Egan et Ewan… l’avenir au présent

28 juillet 2019 - 21:35

Le Tour de France 2019 s’est achevé par la victoire d’Egan Bernal, lointain héritier des Lucho Herrera et Fabio Parra, qui devient le premier vainqueur colombien de la plus grande course du monde. Le benjamin du peloton est aussi à 22 ans et 6 mois le plus jeune coureur rapportant le Maillot Jaune à Paris. Après avoir remporté le Tour de l’Avenir 2017, puis cette année Paris-Nice et le Tour de Suisse, Bernal atteint la consécration en devançant sur le podium son coéquipier chez Ineos et tenant du titre Geraint Thomas. Pendant que la formation britannique réalise un doublé déjà accompli en 2012 avec Bradley Wiggins et Chris Froome, l’équipe Jumbo-Visma place pour la première fois en 36 participations (sous ses différentes appellations) un coureur sur le podium final avec Steven Kruijswijk.
Si le grimpeur colombien a affiché sa supériorité en montagne et signe un succès qui en appelle peut-être d’autres, la dernière étape du Tour a aussi acté la domination d’un sprinteur d’avenir. Caleb Ewan, qui avait promis de gagner sur les Champs-Elysées lors de sa première visite à Paris à l’automne 2011, a tenu sa parole en s’imposant devant Dylan Groenewegen. Il signe ainsi son troisième succès à sa première participation à la Grande Boucle, après ses victoires à Toulouse et à Nîmes. Il sera peut-être l’un des rivaux à l’avenir de Peter Sagan, qui remporte pour la septième fois le maillot vert. Le maillot à pois est quant à luis remporté par Romain Bardet.

Dernier point des grimpeurs pour Offredo
Le peloton se réunit au départ de Rambouillet avec 155 coureurs prêts à achever le Tour de France 2019. Le Maillot Jaune sacrifie à la tradition de la dégustation de champagne et des photos-souvenirs dans la traversée de la forêt de Rambouillet, où l’allure frise la promenade. Sur les deux dernières ascensions classées au programme du Tour, Tim Wellens passe en tête au sommet de la côte de Saint-Rémy-lès-Chevreuse (km 34), puis l’Essonnien Yoann Offredo sur la côte de Châteaufort (km 38).

Une échappée à 4 sur le circuit final
Après une première heure parcourue à 34,4 km/h, le rythme s’accélère à l’entrée dans Paris, et plus encore en abordant pour la première fois l’avenue des Champs-Elysées, avec huit tours de circuit à effectuer. C’est à 53 km de l’arrivée qu’Omar Fraile (Astana) lance un mouvement, suivi de Jan Tratnik (Bahrain), Nils Politt (Katusha) et Tom Scully (Education First). Le quatuor obtient un avantage d’une trentaine de secondes, mais l’équipe Lotto-Soudal, relayée par les Deceuninck-Quick Step et les Jumbo-Visma, maintient la pression dans l’optique d’un sprint final.

Michael Matthews retardé
A deux tours de l’arrivée finale, Tranik et Scully tentent de résister sans Fraile et Politt, mais n’ont plus que 8’’ d’avance et renoncent finalement à leurs illusions à 12 km de l’arrivée. Dans la préparation du sprint, Michael Matthews est retardé par un problème mécanique mais parvient tout de même à reprendre sa place. Pendant ce temps, Greg Van Avermaet a tenté une sortie du peloton à 6 km de l’arrivée… sans succès. Sous la Flamme Rouge, les Quick Step sont les plus en vue avec Julian Alaphilippe pour emmener Elia Viviani. Mais dans la dernière ligne droite, Edvald Boasson Hagen lance les hostilités le premier. Il est surpris et cueilli par l’accélération de Caleb Ewan sur le côté droit de la route, pendant que Dylan Groenewegen avait choisi quant à lui le côté gauche, mais avec moins de puissance. L’Australien remporte sa troisième étape sur le Tour de France.  

Tour de France 2019 - 28/07/2019 - Etape 21 - Rambouillet / Paris Champs-Elysées (128 km) - Egan BERNAL (TEAM INEOS) et Julian ALAPHILIPPE (DECEUNINCK - QUICK - STEP)
Tour de France 2019 - 28/07/2019 - Etape 21 - Rambouillet / Paris Champs-Elysées (128 km) - Egan BERNAL (TEAM INEOS) et Julian ALAPHILIPPE (DECEUNINCK - QUICK - STEP) © A.S.O./Alex BROADWAY

Suivez-nous

Recevez des informations exclusives sur le Tour de France