29/08 > 20/09/2020

Ville-étape pour la 41e fois

Préfecture de l’Isère (38)

Population : 162 800 hab. (Grenoblois, Grenobloises), 450 000 hab. pour Grenoble Alpes Métropole (49 communes)

Spécialités : noix, gratin dauphinois, poulet aux écrevisses, Murson (saucisson au cumin), le pingouin (pâtisserie), la Chartreuse (liqueur)

Personnalités : Stendhal (écrivain), Olivier Messiaen (compositeur), Louis Néel (Prix Nobel de physique), Marc Minkowski (chef d’orchestre), Michel Fugain (chanteur), Bernard Thévenet (cyclisme), Jeannie Longo (cyclisme), Jérôme Neuville (cyclisme), Akim Tafer (boxe), Xavier Dorfman (champion olympique d’aviron à Sydney), Olivier Panis (pilote de F1)

Sport : « Les Brûleurs de Loups » (hockey sur glace, vainqueur de la Coupe de la Ligue), FCG Rugby (TOP 14), Aviron grenoblois (1er club de France), les 3 Jours de Grenoble (novembre), Marathon Ekiden (novembre)

Économie : ville française leader pour la micro et nano technologie (MINATEC, 1er pôle européen)

Festivals : Les Détours de Babel (musiques du monde, avril), Festival de théâtre européen (juillet), Festival du court métrage (juillet), Cabaret Frappé (juillet), Rocktambule (octobre), rencontres du Cinéma de montagne de Grenoble (novembre), festival international du cirque (novembre), Street Art Fet (juin-octobre)

Labels : Ville compagnon de la libération, ville fleurie (4 fleurs), ville internet 5@, Guidon d’or des villes qui ont plus de 30 km de pistes cyclables, Ruban du développement durable 2010, Marianne d’or 2011 (prix national de la mixité et de la politique de développement durable), 1ère ville où il fait bon étudier d’après le palmarès du journal l’Etudiant 2013, 5e Ville la plus innovante du monde 2013 (Magazine Forbes), 2e Ville la plus accessible d’Europe (Access City Award 2014)

Sites web / FB / Twitter / Insta : www.grenoble-tourisme.com / www.grenoblealpesmetropole.fr / www.grenoble.fr / www.isere-tourisme.comwww.facebook.com/VilledeGrenoblewww.facebook.com/isere.le.departement/www.facebook.com/grenoble.alpes.metropole/www.facebook.com/OfficedeTourismedeGrenobletwitter.com/VilledeGrenobletwitter.com/GrenobleTourismtwitter.com/CDIserewww.instagram.com/villedegrenoblewww.instagram.com/grenoblealpesmetropolewww.instagram.com/isere.le.departement

Paysage de Grenoble © GAM/Frangella Lucas
Place Saint-André à Grenoble © Getty/Kavalenkava Volha
Place Notre dame © Vianney Thibaut
Le centre de Grenoble la nuit © Christian Pedrotti
Le Parc Paul Mistra © GAM
Tour de France 2020 - Grenoble Métropole
Tour de France 2020 - Isère

GRENOBLE, UNE HISTOIRE  

68, ANNÉE OLYMPIQUE

En 1960, un groupe, composé du préfet de l’Isère, du président du Comité de Ski du Dauphiné, d’un architecte et de l’ingénieur général des Ponts, propose au maire, Albert Michallon d’organiser les Xe Jeux Olympiques d’hiver à Grenoble. Pour développer sa ville, il adressa la candidature de Grenoble le 30 décembre 1960. Le vote eut lieu le 28 janvier 1964. Grenoble l'emporta face à Calgary : quatre ans pour métamorphoser la ville. Grenoble était une ville prospère, avec une croissance économique exceptionnelle et une université reconnue, mais ses infrastructures n’avaient pas suivi. A force de solliciter le gouvernement, le préfet de l’Isère convainquit Georges Pompidou de débloquer des financements pour la construction des équipements olympiques. L’ensemble des infrastructures structurelles fut modernisé : nouvelle mairie, nouvelle gare, nouveau centre d’exposition. La circulation aussi fut totalement modifiée. Les Jeux Olympiques de Grenoble : 12 jours de liesse et d’innovation, les premiers Jeux Olympiques à avoir une mascotte, Schuss le skieur, mais aussi une retransmission en couleurs sur les télévisions du monde entier. Cinquante ans plus tard on retient la grâce de Peggy Flemming sur la glace et les performances de l’équipe de France de ski couronnée par les trois médailles d’or de Jean-Claude Killy.

Peggy Fleming en 1968 lors des JO d'hiver de Grenoble en 1968 © Presse Sports/L'Equipe
Jean Claude Killy à l'arrivée de la descente hommes des JO d'hiver de Grenoble en 1968 © Presse Sports/L'Equipe

GRENOBLE ET LE CYCLISME

Avec plus de 40 visites, le Tour de France a ses habitudes à Grenoble, même si son dernier passage date de 2014, pour le départ d’une étape vers Risoul, où s’était imposé Rafal Majka. Ville-étape du Tour depuis 1905, Grenoble tient une place à part dans l’histoire pour avoir accueilli un événement dont la portée était imperceptible à l’époque. En 1919, au départ de la 11ème étape, une cérémonie d’un nouveau genre eut lieu, puisqu’on remit à Eugène Christophe un maillot jaune imaginé pour distinguer dans le peloton le leader du classement général. L’innovation qui allait changer la face du cyclisme fut royalement célébrée par…une brève de moins de dix lignes dans L’Auto. Depuis, en plus d’un siècle, 286 champions ont porté la célèbre tunique. Grenoble fut également le dernier bastion français des courses de Six Jours avant que l’épreuve soit abandonnée en 2014. Grenoble est aussi historiquement le centre névralgique du Critérium du Dauphiné dont elle accueille des étapes presque chaque année depuis 1947. Très nombreux sont les coureurs grenoblois à avoir participé au Tour de France : parmi eux Laurent Biondi, Pierre Brambillla, 3e et meilleur grimpeur du Tour 1947, Bernard Gauthier, Maillot Jaune pendant sept jours en 1950, ou Jean Luc Molinéris.

Rafal Majka lors de l'étape 14 Grenoble - Risoul du Tour de France 2014 © Presse Sports/Frederic Mons

À VOIR

La Bastille
C’est le premier site touristique grenoblois avec 600 000 visiteurs par an. Abritant un fort du XIXe siècle sur les derniers contreforts du massif de la Chartreuse, il accueille aussi une via ferrata, un « accro-parc », un centre d’art contemporain, le musée des Troupes de Montagne… et la plus belle vue qui soit sur l’agglomération grenobloise.
www.bastille-grenoble.fr  

Le Musée de Grenoble
Créé en 1798, le musée des Beaux-Arts de Grenoble est considéré comme l'un des plus prestigieux musées en Europe. Il présente une collection de plus de 900 œuvres qui parcourent l’histoire de la peinture occidentale du XIIe au XXIe siècle : chefs-d’œuvre de la peinture classique flamande, néerlandaise, italienne, espagnole, mais aussi toutes les grandes tendances de l’art contemporain depuis 1945.
www.museedegrenoble.fr  

Street Art Fresque Obey
Grenoble, un musée à ciel ouvert. Depuis quelques années le Street Art prend la part belle dans la métropole grâce au Grenoble Street Art Fest. Il est le premier festival d’Europe à montrer le Street Art en tant que courant esthétique et multidisciplinaire. En 2019 la présence exceptionnelle de l'artiste américain Shepard Fairey (OBEY), l'un des street artistes les plus connus de la scène internationale a offert aux regards des Grenoblois la fresque « Rose Girl » 5 boulevard Maréchal Joffre.
www.streetartfest.org  

Les Halles Sainte-Claire
Construites en 1874 par l'architecte départemental Riondel, et conçues sur le principe des halles Baltard, elles occupent l'emplacement de l'ancien couvent des Clarisses de Grenoble, fondé au XVe siècle. Les murs de brique ne sont pas porteurs, la toiture repose essentiellement sur les piliers de fonte. La façade présente d'intéressants motifs décoratifs tels que mascarons et acrotères d'angle en forme de têtes de lions.  

La tour Perret
Située dans un parc de 33 ha, la tour « Perret » a été construite en 1925 pour l’Exposition internationale de la Houille blanche et du Tourisme. Conçue par Auguste Perret pour voir Grenoble « au cœur des Alpes », cette tour d’orientation en béton armé de 90 m de haut était alors la plus haute du monde. Classée monument historique, sa restauration est en projet.

Terrasse des géologues à la Bastille de Grenoble © Milky
Le Musée de Grenoble © Creative Commons 3.0/Milky
Halles Sainte Claire de Grenoble, marché couvert de la ville © Getty/Eric Bascol
La tour Perret © Ville de Grenoble
La tour Perret illuminée © Getty/benkrut

À MANGER

Noix de Grenoble
La Noix de Grenoble puise son goût, sa finesse et sa fraîcheur uniques dans son environnement naturel. Rassemblées dans la Vallée de l’Isère, les noyeraies profitent d’un climat relativement humide et venté. Les vergers, cultivés entre plaines et collines, de 150 à 800 m d’altitude, bénéficient de toute la fraîcheur d’un climat alpin parfaitement adapté à ce petit fruit de caractère… Ces conditions géographiques, associées au savoir-faire des producteurs, font de la Noix de Grenoble une production phare de la région depuis plusieurs siècles. Les nuciculteurs allient aujourd’hui les méthodes les plus modernes au respect des traditions et de la nature pour offrir un fruit parfaitement sain et naturel.

Noix de Grenoble © Jan Kosmowski

Suivez-nous

Recevez des informations exclusives sur le Tour de France

APPLICATIONS OFFICIELLES