Ville étape pour la deuxième fois.
Commune de la Province de Hainaut (Belgique)
Population : 33 500 hab. (Binchois, Binchoises)
Personnalités : Gilles de Binche (compositeur, XVe siècle), André Joseph Boussart (général de division et Baron de l'Empire), Germaine Maria Degueldre-Degueldre (Supercentenaire et ancienne doyenne de Belgique), Clément Lhotellerie, Ludwig De Winter (cyclisme).
Spécialités : les doubles de Binche (petites crêpes au sarrasin fourrées au fromage), bière La Binchoise, vins effervescents Ruffus, Gin de Binche, dentelle au point de Binche.
Sport : 60 associations dont 5 clubs de cyclisme amateur, équipe professionnelle Wanty-Gobert Matériaux.
Événements : Semi-marathon, Urban Heroes Challenge (trail avec obstacles), semi-classique Binche-Chimay-Binche Mémorial Frank Vandenbroucke, championnats de Belgique de cyclisme contre-la-montre en 2024 et sur route en 2025 et 2030.
Économie : secteur de la construction, des travaux publics et du génie civil (groupe Wanty), tourisme, dentelle.
Événements : Carnaval (depuis le XIVe siècle et inscrit au patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’UNESCO), concerts gratuits deux fois par an sur la Grand-Place, Un Soir au Parc (concerts)
Label : Ville d’histoire et de folklore
Sites web / FB / Twitter : www.binche.be / www.binchetourisme.be@villedebincheofficiel@Ville_de_Binche

Les anciens Remparts © Creative Commons 3.0/Pierre André Leclercq
Binche-Hainaut-Canal du Centre © Ville de Binche
La gare de Binche © Creative Commons 4.0/Japplemedia

BINCHE AUJOURD’HUI  

Un carnaval classé

Le Carnaval de Binche est un patrimoine vivant exceptionnel, un événement populaire, humain et social hors du commun. Il a d’ailleurs été reconnu Patrimoine Immatériel de l’Humanité par l’Unesco en 2003. Cette manifestation folklorique, issue d’une longue tradition orale, constitue un véritable rite qui donne le sentiment aux participants d’être uniques. Pour les Binchois et selon l’expression consacrée, « Il n’y a qu’un Binche au monde »… Durant plusieurs mois, la population et la ville préparent leur carnaval, véritable communion, sans aucun doute le moment le plus important dans la vie de la cité binchoise. Le dernier carnaval s’est déroulé les 3, 4 et 5 mars 2019 avec en apothéose, la sortie de près de 1 000 Gilles pour Mardi Gras. Les origines du Carnaval de Binche sont difficiles à établir avec certitude. La légende qui a remporté le plus grand succès est celle du Gille descendant des Incas, imaginée par le journaliste Adolphe Delmée au XIXe siècle. Ces Incas seraient apparus en costume lors des fêtes organisées par Marie de Hongrie en 1549 pour accueillir son frère, Charles Quint, et son neveu, Philippe II. Les Binchois appréciant leurs costumes colorés et exotiques auraient perpétué ce défilé dans la cité. Cette hypothèse farfelue séduit encore les acteurs du Carnaval de Binche car elle leur confère un caractère historique assez flatteur.

Le carnaval de Binche © Ville de Binche

BINCHE ET LE CYCLISME  

En 2019, c’est au terme d’une étape partie de Binche que Julian Alaphilippe avait sabré le champagne à Épernay et porté pour la première fois le Maillot Jaune. Le puncheur français l’a depuis porté pendant 18 jours et au moins une fois dans chacune des trois dernières éditions. C’est aussi à Binche que s’est déroulé en 2018 le championnat de Belgique sur route qui avait vu la victoire du fidèle équipier de Julien Alaphilippe Yves Lampaert et lui avait permis de porter le maillot national sur les routes du Tour de France pendant tout le mois de juillet. Lampaert avait également terminé cette même saison deuxième de la semi-classique Binche-Chimay-Binche, alors remportée par Danny van Poppel, qui a récidivé en 2021. Cette épreuve, créée en 1911, a connu une histoire en dents de scie et a été relancée en 2010 sous le nom de Mémorial Franck Vandenbroucke en l’honneur de celui qui en avait remporté l‘édition 1996. En 2013, la ville du Hainaut avait également été le lieu de départ d’une édition de la Flèche wallonne remportée par Daniel Moreno.  Parmi les coureurs nés à Binche, on note Albert Dubuisson, professionnel de 1938 à 1951 et qui participa au Tour de France en 1950, l’année de sa victoire dans le Tour de Belgique.  

Julian Alaphilippe vainqueur de l'étape 3 Binche/Epernay du Tour de France 2019 © A.S.O./Alex BROADWAY
Daniel Moreno vainqueur de la Flêche Wallonne 2013 © A.S.O./Bruno Bade

À VOIR   

Les remparts médiévaux
Ce fleuron de l'architecture militaire médiévale est magnifiquement préservé. Construite en pierre au XIIe siècle, la fortification fut agrandie au XIVe siècle et s’est développée sur 2 126 mètres. Elle est épaulée de près de 30 tours et percée de six portes. Il n’est donc pas étonnant que Binche ait reçu le surnom de « Carcassonne belge ». À ne pas manquer, également, le refuge de Bonne Espérance.  

Musée international du carnaval et du masque
Ancien collège des Augustins du XVIIIe siècle, le Musée International du carnaval et du masque convie le visiteur à un voyage fascinant au cœur des fêtes et rites du monde entier. Du carnaval de Binche aux fêtes d’hiver d’Europe, des cérémonies masquées des Esquimaux en passant chez les Indiens d’Amérique du Nord, sans oublier l’Afrique, l’Océanie et l’Asie, l’universalité du masque et ses multiples usages sont à l’honneur. Le musée expose des centaines de masques, de déguisements et d’accessoires de toutes formes et de toutes matières. http://www.museedumasque.be  

Beffroi de Binche
Fondation : 1554
Style : Renaissance
Caractéristiques : l’hôtel de ville de Binche est un bâtiment gothique tardif à deux niveaux, construit en grès de Bray pour la face principale vers la place, en briques et grès vers la rue des Boucheries. Il intègre au rez-de-chaussée trois arcades gothiques moulurées. Un beffroi où se superposent cinq registres inégaux en briques émerge du corps de l'édifice. Il abrite trois cadrans d’horloge encastrés dans les baies du niveau supérieur.
Histoire : le Beffroi de Binche fait partie intégrante de l'hôtel de ville édifié au XIVe siècle. Le monument fut reconstruit en style Renaissance par l'architecte Du Broeucq après le sac de la ville par les armées françaises en 1554. Au XVIIe siècle, l'architecte Dewelz plaque une façade néo-classique sur le bâtiment. Après une importante restauration achevée en 1901, l'hôtel de ville a retrouvé son apparence Renaissance.
Signes particuliers : un bulbe baroque coiffe le beffroi qui renferme un carillon dont plusieurs cloches remontent au XVIe siècle. Les armoiries de Charles Quint et de sa sœur Marie de Hongrie ornent le bâtiment.
Classement : reconnu Patrimoine Mondial de l'Humanité par l'UNESCO  

Centre de la dentelle et des métiers d’arts le Fuseau
A l'origine, les dentelles de Binche ne se distinguaient pas des dentelles confectionnées à Valenciennes. Elles ont, en effet, la même origine et furent importées du Hainaut français au début du XVIIe siècle. Les différences se sont établies au fil des années. La dentelle de Binche s'est caractérisée par l'extrême finesse du fil (jamais coupé) utilisé par les dentellières. Le « fond de neige » donne ainsi aux ouvrages un aspect féerique. Particulièrement en vogue avant la Révolution française, sa renommée dépassa les frontières et Victor Hugo lui-même en fit un large écho dans Les Misérables. Ne dit-on pas que le « point de Binche » est le plus difficile du monde ?  

Les vestiges du Palais de Marie de Hongrie
Il aurait fallu pas moins de 5 millions de briques pour édifier ce palais commandé par Marie de Hongrie, gouvernante des Pays-Bas et sœur de l'Empereur Charles Quint, à l'architecte Jacques Du Broeucq. Entamée en 1545, la construction fut terminée en 1549 pour la visite de Charles Quint, mais le palais ne résista pas au passage des troupes du roi de France, Henri II. Réhabilité tout de suite après, l’entretien de l'édifice fut trop couteux et sa démolition fut décidée en 1704.  

Brasserie « La Binchoise »
L'histoire de la Brasserie remonte à 1847. En 1929, le site est acheté par Oscar Roulez, malteur, qui fait abattre l'ancienne brasserie pour reconstruire les bâtiments actuels. En 1979, André Graux installe la brasserie « La Binchoise ». Depuis 2000, les portes sont ouvertes au public. Cette brasserie au caractère authentique accueille pour des visites guidées et des dégustations de bières. 
www.brasserielabinchoise.be

Musée international du carnaval et du masque © Ville de Binche
La dentelle de Binche © Ville de Binche
Beffroi de Binche © Getty/boerescul
Les remparts médiévaux © Ville de Binche
Brasserie « La Binchoise » © Ville de Binche
Les vestiges du Palais de Marie de Hongrie © Creative Commons 3.0/Jean-Pol GRANDMONT

À MANGER

Les doubles de Binche  

Si l’on dit que le Bon Dieu est binchou, il est une recette qui lui fait plaisir à coup sûr, : les Doubles de Binche. Ces crêpes spéciales existaient déjà à la première moitié du XIXe siècle et continuent aujourd’hui à ravir les papilles dans quelques établissements de la ville. Un peu de farine blanche de sarrasin, une bonne bouteille de Binchoise blonde (ou brune pour les plus aventureux), sel, poivre, levure fraîche, huile d’arachide et, ce qui donnera tout son goût au plat : un bon fromage bien fort comme celui de Herve, généralement le plus utilisé (un bon maroilles fera l’affaire également) et le tour est joué ! Il ne reste plus qu’à réaliser deux petites crêpes (d’où le nom de « Double ») et à les fourrer comme il faut de fromage fort, pour découvrir que, malgré son aspect rugueux, l’émotion et la tradition dégoulineront à chaque bouchée. À ne pas oublier, la petite noisette de beurre pour éviter que les crêpes ne s’assèchent et surtout, une bouteille de Binchoise au frais pour les accompagner.

Crêpes salées © Getty/Mariha-kitchen

Suivez-nous

Recevez des informations exclusives sur le Tour de France