Ville étape pour la troisième fois
Chef-lieu de canton de Meurthe-et-Moselle (54)
Population : 8 000 habitants (Tomblainois, Tomblainoises)
Spécialités : mirabelles, bergamots
Personnalités : Marcel Picot (entrepreneur), Michel Platini (football), Mathieu De Dombasle (inventeur de la charrue moderne), Gilbert Bauvin (cyclisme, 2e du Tour 1956),  Anne-Sophie Mathis (boxe).
Sport : Tomblaine Basket Club (Pré-Nationale féminin), Stade Marcel Picot, Stade Raymond Petit.
Économie : aéroport de Nancy-Essey, tertiaire, commerce.
Festivals : Rencontres théâtrales de Tomblaine (mai), Tempo (musique, juin), Automne des Arts (salon artistique, octobre)
Labels : Ville amie des enfants. 
Sites web / FB : www.tomblaine.fr www.grandnancy.euwww.meurthe-et-moselle.fr / www.grandest.fr / @villedetomblaine

Hôtel de Ville de Tomblaine © Ville de Tomblaine
Girouettes hiquily. © Ville de Tomblaine

TOMBLAINE, UNE HISTOIRE  

Pelé, Platini et Maradona réunis   

Chacun a marqué son époque, mais c’est à Tomblaine, et nulle part ailleurs, que Pelé, Diego Maradona et Michel Platini se sont retrouvés ensemble dans un stade de football. La commune limitrophe de Nancy est en effet celle du stade Marcel Picot, jardin de l’AS Nancy-Lorraine, où débuta Michel Platini et où il fêtait son jubilé le 23 mai 1988. C’est à cette occasion que le Français se frotta sur le terrain au Brésilien et à l’Argentin, sans doute les deux meilleurs joueurs de tous les temps (même si les fans de Cristiano Ronaldo ou de Lionel Messi pourraient le contester !).  Cette pelouse de Marcel Picot (du nom d’un ancien président de l’AS Nancy-Lorraine) « Platoche » l’a foulée dès ses débuts professionnels, puisque l’enfant de Joeuf signa son premier contrat avec Nancy après avoir été refoulé par le FC Metz pour « insuffisance respiratoire » ! Platini resta sept saisons à Nancy avant de rejoindre Saint-Etienne puis la Juventus de Turin. Mais c’est logiquement à Tomblaine qu’il vint faire ses grands adieux.  Le stade, inauguré en 1926, s’appelait à l’origine Parc des Sports du pont d’Essey et fut rebaptisé en 1963. L’enceinte, qui reçut plus de 30 000 spectateurs pour un Nancy - Saint-Etienne en 1976, a aujourd’hui une capacité de 20 000 places. C’est aussi à Marcel Picot qu’Arsène Wenger fit ses vrais débuts d’entraîneur pro en 1984.

Platini, Pelé, Maradona au Stade Marcel Picot le 23 mai 1988 © Pressesports/Pierre Lablatinière

TOMBLAINE ET LE CYCLISME  

Gilbert Bauvin : l’homme qui aurait dû gagner le Tour !

Roger Walkowiak, vainqueur du Tour 1956, est souvent présenté comme le vainqueur le plus inattendu de l'histoire de la Grande Boucle. Son dauphin cette année-là aurait fait un gagnant aussi surprenant, mais sans doute plus « présentable ». Le Lorrain Gilbert Bauvin, natif de Lunéville, avait en effet déjà porté le Maillot Jaune sur deux Tours de France et enlevé deux étapes en 1954. Il comptait également deux places dans les dix premiers. Équipier d'André Darrigade au sein de l'équipe de France, il n'avait pourtant rien pu faire pour son leader, décroché dans la 7e étape et relégué à plus de 18 minutes. Idéalement placé, Gilbert Bauvin avait alors chuté dans la descente du col de Latrape, mais ses équipiers, chargés de préparer le sprint pour Darrigade n'avaient pu se mobiliser pour lui. Sinon ? Gilbert Bauvin, dont la fille habite Tomblaine, se présenterait peut-être au départ de cette étape en tant qu'ancien vainqueur ! Tomblaine a servi à deux reprises de tremplin pour des étapes à destination des Vosges, en 2012, pour la première ascension de La Planche des Belles Filles et la victoire de Chris Froome, puis en 2014, où Blel Kadri s’était imposé à Gerardmer.

Blel Kadri vainqueur de l'étape Tomblaine - Gerardmer du Tour de France 2014 © Pressesports/Frederic Mons
Gilbert Bauvin en 1954 lors de l'étape Epinal - Nancy du Tour de France © PRESSESPORTS

À VOIR

Stade Marcel Picot

Fondation : 1926
Caractéristiques : stade de 20 087 places
Histoire : construit en 1926, il fut agrandi et modernisé en 1973 puis de 1999 à 2003. Il devait faire l’objet de nouveaux travaux pour l’Euro 2016 qui auraient étendu sa capacité à 32 000 places, mais le projet a été abandonné, faute de moyens.
Signes particuliers : stade de l’AS Nancy-Lorraine, il porte depuis 1963 le nom d’un ancien président du club.  

Espace Naturel Sensible

Situées sur la rive droite de la Meurthe à deux pas du centre-ville de Tomblaine, les îles du Foulon et de l’Encensoir représentent un véritable poumon vert au cœur de la Métropole du Grand Nancy. Ces 17 hectares ont été classés en Espace Naturel Sensible et visent à la préservation d’une faune (144 espèces animales) et d’une flore exceptionnelles.

Musée de l’aéronautique de Nancy-Essey

Rassemblement d'appareils restaurés, dû en partie à des cessions du ministère de la Défense. Les collections sont consacrées presque essentiellement à l'histoire de l'aviation de chasse à réaction de 1948 à 1984.

Place des Arts

La ville place l’art et la culture au cœur de la cité, c’est ainsi qu’est née la Place des Arts. Espace public habité par des œuvres diverses et de grandes qualités : Les Girouettes de Philippe Hiquily (artiste de renommée mondiale dont on retrouve les œuvres au MoMA à New York ou encore à Shanghaï suite à l’exposition universelle de 2010, Les Meneuses d’Art de Véronique Didierlaurent, La Girafe bienveillante de Jean No, etc.  

Espace Jean Jaurès

L’Espace Jean Jaurès est un lieu socioculturel et sportif mis à la disposition des associations Tomblainoises nombreuses et dynamiques. Lieu de formation, pépinière de jeunes talents, tant culturels que sportifs. L’Espace Jean Jaurès accueille de grandes manifestations populaires : les Rencontres Théâtrales de Tomblaine (Aux Actes Citoyens), le Festival de Kizomba, la Batucada, l’école de musique Tempo, les associations de danse, etc.  

La Ferme de Tomblaine

Au cœur de Tomblaine, la ferme est la dernière encore en activité en Lorraine en milieu urbain. Seul bâtiment qui a su résister aux assauts, elle tire ses origines de l’époque de la Renaissance. Elle fût la propriété de la famille de Wendel, de Cerf Beer (homme politique et philanthrope, il a inspiré Balzac pour son personnage de la Comédie Humaine, le Baron d'Aldrigger), puis du Maréchal d'Empire Gabriel Jean Joseph Molitor. Pasteur a séjourné et a travaillé à son projet de pasteurisation du lait dans cette ferme pendant plusieurs années.  

Plage des deux rives

La Métropole du Grand Nancy a créé en 2021 une espace de détente, de loisirs sportifs et culturels pour la période estivale. De part et d’autre des Rives de Meurthe du côté Nancy et Tomblaine, toutes les activités sont gratuites. Près de 40 000m² d’espaces naturels sont dédiés à la baignade et aux loisirs.

Espace Jean Jaurès © Ville de Tomblaine
La Ferme de Tomblaine © Ville de Tomblaine
Place des Arts © Ville de Tomblaine
Stade Marcel Picot © Creative Commons 3.0
Les îles du Foulon et de l’Encensoir © Ville de Tomblaine

À MANGER  

Le macaron de Nancy  

Le véritable Macaron de Nancy doit sa renommée au secret de fabrication de deux sœurs converses de la communauté des Dames du Saint Sacrement de Nancy. Selon la légende colportée par la Maison des Sœurs Macarons, ces deux sœurs, Élisabeth Morlot et Suzanne Gillot, chassées de leur couvent fermé par la Révolution en 1793, auraient continué à fabriquer pour vivre des macarons selon la recette de leur ordre. Elles obéissaient ainsi aux préceptes de Sainte Thérèse d’Avila, selon laquelle les amandes sont conseillées pour les sœurs qui ne mangent pas de viande. C’est cette « authentique recette » qui ne cesse, depuis quatre siècles, d’être l’objet de recherche par des pâtissiers, cuisiniers et confiseurs de Nancy, mais dont le secret reste jalousement gardé par Nicolas Génot, le pâtissier de la Maison des Sœurs Macarons. Cette savoureuse friandise est uniquement faite d’un délicat mélange de blanc d’œufs, de sucre et d’amandes de Provence ce qui en fait le Macaron fidèle à la tradition.  

Le macaron de Nancy © Getty/stocknshares

Suivez-nous

Recevez des informations exclusives sur le Tour de France