Édition 2019

Victoires d'étapes 0
Classement général 3
Coureurs en course 7
Directeurs sportifs : PORTAL Nicolas / KNAVEN Servais

TEAM INEOS

Le Team Sky, articulé autour de Bradley Wiggins, recruté après sa 4e place en 2009, mais hors de forme en 2010 et tombé en 2011 après une semaine de course, clavicule fracturée lors de l’étape Le Mans-Châteauroux, ne s’était pas imposé comme une grande équipe du Tour de France lors de ses deux premières participations avec comme meilleur classement final la 17e place de Thomas Löfkvist en 2010 et la 24e de Rigoberto Uran en 2011.

Ses débuts sur le Tour étaient tout de même encourageants, Geraint Thomas ayant pris la deuxième place de l’étape des pavés du Nord, en 2010, et les deux jours suivants, Edvald Boasson Hagen, alors néophyte, s’étabt classé troisième, sorte de prélude à ses deux succès de 2011 qui ont permis à Dave Brailsford de ne pas repartir une deuxième fois bredouille. Mais le bilan a totalement changé en 2012 : doublé au classement général final avec Bradley Wiggins et Chris Froome, plus trois victoires d’étapes avec Mark Cavendish, qui s’est senti trop à l’étroit dans un escadron bâti essentiellement pour le classement général. Avant d’être anobli par la reine d’Angleterre, le pistard multi-médaillé a sonné le gong des Jeux Olympiques de Londres, vêtu d’un tricot jaune hautement symbolique, une semaine après l’arrivée du Tour.

L’histoire s’est prolongée en 2013 par l’avènement attendu de Froome, numéro 1 de la saison des courses par étapes mais elle s’est interrompue à l’occasion du 101e Tour de France, qui s’élançait de Grande-Bretagne en partie parce que le Team Sky a entraîné un énorme mouvement de popularisation du cyclisme outre-Manche. À deux reprises (4e et 5e étape), le vainqueur sortant est tombé. Contraint à l’abandon, il n’a pas été suppléé par Richie Porte, pourtant deuxième au général dans les Alpes. La formation britannique s’est révélée incapable de sortir de sa programmation mais elle a repris son processus victorieux avec le deuxième triomphe de Chris Froome en 2015, confirmé par un troisième en 2016 puis un quatrième en 2017. Depuis, il a remporté la Vuelta et le Giro, puis terminé 3e du Tour 2018, accompagnant sur le podium son coéquipier Geraint Thomas, troisième Britannique vainqueur du Tour de France en l’espace de six ans. Aux duettistes, s’ajoute désormais comme potentiel Maillot Jaune le prodige colombien Egan Bernal, 22 ans, vainqueur de Paris-Nice cette année.

  • Victoires Finales 6
  • Victoires d'étapes 17
  • Maillots jaunes 88
  • Victoires Annexes 2

Victoires finales : 6

  • Bradley Wiggins en 2012
  • Chris Froome en 2013, 2015, 2016 et 2017
  • Geraint Thomas en 2018

Victoires d’étapes : 17

  • 2011 : Edvald Boasson Hagen, à Lisieux et Pinerolo
  • 2012 : Mark Cavendish, à Tournai, Brive-la-Gaillarde et Paris ; Chris Froome, à La Planche des Belles Filles ; Bradley Wiggins, à Besançon et Chartres
  • 2013 : Chris Froome, à Ax-Trois domaines, au Mont Ventoux et à Chorges
  • 2015 : Chris Froome, à La Pierre-Saint-Martin
  • 2016 : Chris Froome, à Bagnères-de-Luchon et Megève
  • 2017 : Geraint Thomas, à Düsseldorf
  • 2018 : Geraint Thomas, à La Rosière et à L’Alpe d’Huez

Victoires dans les classements annexes : 2

  • 2015 : Chris Froome (meilleur grimpeur)
  • 2017 : classement par équipes

Maillots Jaunes : 88

  • 2012 : Bradley Wiggins, quatorze jours
  • 2013 : Chris Froome, quatorze jours
  • 2015 : Chris Froome, seize jours
  • 2016 : Chris Froome, quatorze jours
  • 2017 : Geraint Thomas, quatre jours, et Chris Froome, quinze jours
  • 2018 : Geraint Thomas, onze jours

LE CHIFFRE

6 : le nombre de victoires finales au Tour de France pour la Grande-Bretagne (toutes depuis 2012).

LES DATES

7 juillet 2011 : Edvald Boasson Hagen apporte au Sky Procycling (le nom de l’équipe à l’époque) son premier succès sur le Tour de France, à Lisieux.

9 juillet 2012 : Un an et un jour après sa fracture de la clavicule entre Le Mans et Châteauroux, Bradley Wiggins endosse pour de bon le Maillot Jaune au terme du contre-la-montre entre Arc-et-Senans et Besançon.

21 juillet 2013 : Chris Froome devient à la fois le deuxième Britannique et le premier Africain – par son lieu de naissance et son éducation – à remporter le Tour de France, ajoutant à la symbolique de la centième édition.

Suivez-nous

Recevez des informations exclusives sur le Tour de France

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblés en fonction de vos centres d'intérêts.

En savoir plus