ITALIE

Population : 58,94 millions (2022)

Superficie : 302 073 km

Spécialités : pâtes (spaghetti, tagliatelle, penne, macaroni, fusilli, fettuccine, farfalle, papardelle, linguine, gnocchis…), sauces (carbonara, al ragu, arrabiata, alle vongole, all’amatriciana, pesto), raviolis, lasagnes, pizzas, risotto, bruschetta, focaccia, arancini, polenta, fromages (ricotta, mascarpone, gorgonzola, parmesan, mozarella, pecorino, provolone…), vins rouges (chiantis, barolo, montepulciano, valpolicella, bardolino), vins blancs, vins pétillants (prosecco), viandes (carpaccio, escalopes milanaises, scaloppine al limon), jambon de Parme, fruits, huile d’olive. Desserts (tiramisu, panna cotta, canello, panettone). Soupes (minestrone). Alcools (limoncello, Martini, Spritz, Campari). Chocolats (Toblerone, Nutella, Venchi, Caffarel…)

Clubs sportifs : Équipe nationale de football (Squadra Azzura, 4 titres mondiaux). Équipe nationale de rugby. Clubs de football : Juventus, Milan AC, Inter Milan, AS Roma, SSC Napoli, Torino, Fiorentina, Sampdoria Genoa, Atalanta Bergame, Bologne, Parme, Udinese, Lecce. 

Compétitions : Jeux olympiques d’été à Rome (1960). Jeux olympiques d’hiver à Cortina d’Ampezzo (1956), Turin (2006) et Milan-Cortina d’Ampezzo (2026). Coupes du monde de football 1934 et 1990. Coupes d’Europe de football. Tournoi des Six Nations. Grand Prix de F1 à Monza et Imola.

Cyclisme : Giro d’Italia. Milan-San Remo. Tour de Lombardie. Tirreno-Adriatico. Strade Bianche. Coureurs de légende – Fausto Coppi, Gino Bartali, Felice Gimondi, Marco Pantani, Vincenzo Nibali, Alfredo Binda, Francesco Moser, Mario Cippolini, Claudio Chiapucci, Florenzo Magni, Learco Guerra, Costante Giradengo, Ottovio Bottecchia. Coureuses de légende : Maria Canins, Elisa Longo-Borghini, Giorgia Bronzini, Elisa Balsamo.    Festivals : carnaval de Venise (février), Palio de Sienne (août), Mostra de Venise (cinéma), festival lyrique de Vérone (juin-septembre), Taormina Arte, Festival de musique de San Remo, I-Days Festival (Monza), Ypisgrock à Castelbuono, Festival d’été de Lucques, Festival de Jazz de Pérouse.

Économie : huitième économie mondiale. Luxe et textile (Gucci, Armani, Prada, Versace, Dolce & Gabbana, Benetton, Ray-Ban, Bulgari, Calzedonia, Max Mara, Fendi, Cerruti, Geox, Tod's, Ferragamo, Sergio Tacchini, Ellesse, Lotto, Kappa, Diesel, Kiton, Alcantara). 40% de la production mondiale du luxe sont fabriqués en Italie. Agroalimentaire (Ferrero, Parmalat, Perfetti Van Melle, Bolton Group, Buitoni, Barilla, Giovanni Rana, Campari, Galbani, Martini, Lavazza, Kimbo, Carapelli, De Cecco, Zanetti Segafredo). Automobile (Fiat, Lancia, Alfa Romeo, Lamborghini, Ferrari, Pagani, Maserati, Iveco ; motos Aprilia, Ducati, Cagiva et scooters Piaggio. Pneus Pirelli). Industrie : Leonardo (défense), Prysmian (câbles), Italcementi et Buzzi Unicem (ciment), sidérurgie (Tenaris, Riva, Marcegaglia, Lucchini RS et Groupe Beltrame), Beretta, Simmel Difesa, MBDA (armes), Fincantieri et Ferretti (construction navale), Groupe Mapei (isolants), Candy, Indesit, De'Longhi, Smeg et Zanussi (élctroménager), Olivetti (technologie), Bormioli Rocco (verre), Marazzi Group (carrelage), BTP Webuild, Groupe Gavio et TreviGroup (BTP). Tourisme (croisiéristes). Pharmacie, banques, médias. Agriculture (8% du PIB).

Sites web :www.italia.it, www.visititaly.com.    

PROVINCE DE PLAISANCE

Province d’Italie en Émilie-Romagne.

Capitale : Plaisance

Population : 285 000 hab.

Superficie : 2 585 km2

Principales villes : Plaisance (103 000 h.), Fiorenzuola d’Arda (15 000 h.), Castel San Giovanni (14 000 h.)

Spécialités : anolini (pâtes), pancetta, coppa, bortellina (crèpes), pisarei e faso (pâtes aux haricots), mostarda di frutte (fruits à la moutarde), turtei (pâtes fourrées aux épinards et ricotta). Vins des Colli Piacentini. Gutturnio et Bonarda (vins rouges), Ortrugo et Mavasia (vins blancs).

Célébrités : Giorgio Armani (styliste), Marco Bellocchio (cinéaste), Filippo et Simone Inzaghi (football), Giorgia Bronzini (cyclisme).

Tourisme : Théâtre municipal, Musée d’art moderne. Piacenza Jazz Fest. Festival Fotografia Europea. Art et Chocolat (mars). Festa dei Rebeldes (juin). Fiera della piancetta e di Primavera (mai).

Économie : : logistique (Amazon, Ikea, Unieuro), industrie manufacturière, universités.  Agriculture, viticulture. Robotique, automatisation industrielle.

Site web : www.provincia.piacenza.it

TOURISME À VELO
Contenu fourni par le réseau Vélo & Territoires

L’Italie regorge de merveilles naturelles et culturelles qui peuvent aussi se découvrir à bicyclette : des routes alpines aux paysages enchanteurs du littoral en passant par les grandes plaines de la vallée du Pô, au fil de villes d'art aux innombrables sites archéologiques… Il y en a pour tous les goûts ! Le pays travaille au développement de deux réseaux : le réseau cyclable national Bicitalia (20 itinéraires dans 20 régions) et le réseau européen EuroVelo avec notamment L’EuroVelo 8 - Route de la Méditerranée . Cet itinéraire de 888 km relie Cadix en Andalousie jusqu’à Athènes et Chypre avec, sur la portion italienne, un joli trajet du delta du Pô à la frontière des balkans en passant par la cité lacustre. Plages de galets et de sable doré, lagunes, gastronomie exceptionnelle, villes anciennes, tout le charme de l’Italie se dévoile au fil des kilomètres. De l’autre côté, l’itinéraire transalpin permet de rallier Nice à vélo : de quoi bien s’occuper avant d’y retrouver le peloton le 21 juillet…

Km 5.1

ROTTOFRENO (11 700 HAB.)

Selon la légende, le nom de la ville (qui signifie « mors cassé ») dérive d’un événement survenu lors de l’invasion carthaginoise de l’Italie (218-201 av. J.-C.), au cours de laquelle Hannibal aurait cassé le mors de son cheval. Cet événement est également rappelé dans les armoiries de la ville. En réalité, le nom vient du lombard roth (« gloire ») et fridu (« amitié », « sécurité »). Le 12 août 1746, pendant la guerre de succession d’Autriche, une bataille s’y est déroulée entre une armée franco-espagnole et une force autrichienne. Cet événement est connu sous le nom de bataille de Rottofredo. Les Français, conduits par le maréchal Maillebois, repoussèrent l’assaut autrichien, mais durent se retirer après la bataille. C’est la ville natale de Giairo Ermeti, champion d’Italie amateurs en 2004, qui participa à quatre reprises au Giro entre 2008 et 2013.

Km 13

CASTEL SAN GIOVANNI(13 300 HAB.)

Le château qui a donné son nom à la ville a disparu. La localité a été intégrée au Duché de Parme et de Plaisance en 1485.  Natif de Castel San Giovanni, Luca Solari a remporté le Grand Prix Pino Cerami en 2007 et participé à la Vuelta en 2005.

Collégiale San Giovanni

Construction : XIIIe et XIVe siècles.

Styles : gothique et baroque.

Histoire et caractéristiques : l’église dédiée au saint patron de Castel San Giovanni est de style gothique-lombard. La façade gothique est tripartite, avec de grands arcs en lancette et une grande rosace, et rappelle les grandes églises de Plaisance ; les trois portails, en revanche, sont clairement de style baroque. L’intérieur est divisé en trois nefs par de solides colonnes décorées de statues et surmontées de voûtes à lancettes et de nervures.

Signes particuliers : les œuvres d’art les plus intéressantes conservées à l’intérieur sont les suivantes : le Crucifix de Giacomo et Giovan Angelo del Maino (1496), les Fonts baptismaux (Bernardo et Battista Casella, 1550), les six statues en bois composant l’ensemble de la Crucifixion, le polyptyque sculpté datant de 1448, attribué à Bongiovanni et Giovanni Basssiano de Lupis et le retable représentant le sermon de saint Jean-Baptiste, de Pietro Melchiorre Ferrari.

LOMBARDIE

Région d’Italie

Capitale : Milan

Population : 10 millions d’habitants.

Provinces :  Milan, Bergame, Brescia, Côme, Lecco, Crémone, Lodi, Mantoue, Monza et Brianza, Pavie, Sondrio, Varèse.

Principales villes : Milan (1,4 million), Brescia (200 000 h.), Monza (124 000 h.), Bergame (121 000 h.), Côme (86 000 h.).

Célébrités : Silvio Berlusconi, Gianni Versace (entrepreneur), Bettino Craxi (homme d’État), Marco Ferreri, Gianmaria Volonte, Dino Risi, Luchino Visconti (cinéma), Giuseppe Verdi (compositeur), Adriano Celentano (chanteur), Giuseppe Meazza, Paolo Maldini (football), Felice Gimondi, Paolo Salvodelli (cyclisme).

Spécialités : polenta, minestrone, risotto, osso bucco, escalope milanaise. Fromages (gorgonzola, Grana Pandano, mascarpone). Panettone. Vins (Nebbiolo, Bonarda). 

Sports : Milan AC, Inter Milan, Atalanta Bergame (football). Olimpia Milano, Pallacanestro Brescia, Pallacanestro Varese, Guerino Vanoli Basket (basket). Jeux olympiques d’hiver 2026. Tour d’Italie, Milan-San Remo (cyclisme).

Tourisme : ville de Milan, lac de Garde, lac de Côme, lac Majeur. Pinacothèque de Brera, musée archéologique de Sirmione, grottes de Catulle. Dix sites classés au Patrimoine mondial de l’humanité de l’Unesco.

Économie : première puissance économique régionale d'Italie, la Lombardie produit à elle seule plus de 22% du PIB italien, accueillant de nombreux pôles industriels, financiers, et commerciaux du pays. L’économie de la Lombardie se caractérise par une grande variété de secteurs dans lesquels elle s’est développée, des secteurs traditionnels tels que l’agriculture et l’élevage, à l’industrie lourde et légère, jusqu’au secteur des services, qui a fortement évolué ces dernières décennies.

Sites web : www.regione.lombardia.it 

PROVINCE DE PAVIE

Province d’Italie de Lombardie.

Capitale : Pavie

Population : 538 000 h. 

Superficie : 2 968 km2

Principales villes : Pavie (72 600 hab.), Vigevano (63 500 hab.), Voghera (39 400 hab.).

Spécialités : risotto chartreux, soupe pavese, rago alla pavese, cassoeula, anguille, truite au voin blanc. Vins de l’Oltrepo Pavese.

Célébrités : Pétrarque, Valentino (couturier), les frères Maserati (automobile), Giovanni Lombardi (cycliste).

Tourisme : mausolée de Saint-Augustin à Pavie, cathédrale, basiliques et chartreuse de Pavie. Château Visconti.

Économie : agriculture (viticulture, riziculture, céréaliculture). Secteur industriel beaucoup plus contenu.

Site web : www.provincia.pv.it

Km 24.8

STRADELLA (11 000 HAB.)

Siège d’une bataille entre les troupes de Napoléon et l’Autriche en 1800, Stradella a été l’un des principaux centres mondiaux de production d’accordéons. L’un des premiers accordéons fut produit par Mariano Dallapè en 1876. Entre les deux guerres, sur les 10 000 habitants de Stradella, 1 200 travaillaient dans le secteur. Après-guerre, le déclin de l’accordéon fut la conséquence de l’incapacité des entreprises à s’adapter aux conditions de marché. L’histoire de l’accordéon à Stradella est racontée dans un musée situé dans le Palais Garibaldi. Stradella a accueilli à deux reprises le Giro d’Italia, la dernière fois en 2021, et Alberto Bettiol s’y était imposé.

Tour de Stradella

Construction : XIVe et XIXe siècles.

Histoire : les affrontements entre Plaisance et Pavie poussent l’évêque de Pavie Guido Langosco à faire construire en 1300 des remparts en briques, à l’intérieur desquels Gian Galeazzo Visconti, seigneur du duché de Milan, fait ériger en 1390 la forteresse inférieure. Le château de Stradella est acheté par la municipalité en 1823 et démoli en 1845 pour être remplacé par la place du marché, n’épargnant que la tour qui sert de base au nouveau clocher.

Caractéristiques : la tour est construite en briques, le plan a une base carrée et au sommet se trouve un ornement probablement ajouté au XVe siècle ; l’ajout avec le clocher a été construit après l’effondrement du clocher de l’église paroissiale voisine des saints Nabore et Felice en 1834.  

Km 29.4

BRONI (9 680 HAB.)

Le barbacarlo est un vin rouge produit exclusivement dans les collines des environs de Broni. L’équipe de basket féminin de Broni a évolué en première division italienne.

Km 44.1

MONTEBELLO DELLA BATTAGLIA (1 570 HAB.) 

La localité doit son nom à deux batailles, la bataille de Montebello de 1800, où l’armée française du Maréchal Lannes avait battu l’armée autrichienne. Une autre bataille avait opposé en 1859 les armées française et savoyarde à l’Autriche.

Castello Beccaria

Construction : XIIe siècle.

Histoire : au XIIIe siècle, le fief passe sous l’égide de la famille Visconti du duché de Milan qui, en 1469, confère à la famille Beccaria le titre de comtes de Montebello et obtient ainsi toutes les possessions, y compris les vestiges du château, reconstruit en 1472. Dans les premières décennies du XVIe siècle, le château appartenait à la famille Bellocchio de Pavie, qui l’a entretenu pendant 300 ans. En 1851, Giuseppe Bellocchio vend la partie supérieure du palais à l’avocat Ernesto Ghislanzoni, tandis que la partie inférieure est achetée par la municipalité pour servir d’hôtel de ville. En 1923 la famille de Ghislanzoni achète la partie municipale et entreprend des restaurations hasardeuses. Le château devient un hôtel en 2010.

Caractéristiques : le bâtiment, construit en briques, présente un plan rectangulaire, des contreforts et une haute tour à l'extrémité. La structure a été fortement remaniée au fil du temps, prenant les caractéristiques d’une grande maison d’habitation, surtout après la restauration du XVIIe siècle. Un grand parc est annexé au palais.

Km 50.7

VOGHERA (39 000 HAB.)

Ancienne colonie romaine sous le nom d’Iria, Voghera prospère au Moyen-âge comme lieu de passage des pèlerins vers Rome. Avec l’occupation française (1796), Voghera, en tant que chef-lieu de district, appartint d’abord au département de Marengo, puis à celui de Gênes. Les remparts sont démolis au XIXe siècle et la ville est durement touchée par les bombardements alliés pendant la Seconde Guerre mondiale. Le 31 mai 1962, la gare de la ville a été le théâtre d’un grave accident ferroviaire au cours duquel 63 personnes ont perdu la vie. Voghera possède un curieux musée historique qui conserve notamment l’Autobianchi A112 dans laquelle le général Carlo Alberto dalla Chiesa a trouvé la mort lors d'une tentative d’assassinat, et le pistolet Beretta M34 qui a tué Benito Mussolini. Parmi les célébrités de Voghera, il faut mentionner l’escrimeur Cesar Pavesi, quadruple champion olympique à l’épée entre 1952 et 1960, le couturier Valentino ou les frères Maserati, fondateurs de la firme automobile du même nom. À noter que l’aîné de la fratrie, Carlo, était coureur cycliste.  Le Tour d’Italie s’est rendu à quatre reprises à Voghera, la dernière fois pour un départ en 1989, quand Laurent Fignon s’était imposé à La Spezia. Le plus célèbre coureur de la ville était Luigi Lucotti, qui remporta trois étapes du Tour de France en 1919 et 1921, terminant 4e au général cette dernière année. Il a également pris la 3e place du Giro en1914. Voghera est jumelée avec Manosque.

Château des Visconti

Construction : Xe et XIVe siècles.

Histoire : aux XIe et XIIe siècles, Voghera était doté d’un des châteaux les plus puissants de l’Oltrepo. Renforcé et agrandi au cours des ans, il devient en 1372 la résidence de Galeazzo Visconti, qui le restaure complètement. Le château est ensuite confié par les Visconti aux Beccaria, aux Dal Verme et aux Sforza avant d’être balloté dans les guerres entre Français et Autrichiens. Lorsque le territoire passe à Charles Emmanuel III de Savoie, l’édifice sert de bureau des impôts, de siège de la magistrature et d’intendance. Il est peu à peu transformé en palais au cours du XIXe siècle en vue d’en faire un lieu dédié à l’art et à la culture. Le château fait continuellement l’objet de travaux de conservation, notamment pour restaurer des fresques découvertes en 1997 et attribuées à Bramantino.

Destination actuelle : outre des expositions, le festival de photographie de Voghera Fotografia se tient chaque année dans les salles du château Visconti.

PIÉMONT

Région d’Italie

Capitale : Turin

Population : 4,3 millions d’habitants.

Provinces : Turin, Coni, Alexandrie, Biella, Asti, Novare, Verceil, Verbano Cusio Ossola.

Principales villes : Turin (900 000 h.), Novare (102 500 h.), Alexandrie (90 000 h.)

Célébrités : famille de Savoie, dont Victor-Emmanuel II, premier roi d’Italie. Cavour (homme d’État italien), Antonio Gramsci, Joseph de Maistre, Cesare Pavese, Primo Levi, Mario Soldati, Italo Calvino, Umberto Eco (penseurs et écrivains), Camillo Olivetti, Gianni et Giovanni Agnelli (industriels), Giuseppe Farina (F1), Umberto Tozzi et Carla Bruni (chanson).

Spécialités : agnolotti (raviolis farcis), tajarin (pâtes aux truffes), risotto au Barolo, polenta carbonara, poulet chasseur, artichauts farcis, gianduiotto (chocolat), Bicerin, vermouth. Gressins. Sabayon.

Sports : Juventus de Turin, Torino (football). Jeux olympiques d’hiver 2006. Coupes du monde de ski à Sestrières.

Tourisme :  Résidences des ducs de Savoie. Turin ville d’art et d’histoire. Stations de ski d’Oulx, Bardonecchia ou Sestrières. Ivrée. Lac Majeur. Festival du film de Turin. Festival du film Lovers. Festival international du cinéma féminin. CioccolaTo (festival du chocolat). Torino Jazz Festival. Artissima (art moderne), Mito Settembre Musica (septembre). Salon international du livre de Turin.

Économie : agriculture : céréales (riz et maïs), fruits et lait. Le Piémont est l’une des plus grandes régions viticoles d’Italie avec des vins tels que le barolo, le barbaresco et le moscato d’Asti. Automobile (Fiat), Iveco. Informatique (Olivetti). Textile. Chocolaterie (Ferrero à Coni). Universités. Tourisme.

Sites web : www.regione.piemonte.it

PROVINCE D’ALEXANDRIE

Province d’Italie dans le Piémont.

Capitale : Alexandrie

Population : 405 300 hab.

Superficie : 3 558 km2.

Principales villes : Alexandrie (91 000 h.), Casale Monferrato (36 000 h.), Nove Ligure (28 230 h.)

Spécialités : focaccia, farinata, pansotti, corzetti, raviolis al tocco. Desserts : biscotti della salute d’Ovada (biscuits), soupe de pois chiches, tagliatelles à l'ail (sauce aux noix), panada farsö (beignets typiques de la fête de Saint-Joseph), les baci di dama (baisers de dame), friandises à base de noisettes et de chocolat, risotto au barolo, rabaton (gros gnocchis), poulet Marengo, Agnolotti. Vins : Cortese di Gavi, Dolcetto et Barbera.

Célébrités : Umberto Eco (écrivain), Gianni Rivera (footballeur et homme politique), Giuseppe Borsalino (chapelier), Costante Girardengo (cyclisme).

Tourisme : La région du Monferrato Casalese, riche en monuments et en châteaux, offre également une riche gastronomie. Edifices religieux : Trinità da Lungi à Castellazzo Bormida, Santa Croce à Bosco Marengo, abbaye de Santa Giustina à Sezzadio, Sacro Monte di Crea inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO. Villages pittoresques : Gavi, Cremolino, Carpeneto, Tagliolo Monferrato, Gavazzana, Bosio et Rocca Grimalda avec son plan du haut Moyen Âge et l’ancien carnaval de Lacher.

Économie : agriculture. Usine Michelin à Alexandrie.

Site web : www.comune.alessandria.it

Km 68.8

TORTONE (27 600 HAB.)

Tortone est notamment connue pour être liée à Fausto Coppi, l’un des plus grands coureurs de l’histoire, qui naquit à Castellania Coppi, un village dans le terroir de Tortone et qui avait l’habitude de s’entrainer sur les collines autour de la ville. La ville se trouve par ailleurs sur le parcours de Milan-San Remo et d’une autre course historique, la Milan-Tortone. Une première arrivée d’étape du Tour d’Italie s’est déroulée dans la ville piémontaise en 1989 avec le succès de Jesper Skibby lors de la 18e étape. En 2017, Tortone a été ville d'arrivée de la 13e étape, remportée par Fernando Gaviria. Tortone était, sous les Romains, une colonie florissante sous le nom de Dertona, et une des villes les plus importantes de la Ligurie. Incendiée par Frédéric Barberousse, elle se relève et s’érige en république, grâce à l’aide des Milanais qui eurent une forte influence sur la ville. En 1535, elle est donnée en dot à Christine du Danemark lors de son mariage avec François II Sforza, dernier duc de Milan. Elle y meurt en 1590. Pendant deux siècles, de guerre en conflit, Tortone va passer entre les mains des Français et des ducs de Savoie, qui en héritent finalement en 1814 et lui permettent de prospérer.  

Fausto Coppi

En vingt ans, de 1940 à son décès en 1960, Fausto Coppi a fait entrer le cyclisme dans la modernité. Fils de paysan piémontais et ancien commis charcutier, l’Italien a rapidement profilé sa silhouette de héron en tête des pelotons pour repousser les limites de son sport par une attention minutieuse à la diététique, à l’entraînement et aux soins. S’il n’a remporté le Tour de France « que » deux fois, en 1949 et 1952, ses cinq victoires dans le Giro entre 1940 et 1953, son titre mondial cette dernière année ainsi que ses succès dans les plus grandes classiques (Milan-San Remo 1946, 1948 et 1949, Paris Roubaix 1950, Tour de Lombardie 1946, 1947, 1948, 1949 et 1954) lui ont valu le qualificatif de campionissimo, un titre encore renforcé par sa rivalité avec son compatriote Gino Bartali. C’est d’ailleurs au côté de ce dernier qu’il s’est révélé dès son premier Tour d’Italie en 1940. Embauché par l’équipe Legnano pour épauler Gino le Pieux, il se retrouve propulsé au premier plan lorsque son leader chute et perd toute chance de victoire. Coppi remporte alors son premier grand Tour, à vingt ans, tandis que Bartali doit se contenter du titre de meilleur grimpeur. Une rivalité hors normes vient de naître, que la Guerre interrompt quelque temps. Coppi n’en démontre pas moins en 1942 ses qualités de rouleur en s’adjugeant le record de l’heure. La paix revenue, Fausto Coppi frappe un premier grand coup en remportant Milan-San Remo en 1946 après une échappée de 140 km. Mais dans le Giro, victime d’une chute, il subit la loi de Bartali au terme d’une bataille sans merci. Il prend sa revanche l’année suivante alors que les deux hommes se neutralisent en 1948, laissant la victoire à Fiorenzo Magni. C’est en 1949 que Coppi, qui a laissé son rival disputer et remporter le Tour en 1948, se frotte enfin à la Grande Boucle. Comme pour le Giro, il s’y impose dès sa première participation, en bénéficiant pour une fois du soutien de Bartali. Le Piémontais devient ainsi le premier homme à réussir le doublé Tour-Giro la même année, ayant enlevé à nouveau le Tour d’Italie grâce à une échappée au long cours entre Cuneo et Pinerolo. 1950, où il remporte quand même Paris-Roubaix, et 1951, sont des années noires pour Coppi, qui se fracture le bassin avant de perdre son frère Serse, mort des suites d’une chute dans le Tour du Piémont. Il faut attendre 1952 pour le retrouver au sommet. Impérial dans le Giro, il est encore plus impressionnant dans le Tour de France, où il devient le premier vainqueur à l’Alpe d’Huez avant d’écraser la concurrence à Sestrières puis dans les Pyrénées. Il relègue son plus proche concurrent, le Belge Stan Ockers, à près d’une demi-heure. En 1953, il ne défend pas son bien pour se consacrer au championnat du monde, qu’il enlève à Lugano. On ne le reverra jamais sur la Grande Boucle. Son déclin s’amorce jusqu’à son décès prématuré. En 1959, il participe à un critérium en Haute-Volta (Burkina-Faso) avec son complice Raphaël Geminiani, Jacques Anquetil et Henri Anglade. Tous rentrent en Europe affaiblis. Ils souffrent de la malaria, mais elle est diagnostiquée trop tard chez l’Italien, qui décède à l’âge de quarante ans, laissant derrière lui le souvenir d’un des coureurs les plus élégants, les plus efficaces et les plus novateurs de l’histoire de son sport. 

Km 82.2

 ALESSANDRIA (91 000 HAB) 

Première ville du Monferrato, Alessandria (Alexandrie en français) est la capitale d’une riche région industrielle. Sa fondation remonte à 1168 pendant la lutte historique entre l’empereur et la papauté. Elle fut baptisée Alessandria par les partisans du pape Alexandre III opposés à l’empereur Frédéric Barberousse, qui la surnomma « l’Alexandrie de paille ». Importante place forte militaire à partir du XVIIIe siècle sous le règne des Savoie, la construction d’une citadelle défensive en est le témoignage le plus parlant. Les ruelles piétonnes du centre et la Piazza Libertà conservent de beaux palais anciens. Parmi les célébrités de la ville, il faut mentionner l’écrivain Umberto Eco (Le Nom de la rose), qui a conté avec beaucoup d’humour le récit de la fondation de sa ville natale dans un de ses romans, Baudolino (2001). Mais aussi le footballeur Gianni Rivera, Ballon d’Or en 1969 et vainqueur de deux Coupes des clubs champions et d’un Euro, devenu député par la suite. Et enfin Giuseppe Borsalino, inventeur du chapeau qui porte son nom. Alexandrie a reçu le Giro à huit reprises entre 1929 et 2006. Parmi les coureurs du cru, on peut citer Giorgio Zancanaro, vainqueur de trois étapes du Giro entre 1963 et 1967 et porteur du maillot rose cette année-là, ou Ugo Massocco, qui participa au Giro à huit reprises entre 1952 et 1961. Zancanaro participa au Tour en1962.   

Citadelle d’Alessandria

Construction : 1732

Style : baroque.

Histoire : à partir de 1713 et la reprise d’Alessandria par le duc Victor-Amédée II de Savoie, la priorité de tous les seigneurs de Piémont est de faire de la ville un bastion pour protéger la frontière de leur État. L’ancien quartier médiéval de Bergoglio est rasé afin de construire sur ses ruines une vaste citadelle adaptée aux nouvelles nécessités de la guerre. L’ingénieur Ignazio Giuseppe Bertola fut chargé du projet et de la construction. La première pierre fut posée le 4 septembre 1732. En 1745, la forteresse était complète dans ses principaux composants et fut tout de suite testée au feu, en 1745 et 1746, quand elle résista pendant sept mois à l’armée franco-espagnole, durant la Guerre de Succession d'Autriche.

Caractéristiques :  la forteresse est construite sur un plan hexagonal, et s'étend sur 74 hectares. Elle renferme un arsenal, plusieurs casernes, des poudrières ainsi qu’un hôpital et un puits. L’accès se fait par deux portes : la porte principale ou Porte Royale (vers la ville) et la porte de secours ou Porte d’Asti (vers la campagne). La place-forte est ordonnée en quadrilatères organisés autour d’une vaste place centrale.

Classement : Bien culturel italien. Liste indicative du patrimoine mondial. 

PROVINCE D’ASTI

Province d’Italie dans le Piémont.

Capitale : Asti

Population :  207 500 h.

Superficie : 1 504 km2

Principales villes : Asti (73 400 h.), Canelli (10 000 h.), Nizza Monferrato (10 000 h.).

Spécialités : robiola di Roccaverano et Muletta (salami épais à base de lard, de filet, de cuisse, d’épaule désossée et dégraissée). Cardon, utilisé dans la préparation du plat typique, la bagna cauda (ou caôda), piments et moutarde de raisin. Truffes blanches et noisettes du Piémont. Risottos et tajerìn. Vins d’Asti, Barbera, Moscato et Grignolino.

Célébrités : Paolo Conte (chanteur), Don Bosco (religieux).

Tourisme : Asti (fortifications, palais médiévaux, tours, cathédrale). 

Économie : Asti est une province essentiellement agricole, avec un accent particulier sur les vignobles (Monferrato, Asti). L’industrie, principalement développée dans la capitale et les communes voisines, ne joue pas un rôle fondamental dans l’économie, bien que la province abrite de nombreuses activités dans le secteur secondaire.

Site web : www.provincia.asti.it

Km 123

NIZZA MONFERRATO (10 100 HAB.)

Située entre les villes d’Alba, d’Asti et d’Alessandria, c’est un important centre agricole et commercial au cœur de la région du Montferrat, l’une des zones viticoles italiennes les plus connues au monde, en particulier pour les vins rouges et les vins mousseux. Inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO en 2014 pour ses paysages et son vin Barbera, elle est, après la capitale, le centre le plus important de la province et de la vallée du Belbo, avec Canelli. En plus du vin, Nizza Monferrato est connu pour la culture du cardon, une sorte d’artichaut jadis consommé en gratin dans tout le royaume de Savoie et qui gagne à être reconnu. La ville a connu un passé tumultueux, fait de sièges des armées française et espagnole, mais a fini par prospérer en passant sous la coupe du Duché de Savoie en 1703.  En 1944, Nizza Monferrato fut la capitale d’une éphémère république partisane créée pour lutter contre le fascisme.  

Vin de Nizza

Le Nizza (également appelé Barbera d’Asti Superiore Nizza avant 2014) est un vin rouge DOCG produit à partir du cépage Barbera et la zone de production est limitée aux communes de la province d’Asti situées autour de Nizza Monferrato. Les conditions climatiques y sont particulièrement favorables à la maturation du barbera. Le Nizza a été promu au rang de DOCG en 2014 après avoir été une sous-zone du Barbera d’Asti DOCG. Les vignes de Nizza sont exigeantes en matière d’ensoleillement et occupent normalement les pentes les mieux exposées, orientées du sud-est à l’ouest, à l’exclusion des vallées. L’aire de production est au cœur de ce que l’on appelle le bassin piémontais tertiaire, une région vallonnée qui est née du soulèvement des fonds marins à la fin de l’ère tertiaire ; les sols sont calcaires, de profondeur moyenne et caractérisés par des marnes sablo-argileuses et des grès stratifiés.  

Hôtel de ville et beffroi

Construction : 1353.

Histoire : le Palazzo Comunale (Hôtel de Ville) est un bâtiment imposant avec une façade en briques naturelles datant du XIVe et du XVe siècles : il a servi depuis le début comme siège du gouvernement local de Nizza Monferrato.

Caractéristiques : l’édifice est composé de deux étages supérieurs, chacun doté de quatre fenêtres, avec une corniche ornée d’une lunette en arc. Au rez-de-chaussée, il présente une large arcade intérieure bordée de quatre arcs, chacun soutenu par un grand pilier. Les armoiries de la ville figurent au-dessus du balcon en fer forgé qui relie les deux fenêtres centrales du premier étage. L’élément le plus important est toutefois l’ancien clocher de l’hôtel de ville, que les habitants de Nizza Monferrato appellent Il Campanone.  

Km 140.3

COSTIGLIOLE D’ASTI (5 700 HAB.)

Situé à 13 km d’Asti, Costigliole d'Asti est l’un des fiefs de la viticulture du Piémont, son vignoble étant le plus étendu de toute la région (11,7 km2). Les principaux cépages cultivés sont le barbera, le dolcetto, le grignolino, le freisa et le brachetto. En rouge, le vignoble produit des Barbera d’Asti, des Barbera de Montferrat, des Piémont Barbera, du Monferrato Dolcetto, du Freisa d’Asti, du Grignolino d’Asti, du Piemonte Brachetto. En blanc, Costigliole produit des muscats d’Asti et du Piémont, notamment de l’Asti Spumante, et des Chardonnay.  

Château de Costigliole d’Asti

Construction : XIVe, XVe et XIXe siècle.

Histoire : entouré d’un grand parc, le château de Costigliole (Castello di Costigliole d’Asti) domine la ville. Il a été construit aux XIVe et XVe siècles et n’a été restructuré que plus tard pour lui donner sa forme gothique actuelle. Propriété du marquis Filippo Asinari, homme politique et fin connaisseur de vins, le manoir était la résidence de la comtesse de Castiglione, habile en politique et dans ses relations et considérée comme l’une des plus belles femmes du XIXe siècle.

Destination actuelle : depuis 1994, le château est le siège du Parc culturel du prix Grinzane Cavour qui, avec le soutien de la région du Piémont, s’efforce de promouvoir tous les aspects du territoire, en développant le débat entre les arts plastiques et la littérature. Le château abrite également un musée national du territoire, destiné à promouvoir le patrimoine littéraire, historique, architectural et anthropologique du Piémont méridional. Propriété de la ville, il abrite une école internationale de cuisine et, chaque année, la "vente aux enchères du Barbera", qui est devenue un événement incontournable pour les amateurs de vin.

Km 145.4

Castagnole delle Lanze (3 700 hab.)

La bourgade a accueilli en 2012 une étape du Giro Rosa enlevée par Marianne Vos.

Km 149.9

NEIVE (3 400 HAB.)

Son centre historique conserve une structure médiévale, faite de rues pavées qui montent vers la tour de l’horloge et d’élégants bâtiments en terre cuite. Il a été inclus dans l’association I Borghi più belli d’Italia (Plus beaux villages d’Italie), créé par le Conseil du tourisme de l’Association des municipalités italiennes (ANCI). C’est le lieu de naissance de l’un des plus grands écrivains italiens de l’épopée paysanne, Franco Piccinelli, auteur de plus de 40 livres, dont des romans et des poèmes, pour la plupart situés dans les Langhe. Du haut du village, on a une vue sur les collines environnantes cultivées avec des vignes : c’est la zone de production des grands vins DOC et DOCG : Barbera d’Alba, Dolcetto d’Alba, Barbaresco et Muscat d’Asti. Le premier Barbaresco fut d’ailleurs produit sous l’appellation de Neive : à Neive, Camillo Cavour, comte de Castelborgo, prit à son service entre 1832 et 1849, le négociant et œnologue français Louis Oudart qui entreprit de planter et de vinifier le cépage Nebbiolo. Son vin présenté sous le nom de Neive remporta une médaille d’or à l'Exposition de Londres de 1862. Conservant les mêmes techniques utilisées par Oudart pour son Neive, en 1892 était élaboré au château de Castelborgo le premier Barbaresco

PROVINCE DE CONI

Province d’Italie dans le Piémont

Capitale : Coni (Cuneo)

Population :  581 500 h.

Principales villes : Coni (56 000 h.), Alba (31 200 h.), Bra (30 000 h.).

Spécialités : truffe blanche d’Alba, Cuneesi al rum (gâteaux), raviolini al plin, chocolaterie (Ferrero), vins

Célébrités : Pietro et Michele Ferrero (chocolatiers),

Tourisme : Tour Civique de Coni, cathédrale d’Alba, palais communal d’Alba. Château des Berardi. 

Économie : agriculture : produits laitiers (Biraghi, Osella, Valgrana, Inalpi, Occelli et Fattorie Fiandino) ; confiserie (Ferrero, Maina, Balocco, Panealba et Accornero, Cuba-Venchi, Baratti&Milano, Campiello) ; conserves (Galfrè, Agrimontana) ; vins et liqueurs (Cinzano, Fontanafredda). Grand vins (Alba, barolo). Parmi les principales industries : Miroglio (textile) ; Ferrero d’Alba (confiserie) ; Edizioni San Paolo d’Alba ; Maina et Balocco de Fossano (boulangerie) ; Monge de Monasterolo di Savigliano (aliments pour animaux) ; Silvateam de San Michele Mondovì (production de tanin) ; Mondo Spa d’Alba (équipements sportifs) ; Arpa Industriale Spa de Bra (stratifiés plastiques) ; Cartiere Burgo (papier) ; bicyclettes (Denver, Olagnero, Dino Bikes, Montana Bike).

Site web : www.provincia.cuneo.it  

Km 153.1

BARBARESCO (670 HAB.)

Barbaresco est surtout connu pour son vin. Le barbaresco est un vin rouge DOCG issu du cépage nebbiolo à robe profonde et intense, aux arômes de violette et de fruits, puis épicés. Il est tanique, concentré, avec une bonne acidité. Il fut élaboré pour la première fois en1892 au château de Castelborgo (voir Neive). Les vignobles autorisés se situent dans les communes de Barbaresco, Neive, Treiso et une partie de San Rocco Seno d’Elvio et d’Alba. Le vieillissement est obligatoire : 2 ans en fûts de chêne ou de châtaignier (4 ans pour la Riserva). Au Moyen Âge furent construits la tour et le château, donnant le village fortifié actuel. Le ricetto piémontais fut une zone fortifiée où la population pouvait se réfugier en cas de danger. Le territoire de Barbaresco fut disputé entre les villes d’Asti et d’Alba et entre différents seigneurs pendant des guerres qui ont porté ces territoires sous différents pouvoirs, jusqu’à son rattachement final à la Savoie. La Tour de Barbaresco reste le symbole de la ville et de son passé médiéval. Elle a été transformée en bistrot et en centre de dégustation de vin. En 2014, Barbaresco fut le point de départ d’un contre-la-montre viticole du Giro jusqu’à Barolo, enlevé par Rigoberto Uran.  

Km 163.3

ALBA (31 210 HAB.)

Entourée de coteaux plantés de vignes, Alba est la capitale piémontaise du bon vin, à proximité immédiate des villages mondialement connus pour leurs appellations : Barolo, Barbaresco ou La Morra. Mais Alba est aussi le siège de la société Ferrero, qui produit notamment l’un des produits italiens les plus exportés au monde : la crème de chocolat à la noisette Nutella. C’est aussi une terre connue pour sa truffe blanche, idéalement accompagnée par les vins du cru. Chaque année, la foire de la truffe d’Alba attire des milliers de touristes et de professionnels de la gastronomie. Comme les autres villes du Piémont, Alba a été l’objet de conflits incessants entre la France, l’Espagne et la Savoie. En 1796, les Français, dirigés par Napoléon Bonaparte, y ont institué une République d’Alba, prétexte à piller les ressources de la ville et à la taxer au-delà du raisonnable. En 1944, une autre République d’Alba fut fondée par les résistants italiens contre le fascisme. Alba est jumelée avec Beausoleil. Parmi les coureurs cyclistes originaires d’Alba figure Matteo Sobrero, champion d’Italie du contre-la-montre en 2021 et vainqueur d’un chrono du Giro en 2022. Alba est également la ville des frères Rosa, Diego et Massimo. Diego a participé à deux reprises au Tour de France, en 2016 et 2020. Le Giro a fait halte à Alba à six reprises entre 1968 et 2020 (pour un départ, victoire de Tao Geoghegan Hart à Sestrières).    

Foire de la truffe blanche

Cette foire internationale, créée en 1928, se déroule sur plus d'un mois (entre octobre et novembre), les festivités ayant principalement lieu les weekends. Un grand marché de la truffe blanche récoltée dans l’année est mis en place, avec des spectacles, de la musique, des séances de dégustation, une foire au vin... Une course d’ânes représentant les différents bourgs de la ville est particulièrement populaire. En général, le deuxième dimanche de novembre est organisée, au château-œnothèque de Grinzane Cavour, l'Asta Mondiale, vente aux enchères des plus belles truffes blanches de la région en connexion simultanée avec de grandes villes étrangères.

Km 170

GUARENE (3 570 HAB.)

Commune viticole, comme toutes celles de la région, Guarene est également connue pour la culture d’une variété de poire de plus en plus populaire, la madernassa. En 2021, c’est dans la côte de Guarene que Taco van der Hoorn s’était échappé pour remporter une étape du Giro à Canale.  

Château de Guarene

Construction : 1726 à 1770.

Style : baroque.

Histoire : au XVIIIe siècle, Carlo Giacinto Roero, seigneur de Guarene, construit lui-même sa magnifique demeure, l’entoure de jardins et la décore. Bon architecte, bien qu’amateur, aristocrate de premier plan et riche propriétaire terrien, il ne lésine pas sur les moyens et conçoit un véritable palais, que visite le roi Victor Emmanuel III de Sardaigne en 1773. Resté intact avec toutes ses œuvres d’art, il est devenu un hôtel de grande classe et figure sur le parcours du Baroque piémontais.

Caractéristiques : c’est une construction imposante à trois étages de près de 25 mètres de haut ; il est entouré de spacieux et élégants jardins à l’italienne réalisés au cours de la première moitié du XVIIIe siècle. Au beau milieu du Roero, ses balcons dominent plus de 60 km du territoire classé au patrimoine de l’Unesco : on y découvre les Langhe de Asti jusqu’aux abords du village de Barolo en passant par Barbaresco ; on y distingue le Montferrat, ainsi qu’une bonne partie de l’arc Alpin.  

Km 189

CERESOLE ALBA (2 000 HAB.)

Siège le 11 avril 1544 d’une bataille meurtrière entre les troupes françaises et celles de l’armée d’Espagne et du Saint Empire romain germanique. Malgré la victoire des Français, commandés par François de Bourbon, ils ne purent poursuivre leur route jusqu’à Milan, qui était leur objectif. Cette bataille fit plus de 8 000 morts ou blessés et près de 4 000 prisonniers. Un musée lui est dédié. Ceresole Alba est jumelée avec Saint-Paul-de-Vence et a la même vocation artistique, illustrée par la présence du Musée international des artistes femmes (MIDA).  

Musée international des artistes femmes

Ouvert en 2023 et installé dans l’église Madonna dei Prati, le Museo Internazionale delle Donne Artiste (MIDA) est le premier musée d’Europe consacré exclusivement à des artistes féminines. Il expose des œuvres de peintres et de sculptrices de tout premier plan comme Berhe Morisot, Suzanne Valadon, Louise Bourgeois, Yoko One ou Sonia Delaunay.  

VILLE MÉTROPOLITAINE DE TURIN

A remplacé la province de Turin en 2015

Capitale : Turin

Population :  2,2 millions

Superficie : 6 827 km2.

Principales villes : Turin (850 000 h.), Moncalieri (56 500 hab.), Collegno (49 200 h.)

Spécialités : agnolotti (raviolis farcis), tajarin (pâtes aux truffes), risotto au Barolo, polenta carbonara, poulet chasseur, artichauts farcis, gianduiotto (chocolat), Bicerin, vermouth. Gressins. Sabayon.

Tourisme : Résidences des ducs de Savoie. Turin ville d’art et d’histoire. Stations de ski d’Oulx, Bardonecchia ou Sestrières. Ivrée. Lac Majeur. Festival du film de Turin. Festival du film Lovers. Festival international du cinéma féminin. CioccolaTo (festival du chocolat). Torino Jazz Festival. Artissima (art moderne), Mito Settembre Musica (septembre). Salon international du livre de Turin.

Économie :  les principaux produits d'exportation de la province de Turin sont les automobiles, les machines et les produits métalliques. Les services constituent le secteur économique le plus important, représentant 66 % du produit intérieur brut. Les deux autres secteurs importants sont l’industrie (32 %) et l’agriculture. Afin de promouvoir l’esprit d’entreprise, la province a lancé l’opération « Start Your Own Business ».  

Km 198.1

CARMAGNOLA (30 000 HAB.)

Carmagnola (Carmagnole en français) était le fief des marquis de Saluces jusqu’à la conquête de ce territoire et la prise de la ville par la maison de Savoie (1588). La production la plus importante y était le chanvre et la prospérité de cette culture était telle que le bourg fut pendant des siècles le plus important marché de la péninsule italienne pour cette denrée. Le passage aux mains du duc Charles-Emmanuel Ier de Savoie provoqua l’exil volontaire vers Marseille de beaucoup de fileurs de chanvre. En 1691, eut lieu le siège et la prise de Carmagnole par les troupes françaises durant la guerre de la Ligue d’Augsbourg dans lesquels participèrent les régiments de Sault et de Feuquières. La chanson révolutionnaire La Carmagnole serait dérivée de la tenue des paysans piémontais exilés en France, qui aurait influencé l’accoutrement des sans-culottes. La ville vit aujourd’hui essentiellement de l’établissement d’une usine FIAT. Parmi les célébrités de Carmagnole, on peut citer Gianluigi Lentini, qui fit les beaux jours du Milan AC, compta 13 sélections en équipe d’Italie et remporta la Ligue des Champions en 1994.  

Abbatiale de Casanova

Construction :  XIIe et XVIIe siècle.

Style : roman, gothique et baroque. 

Histoire : un monastère est fondé au milieu du XIIe siècle après une donation du marquis de Saluzzo aux cisterciens. L’abbaye étend son territoire et sa richesse au cours des siècles suivants. En 1567, Emanuel Philibert, duc de Savoie, restreint ses privilèges. Une controverse s’engage pour savoir qui nomme l’abbé, fonction occupée par diverses personnalités, dont plusieurs cardinaux et le prince Eugène de Savoie de 1688 à 1730. En 1642, l’abbaye est mise à sac par une armée calviniste. En 1693, une armée française la saccage.

Caractéristiques : l’église actuelle est due à une reconstruction commencée en 1680 dans un style baroque. Certains éléments conservent des parties gothiques ou romanes. L’église comporte trois nefs et un grand transept, avec une abside située à l’extrémité est. Le long des nefs latérales se trouvent quatre chapelles. Le clocher a été ajouté en 1825.

Signes particuliers : entre 1681 et 1695, plus d'une douzaine de toiles représentant la vie de la Vierge et de Jésus ont été peintes par Federico Cervelli ; dix d'entre elles se trouvent dans la nef principale.  

Château de Caramagnole

Construction :  XIIIe siècle.

Style : médiéval.  

Histoire : construit en 1203 par le marquis Manfredo II de Saluces, cet imposant édifice défensif était à l’origine une simple fortification avec des palissades en bois et un fossé, mais au fil du temps, il s’est enrichi de tours, de bastions et de remparts, devenant un fort militaire au cours des nombreuses guerres qui ont touché la région. En 1588, il a été conquis par Charles-Emmanuel Ier de Savoie, qui a ajouté un deuxième cercle de remparts. Entre 1686 et 1687, il a accueilli environ 1 400 hommes capturés dans les vallées vaudoises, dont seuls 300 ont survécu aux dures conditions de détention. En 1701, le château a été vendu aux pères Philippins, qui ont construit l’église de San Filippo avec les matériaux récupérés des fortifications et ont transformé une partie du château en couvent.

Caractéristiques : le château conserve encore des traces de son passé médiéval, comme les créneaux supérieurs des remparts, la tour de guet du XVe siècle, surélevée au XVIIIe siècle, et une magnifique cour intérieure avec un portique en arcs brisés.

Destination actuelle : depuis 1863, le château abrite la mairie, après une restauration financée par l'administration municipale.

Km 205.9

CARIGNANO (9 000 HAB.)

Vers 1900, Carignan était l’une des plus grandes banlieues de Turin, mais elle a connu un long déclin économique et démographique depuis la faillite des filatures Bona, qui faisaient vivre la ville. Carignano fut en 1888 le lieu d’arrivée des championnats d’Italie sur route, remportés par le coureur d’origine anglaise Gilberto Marley, qui enleva le titre à trois reprises en 1887, 1888 et 1889 avant de devenir un dirigeant important du sport italien. C’est aussi la ville natale de Bartolomeo Aimo, l’un des meilleurs coureurs des années 1920, qui termina deux fois sur le podium du Tour de France, en 1925 et 1926, et quatre fois sur le podium du Giro entre 1921 et 1928. Il remporta également deux étapes du Tour.

Km 214.1

VINOVO (15 120 HAB.)

Cette banlieue de Turin, jadis fief de la famille Della Rovere, prospéra autour de sa manufacture de porcelaine, qui entraîna à la fin du XIXe siècle l’industrialisation et l’expansion démographique de la ville. Vinovo est la ville natale de Giovanni Valetti, vainqueur du Giro d’Italia en 1938 et en 1939. En 1938, il profita de l’absence de Gino Bartali pour survoler la course, portant le maillot rose pendant dix jours. En 1939, il domina Bartali dans les Dolomites et s’imposa avec trois minutes d’avance sur son rival. En cinq participations, Valetti remporta également sept étapes du Tour d’Italie. Il ne participa au Tour de France qu’à une reprise, en 1937, ne disputant qu’une étape avant d’abandonner. La guerre mit fin à sa carrière et il devint ouvrier chez FIAT à Turin.

Km 220.1

NICHELINO (46 240 HAB.)

Ancien fief de la famille d’Ussel, c’était une bourgade rurale jusqu’à l’ouverture d’une gare ferroviaire en 1854. Une vague d’immigration massive du sud de l’Italie au milieu du XXe siècle porta sa population de 15 000 en 1961 à plus de 45 000 dix ans plus tard. À proximité de la ville se trouve le gigantesque Pavillon de chasse de Stupinigi, classé au patrimoine mondial de l’Unesco en 1997 au titre des résidences royales de la maison de Savoie en Piémont.  

Pavillon de chasse de Stupinigi

Construction : 1731

Style : baroque

Architecte : Filippo Juvarra.

Histoire : la propriété passe aux Savoie en 1418. Au XVIe siècle, le duc Emmanuel Philibert confie les terres à l’ordre Mauricien. Siccome, son Grand maître, transforme le domaine en réserve de chasse. Victor-Amédée II décide la construction d’un hôtel particulier de prestige. En 1729, il confie le projet à Filippo Juvarra. Le pavillon de chasse est inauguré le 5 novembre 1731. La construction s’agrandit pendant les règnes de Charles-Emmanuel III et de Victor-Amédée III. Benedetto Alfieri réalise deux nouvelles ailes vers 1759. Napoléon Ier y séjourne du 5 au 16 mai 1805 avant d’aller à Milan recevoir la couronne de fer. Vers 1832, le palais redevient la propriété de la famille royale et il accueille des bals, des concerts, des visites d’État et est fréquenté régulièrement jusqu’au début du XXe siècle.

Caractéristiques : une imposante statue de cerf domine le toit du corps central qui en fait un vrai pavillon de chasse flanqué de fermes, d’écuries, d’entrepôts et de jardins. Le parc est d’une superficie de 160 000 m2. L’intérieur du pavillon occupe une superficie de 46 000 m2, comprenant le Grand salon, surmonté d’une coupole en cuivre sur laquelle trône la statue de bronze du cerf, une chapelle dédiée à saint Humbert, les cabinets chinois, la salle des perspectives, plus 137 pièces et 17 galeries.

Destination actuelle : devenu aujourd’hui lieu d’expositions temporaires et le siège du Musée des Arts et de l’Ameublement, y sont exposés les objets de décoration originaux exécutés par les artistes et les artisans les plus importants du Piémont.

Classement : patrimoine mondial de l’Unesco en 1997.

Plaisance

Située au confluent du Pô et de la Trebbia, Plaisance, ou Piacenza, est une charmante ville à la frontière entre la Lombardie et l'Émilie-Romagne, dans le nord de l'Italie. Chargée d'histoire, la ville possède un riche patrimoine artistique, exposé dans des sites tels que le Palazzo Gotico, qui date du XIIIe siècle, le Palazzo Farnese, bâti à la Renaissance, ou encore le spectaculaire Duomo.

Les vignobles de Plaisance produisent des vins exceptionnels, et la région est également connue pour ses charcuteries et ses fromages remarquables, comme le Grana Padano et la pancetta. Et si vous avez envie de vous sucrer le bec lors de votre séjour à Plaisance, optez pour les plats traditionnels de la ville que sont le turtlìt et la mostarda di frutta.

En voir plus sur lastminute.com

Turin

Historique et élégante, Turin incarne pleinement l'héritage culturel de l'Italie, elle qui en fut la première capitale au XIXe siècle. En vous promenant dans les rues de Turin, vous découvrirez de nombreux sites magnifiques et édifiants.

Au cœur de la ville se trouve la Piazza Castello, qui abrite le grand Palazzo Madama et le Palais royal, ainsi que des théâtres, des bars et des cafés. Et ne manquez sous aucun prétexte la Mole Antonelliana, où vous pourrez profiter d'une vue imprenable sur la ville depuis la tour d'observation.

Capitale du Piémont, Turin est aujourd'hui une ville moderne et animée, où exercent certains des plus grands noms de l'industrie automobile italienne. Mais elle regorge également d’endroits où s'arrêter, se détendre et satisfaire ses sens, depuis les fantastiques marchés du Quadrilatero Romano jusqu’aux célèbres chocolatiers de la ville.

EN voir plus sur lastminute.com

Suivez-nous

Recevez des informations exclusives sur le Tour de France