LES COMMUNES DANS LA BOUCLE

À retenir :

  • Dans le cadre de sa campagne « L’Avenir à Vélo », le Tour de France a lancé cette année le label « Ville à Vélo du Tour de France » dans le but d’encourager toutes les initiatives prises par les communes en faveur de la bicyclette au quotidien.
  • La candidature au label est ouverte à toutes les villes ayant accueilli au moins une fois le Tour de France depuis sa création en 1903.
  • Quatre niveaux de labellisation ont été définis selon des critères listés avec des experts de la Fédération des Usagers de la Bicyclette (FUB) et susceptibles de prendre en compte les spécificités des grandes villes comme des communes rurales.

L’heure est venue de changer de braquet. Si la part des déplacements quotidiens effectués à vélo augmente sensiblement depuis plusieurs années, il s’agit seulement des premiers résultats des efforts réalisés par les communes et la grande majorité des collectivités françaises pour le développement de la mobilité douce. Au-delà de son rôle en tant qu’épreuve phare du cyclisme de compétition, le Tour de France est engagé dans la promotion de la bicyclette du quotidien : toutes les actions menées dans ce domaine lors de la dernière décennie ont convaincu les organisateurs que l’association des volontés donne de l’efficacité à cet engagement. Afin d’encourager les acteurs locaux à continuer leur travail dans cette direction, le Tour de France propose d’attribuer aux collectivités qui souhaitent affirmer leur conviction un label « Ville à Vélo du Tour de France », ouvert aux communes françaises et étrangères ayant accueilli au moins une arrivée ou un départ d’une étape. 80 villes ont été labellisées pour cette année de lancement (cf. éléments en téléchargement ci-dessous).

Le label est décliné selon quatre niveaux qui sont notamment symbolisés par de petits vélos jaunes apparaissant sur les panneaux que les municipalités labellisées installent aux entrées de la commune. Les critères de labellisation (détaillés dans le dossier de candidature de cette première promotion, toujours disponible en téléchargement ci-dessous pour information) prennent en compte à la fois la stratégie de développement des infrastructures cyclables, les actions concrètes liées au soutien de la pratique du vélo (apprentissage dans les écoles, campagnes de sensibilisation, randonnées, etc.) ou encore l’aide apportée aux clubs et différentes associations parties prenantes du sport cycliste sur leur territoire.

La très grande disparité des moyens entre des métropoles comme Paris ou Londres et des communes rurales de quelques centaines d’habitants est naturellement prise en compte dans l’attribution du label, comme l’explique Karine Bozzacchi, coordinatrice de l’opération : « Pour une petite commune, il est parfois par exemple difficile d’entreprendre des travaux de matérialisation d’une piste cyclable. En revanche, la définition de « zones 30 » dans certains quartiers montre clairement la volonté de favoriser les déplacements à bicyclette ».

Pour tout renseignement, envoyer votre demande à labelvilleavelo@aso.fr !