Découvrez les jeux officiels du Tour de France !

RÉGION OCCITANIE

Départements : Ariège, Aude, Aveyron, Gard, Haute-Garonne, Gers, Hérault, Lot, Lozère, Hautes-Pyrénées, Pyrénées-Orientales, Tarn, Tarn-et-Garonne.

Population : 5,9 millions hab.

Préfecture : Toulouse

Superficie : 72 724 km2

Spécialités : foie gras, cassoulet, aligot, tielle sétoise, brandade de morue, haricots tarbais, garbure, oignon doux, cerises de Céret, vins (Pic Saint-Loup, Corbières, Cahors, Costières de Nîmes, blanquette de Limoux, Minervois, Tavel, Madiran). Eau source Perrier.

Clubs sportifs : Stade Toulousain, Castres Olympique, Montpellier HR, USAP Perpignan (rugby), Montpellier HSC, Nîmes Olympique, Toulouse FC (football), Dragons Catalans (rugby à XIII), Montpellier Handball, Fenix Toulouse, USAM Nîmes-Gard (handball).

Compétitions : Tour de France, Open Sud de France (tennis), Route d’Occitanie (cyclisme).

Économie : aéronautique et espace (Airbus, Ariane, Toulouse), défense, informatique, nucléaire, agro-alimentaire, agriculture (vins, céréales), tourisme, industrie pharmaceutique. Universités (Montpellier, Toulouse).  

Festivals : férias de Nîmes et Béziers, Rio Loco (Toulouse), Festival Radio France Montpellier (classique), Comédie du Livre (Montpellier), Electro Beach (Port Barcarès), Jazz in Marciac, Cinémed (Montpellier), Circa Auch, festival du roman noir à Frontignan.

Sites touristiques : Cité de Carcassonne, basilique de Lourdes, Toulouse (Capitole, Saint-Sernin, etc.), Montpellier (place de la Comédie, Écusson), Pont du Gard, Arènes de Nîmes, châteaux forts cathares, Canal du Midi, cathédrales d’Albi, Castres et Rodez. Viaduc de Millau, grottes de Niaux et du Maz d’Azil. Pont Valentré à Cahors. Villages de caractère. Plages de l’Aude, du Gard et de l’Hérault. Stations de ski des Pyrénées et de l’Ariège.

Site web : www.laregionoccitanie.fr

HAUTES-PYRÉNÉES (65)

Population : 229 570 hab

Préfecture : Tarbes

Sous-préfectures : Argelès-Gazost, Bagnères-de -Bigorre

Superficie : 4 464 km²

Spécialités : Porc Noir de Bigorre (AOC), Haricots tarbais, Vins (Madiran et Pacherenc du Vic Bilh AOC), mouton AOC Barèges-Gavarnie, Oignon de Trébons, Poule Gasconne, Garbure, Foie gras, Gâteau à la broche…

Clubs sportifs : Tarbes Pyrénées rugby, TGB (basket).

Compétitions : Coupe du Monde de VTT de descente (Lourdes), La Montée du Géant du Tourmalet, Grand Raid des Pyrénées, Pyr’Epic…

Festivals : Festival de Gavarnie (Théâtre), Tarbes en tango, Equestria festival de la création équestre (Tarbes), Festival de Musique sacrée (Lourdes), Festival de Jazz (Luz St Sauveur), Piano Pic dans le Grand Tourmalet, Festival des petites églises de montagne (Vallée du Louron), Fête des Mariolles, Foire aux fromages, Fête du vin en Madiran, Fête des chiens des Pyrénées, Foire aux Côtelettes Luz St Sauveur, Foire aux traditions à Loudenvielle.

Sites touristiques majeurs : Pic du Midi de Bigorre, Cirque de Gavarnie (patrimoine Unesco), Cascades du Pont d’Espagne (Cauterets), Parc National des Pyrénées, Pèlerinage à Lourdes.

Économie : agro-alimentaire, industrie ferroviaire, aéronautique, hydroélectricité, tourisme 4 saisons, thermalisme…

Sites web / FB / Twitterwww.hautespyrenees.frwww.facebook.com/DepartementHautesPyrenees  / https://www.instagram.com/departementhapy  / https://twitter.com/DepartementHaPy  / www.pyrenees-trip.com  / www.facebook.com/hautespyrenees  / www.instagram.com/hautespyrenees  / https://www.tiktok.com/@hautespyrenees

VÉLO ET TERRITOIRES

Depuis toujours les Pyrénées sont une terre d’itinérance, que ce soit à pied avec le GR10, traversant la chaîne de part en part, ou à vélo via la route des cols de l’Atlantique à la Méditerranée… Pour affirmer un peu plus la place du vélo sur ce terrain de prédilection, un topoguide intitulé « Les Pyrénées à vélo » a vu le jour : véritable bible du vélo à l’échelle du massif ! Fruit d’un travail mené par L’Agence des Pyrénées avec l’ensemble des agences de développement touristique du massif (à cheval sur deux Régions Nouvelle-Aquitaine et Occitanie, six Départements et 40 stations de montagne), ce guide ne manquera pas de séduire les cyclistes les plus chevronnés comme les néo-pratiquants. Les ascensions du jour (Peyresourde, Menté, Portet d'Aspet, Agnès, Port de Lers, Plateau de Beille) figurent en bonne place parmi les quelques 70 boucles et ascensions proposées… il y a matière à inspiration pour tutoyer les sommets les plus renommés et découvrir des détours plus discrets.

Km 1.7

LOUDERVIELLE (54 HAB.) 

Château de Moulor

Fondation : XIIe siècle.

Histoire : le fief de la seigneurie comprenait une partie des territoires actuels des communes de Germ, Loudervielle, Armenteule et Aranvielle et quelques terres dans le Larboust, vallée voisine. Le donjon et la chapelle appartenaient aux seigneurs de Montlaur, vassaux des barons d’Espagne-Montespan. Les derniers membres de la famille des seigneurs de Moulor ayant résidé au château se sont éteints en 1753 et 1754. Ne reste du château qu’une tour de guet carrée dressée sur la butte où se trouvait le château.

Caractéristiques : la Tour de Moulor a été édifiée afin de parer aux attaques des Maures. Ces tours, comme celles de Bordères, Louron, Estarveille et Génos pouvaient être incluses dans un château ou entourées d’une simple enceinte. Toutes de formes carrées, elles possédaient une seule entée donnant sur une pièce surmontée d’une voûte formant le plafond. Cette voûte était percée d’un orifice par lequel on atteignait, à l’aide d’une simple échelle, l’étage supérieur.  

Parc national des Pyrénées

Depuis plus de 25 ans, ce parc protège un territoire de 46 000 ha auxquels s'ajoutent 15 000 ha du parc national d’Ordesa en Espagne avec une flore riche de plus de 400 espèces dont la ramondie, la fritilaire, la saxifrage ou le lys des Pyrénées et une faune exceptionnelle. On peut également y apercevoir dans le ciel le gypaète barbu, l’aigle royal, le percnoptère d’Égypte, mais aussi plus près de nous, la marmotte, l’isard et par chance, l'ours brun ... enfin, ceux qui restent !

Km 7

 COL DE PEYRESOURDE (1 569 M)

Avec 69 passages depuis 1910, lorsqu’il fut l’un des cols pionniers, la montée à Peyresourde est l’une des ascensions les plus fréquemment empruntées par le Tour de France. C’était encore le cas en 2021, avec Anthony Turgis en tête.

HAUTE-GARONNE (31) 

Population : 1 400 039 hab.

Préfecture : Toulouse

Sous-préfectures : Muret, Saint Gaudens

Superficie : 6 309 km²

Spécialités : cassoulet, saucisse de Toulouse, foie gras, magret de canard, violette de Toulouse, vin AOP Fronton, ail AOC Cadours, agneau IGP des Pyrénées, porc noir de Bigorre (AOC), veau fermier du Lauragais (Label Rouge).

Sports : Alpinisme, équitation, escalade, randonnées pédestres (Via Garona GR861, GR10, GR46, GR653, GR86, etc.), rugby, spéléologie, sports d’eaux vives sur la Garonne (canoë kayak, hydrospeed, rafting), sports aériens (parapente, planeur, ULM), sports d’hiver (ski, raquettes, chiens de traîneau), VTT (espace FFC Pyrénées Comminges), voile.

Clubs sportifs : Stade Toulousain, Toulouse Football Club, Fénix Toulouse Handball, Toulouse Métropole Basket, Spacers Volley, TOXIII, Union Sportive Colomiers Rugby.

Compétitions : Luchon Aneto Trail (la ville de Luchon est labellisée Station Trail©, trail du Mourtis », Trail Toulouse Métropole, Trail du Cagire.

Économie : Aéronautique et spatial, Tourisme, 4 stations de ski, viticulture (Fronton)

Sites remarquables : Musée de l’Aurignacien, Saint Bertrand de Comminges classé « Plus beaux villages de France » ; Martres-Tolosane et Revel labellisées « Villes et Métiers d’Art » ; Lac de Saint Ferréol ; le Canal du Midi classé à l’Unesco avec sa voie verte ; Lac d’Oô dans les Pyrénées centrales ; La Cité de l’Espace, site touristique le plus fréquenté et son expo 2019 « Lune : épisode 2 », La Piste des Géants avec « la Halle de la Machine » et « l’Envol des Pionniers », La basilique Saint Sernin, l’une des plus grandes basiliques romanes d’Europe…

Festivals : 31 Notes d’Eté, Jazz sur son 31, Festival des créations télévisuelles de Luchon, Printemps du rire, Rio Loco, Festival du Comminges à Saint Bertrand de Comminges, Toulouse les Orgues…

Sites web et réseaux sociaux : http://www.haute-garonne.fr/ / http://hautegaronnetourisme.comhttps://www.facebook.com/TourismeHG/https://twitter.com/TourismeHG / https://www.instagram.com/tourismehg

Km 14.1

 CAZEAUX-DE-LARBOUST (100 HAB.)  

Église Sainte-Anne 

Construction : XIIe, XVIIe et XIXe siècles.

Style : roman lombard

Caractéristiques : petit édifice construit autour d'une chapelle du XIIe siècle constituée d’une nef et d’une abside voûtée en cul-de-four. Plus tard ont été ajoutés un bas-côté, puis un clocher et sa flèche.

Signe particulier : des fresques classées du XVe siècle dues à un peintre local et un autre catalan ont été badigeonnées en 1790, puis redécouvertes en 1893 par le peintre décorateur de Bagnères-de-Luchon. Elles représentent l’Assomption de la Vierge, la naissance d’Ève, le péché originel, Adam et Ève chassés du paradis, le couronnement de la Vierge, saint Jean-Baptiste prêchant et le Jugement dernier.

Classement :  Monument Historique depuis 1921

Km 19.9

 BAGNÈRES-DE-LUCHON (2 700 HAB.)

Sa position privilégiée a permis à Bagnères-de-Luchon d’accueillir à 55 reprises le Tour de France, un record pour une ville de cette importance. Il faut dire que cette ville d’eau réputée est entrée dans l’histoire de la Grande Boucle dès 1910, en accueillant les deux premières étapes de haute montagne de l’épreuve, toutes deux remportées par Octave Lapize, futur vainqueur de cette édition. La Reine des Pyrénées a d’ailleurs souvent consacré le futur lauréat du Tour, ou son héros, comme Pascal Simon en 1983, Thomas Voeckler en 2010 ou Julian Alaphilippe en 2018. Cette année-là, les allées d’Étigny avaient donné lieu à un départ inédit sous la forme d’une grille à la manière d’un Grand-Prix de F1. Bagnères-de-Luchon est la ville montagnarde la plus caractéristique de tout le massif des Pyrénées. Entourée des 13 sommets les plus célèbres de la chaîne, tels l’Aneto (3 404 m) point culminant des Pyrénées, Luchon est une destination de vacances animée qui attire les voyageurs de tous types, en toutes saisons. Depuis 2011, Bagnères-de-Luchon fait partie des Grands Sites de Midi- Pyrénées. C’est par ailleurs une renommée deux fois millénaire qui consacre les vertus thérapeutiques des eaux de Luchon. Ce n’est pas un hasard si la déesse romaine de l’eau Ilixon a donné son nom au pays de Luchon. Aujourd’hui, la station thermale de Bagnères-de-Luchon est la plus fréquentée de la Haute-Garonne et de la Région Midi-Pyrénées. Elle fait partie depuis 2011, de l’association des villes thermales européennes.

Km 39.2

 SAINT-BÉAT-LE-LEZ (400 HAB.)

Saint-Béat surplombe la Garonne dans un couloir bordé par les montagnes. Dans ce cadre authentique, son patrimoine médiéval, ses atouts touristiques, ses nombreux commerces et services permettent d’apprécier la ville et la vie à Saint-Béat. Cité marbrière depuis l’Antiquité, sa notoriété contemporaine passe par son festival de sculpture et ses nombreuses statues à découvrir dans la ville.  

Les carrières de marbre

Très utilisées sous le règne de Louis XIV, les carrières -aussi appelées brèches romaines- furent ensuite négligées ou abandonnées et son marbre décrié, pour être redécouvertes par M. Capelle-Layerle au XIXe siècle. Aujourd'hui on exploite à Saint-Béat neuf carrières de marbre de diverses couleurs dont une souterraine.  

Le château de Saint-Béat

Le château de Saint-Béat est l’une des rares citadelles féodales des Pyrénées qui ne soit pas dégradée. Il date du XIIe siècle et a été agrandi par Henry IV. Place forte, la commune a été peu habitée par les seigneurs. Le château était tenu par des capitaines d’armes jusqu’au XVIe siècle. Bien placé, le château n’eut pas, dans son histoire, à repousser d’invasions, même s’il fut le théâtre de combats entre vallées. Néanmoins, sa position était stratégique, « la clef de France » aux portes de l’Espagne.

Km 50

COL DE MENTÉ 

Classé en première catégorie, le col de Menté a été gravi vingt-deux fois par le Tour de France entre 1966 et 2022. Le passage le plus célèbre eut lieu en 1971, lorsque Luis Ocana chuta alors qu’il portait le Maillot Jaune et fut contraint à l’abandon. Autour du col se trouve la station de ski du Mourtis, sur la commune de Boutx et gérée par la communauté de communes de Saint-Béat.

Km 65.4

COL DU PORTET D’ASPET (1 069 M)

C’est après le col du Portet d’Aspet qu’est érigée la stèle à la mémoire de Fabio Casartelli. Elle rappelle aux passants que le champion olympique à Barcelone en 1992 a trouvé la mort en tombant lourdement dans la descente en 1995. Le Portet d’Aspet est un classique du Tour de France puisqu’il a été gravi à 33 reprises depuis 1947. C’est Philippe Gilbert qui était passé en tête lors du dernier passage de la course en 2018.    

Stèle Fabio Casartelli

La stèle a été installée en octobre 1995, sculptée par Bruno Luzzani, en marbre blanc et en marbre gris, venus d'Italie. Elle représente une grande roue blanche, qui s'épanouit en drapeau olympique. On peut voir sa bicyclette dans l’état, après sa chute, dans la chapelle Madonna del Ghisallo, au col du même nom, en Italie

ARIÈGE (09)

Population : 152 398 hab.

Préfecture : Foix

Sous-préfectures : Pamiers, Saint-Girons

Superficie : 4 890 km²

Spécialités : le Bethmale et le Moulis (fromages), les Flocons d'Ariège (confiserie), l'Azinat (potée de chou ariégeoise), Mounjetado (Cassoulet Montagnard), l'hypocras (apéritif médiéval), les « Cocos » de Pamiers (haricots secs)

Sport : Trail des Citadelles (course pédestre), Ronde de l’Isard (cyclisme), Trail des Crêtes (course pédestre), L’Ariégeoise » (cyclosportive), l’Ultrariège, la PicaPica (ultra-trail, courses du Montcalm), Canoë Kayak, sports de pleine nature, Rugby, Pétanque axéenne…

Festivals : Festival Jazz à Foix, Manouch’ Muzik Festival de Mazères, MIMA Festival desarts de la marionnette de Mirepoix, Festival de cinéma Résistances, Foix Terre d'histoire, Festival Musiques au Pays de Gabriel Fauré, Autrefois le Couserans.

Patrimoine et tourisme : Château des comtes de Foix (totalement repensé en 2019 et augmenté d’un parcours interactif), Palais des Evêques de Saint-Lizier et sa cathédrale Notre-Dame de la Sède sixtine ariégeoise, Grottes du Mas d’Azil et de Niaux (Le plus grand réseau souterrain d’Europe), Rivière souterraine de Labouiche, Château de Montségur (projet d’inscription patrimoine mondial Unesco), Cité médiévale de Mirepoix (tous labellisés Grands Sites Occitanie), le village de Camon, classé plus beau village de France d’Ariège, le Carla Bayle, village d’artistes et pittoresque, Parc de la Préhistoire à Tarascon-sur-Ariège (une immersion au cœur du quotidien de nos ancêtres), Ecomusée d’Alzen (niché au cœur du Parc Naturel Régional des Pyrénées Ariégeoises), Musée du Palais des évêques de Saint-Lizier, musée de l’Hotel d’Ardouin à Mazères sur l’histoire des Mérovingiens, musée du fer à Montgailhard, parcours muséographique modernisé.

Sites webet réseaux  sociauxhttps://fr-fr.facebook.com/ariegeledepartement/   / http://www.ariege.fr/https://www.facebook.com/tourismeariege/http://www.ariegepyrenees.com/   

Nichée au pied des Pyrénées, l’Ariège est une terre d’authentique adaptation. Jadis rythmée par le martellement des forges à la Catalane, elle construit aujourd’hui son développement sur trois secteurs clés, entre technologie (sous-traitance aéronautique, nanotechnologies), économie verte et tourisme. Mosaïque naturelle et culturelle, l’Ariège séduit par un art de vivre mariant avec goût nature et traditions locales : comment parler d’Ariège sans dépeindre ses paysages époustouflants, entre torrents et sources thermales, ses chevaux de Mérens, champions de l’adaptation aux conditions montagnardes, ou encore son fromage de Bethmale, affiné au cœur des verdoyantes vallées du Couserans ?   Au creux de terres où se conjuguent monts abrupts et vallons ensoleillés, l’Ariège a vu défiler les siècles d’une histoire pétrie d’évènements et personnages emblématiques : des premiers hommes préhistoriques aux acteurs du Catharisme et passeurs résistants, l’Histoire ariégeoise ne demande qu’à être écoutée.   L’Ariège et ses richesses fascinent, séduisent chaque année touristes et nouveaux arrivants : goûter l'Ariège, c'est l'adopter. Tel pourrait être résumé le leitmotiv du Conseil Départemental qui mobilise les énergies de tous les acteurs locaux, publics et privés, pour dessiner l'Ariège de demain.

Km 78.7

 AUCAZEIN (60 HAB.)

Appartenant aux templiers, qui y construisent la chapelle romane, Aucazein se trouvait sur le chemin de Saint Jacques de Compostelle qui traversait l’actuelle Ariège depuis Fanjeaux au Portet d’Aspet. Une mine d’or y a été exploitée.

Km 83.2

AUDRESSEIN (105 HAB.)

Le village a participé à « la guerre des demoiselles ». Il est situé au confluent du Lez et de La Bouigane, rivière qui descend de la vallée de la Bellongue. L’église paroissiale Saint-Martin, des XIIIe et XIVe siècles, est surmontée d’un clocher campanile.  

Église Notre-Dame de Tramesaygues

Construction :  XIIIe, XIVe, XVe et XVIe siècles

Histoire : le pèlerinage à Notre-Dame-de-Tramesaygues existait déjà en 1139. L’antique chapelle, trop exiguë, fut reconstruite au XIIIe siècle, avec des agrandissements successifs. Ce lieu de pèlerinage très ancien se développa lorsqu’une confrérie dite du Saint-Nom-de-Marie, fut attachée à cette chapelle, le 8 septembre 1315.

Caractéristiques : dotée d’un campanile-porche, de fresques médiévales, d’un beau porche décoré de peintures.

Classement : patrimoine mondial de l’Unesco au titre des chemins de Compostelle. Monument historique depuis 1990.

Km 90.5

MOULIS (780 HAB.)

Moulis (qui signifie « moulins ») est peuplée depuis l’Antiquité, comme en témoigne la Pile Romaine de Luzenac, sans doute le vestige d’un ancien mausolée, classée Monument historique en 1905. C’est un village agricole, qui produit plusieurs fromages, dont le Moulis, fromage de vache au lait cru. Le village abrite aussi une carrière de marbre, dont le marbre, exploité depuis l’époque romaine, a servi à la construction de plusieurs bâtiments à Rome ou Constantinople.  

Station d’écologie théorique expérimentale de Moulis (SETE)

Créée en 1948 sous le nom de Laboratoire Souterrain, cette station de recherche appartient depuis 2007 au Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS). Elle accueille actuellement une équipe de 30 chercheurs, techniciens et administratifs. La station se développe autour d’un ensemble d’infrastructures et d’équipements qui en font une plateforme de recherche et de formation dédiée à l’écologie tout à fait particulière. La vocation de cette plateforme est d’affiner les modèles théoriques actuellement élaborés pour décrire le fonctionnement des systèmes écologiques et d’en tirer des prévisions en termes de conséquences des altérations environnementales majeures dues à la modification des habitats naturels et aux changements climatiques. Dans ce cadre, SEEM accueille notamment depuis 2012 le Centre de Théorie et Modélisation de la Biodiversité. Le site de Moulis accueille également le Métatron. Cet équipement unique au monde consiste en un ensemble de 48 unités de 100 m² chacune ou « cages à populations » peuplées par une communauté d’espèces animales et végétales auxquelles on impose certaines conditions de température, d’humidité et de rayonnement solaire. Les cages sont reliées entre elles par des passages qui permettent aux espèces de migrer d’un environnement à l’autre « si elles le souhaitent ». Cet appareil sert à étudier les effets du climat sur le fonctionnement des systèmes écologiques et notamment dans le cadre du réchauffement climatique.  

Église Notre-Dame de Luzenac

Construction : XIIe siècle.

Style : roman et baroque. 

Histoire : l’église a été agrandie au XVe siècle, déplacement du portail roman et nouvelle façade au XVIIe siècle, réaménagement intérieur et construction de deux sacristies au XVIIIe siècle. Son style est aujourd’hui composite.

Caractéristiques : c’est en partie une église romane à trois nefs (mais seule la nef centrale est romane) avec un original clocher à douze facettes du deuxième âge roman, couvert en lauze avec des baies à double arcade géminées. Le portail roman, replacé en façade, est surmonté d’une archivolte à trois voussures. La façade du XVIIe, très large et peu élevée, reçoit deux puissants contreforts, trois vitraux sous lequel se trouve une niche ayant dû contenir une statue de la Vierge. Le décor et le mobilier sont baroques.

Classement : Monument historique depuis 1961.  

Km 94.5

SAINT-GIRONS (6 250 HAB.)

Carrefour permettant d’accéder à dix-huit vallées différentes, Saint-Girons voit presque systématiquement passer le peloton du Tour de France. C’est ce qui s'est produit notamment lors de la 100e édition où, sur la route menant à Bagnères-de-Bigorre, Christopher Froome avait vu sa suprématie contestée. Pendant ce temps, à l’avant de la course, le spectacle était assuré par Dan Martin. L’Irlandais manœuvrait habilement face au Danois Jakob Fuglsang pour décrocher sa première victoire sur le Tour. En 2017, au sommet de son art, Warren Barguil était allé s’imposer à Foix au sein d’une échappée royale où l’on trouvait également Alberto Contador, Mikel Landa, Fabio Aru et Nairo Quintana. Il allait récidiver au sommet de l’Izoard et remporter le maillot à pois. Luis Leon Sanchez avait signé ici une belle victoire en 2009. Mais la ville a le plus souvent accueilli les coureurs en partance vers les cimes. En 1995 comme en 2003, la route vers Cauterets, puis vers Loudenvielle, a été l’occasion pour Richard Virenque de rafler les points nécessaires pour lui assurer le maillot à pois. C’est toutefois une tragédie qu’avait vécu le peloton ce jour de 1995, avec le décès de Fabio Casartelli dans la descente suivant le col de Portet-d’Aspet. Chaque année en septembre, l’association Roue Libre organise le Mémorial Fabio Casartelli, un rassemblement cycliste international, à l’occasion duquel la famille du coureur se retrouve à Saint-Girons. Un ancien Maillot Jaune du Tour, Frédéric Moncassin, également vainqueur de deux étapes en 1996, s’est installé à proximité de Saint-Girons. Le château des vicomtes du Couserans (XVIe siècle), qui abrite plusieurs services municipaux, mais aussi le portail de l’église Saint-Vallier (XVe) sont protégés, mais l’amateur de patrimoine montera plutôt à Saint-Lizier admirer l’un des dix monuments classés, dont deux cathédrales, dans cette cité épiscopale.  

Cathédrale Notre-Dame de la Sède de Saint-Lizier

Construction : Xe siècle.  

Style : roman.

Histoire :  la cathédrale Notre-Dame-de-la-Sède a été bâtie sur les hauteurs de Saint-Lizier dans un style roman très simple de nef unique. Au XIIe siècle sont construits un cloître de tradition romane aujourd’hui disparu et une salle capitulaire voûtée. Au XIVe siècle, la voûte de la cathédrale est rehaussée et atteint sa hauteur actuelle. Les trois chapelles latérales sont ajoutées également à cette époque-là. Au début des années 1990, des traces de peintures anciennes sont découvertes dans la cathédrale lors de la restauration de boiseries. Deux campagnes de restauration successives ont permis de mettre au jour un ensemble monumental de peintures murales d’époque Renaissance. Ce décor avait été commandé par Jean d'Aule, évêque du Couserans de 1475 à 1515.

Destination actuelle : la cathédrale n’est plus ouverte au culte et se visite aujourd'hui dans le cadre du Musée départemental de l'Ariège au palais des Évêques de Saint-Lizier.

Classement : Monument historique depuis 1994.

Km 98.8

EYCHEIL (540 HAB.)

C’est à Eycheil qu’a été créée en 1875 la première usine JOB chargée de fabriquer le papier à cigarettes de cette célèbre marque, dont les publicités ont été réalisées par les plus grands artistes de l’Art Nouveau comme Alphonse Mucha. Longtemps propriété du groupe Bolloré, JOB a été racheté en 2005 par un groupe américain. La papèterie de la Moulasse à Eycheil fonctionne toujours.

Km 127.8

 AULUS-LES-BAINS (150 HAB.)

Le village d'Aulus-les-Bains se situe à 750 m d'altitude et est célèbre pour ses thermes, ouverts d’avril à octobre. Les principales indications des eaux produites par les quatre sources d’Aulus sont le traitement des maladies métaboliques comme l’obésité et les maladies de l’appareil urinaire et des reins. Elles sont particulièrement efficaces dans le traitement de l’hypercholestérolémie. À proximité, la cascade d’Ars, haute de 246 m, s’atteint après trois heures de marche. Pendant la Deuxième Guerre mondiale, 886 Juifs furent assignés à résidence dans les hôtels d’Aulus-les-Bains. Deux-cents ont été raflés en 1942, mais beaucoup d’autres, cachés par des habitants, parvinrent à passer en Espagne. Quatre familles d’Aulus ont reçu le titre de « justes parmi les Nations » pour leur rôle à cette époque.

Km 138.6

COL D’AGNÈS (1 570 M) :

franchi sur son versant le plus court mais le plus difficile (8,2% de moyenne), le Col d’Agnès a été gravi à six reprises sur le Tour de France. Alberto Contador y était passé en tête en 2017.

Km 158.2

VAL-DE-SOS (580 hab.)

La commune résulte de la fusion en 2019 des communes de Goulier, Sem, Suc-et-Sentenac et de Vicdessos. Suc-et-Sentenac est la commune natale d’Henri Nayrou, ancien journaliste sportif, amoureux du Tour de France et directeur de l’hebdomadaire de rugby Midi Olympique : élu député en 1997, il a été président du conseil départemental de 2014 à 2019. Les cascades de Caraoucou sont un site de canyoning prisé et le principal monument de la commune est l’église Notre-Dame de Vicdessos, dont l’orgue est classé MH.

Km 168.5

NIAUX (175 HAB.)

Célèbre pour son immense grotte ornée, Niaux abrite également un joli musée pyrénéen, ouvert en 1982.  

La grotte de Niaux 

Elle compte plus de 200 entrées et quelques-unes de ses salles sont immenses, comme la salle de la cathédrale, aussi vaste que Notre-Dame de Paris. À 4 km de l’entrée, la salle de l’Empire de Satan est encore trois à quatre fois plus grande. La grotte servit de refuge aux Cathares et aux prêtres pendant la Révolution.

Km 172.1

TARASCON-SUR-ARIÈGE (3 000 HAB.)

Tarascon tire son origine de deux racines indo-européennes qui signifient « passage de la faille ». Son patrimoine préhistorique est exceptionnel. On peut encore admirer une partie des peintures murales de la grotte de Niaux (le salon noir), ou visiter la plus vaste grotte d’Europe, celle de Lombrives, où reposerait Pyrène, dont était tombé amoureux Hercule. Pendant l’Antiquité, les mines de fer de la région attirent les convoitises, tandis que Tarascon subit les invasions successives des Francs, des Vandales, puis des Wisigoths et des Sarrasins. L’histoire de Tarascon commence réellement en 778, où la ville est le théâtre d’une bataille qui permet aux troupes de Charlemagne de repousser les Sarrasins. La chapelle Notre-Dame de la Victoire est bâtie pour célébrer cette bataille. Pacifiée, la région passe sous la coupe des Comtes de Foix à partir du XIe siècle. Le château comtal est construit trois siècles plus tard. Au XVIe siècle, les guerres de religions ensanglantent la ville. A tour de rôle, Protestants et Catholiques s’emparent du château comtal et massacrent leurs ennemis. Le château, ainsi que les deux autres citadelles de la ville sont démolis sous le règne de Louis XIII alors que Tarascon est ravagée à deux reprises par des incendies, le plus meurtrier ayant lieu en 1701. En 1775 est construite la Tour du Castella sur l’emplacement de l’ancien donjon. On y inclut la pierre portant les armes des comtes de Foix, récupérée sur l’ancien château et qui est toujours visible au-dessus de la porte du Castella. Après avoir vécu de l’agriculture et de l’exploitation de ses carrières de gypse, Tarascon tire aujourd’hui essentiellement ses revenus du tourisme vert. Tarascon a accueilli un départ d’étape en 1998 : Tom Steels s’était imposé au Cap d’Agde.   

Parc de l’art préhistorique

Dans un parc montagneux agrémenté de points d’eau et de rochers, ce site propose une approche inédite du patrimoine préhistorique de l’Ariège. À l'intérieur d’une architecture contemporaine, de nombreuses animations interactives et un son et lumière retracent l’histoire de l’art pariétal et s’adressent autant aux enfants qu’aux adultes, aux profanes et aux passionnés. Une reconstitution de la Grotte de Niaux permet notamment d’admirer des peintures rupestres aujourd’hui inaccessibles au public. Des expositions d’art contemporain viennent aussi confronter les artistes actuels à leurs lointains ancêtres.   

Grotte de Lombrives

La grotte de Lombrives est une grotte dont l’entrée principale est située sur la commune d’Ussat, à trois kilomètres au sud de Tarascon-sur-Ariège dans le département de l’Ariège (France). Une partie de la grotte accueille des visiteurs touristiques. Le site non aménagé est classé.

Km 174.5

ORNOLAC-USSAT-LES-BAINS (370 HAB.)

La station d’Ussat-les-Bains est reconnue pour le traitement des maladies psychosomatiques liées au stress ainsi que certaines pathologies neurologiques comme la maladie de Parkinson. L’action de ses eaux sur le système nerveux a permis de développer des séjours axés sur la détente et l’anti-stress. Les premières traces écrites faisant état des effets bénéfiques de l’eau d’Ussat remontent au XVe siècle et le premier ouvrage médical traitant de ce sujet date de 1771. Depuis longtemps la population locale utilisait les sources pour soulager des affections, mais à partir de cette époque les bains vont être structurés sous l’impulsion du baron d’Ornolac, Louis de Fraxine. Bientôt, la venue en cure de personnages célèbres comme le roi de Hollande, Louis Bonaparte, frère de Napoléon 1er, ou encore le poète Lamartine, va porter très loin la renommée des eaux d’Ussat. La station connaît alors son âge d’or et les Grands Thermes, aujourd’hui classés, sont construits en 1845 sur les vestiges d’un établissement plus ancien. Propriété des Hospices de Pamiers jusqu’en 1982, la station thermale, tombée en léthargie, a redémarré sous la houlette de propriétaires privés.

Km 181.3

LES CABANNES (340 HAB.)

Le château de Gudanes (le portail et sa grille, les sols de l’allée montante et des trois terrasses), fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le 14 juin 1994. Menacé de ruine par l’insuffisance de travaux d'entretien, le château est actuellement en restauration.

Loudenvielle

Charmante station de la vallée du Louron, Loudenvielle s'articule autour de son pittoresque lac artificiel.

Le paysage environnant regorge de randonnées et de promenades qui raviveront le corps et l’esprit, tandis que la station thermale Balnéa propose une évasion apaisante grâce à ses offres de bien-être. Les montagnes qui surplombent le village sont idéales pour la pratique du ski et du VTT, alors que le téléphérique vous permettra de profiter de magnifiques panoramas sans avoir à transpirer.

Le village lui-même abrite de jolis bâtiments en pierre, y compris une église du XIIe siècle, tandis que le musée de l'Arixo offre un aperçu de la culture et de l'histoire de la région.

En voir plus sur lastminute.com

Plateau de Beille

Pénétrez au cœur des Pyrénées françaises en visitant le Plateau de Beille. Cet environnement naturel spectaculaire est un havre de paix pour les amateurs de plein air, randonneurs comme cyclistes, qui se délectent de ses paysages à couper le souffle et de l'air vivifiant de la montagne.
En été, le terrain s'anime d'une végétation luxuriante, de fleurs sauvages et du doux bourdonnement des abeilles des célèbres fermes mellifères de la région. En hiver, le plateau se transforme en un terrain de jeu enneigé et immaculé, idéal pour les aventures en ski de fond ou en raquettes.
Pour vivre une expérience exaltante, rejoignez le sommet du plateau, où un panorama grandiose s'offre à vous, mettant en valeur un tapis de vallées prospères et de sommets montagneux escarpés.
Que vous recherchiez le frisson des sports de haute altitude ou que vous aspiriez à un peu de sérénité en pleine nature, le Plateau de Beille est un sanctuaire magnifique et préservé qui ne demande qu'à être exploré. Laissez-le enflammer votre imagination et revigorer votre âme.

En voir plus lastminute.com

Suivez-nous

Recevez des informations exclusives sur le Tour de France