Bernal aux commandes, l’étape arrêtée

26 juillet 2019 - 18:15

L’étape de Tignes a connu un scénario totalement inattendu, avec un arrêt dicté par des événements météorologiques ayant rendu la route impraticable à partir de Val d’Isère. Auparavant, le classement général avait été bousculé par l’abandon de Thibaut Pinot, 5e de la course mais diminué par une lésion musculaire à la cuisse gauche. C’est ensuite la montée au col de l’Iseran qui a été le théâtre d’une grande explication, réglée par Egan Bernal. Le Colombien a distancé dans les 5 derniers kilomètres tous les prétendants au podium, ainsi que les échappés les plus résistants, Warren Barguil et Simon Yates étant les derniers à l’avoir accompagné. Julian Alaphilippe, arrivé à l’Iseran avec 2’07’’ de retard, cède le Maillot Jaune qu’il a porté pendant 14 jours. Le classement général ayant été établi à partir des temps enregistrés au passage au col de l’Iseran, le Français pointe maintenant à 45’’, tandis que le podium provisoire est complété par Geraint Thomas, à 1’03’’.  

Nibali et Dan Martin dans l’échappée
Le peloton se rassemble à Saint-Jean-de-Maurienne avec 156 coureurs pour s’attaquer à un parcours exigeant et dynamique qui inspire les meilleurs grimpeurs. Après 4,5 kilomètres de course et à la faveur d’une portion montante, Pello Bilbao (Astana) sort du peloton et emmène avec lui Vincenzo Nibali (Bahrain), Dan Martin (UAE) et Jesus Herrada (Cofidis). Le quatuor est pourchassé par plusieurs vagues de contre attaque, qui aboutissent au km 34 à une jonction donnant forme à l’échappée définitive, avec Van Baarle (Ineos), Konrad (Bora), Gallopin (AG2R), Nibali, Caruso (Bahrain), Reichenbach (Groupama-FDJ), Valverde, Amador, Soler (Movistar), Bilbao, Izagirre, Lutsenko, Kort (Astana), De Plus (Jumbo-Visma), Uran, Bettiol, Woods (Education First), S.Yates (Mitchelton), D.Martin, Aru (UAE), Ciccone, Mollema (Trek-Segafredo), Herrada (Cofidis), G.Martin (Wanty-Gobert), Kreuziger (Dimension Data), Barguil et Gesbert (Arke-Samsic).

Abandon de Thibaut Pinot
C’est également dans la montée d’Aussois que débute le calvaire de Thibaut Pinot, 5e du classement général mais diminué par une blessure à la jambe gauche. Devant l’impossibilité de tenir son rang, le Français se résigne en larmes à l’abandon, peu avant le sommet (km 38). Longtemps maintenu à moins d’une minute par le peloton, le groupe de tête parvient toutefois à creuser un écart montant à 2’ au km 60, dont il conserve 1’40’’ en abordant la montée au col de l’Iseran. La sélection débute d’emblée et devient très sévère sous l’impulsion de Warren Barguil, qui s’isole même à l’entrée dans les 5 derniers kilomètres d’ascension.

Bernal met tout le monde d’accord
Mais derrière le champion de France, les grandes manœuvres sont lancées par l’équipe Ineos, qui bouscule le groupe Maillot Jaune comprenant alors 10 coureurs. C’est d’abord Geraint Thomas qui accélère à 7 km du col, et surtout une réplique d’Egan Bernal à 6 km qui met fin à la fois aux espoirs de Julian Alaphilippe et à ceux des derniers candidats à l’étape, à savoir Barguil, Uran et Simon Yates, le dernier à l’accompagner jusqu’à 2 km du col. Une fois au sommet, les écarts condamnent en effet le Maillot Jaune d’Alaphilippe, chronométré à 2’07’’ de Bernal.

L’étape arrêtée
Peu de temps avant que les premiers coureurs se lancent dans la descente, une violente averse de grêle rend impraticable la route qui devait être empruntée à partir du km 112 de l’itinéraire. Pour des raisons de sécurité, les coureurs sont donc prévenus que la course est arrêtée, et invités à s’arrêter à Val d’Isère où un convoi doit être organisé. Les temps enregistrés au passage au col de l’Iseran sont pris en compte pour le calcul du classement général. C’est donc à ce stade Egan Bernal qui prend les commandes du Tour de France, avec 45’’ d’avance sur Julian Alaphilippe, pointé à 2’07’’ à la bascule.

Résumé - Étape 19 - Tour de France 2019

Suivez-nous

Recevez des informations exclusives sur le Tour de France