécropole gallo-romaine et barbare comprenant près de trois cents tombes datant du Ier au VIe siècles.  

Aqueduc de Briord

Construction : époque romaine.

Histoire : le site est exploré à partir de 1900 par le curé de Briord et dégagé en 1906.

Caractéristiques : l’aqueduc captait l’eau de source de la Brivaz à Montagnieu, traversait la colline de Briarette pour aboutir au niveau de l’établissement romain du vicus Brioratensis à Briord. Seule sa partie souterraine, sous la colline, est connue. La longueur du tunnel est d’environ deux cents mètres.

Classement : Monument historique en 1904. 

Km 151.8

MONTAGNIEU (670 HAB.)

Montagnieu doit sa réputation à la vigne, cultivée sur les fortes pentes de la montagne de Souhait, et à son vin blanc pétillant, portant le nom du village : un blanc champagnisé à la mousse élégante et aux fines bulles, à boire très frais en apéritif ou en dessert. Le vignoble d’appellation occupe une trentaine d’hectares, répartis sur les communes de Montagnieu, Seillonnaz et Briord. D’un point de vue architectural, on remarque la tour d’Oncin (bâtiment privé du XVe siècle). En 1919, le hameau des Granges, en contrebas de Montagnieu, est touché par un important éboulement d’un pan de montagne après plusieurs jours de pluies diluviennes. Une vingtaine d’habitations et la nouvelle école sont détruites, entraînant la mort d’une personne. Cet événement marqua durablement les mémoires.

Km 158.3

VILLEBOIS (1 290 HAB.)

Villebois s’est fait connaître par ses carrières et sa pierre. La pierre de Villebois a été utilisée dans la construction de nombreux édifices en France comme à Lyon (devant l’Hôtel Dieu sur les quais), Valence, Vienne, Givors, mais également en Suisse. On trouve des traces de l’exploitation de la pierre en 1695, mais c’est surtout dans la seconde partie du XVIIIe siècle que cette industrie connait son apogée. Villebois est connue pour tous les amoureux de canyoning avec la descente du Rhéby. Joseph Récamier (1774-1852), fondateur de la gynécologie moderne, a vécu à Villebois où son oncle, curé du village, l’a éduqué et lui a appris le latin.

ISÈRE (38)

Région : Auvergne-Rhône-Alpes

Population : 1,2 million d’habitants (soit 16 % d’Auvergne-Rhône-Alpes)

Préfecture : Grenoble

Sous-préfectures : Vienne, La Tour du Pin

Nombre de communes : 521

Superficie : 7 431 Km² (11% d’Auvergne-Rhône-Alpes)

Spécialités : La noix de Grenoble (AOC), le St Marcellin (fromage IGP), le Bleu du Vercors-Sassenage (fromage AOP), les ravioles, la liqueur de Chartreuse, chocolats Bonnat, l’antésite. Les vins : Coteaux du Grésivaudan, Balmes Dauphinoises, Collines Rhodaniennes (vins IGP), Vitis Vienna (vins de Vienne). La truite du Vercors, les viandes d’alpage (bœuf, agneau), le gratin dauphinois, la brioche de Bourgoin, le murçon (charcuterie)…

Grands clubs sportifs : FC Grenoble (rugby), Brûleurs de loups (hockey sur glace), GF38 (football), CSBJ (rugby), Les bruleurs, Les ours de Villard (hockey), Rugby Sassenage Isère (rugby féminin).

Grandes compétitions : La Foulée blanche à Autrans, l’Ut4M (Ultra tour des 4 massifs), le Trail des passerelles du Monteynard, l’Echappée belle (Ultra traversée de Belledonne), EuroNordicWalk Vercors, le Grand Duc-trail de Chartreuse, La Marmotte à l’Alpe d’Huez (épreuve cyclosportive)

Festivals : La Coupe Icare à St Hilaire du Touvet, Festival de l’Alpe d’Huez (festival du film de comédie en Isère), Festival Berlioz à la Côte Saint-André, Festival Jazz à Vienne, Festival du film de montagne d’Autrans, Vélo Vert Festival à Villard de Lans, Tomorrowland à l’Alpe d’Huez.

Économie : Industrie, électronique, numérique, micro et nanoélectronique, informatique, recherche, santé, hydroélectricité, chimie et environnement, énergies, thermalisme, tourisme

Principaux sites touristiques : Domaine de Vizille, le monastère de la grande Chartreuse, Saint-Antoine l’Abbaye, les grottes de Choroanche, le téléphérique de Grenoble, musée de Grenoble, les caves de Chartreuse, musée Dauphinois, funiculaire de St Hilaire du Touvet, Crémieu, Vienne, parc Walibi Rhône-Alpes, Le plus grand glacier skiable d’Europe aux Deux-Alpes

Sites web et réseaux sociaux www.alpesishere.comwww.cyclo-alpes.com / www.isere.fr

 

Km 164.9

VERTRIEU (600 HAB.)

L’histoire du village de Vertrieu est liée à sa proximité avec le Rhône. Le château, ancienne maison forte, fût construit à l’époque d’Humbert de la Tour, Dauphin du Dauphiné, qui était en guerre contre la Savoie. Un nouveau château a été construit au milieu du XVIIe siècle par le seigneur de la Poype, seigneur de Vertrieu, pour remplacer la maison forte qui dominait le fleuve. L’édifice est aujourd’hui abandonné et en ruines. Les deux châteaux sont classés. Le village se caractérise par ses habitations en pierre du pays, ornées par ses typiques balcons et montées d'escaliers. Toujours lié au fleuve, le village de Vertrieu a connu jusqu’en 1940 une importante activité portuaire avec plus de quarante mariniers. En effet, la pierre de Villebois et de Montalieu-Vercieu était transportée par voie fluviale au port de Vertrieu pour être acheminée par la route, et servir à la construction de nombreux édifices lyonnais.

Saint-Jean-de-Maurienne

Saint-Jean-de-Maurienne vous invite à l’aventure tout au long de l'année, chaque saison dévoilant des trésors uniques. En été, la ville s'épanouit dans un paysage animé de places charmantes et de marchés vivants, où les sentiers de randonnée riment avec sérénité, et où l'air vivifiant de la montagne guide votre voyage.

En hiver, Saint-Jean-de-Maurienne se transforme en un paradis enneigé, offrant des pistes exaltantes aux amateurs de ski. Et après le ski, l'hospitalité chaleureuse de la ville donne une touche de magie supplémentaire au décor enneigé.

Destination polyvalente, Saint-Jean-de-Maurienne vous promet une expérience immersive en toute saison. Sous le soleil de l'été ou sous la neige de l'hiver, la ville vous invite à découvrir les Alpes françaises dans toute leur splendeur.

En voir plus sur lastminute.com

Saint-Vulbas

Située dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, Saint-Vulbas se trouve à un peu plus de 30 km de Lyon. Malgré son caractère industriel, cette petite ville possède un certain nombre de bâtiments historiques ainsi qu’un charme rural bien français.

Les alentours de la ville sont d'une grande beauté naturelle. Outre des sentiers de randonnée et des pistes cyclables remarquables, différents sites, comme des grottes et des chutes d'eau, appellent à la découverte.

En voir plus sur lastminute.com

Suivez-nous

Recevez des informations exclusives sur le Tour de France