Alaphilippe, du jaune qui pétille

8 juillet 2019 - 17:37

Au pays du champagne, le final de l’étape d’Epernay a donné lieu à deux initiatives pleines de panache. La première par Tim Wellens, qui a lâché ses compagnons d’échappée à 48 kilomètres de l’arrivée pour une aventure en solo qui lui a finalement rapporté le maillot à pois. Mais le Belge n’a pas pu résister à l’offensive de Deceuninck-Quick Step et de son leader Julian Alaphilippe, qui a fondu sur lui dans la côte de Mutigny pour aller cueillir 16 kilomètres plus loin sa troisième victoire d’étape sur le Tour, assortie du Maillot Jaune qui n’avait plus été porté par un coureur français depuis Tony Gallopin en 2014. Il domine le Tour avec 20’’ d’avance sur Wout van Aert et 25’’ sur Steven Kruijswijk.  

Wellens dans l’échappée
Le peloton du Tour se réunit pour la dernière fois de l’année en Belgique avec 176 coureurs, et n’a pas encore quitté le territoire lorsque se forme l’échappée du jour, après 5 kilomètres de tentatives vaines. Persévérant, Yoann Offredo (Wanty-Gobert) sort du peloton avec Stéphane Rossetto (Cofidis), Tim Wellens (Lotto-Soudal), Paul Ourselin (Total Direct Energie) et Anthony Delaplace (Arkea-Samsic). L’échappée ainsi constituée profite d’un vent favorable pour parcourir 46,9 kilomètres dans la première heure de course, pendant que Tony Martin, coéquipier du Maillot Jaune chez Jumbo-Visma, se charge de donner le tempo à l’avant du peloton.

Asgreen aux commandes de la poursuite
L’écart augmente jusqu’à un maximum de 6’15’’, qui persuade au km 76 les Deceuninck-Quick Step de déclencher de façon beaucoup plus nette la poursuite en envoyant dans un premier temps Kasper Asgreen en tête du peloton. Le rapprochement est immédiat, obligeant l’échappée à maintenir une cadence particulièrement élevée pour subsister, avec une moyenne de 46,1 km/h après trois heures de course. Mais en passant au pied de la cathédrale Notre-Dame de Reims (km 146), les cinq homes de tête n’ont plus que 1’45’’ d’avance.    

Un raid solitaire pour Alaphilippe
La situation semble compromise et incite Tim Wellens à passer à l’offensive à 48 kilomètres de l’arrivée, à l’approche de l’enchaînement des ascensions dans le vignoble champenois. Son effort lui permet de saisir le maximum de points de la montagne en jeu sur l’étape et de s’approprier le maillot à pois. Mais avec seulement 50’’ d’avance sur le peloton en abordant la côte de Mutigny, l’arrivée en solo semblait inenvisageable, alors que les grandes manœuvres débutaient du côté de la Quick Step. Dans les deux cents derniers mètres de ce « mur », Julian Alaphilippe fait la différence, fond sur Wellens et attaque en tête la descente pour se lancer dans un raid solitaire de 16 kilomètres.

L’étape et le Maillot Jaune
La course poursuite est lancée, respectivement par les équipes Ineos et Education First, qui ne parviennent pas à revenir sur le puncheur de l’équipe belge. Alaphilippe résiste et conserve même un avantage qui lui permet de garder sur la ligne d’arrivée suffisamment d’avance pour prendre la tête du classement général. Le premier peloton, réglé par Michael Matthews, se présente en effet avec 26’’ de retard sur le nouveau Maillot Jaune.  

Résumé - Étape 3 - Tour de France 2019

Suivez-nous

Recevez des informations exclusives sur le Tour de France