RÉGION NOUVELLE AQUITAINE

Départements : Charente, Charente-Maritime, Corrèze, Creuse, Dordogne, Gironde, Landes, Lot-et-Garonne, Pyrénées-Atlantiques, Deux-Sèvres, Vienne, Haute-Vienne.

Population : 5,9 millions hab.

Préfecture : Bordeaux

Superficie : 2 011 km2

Spécialités : vins de Bordeaux, Cognac, Armagnac, piment d’Espelette, noix du Périgord, tomates de Marmande, huitres du bassin d’Arcachon, viande de Salers, vache blonde d’Aquitaine, jambon de Bayonne, agneau de Pauillac, canelés bordelais. Oie, canard, pommes sarladaises, poulet basquaise, garbure, lamproie. Truffe noire.

Clubs sportifs : Girondins de Bordeaux (Football), Stade montois, l’Union sportive dacquoise, l’Aviron bayonnais, Union Bordeaux Bègles Atlantique, Stade rochelais, CA Brive Corrèze Limousin, Section paloise, Biarritz olympique, SU Agen (rugby), Elan Béarnais Pau-Orthez, CSP Limoges (basket).

Compétitions : Tour de France, surf à Lacanau (Lacanau Pro) et Biarritz. Tour du Limousin.  

Festivals : fêtes de Bayonne, fêtes de Dax, fêtes de la Madeleine à Mont-de-Marsan, Francofolies de la Rochelle, festival de la BD d’Angoulême, foire du livre de Brive, Nuits de nacre à Tulle, Grand Pavois de La Rochelle, Garorock à Marmande, festival du film policier de Cognac.

Économie : vins de Bordeaux, Cognac et Armagnac, industrie aéronautique et spatiale, biotechnologies, chimie, recherche scientifique. Filière image et numérique. Agroalimentaire. Port de Bordeaux. Tourisme. Universités.

Sites touristiques : Bordeaux, Saint-Émilion, La Rochelle, Biarritz, bassin d’Arcachon, dune du Pilat, grottes de Lascaux, Futuroscope de Poitiers, plages de Lacanau, Biarritz, Biscarosse, Hourtin, Carcans, Soulac-sur-Mer, embouchure de la Gironde, vignobles du Bordelais, châteaux de Dordogne, château de Pau, Pyrénées, ile d’Oléron, île de Ré.  

Sites web et réseaux sociaux : www.nouvelle-aquitaine.fr

TOURISME À VELO
Contenu fourni par le réseau Vélo & Territoires

PK 168

Finies les plaines, la route se cabre en direction du Massif Central ! Il faudra que les cyclotouristes courageux affûtent leurs mollets pour arpenter les routes de la Grande Traversée du Volcan à vélo. Cet itinéraire de 165 km est la promesse d'un voyage au cœur des monts du Cantal. De la Vallée du Lot au Val d'Allier, ce parcours exigeant serpente entre les gorges, volcans et hauts plateaux et traverse le plus vieux volcan d'Europe. Les villes et villages de Maurs, Aurillac, Mandailles, Allanche sont des étapes incontournables pour se ravitailler en spécialités locales, Cantal et Salers en tête ! L’itinéraire est d’ailleurs labellisé « Vélo & Fromages »,  figurant parmi les 120 parcours roulants et gourmands que compte l’hexagone. Point d'orgue du parcours, l'ascension à vélo du col du Pas de Peyrol au pied du Puy Mary, est un spot idéal une pause gourmande en attendant la course !

CREUSE

Population : 113 106 hab.

Préfecture : Guéret.

Sous-préfecture : Aubusson.

Superficie : 5 565km2

Spécialités : gâteau creusois (à base de noisettes), fondu Creusois (plat à base de fromage), pommes du limousin, bœuf limousin.

Clubs sportifs : Entente sportive Guérétoise (football), Rugby Club Guérétois Creuse, Creuse oxygène (vélo), Cercle cycliste Mainsat-Evaux.

Compétitions : Trail du Loup Blanc, Mornay Festival, Critérium cycliste de Dun-le-Palestel, 10 heures de Vassivière (paddle).

Culture : Cité internationale de la Tapisserie (Aubusson), musée de Guéret (en travaux), Scénovision, fresque de Bridiers, festival Musique à la Source.

Sites touristiques : Lac de Vassivière. Cité internationale de la tapisserie à Aubusson, château de Jouillat, château de Boussac, château de Crozant, Gargilesse, Evau-les-Bains (thermalisme), Labyrinthe géant de Guéret.

Économie : agriculture (élevage), sylviculture, artisanat (tapisserie d’Aubusson). Tourisme vert.

Sites webet réseaux sociaux : www.creuse.frwww.tourisme-creuse.com

La Creuse dévoile de nombreuses pépites : lieux artistiques chargés d’histoire, villages de caractères, jardins, châteaux, etc. La nature aux mille visages de la Creuse, c’est l’assurance d’être époustouflé par des sites remarquables comme l'Étang des Landes, réserve naturelle nationale, ou les Pierres Jaumâtres, un lieu naturel insolite avec un amoncellement d’une quarantaine de blocs de granit. Que ce soit au bord de l’eau, dans ses vallées et ses forêts, la Creuse est un écrin remarquable pour la pratique du sport nature, à commencer par le vélo sous toutes ses formes (Tour de la Creuse à Vélo, Grande Traversée VTT, Espace Gravel FFC, etc.), mais aussi à pied sur des sentiers balisés. Les rivières et les lacs et notamment celui de Vassivière se prêtent à la pratique des activités nautiques. Une grande richesse culturelle La Cité Internationale de la Tapisserie à Aubusson fait partie des joyaux de la Creuse. On y retrouve tout un pan de l’histoire de cet art ancestral mais aussi de nombreux liens avec l’art contemporain comme des œuvres sur les créations de Tolkien ou sur l’imaginaire de Miyazaki. Dans le nord-ouest, c’est la Vallée des Peintres qui s’offre au visiteur, elle qui a inspiré de grands peintres impressionnistes comme Claude Monet.

Km 7

ROUGNAT (480 HAB.)

Natif de la commune en 1925, Bernard Chevallier, surnommé Cheval, a effectué toute sa carrière de rugbyman à l’AS Montferrand : il compte 26 sélections en équipe de France au poste de deuxième-ligne et a remporté le Tournoi des Cinq Nations à deux reprises (1954 et 1955). L’église Saint-Laurent est inscrite Monument historique depuis 1935 et comprend des tableaux du maître baroque italien Giovanni Domenico Lombardi.  

Château de Châteaubodeau

Construction : XVe siècle.

Style : médiéval.

Histoire : propriété la plus méridionale de la famille Châteaubodeau, originaire du Bourbonnais. En 1991, le château et son parc servirent au tournage du film d’Alain Corneau Tous les matins du monde. Le chanteur d’opéra belge José van Dam a longtemps résidé dans le château, dont sa femme était propriétaire. Il y organisait des manifestations autour de la musique classique.

Caractéristiques : les bâtiments sont généralement bien conservés et son mur d’enceinte est toujours debout. Parmi les œuvres de maçonnerie caractéristiques, on notera : les mâchicoulis et marnières du pont-levis. À l’intérieur du corps de logis se trouvent de vastes salles et une grande cheminée en bois, sculptée vers 1650.

Km 11.7

AUZANCES (1 180 HAB.)

Auzances fut une des cinq châtellenies de la baronnie des Combrailles dont la capitale était à Chambon-sur-Voueize. La guerre de Cent Ans marque la prise de la place forte médiévale par les Anglais en 1357. Le château fut démoli en 1830. Sur le territoire de la commune se trouvent les vestiges d’une villa gallo-romaine inscrite MH en 1991. Jean Taillandier, gardien de l’équipe de France de football en 1960, est né à Auzances.

PUY-DE-DÔME (63)

Population : 662 285 hab.

Préfecture : Clermont-Ferrand

Sous-préfectures : Ambert, Issoire, Riom, Thiers

Superficie : 7 970 km2

Spécialités : fromages (Bleu d'Auvergne, Fourme d'Ambert, Saint-nectaire…), ail de Billom, Vins d’Auvergne AOP (Chanturgue, Chateaugay, Boudes, Corent, Madargue), miel

Clubs sportifs : ASM Clermont Auvergne (rugby), Clermont Foot 63 (ligue 2), JA VCM Basket (Pro B).

Compétitions : Trophée Andros (course auto), Mondial des Volcans (pétanque), Cross de Volvic, cyclosportive "Les Copains Cyfac", Championnats de France handisport (tennis de table), All Star Perche, Championnat de France et Challenge national (BMX), course de côte du Mont-Dore (auto)...

Festivals : festival international du court métrage à Clermont-Ferrand, Europavox, Jazz en tête, Jazz aux sources à Châtel-Guyon, Festival international de danses et musiques du monde à Issoire, Coutellia à Thiers.

Sites touristiques : Grand site du puy de dôme, train panoramique, puy de Sancy, Vulcania, Lemptégy, l’Aventure Michelin, Musée Archéologique de la bataille de Gergovie, ASM Expérience, Musée départemental de la Céramique à Lezoux, Musée de la coutellerie à Thiers et Musée Richard de Bas à Ambert, scénomusée La Toinette à Murat-le-Quaire, Château de Murol, villes thermales (Royat, Le Mont-Dore, La Bourboule, Chateauneuf-les-Bains,Chatel-Guyon)…

Economie : pneumatiques (Michelin), agroalimentaire (Limagrain, eaux minérales), métallurgie, industrie pharmaceutique, aéronautique, thermalisme, tourisme.

Sites webet réseaux sociaux : www.puy-de-dome.fr www.auvergne-destination-volcans.com

Km 28.2

MONTEL-DE-GELAT (420 HAB.)

Le Montel de Gelat était le centre d’une importante seigneurie. En 1224 elle appartenait à Guillaume, comte de Clermont. Les Ventadour, les Aubert (dont un membre fut le pape Innocent VI), les Daillon puis les Roquelaure se succèdent alors.  En 1738, le château passe à Charles Louis de Lorraine par son mariage avec Élisabeth de Roquelaure. Le château seigneurial existe toujours, mais très remanié. Au XVIe siècle, une tour a été percée de fenêtres renaissance.  

Église Saint-Mamert

Construction : XIVe et XVe siècles.

Style : gothique.

Histoire et caractéristiques : suivant la tradition, l’église aurait été bâtie par Guillaume Aubert, seigneur du Montel-de-Gélat, à la demande de son frère, le pape Innocent VI, mort en 1362. Cet édifice comprend une nef sans collatéraux, ce qui présente en Auvergne une certaine rareté, un choeur à trois pans et deux chapelles latérales du XVe siècle formant un faux transept. Son élément le plus remarquable est le portail principal qui présente une série d’arcatures retombant sur des colonnettes aux chapiteaux composés de têtes et de motifs floraux alternés. La tour du clocher a été ajoutée à l’époque moderne.

Classement : Monument historique depuis 1982.

Km 50.2

HERMENT (250 HAB.)

Campé sur sa butte basaltique à 830 m d’altitude, Herment est le premier contrefort volcanique à l’ouest du département du Puy-de-Dôme. En toile de fond, les Monts Dore, ceux du Limousin et le Plomb du Cantal. Une vue exceptionnelle sur cinq départements depuis la Promenade des Murs, site protégé qui ceint le bourg à l’emplacement des anciens remparts. Fortifiée en 1140 par le comte Robert III d’Auvergne, Herment est une petite ville médiévale construite autour de sa collégiale du XIIe siècle. Plusieurs monuments et édifices de caractères sont également visibles.  

Collégiale Notre-Dame d’Herment

Construction : XIIe et XIIIe siècles.

Style : roman et gothique. 

Histoire et caractéristiques : érigée entre 1145 et le début du XIIIe siècle par le chapitre cathédral de Clermont sur un terrain offert par le comte d’Auvergne Robert III, la collégiale, de transition roman-gothique est unique en Auvergne. L’inspiration du maître d’œuvre traduit des influences du roman limousin. Par sa taille, la collégiale est le troisième édifice roman du département du Puy-de-Dôme. Elle renferme des mobiliers classés monuments historiques : bas-relief, Vierge de Pitié, fonts baptismaux et peintures de la porte occidentale.

Classement : Monument historique depuis 1862.

Km 64.6

BOURG-LASTIC (870 HAB.)

En juillet 1944, à la suite de l’attaque d’un convoi allemand par la Résistance, 23 otages, dont le maire de Bourg-Lastic, sont exécutés sur place par les Allemands. Six autres résistants sont fusillés un mois plus tard, dont Georges Monéger, chef de l’Armée secrète de Corrèze et compagnon de la Libération. En 1962, Bourg-Lastic hébergea plus de 4 000 harkis dans un camp de transit installé dans la commune.

Km 72.3

MESSEIX (1 020 HAB.)

Son église Saint-Pierre (XIIIe siècle) est classée Monument historique depuis 1916, notamment pour son portail gothique. La ville était connue pour sa mine de charbon, aujourd’hui désaffectée et transformée en musée. Un autre musée reconstitue une école du début du XXe siècle.  

Musée Minérail

Ouverture : 1990.

Histoire : le charbon exploité dans le bassin minier est de l’anthracite appartenant au grand sillon houiller du Massif central. L’exploitation démarre de façon artisanale au XVIIIe siècle pour alimenter l’industrie chaufournière locale. L’extraction s’industrialise au XIXe siècle et la concession de Messeix change plusieurs fois de propriétaires. Le puits Saint-Louis est creusé de 1923 à 1928 jusqu’à 740 mètres de profondeur. En 1946, la compagnie est nationalisée au sein des houillères du bassin d’Auvergne, une division de Charbonnages de France. Les mines ferment en 1988. L’association Minérail est créée en janvier 1990 pour préserver le carreau du puits Saint-Louis et en faire un musée.

Caractéristiques : plusieurs maquettes sont abritées dans la chambre chaude et d’autres bâtiments de la fosse. Les bâtiments du chevalement et de la machine d’extraction abritent de l’outillage et de la machinerie. Un train minier touristique fait le tour du carreau de la mine.

Km 89.6

LARODDE (290 HAB.)

Lac de Bort-les-Orgues

Le lac de Bort-les-Orgues est un lac artificiel français de 10,72 km2, résultant de la création du barrage de Bort-les-Orgues, sur le haut cours de la Dordogne, entre 1942 et 1952. Il marque l’entrée du cours d'eau dans ses gorges. Long de 21 km, le lac se partage entre les départements de la Corrèze (Nouvelle-Aquitaine), du Cantal et du Puy-de-Dôme (Auvergne-Rhône-Alpes). C’est le troisième plus grand lac de barrage du Massif central, et le treizième plus grand lac artificiel de France.

CANTAL (15)

Population : 144 379 hab.

Préfecture : Aurillac             

Sous-préfectures : St Flour, Mauriac

Superficie : 5 726 km²

Spécialités : 5 fromages AOP (Cantal, Salers, Saint-Nectaire, Bleu d’Auvergne, Fourme d’Ambert), charcuterie (saucisson, pâté, fritons, jambon du pays…), la truffade (à base de pommes de terre et Tome du Cantal), le pounti (flan salé-sucré aux pruneaux), les bourriols (galettes), Cornet de Murat, Tarte à la Tome (desserts), Gentiane Couderc, Avèze, Salers, Le Birlou, Le Tonton (Apéritif et liqueur), Croquants de Salers et de Trizac.

Clubs sportifs : Le Stade Aurillacois Cantal Auvergne (rugby, Pro D2), Football Club Aurillac-Arpajon (Ligue 2 féminine, hommes en CFA 2), Saint-Flour Handball (N1).

Compétitions : Ultra Trail du Puy Mary-Aurillac, La Pastourelle (randonnée, VTT, course à pied), Critérium cycliste international de Marcolès, l’Etape Sanfloraine (Cyclosportif) et L’Antonin Magne (Cyclotourisme)

Patrimoine : le Puy Mary, villages de Salers et de Tournemire, St-Flour, 8 petites cités de caractère, le Viaduc de Garabit construit par la compagnie Gustave Eiffel, Chaudes-Aigues et la source du Par dont l’eau s’écoule à 82°, la station du Lioran, les Châteaux de Val et d’Anjony, le Lac de Saint-Etienne Cantalès.

Festivals : Festival international de théâtre de rue à Aurillac, Festival des Hautes Terre (St Flour), Hibernarock, Madcow festival, festival du Boogie-Woogie à La Roquebrou (du 7 au 11 août 2024), Foire à la châtaigne à Mourjou (octobre), fête de l’Estive à Allanche (25 mai), les Européennes du Gout à Aurillac (5 et 6 juillet)

Économie : agriculture, tourisme « 4 saisons », thermalisme, agroalimentaire, artisanat, fabrication de meubles, d’emballages en matières plastiques, de produits pharmaceutiques et de parapluies. Production et distribution de gaz industriels et médicaux.

Sites web / FB / Twitter : www.cantal.fr www.cantal-destination.comwww.lelioran.comwww.puymary.frhttp://www.caleden.comhttps://www.facebook.com/CantalDestination/?ref=hl / https://twitter.com/cantaldhttps://www.facebook.com/cantalauvergne/https://twitter.com/cantalauvergne    

Le Cantal est une terre aux multiples facettes. Autour de son massif volcanique, de grandes vallées glaciaires dessinent des paysages variés faits de hauts plateaux et de gorges vertigineuses. Pays de terroir par excellence, il a su préserver ses savoir-faire au fil du temps notamment pour la production des fromages : premier département français en nombre d’AOP fromagère. Le fromage cantal, par exemple, se produit aujourd’hui comme au XVIIIe siècle. Du côté des viandes et salaisons, elles font l’objet de la plus grande attention de l’élevage à la transformation puis la vente. Ici, le temps est donné et respecté pour que la qualité régale les papilles les plus fines de nombreuses spécialités proposées de la « petite » table au restaurant gastronomique. Enfin, le Cantal n’est pas seulement un territoire gorgé de souvenirs, ce sont des richesses à découvrir, des lieux insolites à visiter (Viaduc de Garabit, châteaux, villages typiques ou encore vieilles bâtisses à l’architecture robuste). Il offre un patrimoine culturel riche avec notamment son Festival de Théâtre de rues d’Aurillac qui a gagné une notoriété internationale.

Km 102.9

LANOBRE (1 370 HAB.)

Lanobre abrite la partie nord du barrage de Bort-les-Orgues et l’extrémité du lac créé par la retenue d’eau. Au-dessus du lac se dresse fièrement le pittoresque Château de Val.

Château du Val

Construction : XIVe et XVe siècle.

Style : médiéval. 

Histoire : Guillaume IV d’Estaing, chambellan du roi Charles VII, gouverneur du Rouergue, achète Val et fait construire le château actuel. La famille d’Estaing l’habite jusqu’au XVIe siècle. Un certain nombre de familles occupent ensuite le château, jusqu’à la famille d'Arcy. En 1946, elle est expropriée en vue de la construction du barrage de Bort-les-Orgues. Les d’Arcy emportent avec eux le mobilier du château. Finalement, le château n’est pas englouti, mais il est pillé par des cambrioleurs en 1949. EDF le revend en 1953 pour un franc symbolique à la ville de Bort-les-Orgues. C’est aujourd'hui un lieu touristique, qui peut être visité.

Caractéristiques : le château de Val a été construit sur les fondations d’un château du XIIIe. Il se présente sous la forme d’un haut corps de logis rectangulaire que flanquent de près six tourelles d’angle couronnées de mâchicoulis et coiffées en poivrière. La tour d’angle des communs ajoutés aux XVe et XVIIe siècles est un vestige de l’enceinte du XIIIe siècle.

Signes particuliers : chaque été, une exposition de peinture contemporaine y est organisée. Il est d’usage que l’artiste croque le site du château. Une vaste collection s’est ainsi constituée (Bernard Buffet, Franz Priking, Jean Commère, Eugène Baboulène, Frédéric Menguy, Gabriel Dauchot). Le château a servi à plusieurs reprises pour des tournages, notamment pour Le Capitan d’André Hunebelle en 1960, avec Jean Marais et Bourvil.

Classement : Monument historique depuis 1946.

Km 108.6

BORT-LES-ORGUES (2 540 HAB.)

Petite cité industrieuse, Bort a notamment bâti sa prospérité sur le cuir, puis sur le textile, avant d’être frappée comme d’autres par la désindustrialisation. Le barrage installé sur la Dordogne, et la retenue d’eau ainsi créée, ont favorisé un développement touristique qui reste à amplifier. Le club de rugby local, l’AS Bortoise, a joué au plus haut niveau du rugby national dans les années 1950 et a même formé l’un des piliers mythiques du XV de France, Amédée Domenech, qui y fait ses débuts tout en travaillant au barrage en construction. Bort doit son suffixe aux « orgues » qui surplombent la ville et doivent leur forme à des coulées volcaniques refroidies. Une halle au blé du XIXe siècle (inscrite MH) et un musée de la Tannerie témoignent du passé actif de la commune. Parmi les célébrités nées à Bort, il faut citer le comédien Pierre Tornade (1930-2012) ou le footballeur Daniel Dutuel, qui a évolué à Auxerre, Marseille, Bordeaux puis au Celta Vigo. En 2023, la ville a accueilli une étape du Tour du Limousin enlevée par Romain Grégoire.

Km 117.4

YDES (1 620 HAB.)

Au cœur d’un bassin minier, Ydes est connue pour son riche passé industriel d’exploitation charbonnière. La houille y est exploitée dès le Moyen Âge et de façon industrielle entre 1842 et 1959, favorisant pleinement l’économie locale. Le groupe Lapeyre y conserve un site de production historique. Ce passé industriel est encore visible dans la cité ouvrière de Fanostre.

Eglise Saint-Georges

Construction : XIIe siècle.

Style : roman auvergnat.

Histoire : d’abord commanderie templière, l’église passe aux hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem en 1313.

Caractéristiques : le portail profond semble reprendre les dispositions de celui de l’abbaye Saint-Pierre de Beaulieu-sur-Dordogne. Il a la particularité de présenter sur les murs nord et sud deux scènes assez rarement liées. Sur le mur nord, une scène du Nouveau Testament : l’Annonciation représentant l’archange Gabriel et la Vierge Marie. Sur le mur sud, une scène de l’Ancien Testament : Habacuc porté par un ange vient apporter de la nourriture à Daniel dans la fosse aux lions. Sur l’archivolte du porche ont été sculptés les signes du zodiaque. Ce portail est datable de la fin du XIIe siècle.

Classement : Monument historique depuis 1962.

Km 138

LE VIGEAN (820 HAB.)

L’un des premiers fiefs de la puissante famille de Noailles, qui y possédait le château de Chambres, dont le principal corps de logis, flanqué de trois tours, a été conservé et été remanié à diverses époques. La chapelle, qui était du XIIe siècle, a été transformée en salle d’école.

Km 144.8

ANGLARDS-DE-SALERS (780 HAB.)  

Château de la Trémolière

Construction : XVe siècle.

Histoire : il fut le siège d’une seigneurie appartenant à la famille de Montclar. C’est un château constitué d’un corps de logis de plan rectangulaire à trois niveaux, flanqué d’une tour d’escalier ronde datée 1685. La porte de la tour escalier peut être datée de la fin du XVIe siècle.

Caractéristiques : dans les deux étages sont exposées les tapisseries dites « d’Anglards de Salers », dix verdures d’Aubusson du XVIe siècle, découvertes par le curé de la paroisse et restaurées en 1923. Ces exceptionnelles tapisseries présentent un bestiaire surabondant, aussi naïf que pittoresque. Tissées à l’occasion d’un mariage en 1586, elles représentent dans un enchevêtrement exubérant de verdures fantasmagoriques un bestiaire fantastique où se mêlent des animaux domestiques ou exotiques, réels ou imaginaires. En écho à l’extravagance et à la luxuriance de la nature présente dans les verdures, on trouve aux abords du château le Verger de Déduit, un jardin contemporain d’inspiration médiévale, labellisé jardin remarquable.

Classement : Monument historique depuis 1981.  

Château de Longevergne

Construction : XVe siècle.

Histoire : c’est en 1228 qu’apparaît pour la première fois dans les écrits le nom de Longevergne. Pendant plusieurs siècles, ce château fut une annexe de la commanderie d’Ydes qui appartenait à l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem. Il fut entièrement restauré en 1905 : une tour fut reconstruite et le corps de logis surélevé, il a conservé son décor avec papiers peints et boiseries, caractéristique de la fin du XIXe siècle. Les descendants d’un neveu de l’abbé Lavergne habitent encore aujourd’hui le château.

Caractéristiques : le château est constitué d’un corps de logis avec deux tours d’angle couronnées de mâchicoulis et une tour d’escalier polygonale, au centre. En 1905, des travaux de reconstruction et d’embellissement dus à l’architecte Bobin permirent de restaurer les extérieurs et de doter les intérieurs de cheminées de styles néo-gothique et néo-Renaissance.

Classement : Monument historique depuis 2002.

Km 147

MOUSSAGES (175 HAB.)

Moussages était le village natal d’Émile Besson, résistant et grande plume du service des sports de L’Humanité, qui couvrit 35 Tours de France entre 1953 et 1987. Son frère Henri était aussi un photographe de talent qui suivit assidument la Grande Boucle.   

À 8 km : Château d’Auzers

Construction :  XIVe, XVe et XVIe siècles.

Caractéristiques : le château d’Auzers est typique de l’architecture médiévale, avec ses imposantes tours rondes, ses échauguettes, ses mâchicoulis et son chemin de ronde. Habité par la même famille depuis le XVe siècle, ce superbe édifice est ouvert au public de Pâques à la Toussaint. On y découvre les boiseries et le mobilier Régence des salons du premier étage, la salle à manger voûtée, ornée d’une cheminée monumentale et de mobilier auvergnat, puis l’oratoire dédié à Saint-Jacques de Compostelle, décoré de remarquables peintures murales polychromes du XVIe siècle. Un parc fleuri ainsi qu’une belle vue sur les monts du Cantal complètent agréablement la découverte.

Classement : Monument historique depuis 1983.

Km 153.7

SAINT-VINCENT-DE-SALERS (70 HAB.)

Village pittoresque avec de très vieilles habitations et une église du XIIe siècle modifiée à maintes reprises. Tout près de l’église se tient le Château de la Borie (XVe).  

Château de la Borie

Construction : XVe et XVIIe siècle.

Histoire et caractéristiques : petit manoir présentant un corps de logis rectangulaire flanqué d’une tour ronde et d’une tour carrée au centre des façades nord et sud. Sont visibles d’anciennes baies encadrées de moulures. Les décors du château sont d’intéressants témoignages des aménagements intérieurs cantaliens du XVIIe siècle. Les appartements sont ornés de peintures à fresques représentant des scènes de l’Ancien Testament, de l’Évangile et de la vie des Saints, ainsi que des boiseries sculptées. Dans la grande salle du rez-de-chaussée, plafond à la française avec un décor peint de fleurs et de rinceaux ornant poutres et solives.

Classement : Monument Historique depuis 1986.  

Km 180

PAS DE PEYROL (1 588 M)

Le plus haut col routier du Massif Central a figuré à onze reprises sur le parcours du Tour de France. Les plus grands grimpeurs (Federico Bahamontes, Lucien Van Impe, Richard Virenque) se sont présentés en tête au sommet. Lors du dernier passage du Tour, en 2020, c’est le Colombien Dani Martinez qui avait franchi le col en première position.

Km 196.4

COL DE PERTUS (1 309 M)

Il a été franchi pour la première fois par le Tour de France en 2011, avec en tête le Néerlandais Johnny Hoogerland. Il a été escaladé une deuxième fois en 2016, alors classé en 2e catégorie et le Belge Greg Van Avermaet s’y était présenté le premier avant de s’imposer au Lioran.

Évaux-les-Bains

Seule cité thermale du Limousin et de ses paysages luxuriants, Évaux-les-Bains est un lieu de retraite idéal pour celles et ceux qui cherchent à se détendre et à se ressourcer. Les sources thermales de la commune, réputées depuis l'époque romaine, vous permettront de vous détendre et vous apaiseront, davantage encore grâce à leurs installations récemment modernisées. Évaux-les-Bains n'est pas seulement une destination ; elle est un véritable sanctuaire du bien-être.

Découvrez le charme historique de la commune en vous baladant dans ses parcs et jardins, dont chaque recoin témoigne du pouvoir curatif de la nature. Le viaduc de la Tardes, conçu par Gustave Eiffel, fait partie de ses principaux sites d'intérêt. La commune propose également un large éventail d'expériences culturelles et divertissantes.

Historique, belle et relaxante, Évaux-les-Bains est un régal pour le corps et l'esprit.

En voir plus sur lastminute.com

Le Lioran

Située au cœur du parc naturel régional des Volcans d'Auvergne, la station du Lioran est un paradis montagnard du Massif central qui attire aussi bien les amateurs de sports d'hiver que les aventuriers estivaux. Venez visiter la station à la découverte de son charme alpin, où les prairies luxuriantes et les pentes immaculées créent un cadre magnifique pour les activités de plein air.

En hiver, Le Lioran se transforme en un pays des merveilles enneigé. Plus grande station de ski de la région, Le Lioran propose des activités de ski et de snowboard exaltantes. Les chaleureux chalets et les bistrots après-ski offrent un refuge plein de charme après une journée d'aventure alpine.

Et lorsque l'été fait fondre la neige, Le Lioran devient un havre de paix pour les randonneurs et les amoureux de la nature. Découvrez les vues panoramiques qu’offre le sommet voisin du Plomb du Cantal, ou parcourez les sentiers de randonnée de la région, chaque étape dévoilant la diversité de la flore et de la faune auvergnates.

Le Lioran est une destination où se marient harmonieusement les frissons de la montagne et la tranquillité de la campagne française, et où vous pourrez explorer les atouts du Massif central tout au long de l'année.

En voir plus sur lastminute.com

Suivez-nous

Recevez des informations exclusives sur le Tour de France