RÉVÉLATION DES PARCOURS 2023

La révélation des parcours 2023 du Tour de France et du Tour de France Femmes avec Zwift aura lieu le jeudi 27 octobre à partir de 11h30 (UTC+2) au Palais des Congrès de Paris.

Site-étape pour la sixième fois
Station touristique des Hautes-Pyrénées (65), rattachée à la commune de Beaucens.
Population : 420 habitants (Beaucinois et Beaucinoises), 15 330 hab. dans les 46 communes de la Communauté de communes Pyrénées Vallées des Gaves.
Spécialités : garbure bigourdane, rocher des Pyrénées (gâteau), porc noir de Bigorre.
Personnalités : Jacques Chancel (télévision), Cyprien Despourrins (poète).
Sport : ski, VTT, cyclotourisme. Marmotte Granfondo Pyrénées (cyclosportive), La Pyrénéenne (cyclosportive)
Économie : agriculture, tourisme. Domaine nordique de ski de fond.
Festivals : Festival de Gavarnie, Festival Muchas Bandas, Fête des Chiens des Pyrénées.
Sites web / FB / Twitter / Insta : https://www.hautacam.com/https://www.valleesdegavarnie.com/ete / https://www.pyrenees-trip.com/ / http://www.tourisme-occitanie.com/ / www.facebook.com/stationhautacamwww.facebook.com/valleesdegavarnie/www.facebook.com/hautespyreneestwitter.com/Hautacam65 / twitter.com/valleesgavarniewww.instagram.com/parcdeloisirsduhautacam/www.instagram.com/valleesdegavarniewww.instagram.com/hautespyreneeshttps://fr-fr.facebook.com/TourismeOccitanie/https://twitter.com/Occitaniehttps://www.instagram.com/tourisme_en_occitanie/?hl=fr

Vallées De Gavarnie © Antoine Garcia
Argelès Gazost © Tristan Buchot
Vallées De Gavarnie © Antoine Garcia

HAUTACAM, UNE HISTOIRE

Au pied du Hautacam

Il est agréable de se balader dans les rues d'Argelès-Gazost : ses palmiers, son parc à l'anglaise et ses grandes villas ont valu à la cité thermale son surnom de « Petit Nice ». Bâtie au carrefour des vallées d’Azun, de Cauterets et de Luz, la particularité d’Argelès-Gazost réside dans son marché hebdomadaire : dès 1292, ce marché fixé au mardi devient rapidement le plus grand lieu d’échange commercial de la vallée en voyant converger chaque semaine les populations rurales des hautes vallées et du piémont lourdais.
Mais, c’est au XIXe siècle que le destin d’Argelès évolue. La création de la route impériale, l’arrivée du chemin de fer en 1870 et la construction de la gare attirent une population d’estivants, en majorité anglais et russes, séduits par la beauté du site et la douceur du climat. Et c’est surtout l’achat par la ville des sources thermales de Gazost qui permet le développement dans la plaine d’une ville thermale. Argelès s’enrichit alors d’un établissement thermal, d’un casino, d’un parc à l’anglaise et de belles villas. En 1896, au cœur de sa renommée, Argelès-de-Bigorre devient Argelès-Gazost en associant son nom à celui de la localité porteuse des sources thermales.
Depuis les hauteurs de la ville, on profite d’un panorama exceptionnel sur Hautacam, parc de loisirs quatre saisons, haut lieu d’activités outdoor et ludiques et point de rencontre dominical des valléens. L’activité phare pour tous en toute saison : une luge sur rail sécurisée qui permet de dévaler les pentes toute vitesse.

Vallées De Gavarnie © Antoine Garcia

HAUTACAM ET LE CYCLISME

Cinq étapes du Tour ont été jugées au sommet de la longue montée vers la station qui domine Lourdes. Luc Leblanc a été le premier à y poser son nom en 1994, juste avant de conquérir en Sicile le titre de champion du monde. Hautacam a également marqué en 2008 un tournant dans la carrière de Cadel Evans : il y a pris pour la première fois la tête du classement général du Tour… avec une seconde d'avance sur Fränk Schleck. Cette première expérience en jaune ne dura que cinq jours pour l'Australien, diminué par une blessure et qui dut céder le Maillot Jaune à l’aîné des Schleck pour huit secondes dans la montée vers Prato Nevoso. Au final, il échoue à la deuxième place de cette édition, à 58 secondes de Carlos Sastre. Cadel Evans a plus tard endossé le Maillot Jaune en 2010, pour une journée, et enfin en 2011 pour devenir le premier Australien vainqueur à Paris. En 2014, c’est à Hautacam que Vincenzo Nibali parachevait sa domination sans partage en allant cueillir au sommet sa quatrième victoire d’étape de cette édition avec 1’10” d’avance sur Thibaut Pinot. Au général, le requin de Messine comptait 7’10” d’avance sur le Français à trois jours des Champs-Élysées : la cause était entendue.

Luc Leblanc lors de l'étape Cahors - Lourdes du Tour de France 1994 © Pressesports/Boutroux
Vincenzo Nibali lors de l'étape Pau - Hautacam du Tour de France 2014 © Pressesports/Bernard Papon

À VOIR

Château d'Ourout
Edifié au XIe siècle, transformé au XVe-XVIe siècle avec son parc et sa chapelle. Ancienne résidence des seigneurs du Doumec d’Ourout vassaux du comte de Bigorre, c’est la même famille qui l’occupe actuellement par transmission directe ou mariage. Plusieurs hôtes de marque ont habité cette résidence, dont Henri Russel et le compositeur Gustave Fauré, ami de la grand -mère de Monsieur le comte Hugue. Il parait que le prince de Galles qui devait y passer ses vacances, n'a pu faire entrer sa calèche, tant elle était large et la rue d'accès étroite. Il a donc dû annuler son séjour. Très rares visites libres lors de certaines journées du patrimoine.

Thermes d’Argelès-Gazost
L’établissement thermal, construit en briques et galets roulés, fut créé à la fin du XIXe siècle en faisant venir une eau aux vertus curatives d'un village voisin (Gazost) à l'aide d'un aqueduc. L'écrivain François Mauriac fréquentait, vers 1910-1920, l'établissement thermal et son parc, un beau jardin « à l'anglaise ». Il en fera même le décor d'un de ses romans : « Le fleuve de feu ». De belles maisons de maître et des grandes villas caractérisent l'architecture de la cité.
www.argeles-gazost.com

Donjon des aigles au château de Beaucens
Construction : Xe au XIIe siècle.
Style : château fort médiéval.
Histoire : le château de Beaucens était la maison vicomtale ordinaire, la plus puissante de Bigorre avec de vastes possessions dont les dix-sept bourgs de la vallée de Barèges. Le château fut habité jusqu'en 1643, il appartenait alors à la Maison de Montaut-Bénac.
Petite histoire : dans la Bigorre, la légende évoque la fin d'un long siège du château levé à cause d'une truite lâchée par un aigle, qui a fait croire à l'assaillant que la nourriture était encore abondante et fraîche.
Destination actuelle : le site historique, avec un château féodal du XIe siècle, offre un large panorama sur la vallée et la chaîne pyrénéenne. On y trouve une collection prestigieuse d'oiseaux de proie du monde entier. En été, un spectacle de rapaces en liberté survole le public.
Classement : Monument Historique depuis 1927.
www.donjon-des-aigles.com

Abbatiale de Saint-Savin
Construction : XIIe siècle
Style : roman
Caractéristiques : aujourd'hui église paroissiale elle faisait partie jusqu'à la Révolution française d'un monastère bénédictin très influent dans la vallée. Elle a été complétée à l'époque gothique par une surélévation des murs et du clocher. Elle se caractérise par une très riche collection d'objets mobiliers : sarcophage roman de Saint-Savin, tableaux racontant sa vie de la fin du XVème siècle, ciborium et Christ en bois du XIVème siècle et orgue Renaissance daté de 1557.
Classement : Monument Historique depuis 1840.

Tour du château de Vieuzac
Il s’agit d’un reste considérablement restauré du château qui abritait la seigneurie de Vieuzac. L'ensemble du site comprenait également la maison seigneuriale, l'église Saint-Pierre et le cimetière. La tour, à la base, est du XIVe siècle. Qualifiée de pigeonnier au compoix de 1783. Elle eut comme propriétaires les seigneurs de Vieuzac, puis au XVIIe ceux d'Ourout, Jean-Baptiste Lassalle, avant d'être rachetée et restaurée par la famille du député Alicot avec les matériaux du Castel-Naou d'Azu d'Arras en Lavedan. Aujourd'hui elle est la propriété d’une maison de retraite.

Château d’Arras en Lavedan
Il a été édifié au XIIe siècle sur une colline surplombant le village, à la place d'un premier château, présentant des similitudes avec les châteaux de Gaston Fébus, notamment celui de Montaner. Occupé par les Anglais de 1360 à 1404 puis par différents seigneurs, le château tomba en ruines. Les corbeaux sculptés sont même vendus en 1879 pour décorer la tour de Vieuzac à Argelès. Un nouveau propriétaire entreprend sa restauration dès 1996, sous le contrôle des bâtiments de France.

Thermes d’Argelès-Gazost © Creative Commons 4.0/Basotxerri
Donjon des aigles au château de Beaucens © Creative Commons 3.0/Serge Ottaviani
Abbatiale de Saint-Savin © Pierre Meyer
Château d’Arras en Lavedan © Creative Commons 4.0/Sotos

À MANGER

La garbure

C’est la soupe traditionnelle en Bigorre. Faite à partir de chou et de haricots, on y laisse mijoter du confit ou du « camayou » un os de jambon du pays. À retrouver dans de nombreux restaurants du coin et notamment à l’Auberge de l’Arrioutou, la table d’Hautacam qui en a fait une spécialité.
Début juin, il ne faut pas manquer à Argelès-Gazost la Confrérie de la Garbure, la fête traditionnelle autour du plat typique bigourdan : messe animée par les Chanteurs Ariélès, défilé des confréries du sud-ouest, intronisations, marché et repas garbure.

La garbure © Getty/nobtis

Suivez-nous

Recevez des informations exclusives sur le Tour de France