Tour de France 2022

Rendez-vous le jeudi 14 octobre pour la révélation du parcours du Tour de France 2022

Ville étape pour la première fois

Sous-préfecture du Morbihan (56)

Population : 14 600 hab. (Pontivyens, Pontivyennes), et 46 000 hab. dans les 25 communes de Pontivy Communauté.
Personnalités : Émile Masson (écrivain et penseur anarcho-socialiste), Ferdinand Le Drogo, Paul Le Drogo, Fernand Picot (cyclisme), Jean-Yves Lafesse (humoriste), Olivier Boivin (1965) (canoë-kayak, médaillé olympique en 1992), David Lappartient (président de l'UCI ancien président de l'UEC et de la Fédération Française de Cyclisme)
Spécialités : Galettes de pomme de terre, Chistr Per (cidre de poire)
Sport : GSI et Stade Pontivyen (football N3), Pontivy Triathlon (D1), CKCP (canoë kayak), ACRLP (athlétisme)
Economie : industrie agro-alimentaire, commerce, pôle administratif, etc.
Culture : Festival contemporain « L’art dans les chapelles », Bagad « Kerlenn Pondi » et concours de musique bretonne « Kan Ar Bolb »
Labels : Ville Active et Sportive **, Pays d’art et d’Histoire, Ville Napoléonienne, Ville fleurie ***, Plus beaux détours de France, Ville nature **
Sites internet : www.ville-pontivy.bzhwww.pontivy-communaute.bzhwww.tourisme-pontivycommunaute.comwww.morbihan.frwww.morbihan.com

Place du Martray © Emmanuel Berthier
Péniche Duchesse Anne à Pontivy © Emmanuel Berthier
Pontivy Communaute © Menhirs de Manéven
Rue du fil à Pontivy © Emmanuel Berthier
Basilique Notre Dame de Joie © Emmanuel Berthier

PONTIVY, UNE HISTOIRE

Une volonté impériale

Pontivy doit son origine à St Ivy, moine écossais venu évangéliser la Bretagne. Selon la légende, il fit construire un pont sur le Blavet qui donnera son nom à la ville : « Pont-Ivy ». Terre des Rohan, Pontivy a construit sa réputation autour de son château médiéval du XVe siècle. Désormais propriété de la ville, cette forteresse a fait l’objet d’un important chantier de restauration après l’effondrement de la courtine sud en 2014. Dédiée à Notre Dame de Joie, la Basilique du XVIème siècle garde le souvenir du vœu émis en 1696 de protéger la cité d’une grave épidémie. Pontivy doit son essor au commerce des toiles de lin et aux foires, à l’époque de la révolution où la ville s’est rangées aux idées républicaines. De par sa position géographique exceptionnelle au cœur de la Bretagne, Napoléon 1er défendait une vision pour Pontivy : « dans la paix : le centre d'un grand commerce et dans la guerre : un centre militaire important ». Ordre est alors donné de creuser le canal de Nantes à Brest et de construire à Pontivy tous les attributs du pouvoir dignes d’une grande ville : un tribunal, une prison, une caserne, une nouvelle église, une Mairie-Sous-Préfecture et des halles Théâtre. La ville s'honore même d'être la 3e ville de Bretagne, après Rennes et Nantes, à posséder un lycée d'État. Les projets de l’Empereur pour Pontivy sont colossaux : Napoléonville est née !

Le château de Pontivy © Creative Commons 3.0/Calips

À VOIR

Château des Ducs de Rohan
Construit du milieu du XVe siècle au début du XVIe siècle, le château de Pontivy fut le tout dernier château fort construit en Bretagne. Il est caractéristique de l'architecture militaire bretonne de la fin du XVe siècle. La construction fut réalisée à l'initiative de Jean II de Rohan dit le « Grand Vicomte ». Pontivy étant devenue, en 1396, la capitale de la vicomté de Rohan, il fallait à Jean II un château digne de son rang. Suite aux intempéries de 2014, une partie du mur sud du château s’est affaissé, fragilisant dans sa chute la tour attenante. Une restauration a été entreprise et la ville travaille désormais à la réouverture au public de cet édifice emblématique.

Patrimoine Napoléonien
Issue de la volonté de Napoléon 1er de faire de Pontivy une place forte au cœur de la Bretagne, la ville nouvelle construite plus au sud est tout empreinte de l’architecture impériale. Avec ses rues en damier organisées autour de l’imposante place d’armes, Pontivy devient Napoléonville. Le point final fut donné par Napoléon III avec la construction de la gare et de l’église impériale.

Canal de Nantes à Brest
Afin d’approvisionner les ports bretons bloqués par la Marine anglaise, Napoléon Ier décida la création du canal de Nantes à Brest. Long de 360 kilomètres et composé de 230 écluses, le chantier débuté en 1806 n’a été inauguré qu’en 1858. Idéalement placée à la jonction du canal et du Blavet et sur le tracé de la « Vélodyssée », Pontivy est une étape incontournable pour les touristes à vélo.

Piscine découverte « La Plage »
Située en bordure du canal de Nantes à Brest, la « plage municipale » a été construite en 1938, afin de permettre aux Pontivyens de goûter aux joies de la baignade. Son style Art déco rappelle les stations balnéaires du littoral que peu de familles avaient alors les moyens de fréquenter. Son bassin de 50 mètres de long, est aujourd’hui utilisé pour accueillir de nombreuses compétitions sportives.

L’art dans les chapelles
Chaque été depuis 1992, le festival « L'art dans les chapelles » invite des artistes nationaux et internationaux à mettre en scène leurs talents dans les nombreuses chapelles du pays de Pontivy. En faisant dialoguer art contemporain et patrimoine religieux, ce festival permet au grand public de découvrir des créations uniques, tout en admirant la beauté de ces chapelles nichées en pleine campagne.

Circuit « Jean Robic »
Enfant du pays, né à Radenac, Jean Robic aurait eu 100 ans le 10 juin 2021. Un hommage permanent est rendu à ce grand champion, vainqueur du tour de France 1947, grâce au circuit « Jean Robic » qui traverse les 25 communes de Pontivy Communauté. Entre nature et patrimoine, ce circuit de 155 km pour un dénivelé cumulé de 1650m, est destiné aux cyclosportifs avertis.

Château des Rohan à Pontivy © CRT Bretagne
L'église impériale St Joseph à Pontivy © Emmanuel Berthier
Le Canal du Blavet à Pontivy © OT Pontivy Communaute
Piscine La Plage Pontivy © Michel Langle
Jean Robic en lors du Tour de France de 1947 © Presse Sports

PONTIVY ET LE CYCLISME

Même si le Tour de France n’y a jamais fait étape, Pontivy est un haut lieu du cyclisme en Bretagne en tant que ville natale de plusieurs personnalités de ce sport dans la région, à commencer par David Lappartient, l’actuel président de l’Union cycliste internationale (UCI). C’est aussi ici qu’ont vu le jour les frères Le Drogo : Ferdinand, champion de France 1927 et 1928, et Paul, vainqueur d’une étape du Tour 1929 avant de devenir le directeur sportif de Louison Bobet et des frères Groussard. Autre figure du cyclisme local, Fernand Picot, vainqueur à deux reprises du Grand Prix de Plouay, participa à huit Tours de France consécutifs entre 1955 et 1962, prenant la 13e place en 1957. Au programme du Tour de Bretagne masculin et féminin ces dernières années, Pontivy a encore vu naître la championne de France sur route en titre, Audrey Cordon-Ragot, et la jeune espoir Marie Le Net, vice-championne du monde à l’Américaine. Autre natif de Pontivy : Bruno Roussel, l’ancien manager de l’équipe Festina.

David Lappartient, président de l'UCI © A.S.O./Kåre Dehlie Thorstad

Suivez-nous

Recevez des informations exclusives sur le Tour de France