Pas Jasper… Kasper !

Tour de France 2023 | Étape 18 | Moûtiers > Bourg-en-Bresse

Les espoirs d’une échappée de trois coureurs paraissaient illusoires au départ de la 18e étape, en particulier lorsque les équipes de sprinteurs décident de serrer au maximum leur étau et de ne leur laisser que très rarement plus d’une minute d’avance. Et pourtant, Kasper Asgreen, Victor Campenaerts et Jonas Abrahamsen, aidés à 65 km de l’arrivée par le renfort de Pascal Eenkhoorn, ont continué de croire en leurs chances et se sont accrochés à leur position. Grâce à leur force et à leur détermination, ils ont su résister in extremis à la mécanique du retour du peloton et se disputer un sprint à quatre. C’est Kasper Asgreen qui s’est montré le plus explosif dans les deux cents derniers mètres pour aller chercher sa première victoire sur le Tour de France, à sa première participation. Il s’agit aussi de la première victoire de la formation Soudal-Quick Step sur le Tour de France 2023.

Le Résumé Long - Étape 18 - Tour de France 2023

Un trio sous contrôle
Après les forfaits de Wout van Aert (Jumbo-Visma) et d’Anthony Perez (Cofidis), il reste 152 coureurs au départ de Moûtiers. Bien que les deux étapes précédentes à Bourg-en-Bresse aient souri à part égale à un coureur échappé (2002, Thor Hushovd) et au vainqueur d’un sprint massif (2007, Tom Boonen), le profil du jour n’inspire pas en nombre les attaquants. Kasper Asgreen (Soudal-Quick Step), Victor Campenaerts (Lotto Dstny) et Jonas Abrahamssen (Uno-X) se lancent dans ce défi dès le premier kilomètre, mais sont très rapidement placés sous la surveillance serrée des formations des sprinteurs. Les rouleurs de Jayco-AlUla pour Dylan Groenewegen, DSM-Firmenich pour Sam Welsford et Alpecin-Deceuninck pour Jasper Philipsen, se placent à l’avant du peloton et maintiennent un écart autour d’une minute.

Eenkhoorn complète l’échappée
En attaquant la côte de Boisseu (km 105,2), le trio ne dispose plus que de 45’’ d’avance, et des premiers mouvements de contre-attaque se dessinent, avec par exemple Quentin Pacher et Fred Wright… sans succès. Un peu plus loin, au km 119, Pascal Eenkhoorn (Lotto Dstny) insiste et parvient avec la complicité de Campenaerts à intégrer la tête de course, où l’on roule à quatre à partir du kilomètre 126. Cette petite association commence par remonter son avantage à 1’10’’, puis la mécanique d’un retour du peloton se met en place dans les 30 derniers kilomètres.

Coopération parfaite
Alors qu’une échappée ordinaire aurait pu céder à la mésentente, en particulier lorsqu’une formation est en supériorité numérique, les quatre costauds du jour coopèrent parfaitement pour résister, avec encore 40’’ d’avance à 20 kilomètres de l’arrivée, et ne paniquent pas alors que le peloton les suit à 12’’ dans les 5 derniers kilomètres. Y compris sous la Flamme Rouge, avec un peloton lancé à leurs trousses à 8’’ derrière eux, les échappés ne perdent pas de temps à se regarder. Leur sprint à quatre est lancé par Campenaerts, mais c’est Kasper Asgreen qui place l’accélération décisive à deux cents mètres du but et s’impose en puissance devant Pascal Eenkhoorn.  

Suivez-nous

Recevez des informations exclusives sur le Tour de France

colonne droite  - fantasy fr
CLUB - COLONNE DROITE
APP MOBILE - FR