Sur la route

AUDE (11)

Région : Occitanie
Population : 372 806 hab.
Préfecture : Carcassonne
Sous-préfectures : Narbonne, Limoux
Nombre de communes : 436
Superficie : 6 139 km2
Spécialités : le cassoulet de Castelnaudary, la bourride d’anguilles, la lucques (olive verte), le limos (brioche), la fricassée de Limoux, les huîtres de Leucate (coquillage), la truffe, le riz et la pomme de Marseillette, l’écu du Pays Cathare (fromage de chèvre), le nougat de Limoux (confiserie), les vins de l’Aude (7 AOP), la blanquette de Limoux (vin), la micheline (liqueur), la cartagène (liqueur), marbre de Caunes-Minervois, la boudegue (cornemuse occitane)
Grands clubs sportifs : Rugby à 15 RCNM Narbonne et USC (Carcassonne), Rugby à XIII (Lézignan-Corbières, Limoux, Carcassonne), Volley (Narbonne, Gruissan), Handball féminin (Narbonne).
Grandes compétitions : Mondial du vent (Leucate), Défi Wind & Défi Kite (Gruissan), Coupe du monde de kitesurf junior (Saint-Pierre-la-mer), Grand Raid des Cathares, Cross de la Cité (Carcassonne), cyclo-sportive l’Audoise (Villeneuve Minervois), VTT Cap Nore / Déval’ Nore (Aragon), Critérium de Quillan (Cyclisme)
Culture & patrimoine : Les citadelles du vertige, Canal du Midi, Abbaye de Lagrasse, Abbaye de Fontfroide. Carnaval de Limoux, Montolieu village du livre, Scènes d’enfance (tout le département), Artistes à suivre, Fête du Cassoulet, Limoux brass Festival, Jazz à Conilhac, Festival d’été (Lézignan-Corbières), festival des Barques en Scènes (Narbonne), festival de la Cité (Carcassonne), Temps de cirque (tout le département), Sortie de case (tout le département).
Économie : viticulture, pêche, agriculture, élevage, commerce maritime, tourisme balnéaire, tourisme moyenne montagne, thermalisme, tourisme culturel, oenotourisme et truffitourisme
Sites web et réseaux sociaux : www.aude.fr / www.audetourisme.com / www.payscathare.com / www.payscathare.org / citadellesduvertige.aude.fr / www.facebook.com/departementdelaude / www.instagram.com/citadellesduvertige / www.aude.fr

Km 12.5

Montréal (1 900 hab.)
La collégiale Saint Vincent domine la petite ville de Montréal. Elle est le témoin de l’ancienne prospérité de cette cité aux origines gallo-romaines qui s’enrichit grâce à l’industrie textile (la laine) et même à la fabrication de poudre à canon. La cité n’en connut pas moins nombre de vicissitudes du temps du Prince noir ou des guerres de religion. La collégiale a remplacé une ancienne église trop petite, dont certains éléments sont toujours intégrés à l’édifice actuel.

Collégiale Saint-Vincent
Construction : XIVe siècle
Style : gothique méridional
Caractéristiques : le chœur fut remanié au début du XVIIe siècle et les sept tableaux du peintre toulousain Despax consacrés à la vie de saint Vincent de Saragosse furent posés en 1755 au-dessus des stalles. La voûte en plâtre a été ajoutée en 1783 pour cacher la charpente.
Signe particulier : à noter la magnifique chaire en bois sculpté polychrome, datant de 1755, œuvre du sculpteur bourguignon Pierre Noireau, enterré à Montréal.
Classement : classée Monument Historique en 1862

Km 37

Caudeval (163 hab.)

Château de Caudeval
Construction : à partir du IXe siècle, puis XIIIe, XVIIe et XIXe siècle.
Style : composite
Caractéristiques : le château a reçu de très riches et importants décors de gypseries uniques en France. Ces décors datent de la fin du XVIIe et de la fin du XVIIIe.
Histoire : le site était une terre des comtes de Foix. Le château fut pris par les troupes de Simon de Monfort au XIIIe siècle puis par les protestants pendant les guerres de religion. À partir du XVIIe siècle, le château devint la propriété des comtes de Rochecouart-Faudoas. Signe particulier : au milieu du XVème siècle, il a appartenu à Jean d'Aulon, écuyer de Jeanne d'Arc et conseiller du roi.
Destination actuelle : propriété privée.
Classement : Monument Historique depuis 1973

Km 55.5

Chalabre (1 200 hab.)
Joli bourg aux maisons à encorbellement, situé dans la vallée de l’Hers-Vif, à son confluent avec le Blau et le Chalabreil. Au début du XXe siècle, l'industrie y était très active, en particulier dans la fabrication de chapeaux.
Fondé avant le XIIe siècle, les terres appartenaient à la maison de Trencavel, qui protégea les Cathares. Après la croisade contre les Albigeois, elles deviendront celles des Pons de Bruyères. En 1350, les remparts sont terminés, formant une fortification complète autour du village, dont le centre est une bastide du XIIIe siècle.

Château de Chalabre
Construction : XIIIe siècle (dont le donjon), XVe et XVIIIe siècles.
Histoire : Le château fut confié par Simon de Montfort au Baron Pons de Bruyère le Châtel, en 1210. Il fut ensuite remanié plusieurs fois au cours des siècles.
Destination actuelle : l’association qui gère le château l’a transformé en parc de loisirs historique et participatif. Spectacle équestre en lice de chevalerie, adoubement d’un enfant du public, agilité à la javeline (crevé de ballons), danses médiévales, accrobranche médiéval, etc.

ARIÈGE (09)

Population : 152 340 hab.
Préfecture : Foix
Sous-préfectures : Pamiers, Saint-Girons
Superficie : 4 890 km²
Spécialités : le Bethmale (fromage), les Flocons d'Ariège (confiserie), l'Azinat (type de garbure), Mounjetado (cassoulet montagnard), l'hypocras (apéritif médiéval), coutellerie, laine, objets en corne…
Sports : sports d'eau vive, ski de fond, ski nordique, randonnées, luges, ski de piste, chiens de traîneau, biathlon, alpinisme, escalade, VTT, pêche, randonnée équestre, cyclotourisme, parapente, accrobranche, canyoning, téléski nautique, golf.
Grandes compétitions : Le Trail des Citadelles, La Ronde de l'Isard, L'Ariégeoise, le Trail des Crêtes, le Festival de la Montagne, Marathon du Montcalm, Journées nationales de la race du cheval de Mérens, Challenge des trails ariégeois.
Festivals : Été des Théâtrales en Couserans, Spectacles de Grands chemins en vallées d'Ax, Fêtes historiques de Mirepoix, Foix Terre d'histoire, Autrefois le Couserans, Médiévales de Mazères, Festival de Saint-Lizier en Couserans, festival Jazz à Foix, festival Jazz'Velanet, festival Tarascon Latino, festival Terre de Couleurs, Festival RITE (danses, chants et musiques du monde), festival de cinéma Résistances, festival les Coulisses d'automne», MIMA, Festival des arts de la marionnette de Mirepoix…
Économie : thermalisme, tourisme « 4 saisons », agropastoralisme, hydroélectricité, exploitation du talc, sous-traitance aéronautique, textile, filière bois, …
Sites web et réseaux sociaux : www.ariege.fr / www.ariegepyrenees.com / www.grands-sites-ariege.fr / www.facebook.com/tourisme.ariege / twitter.com/tourismeariege / www.instagram.com/ariegeledpt / twitter.com/ariegeledpt

Km 77

Lavelanet (6 100 hab.)
Fief du rugby, Lavelanet est pourtant la ville natale d’un des plus célèbres footballeurs français, Fabien Barthez. Son passé textile a marqué la ville, qui se recentre aujourd’hui sur d’autres activités et notamment le tourisme. La ville honore toutefois sa renommée de capitale ariégeoise de textile. Son musée du textile et du peigne en corne, installé dans une ancienne manufacture, a été rénové en 2008. Le parti pris : l’interactivité. Tissage, filage, teintures végétales… Différents ateliers permettent d’expérimenter, de toucher, de visualiser tout ce qui fait l’histoire et l’actualité du textile, depuis l’époque cathare jusqu’aux tissus high-tech fabriqués aujourd’hui à Lavelanet.
Lavelanet a accueilli à deux reprises le Tour de France pour des départs d’étape en 2002 et 2008.

À VOIR :

La voie verte du chemin des filatiers
Inaugurée cet automne, cette voie verte suit le tracé de l’ancienne voie ferrée qui a vu passer, de 1903 à 1973, des wagons de marchandises liées à l’industrie du pays d’Olmes (textiles, peignes en corne). D’une longueur de 42 km, la voie verte s’emprunte à pied, à VTT ou à cheval. Elle relie Lavelanet à Mirepoix en passant par Chalabre (Aude) et Camon avec des passages aménagés pour découvrir les villages étapes.

Km 83

Montferrier (500 hab.)
La commune de Montferrier abrite la station de sports d’hiver des Monts d’Olmes, créée en 1968, et dont est originaire Perrine Laffont, championne olympique de ski-bosses en 2018.

Km 89

Col de Montségur (1 059 m)
Le col est emprunté pour la première fois sur le Tour de France en troisième catégorie en 2002 lors de la treizième étape reliant Lavelanet à Béziers, avec un passage en tête de Laurent Jalabert. Il est franchi par l'autre versant lors du Tour de France 2019 au titre d'un col de deuxième catégorie lors de la quinzième étape de Limoux (Aude) à Foix - Prat d'Albis à 60,5 km du départ : Michael Woods y passe alors en tête.

Km 90

Montségur (125 hab.)
Au sein d'une nature sauvage et préservée, Montségur offre son célèbre château à l'histoire émouvante et riche, mais aussi un village de montagne au sein d'une vallée pyrénéenne protégée. Montségur est le haut lieu et le village martyr du catharisme ariégeois. La religion cathare se cristallise au XIe siècle autour d’un désir de retour aux sources chrétiennes. Détachés des biens de ce monde, les Cathares se conforment au modèle des apôtres et récusent l’Église romaine, ses appétits de pouvoir et de guerre sainte. Leurs idées trouvent un écho retentissant et gagnent à la fin du XIIe siècle tous les comtés occitans. Le pape lance en 1208 une croisade contre ces hérétiques qui osent défier Rome. Le sud-ouest est mis à feu et à sang. La tragédie culmine à Montségur en 1243. Une grande armée de croisade encercle le village fortifié, où 500 hérétiques tiennent tête à une armée de 6 000 hommes. Malgré le froid et la faim, les combats meurtriers et les trahisons, les assiégés tiennent près d’une année. À bout de force, ils se rendent en mars 1244 : 225 cathares, autour de leurs évêques, refusent d’abjurer leur foi et sont brûlés vifs au pied de la forteresse. En 1321-1330, les derniers Cathares sont exterminés, la grande Occitanie est annexée par le royaume de France. C’est la fin d’une épopée qui aura duré trois siècles.
A Montségur mais aussi à Miglos, à Roquefixade, à Lordat, à Usson, dressées, insolentes, dans une végétation luxuriante, les ruines des châteaux évoquent le message de tolérance et d’humanité des chevaliers cathares. À Montségur, les ruines du château sont ouvertes à la visite ainsi qu’un musée retraçant son histoire.

Le chemin des Bonshommes
Il a été, du XIe au XVIe siècle, un axe économique important qui unissait l’Ariège et le Bergueda. Les derniers Cathares en exil, fuyant la prison, la spoliation et la mort, utilisaient cet itinéraire pour aller chercher refuge en Catalogne. Cet itinéraire pyrénéen transfrontalier emprunte les mêmes chemins au travers des mêmes paysages que ces hommes et ces femmes poursuivis par l’inquisition. À pied (en 10 à 12 jours), à cheval ou en VTT, cette randonnée exceptionnelle emmène à la rencontre des sites inoubliables.
www.chemindesbonshommes.com

Km 102

Fontaine intermittente de Fontestorbes
C’est l’une des dix résurgences vauclusiennes en France et l’une des plus spectaculaires. Pendant la majeure partie de l'année, la fontaine coule constamment. En période de basses eaux, elle devient brusquement intermittente par un phénomène de variations du débit rythmées et régulières. Le cycle complet prend environ 60 à 90 minutes. Moins d'une trentaine de phénomènes d'intermittence sont recensés dans le monde. L'intermittence de la fontaine n'a jamais été complètement expliquée car des scaphandriers n'ont jamais réussi à remonter le siphon qui provoque le phénomène.
C’est grâce à la pureté de son eau qu’est née la limonade artisanale de Fontestorbes en 1885. Le village voisin deBélesta comptait alors trois artisans limonadiers qui se partageaient le marché local, à une époque où les sodas que nous connaissons aujourd’hui n’existaient pas et où la seule boisson gazeuse disponible était la limonade… Aujourd’hui il n’en reste qu’un, qui produit sa même limonade depuis 130 ans.
http://limonade-de-fontestorbes.com/

AUDE (11)

Région : Occitanie
Population : 372 806 hab.
Préfecture : Carcassonne
Sous-préfectures : Narbonne, Limoux
Nombre de communes : 436
Superficie : 6 139 km2
Spécialités : le cassoulet de Castelnaudary, la bourride d’anguilles, la lucques (olive verte), le limos (brioche), la fricassée de Limoux, les huîtres de Leucate (coquillage), la truffe, le riz et la pomme de Marseillette, l’écu du Pays Cathare (fromage de chèvre), le nougat de Limoux (confiserie), les vins de l’Aude (7 AOP), la blanquette de Limoux (vin), la micheline (liqueur), la cartagène (liqueur), marbre de Caunes-Minervois, la boudegue (cornemuse occitane)
Grands clubs sportifs : Rugby à 15 RCNM Narbonne et USC (Carcassonne), Rugby à XIII (Lézignan-Corbières, Limoux, Carcassonne), Volley (Narbonne, Gruissan), Handball féminin (Narbonne).
Grandes compétitions : Mondial du vent (Leucate), Défi Wind & Défi Kite (Gruissan), Coupe du monde de kitesurf junior (Saint-Pierre-la-mer), Grand Raid des Cathares, Cross de la Cité (Carcassonne), cyclo-sportive l’Audoise (Villeneuve Minervois), VTT Cap Nore / Déval’ Nore (Aragon), Critérium de Quillan (Cyclisme)
Culture & patrimoine : Les citadelles du vertige, Canal du Midi, Abbaye de Lagrasse, Abbaye de Fontfroide. Carnaval de Limoux, Montolieu village du livre, Scènes d’enfance (tout le département), Artistes à suivre, Fête du Cassoulet, Limoux brass Festival, Jazz à Conilhac, Festival d’été (Lézignan-Corbières), festival des Barques en Scènes (Narbonne), festival de la Cité (Carcassonne), Temps de cirque (tout le département), Sortie de case (tout le département).
Économie : viticulture, pêche, agriculture, élevage, commerce maritime, tourisme balnéaire, tourisme moyenne montagne, thermalisme, tourisme culturel, oenotourisme et truffitourisme
Sites web et réseaux sociaux : www.aude.fr / www.audetourisme.com / www.payscathare.com / www.payscathare.org / citadellesduvertige.aude.fr / www.facebook.com/departementdelaude / www.instagram.com/citadellesduvertige / www.aude.fr

Km 145

Gorges de Saint-Georges
L'Aude, depuis sa source au lac d'Aude, a érodé le calcaire à son passage à travers les barres karstiques des Pyrénées comme aux gorges de la Pierre-Lys, mais aussi aux gorges de Saint-Georges. Cette faille fait 300 m de longueur, 15 m de large au niveau de la route, avec des falaises abruptes de plus de 150 m.
Situées sur la commune d'Axat, au sud de ce bourg (une partie de la rive gauche de l'Aude dans les gorges est dans la commune d'Artigues), ces gorges ont longtemps constitué un obstacle pour remonter vers la source de l'Aude. Ces gorges constituent un site naturel remarquable.

Km 155

LAPRADELLE-PUILAURENS (270 hab.)

Château de Puilaurens
Construction : 1229
Style : forteresse cathare
Caractéristiques : bien que quelques pierres aient été arrachées, notamment sur les créneaux et les bords de fenêtres/porte (de meilleure taille), et que les bâtiments de la cour soient détruits, le château est dans un bon état.
Histoire : passé aux mains de saint Louis vers 1250, qui en fait l’un des cinq « fils de Carcassonne », ces châteaux perchés protégeant le royaume contre l’Espagne. Il est abandonné en 1659 à la signature du Traité des Pyrénées qui fixe la frontière.
Destination actuelle : lieu de visite ouvert au public.
Classement : classé Monument Historique en 1902

PYRÉNÉES ORIENTALES

Population : 481 691 hab. (2019)
Préfecture : Perpignan
Sous-préfectures : Céret, Prades
Superficie : 4 116 km2
Spécialités : vins (Rivesaltes, Banyuls, muscats, Byrrh), viande de veau, crème catalane, cargolada (charcuterie), botifarres (boudins), mel i mato (fromage blanc au miel).
Clubs sportifs : USAP Perpignan (rugby), Dragons catalans (rugby à XIII).
Compétitions : circuit du Roussillon (karting)
Sites touristiques : palais des rois de Majorque, pic du Canigou, Abbaye Saint Martin du Canigou, château de Quéribus, abbaye Saint-Michel de Cuxa, musée d’art moderne de Cér »t, grottes des Canalettes, forteresse de Salses, tourisme balnéaire à Collioures, Argelès-sur-Mer.
Economie : agriculture, arboriculture, viticulture (Banyuls, Rivesaltes, muscat), tourisme, électronique, mécanique, plasturgie.
Sites web / FB / Twitter : www.pyrenees.fr, www.tourisme-pyreneesorientales.com/ @pyrenees_fr

Km 160

Caudiès-de-Fenouillèdes (640 hab.)
Le patrimoine de Caudiès-de-Fenouillèdes est assez riche. D'un point de vue civil, la ville possède quelques maisons anciennes, dont une avec une tour classée du XIIIe siècle (Tour du Viguier). Sur la place de la mairie, on peut admirer les maisons à colombages, dont l’une est devenue la bibliothèque municipale. Militairement, c'est avant tout le château de Castel-Fizel, en ruine, qui retient l'attention : château de défense du hameau de Saint-Jaumes jusqu’à la construction du « fort » de Caudiès au village. Site d’un son et lumière créé et animé par la jeunesse de Caudiès et primé par le ministère de la Culture en 1972. On trouve aussi une redoute au col Saint-Louis, et des ruines du château des Maures (XIIIe). Religieusement, c'est avant tout l'église paroissiale qui est le fer de lance de la cité ; dédiée à la Nativité de Notre-Dame, elle fut construite au XVIe siècle.

Chapelle Notre-Dame de Laval
Construction : XVe siècle
Style : roman
Caractéristiques : elle se compose d'une nef unique terminée par un chœur pentagonal et d'un superbe portail, Notre-Dame-de-Doumo, du Xe siècle. Elle contient un autel et son tabernacle en marbre (1781), et le retable du maître-autel est sculpté (XVe). La chapelle contient aussi un groupe de Stes Anne et Marie (XVIe), une Vierge (XVe), plus une inscription (1483) et trois toiles du XVIIe.
La petite histoire : des processions ont été organisées pendant des siècles jusqu’à la chapelle, en remerciement de la protection par la Vierge de Laval des épidémies de peste et de choléra.
Classement : Monument Historique depuis 1982.

Suivez-nous

Recevez des informations exclusives sur le Tour de France