Concours "Ma Ville en Jaune"

Cette année, le Tour de France et son partenaire LCL mettent à l’honneur le Maillot Jaune à travers un concours entre les 8 villes-étapes du Grand Départ 2021.

Ville étape pour la 12e fois
Préfecture du Morbihan (56)

Population : 57 149 hab. (Lorientais), 209 360 hab. pour Lorient Agglomération (25 communes)
Personnalités : Jean-Yves Le Drian (né à Lorient, ancien maire, actuel Ministre de l’Europe et des Affaires étrangères), Warren Barguil (habitant d’Inzinzc-Lochrist et né à Hennebont), Irène Frain (romancière), Armel Le Cléac’h (navigateur), Thomas Coville (navigateur), Mickaël Landreau (football), Yoann Gourcuff (football), Christian Gourcuff (football), Lisardo Lombardia (directeur du festival Interceltique de Lorient), Jean-Paul Abadie (grand chef cuisinier), Lucien Gourong (conteur, écrivain).
Spécialités : Langoustine (1er port de débarquement de langoustines en France) et produits de la mer en général (1e port de pêche de France), le chou de Lorient, le gâteau breton, la cotriade.
Sport : 62 associations sportives, représentant 15 000 licenciés dans plus de 40 disciplines différentes. Clubs phares : Football Club de Lorient (Ligue 1), CEP Basket (Nationale 1), Club Nautique de Lorient, Lanester Handball (Nationale 1), Centre nautique de Kerguélen (Larmor-Plage). Evènements : Course transatlantique à la voile « Lorient-Les Bermudes-Lorient » (réédition en 2019 d’une course légendaire datant de 1979 ayant lancé la course au large en France), Solitaire du Figaro, Volvo Ocean Race…
Culture : 12 musées dont 4 musées labellisés « Musées de France ». Cité de la Voile Eric Tabarly (Lorient), Musée de la Compagnie des Indes (Port-Louis), Musée de la Marine (Port-Louis), Zoo de Pont-Scorff, Le Sous-Marin Flore et son musée (Lorient), Ecomusée industriel des Forges (Inzinzac-Lochrist), Village médiéval de Poul Fétan (Quistinic), Village des artisans d’art à Pont-Scorff. Evénements : Festival Interceltique de Lorient (prix du meilleur festival urbain de France, 800 000 visiteurs), Festival international du film insulaire de Groix (août), Festival Les Indisciplinées (musiques actuelles, novembre), Festival des Rias à Quimperlé (théâtre de rue, août)
Economie : Pôle national de la construction et réparation navale (3 000 emplois). Premier port de pêche de France en chiffre d’affaires et deuxième port de pêche de France avec 80 000 tonnes de produits de la mer transitant sous criée. Pôle course au large : référence en Europe du Nord (Karver, Keroman Technologies, Lorima, Marsaudon Composites, Plastimo…)
Devise : « Ab Oriente refulget », « C'est de l'Orient qu'elle resplendit », fondée en 1966 par la Compagnie des Indes
Labels : Ville d’Art et d’Histoire, labellisée Patrimoine du XXe siècle / 2 labels Cités d’Art (Hennebont, Port-Louis) / 1 label Cité des Métiers d’Art (Pont Scorff) / Patrimoine Mondial de l’humanité par l’UNESCO (patrimoine culturel immatériel) / Ville fleurie 4 fleurs
Sites web : www.lorient.bzh / www.lorient-agglo.bzh / www.lorientbretagnesudtourisme.fr / www.morbihan.fr / www.bretagne.bzh

Le rade de Lorient © Zedda Yvan
Fontaine place Jules Ferry © Ville de Lorient
Terrasses de la place Polig Monjarret © Furst-Herold Florimond

LORIENT, UNE HISTOIRE

Au nom de la mer

Berceau de la Compagnie des Indes, l’histoire de Lorient commence par la création des chantiers navals du Faouëdic. La construction du navire le Soleil d’Orient, plus connu sous le nom de l’Orient, donne son nom à la ville qui connaît une ère de grande prospérité jusqu’en 1769. En 1791, Lorient tourne la page du commerce colonial pour devenir un port militaire. Entre 1880 et 1930, l’essor du commerce puis de la pêche génèrent la création d’importantes infrastructures portuaires.
La Seconde Guerre mondiale a ensuite bouleversé son destin. La ville, détruite à 85%, a été dans l’obligation de se reconstruire pour loger sa population. Soixante ans après, elle a obtenu le label Ville d’art et d’histoire pour son action de mise en valeur du patrimoine.
Aujourd’hui, Lorient affiche son riche héritage maritime. Ville en pointe sur la course au large, port de pêche leader, ville industrielle et universitaire moderne, elle s’appuie sur des valeurs de solidarités fortes, sur un tissu associatif dynamique. Elle ne manque pas également d’ambitieux projets d’urbanisme : reconversion de Lorient-La Base, création d’une nouvelle gare, réaménagement total d’un parc dans son hyper-centre, naissance d’un nouveau quartier sur le site de son ancien hôpital…
Lorient est aussi une destination touristique au littoral préservé. Capitale de la culture celte, elle accueille ainsi en août le Festival interceltique à la renommée internationale, qui fêtera cette année son 50e anniversaire.

Bloc K3, l'ancienne base de sous marins à Lorient © Galeron Bernard

LORIENT ET LE CYCLISME

La cité portuaire porte un nom inspirant pour les voyageurs, l’usage ayant raccourci l’identité du premier vaisseau mis à l’eau par la Compagnie des Indes orientales, Soleil d’Orient, dont les chantiers étaient installés à Port-Louis depuis 1666. 340 ans plus tard, un jour de finale de Coupe du monde de football, Sylvain Calzati concluait victorieusement une échappée pour la dernière arrivée du Tour jugée ici. En 2011, le peloton avait quitté Lorient en direction de Mûr de Bretagne où Cadel Evans faisait un premier pas dans sa conquête du titre. Le port breton a également contribué à l’écriture d’autres belles pages de l’histoire du Tour, au cours des huit arrivées d’étapes qui s’y sont tenues. Comme en 1960 où une échappée de quatre coureurs avait atteint Lorient avec 14’ d’avance. Le vainqueur du jour, Roger Rivière, justifiait alors son statut de favori de la course, qu’il perdit ensuite lors d’une lourde chute dans la descente du col du Perjuret, au profit de Gastone Nencini. Le premier vainqueur à Lorient fut Raymond Louviot en 1939, mais cette étape reste surtout célèbre parce qu’elle avait vu René Vietto endosser le Maillot Jaune pour la première fois.
En 2018, lors du dernier passage du Tour en ville pour une étape à destination de Quimper, c’est Peter Sagan qui y avait enlevé la deuxième de ses trois victoires de cette édition.

Peter Sagan Vainqueur à Quimper de l'étape 5 Lorient / Quimper du Tour de France 2018 © A.S.O./Pauline Ballet
"Echappee vers Lorient Roger Rivière, Gastone Nencini, Jean Adriaenssens, Hans Junkermann lors de l'étape Saint Malo/Lorient du Tour de France 1960" © PRESSE SPORTS

À VOIR :

Le Festival interceltique
Il fêtera en août les 50 ans de son installation à Lorient, où il est devenu un des clous de la saison des festivals d’été en France. Le rendez-vous annuel des musiciens du monde celte, qui prit la suite de plusieurs festivals de cornemuses organisés à Quimper ou Brest, se fixa à son port d’attache en 1971, attirant chaque année plus de public et plus de nations. L’Acadie, la Nouvelle-Zélande, l’Irlande, l’Écosse, le Pays de Galles, la Cornouaille, l’Île de Man, la Galice, les Asturies et la Bretagne envoient désormais des artistes à Lorient pour une manifestation qui attire quelque 800 000 spectateurs. Fondé par Polig Monjarret, développé par Jean-Pierre Pichard, le FIL est désormais dirigé par l’Asturien Lisardo Lombardia. Au fil des ans, le festival s’est doté de rendez-vous immuables. La Grande Parade des nations qui regroupe quelque 3.500 artistes de toutes les délégations est sans doute le moment le plus couru du festival.

La Cité de la Voile Éric Tabarly
Elle a ouvert ses portes en mai 2008 et expose de manière didactique les méthodes de construction des voiliers modernes et les techniques de la navigation à voile. Conçue par l'architecte Jacques Ferrier en hommage au célèbre navigateur Eric Tabarly, disparu en mer le 13 juin 1998, la Cité entend sensibiliser un large public à l'univers de la voile à travers des expositions, des conférences et des animations variées. Entièrement vitré en polycarbonate, un socle transparent supporte à l'étage un vaste plateau en suspension recouvert d'une coque en aluminium irisé dont la couleur varie du gris au bleu, du mauve au violet selon la courbe du soleil.

L’Hôtel Gabriel
Au XVIIIe siècle, Lorient étant le centre des activités de la Compagnie des Indes, l’Enclos du Port a vu la construction de cet édifice. Puis il est devenu le siège de la préfecture maritime et occupé par les Allemands lors de la Seconde Guerre mondiale. Incendié lors des bombardements de 1943, l'édifice est reconstruit à l'identique. Acquis en 2000 par la ville de Lorient, l'Hôtel Gabriel abrite depuis 2008 le service de l'Animation de l'architecture et du patrimoine. En 2010, les Archives municipales s'établissent au premier étage de l'aile ouest tandis que le rez-de-chaussée ouvre au public ses salles d'accueil, de documentation, d'ateliers et d'expositions.

Hydrophone
C’est un équipement dédié aux musiques actuelles, installé à Lorient La Base dans l’une des nefs du blockhaus K2. Le projet s’inscrit dans la continuité de l’aménagement de l’ancienne Base de sous-marins depuis les années 2000. Hydrophone comprend une grande salle de 500 places mais aussi des studios de répétitions et une salle dédiée pour la musique assistée par ordinateur.
www.hydrophone.fr

La Tour de la Découverte
Construite pour la première fois en 1737 sur l'emplacement du réservoir, la Tour de la Découverte est détruite à deux reprises par la foudre en 1751 et 1784. En 1786, elle est réédifiée sur la colline du Faouëdic par l'architecte Philippe Guillois qui la dote alors d'un paratonnerre. Il s'agit d'une tour de guet permettant de signaler l'approche des navires et de surveiller d'éventuelles manœuvres de contrebande sur les côtes de l'île de Groix. Egalement appelée tour de reconnaissance ou tour des signaux, elle est équipée au cours du XXe siècle d'une coupole qui abrite un projecteur de signalisation permettant des communications optiques entre les établissements maritimes de Lorient.

Musée de la Compagnie des Indes
La thématique de ce musée, unique en France, fait revivre l'extraordinaire histoire des grandes compagnies de commerce des XVIIe et XVIIIe siècles. Maquettes de vaisseaux, estampes, cartes anciennes, mobilier indo-européen, porcelaines de Chine, cotonnades indiennes sont autant de témoignages de cette incroyable épopée maritime….
www.musee.lorient.bzh

Triomphe des sonneurs © Ville de Lorient
Cité de la Voile Éric Tabarly, Lorient © Creative Commons 3.0/Pline
L'hôtel Gabriel © Ville de Lorient
Hydrophone © Ville de Lorient
La Tour de la Découverte © ABdrone
Entrée du Musée de la Compagnie des Indes, Citadelle de Port-Louis © Creative Commons 3.0/Ji-Elle

A MANGER :

Le Kari Gosse
Voilà un subtil mélange d’épices qui donne toute leur saveur aux mets bretons tout en narrant aux palais l’histoire de Lorient et de la Compagnie des Indes. L’un des premiers ports de France à voir arriver des Indes les épices et currys en provenance d’Asie, Lorient la bien nommée les a bien vite adoptés jusqu’à ce qu’un pharmacien de la ville, Monsieur Gosse, dépose son propre mélange, devenu un classique de la cuisine bretonne. On trouve aujourd’hui le Kari Gosse dans toutes les pharmacies et épiceries de Lorient et d’Auray, et il agrémente maints plats de crustacés.

Le Kari Gosse © Creative Commons 3.0/Didier Chérel

Suivez-nous

Recevez des informations exclusives sur le Tour de France