29/08 > 20/09/2020

Sous-préfecture de l’Isère (38)

Ville étape pour la deuxième fois

Population : 8 250 hab. (Turripinois), 1 253 000 dans le département

Spécialités : le miron (chocolat), vins des Comtés Rhodaniens et IGP Isère, emmental.

Personnalités : Victor Prunelle (ancien maire de Lyon), Antonin Dubost (ancien président du Sénat), Bernard David (footballeur, ancien entraîneur de l’AJ Auxerre).

Economie : Parc d’activité de Rhodes. Administrations, commerces.
Sport : Rugby club des Vallons de La Tour (Fédérale 3), Football club La Tour-Saint-Clair (Régionale 2), Basket des Vallons de La Tour (Pré-nationale féminine), rugby-fauteuil, sport boules. Sportive : Ẻlise Marc (parathriathlon, championne du monde et d’Europe).

Événements : tournoi des Mirons (rugby).

Festivals : fête du Miron (animations gratuites, marché d’artisans et producteurs)

Labels : ville fleurie (1)

Sites Web FB / Twitter / Insta : www.latourdupin.fr / tourisme-valsdudauphine.fr / www.isere.fr / www.isere-tourisme.com / www.valsdudauphine.fr / www.auvergnerhonealpes.fr / fr-fr.facebook.com/VilledeLaTourduPin / fr-fr.facebook.com/isere.le.departement/ / fr-fr.facebook.com/valsdudauphinetourisme / fr-fr.facebook.com/RegionAuvergneRhoneAlpes/ / twitter.com/CDIsere / twitter.com/tourismepros / www.instagram.com/isere.le.departement/ / www.instagram.com/latourdupin/ / www.instagram.com/region_auvergnerhonealpes/ / CD Isère : www.youtube.com/channel/UCtDk8_0fQyBMPyzUsy3Px-Q" / Région :www.youtube.com/channel/UCFBo7nOUvkL7icgcWyl3gNw

La ville de La Tour du Pin © Mairie de La Tour Du Pin - Lisa Potdevin
Les Halles de la Tour du Pin © Mairie de La Tour Du Pin - Lisa Potdevin
L'Hôtel de Ville © Mairie de La Tour Du Pin - Caroline Allies
Centre-ville, la Tour-du-Pin © Ralph Grillot ou celle du Département de l’Isère
Tour de France 2020 - Isère

UNE HISTOIRE DE CHATS

Le nom de « La Tour du Pin » a pour origine la présence d’un château il y a bien longtemps, sur l’une des collines de la ville. En effet, au XIIe siècle, un imposant château se dressait sur les hauteurs de la cité : la « Tour » était située sur le « pen », signifiant « l’éminence » en celtique. L’un des symboles de la ville aujourd’hui est le « Miron », un sympathique chat vert qui se montre en juillet lors de la fête du même nom. Le miron est également le surnom des Turripinois, les habitants de la Tour du Pin. En effet, on raconte qu'au Moyen-Âge, on faisait rouir le chanvre dans la Bourbre qui coulait au centre de la ville. Cette opération de préfabrication du tissu attirait de nombreux rats et les Turripinois eurent l'idée de s'entourer de chats (en patois, les « mirons ») pour lutter contre cette invasion. Les Turripinois prirent alors ce joli surnom. Le chat est ainsi devenu le symbole de la ville. Aujourd'hui, le Miron est également une confiserie à base de nougatine, citron confit, pâte d'amande et praliné avec un enrobé de chocolat, que l’on trouve chez les chocolatiers turripinois (voir plus bas).

© Mairie de La Tour Du Pin - Lisa Potdevin

LA-TOUR-DU-PIN ET LE CYCLISME

Ce départ de la Tour-du-Pin n’est pas une première pour cette ville de l’Isère, qui avait déjà servi de tremplin à une étape du Tour de France en 1983. Peter Winnen, parti avec Jean-René Bernaudeau, était allé s’imposer à L’Alpe d’Huez et renforcer la légende de la montagne des Hollandais. C’est dans cette étape restée fameuse que Pascal Simon, toujours Maillot Jaune malgré son épaule fracturée, avait décidé de mettre pied à terre. Le Français ne retrouvera jamais la forme qui lui avait permis d’espérer s’imposer dans cette édition qui consacra Laurent Fignon. Plus récemment, lors du Critérium du Dauphiné  2017, la ville avait accueilli le départ d’un contre la montre individuel de 23,5 km jusqu’à Bourgoin-Jallieu. Richie Porte s’y était imposé devant Tony Martin.

Peter Winnen lors de l'étape 17 La Tour du Pin-L'Alpe d'Huez du Tour de France 1983 © Presse Sports

À VOIR

La Maison des Dauphins
Classée monument historique, cette demeure est un lieu propice aux manifestations culturelles. Elle dispose d’une cave et de deux salles d’expositions équipées disponibles à la location. La partie située rue de Châbons abrite la maison du patrimoine, animée par l’association d’histoire locale La Tour Prend Garde. On y découvre le patrimoine local et régional au fil des saisons. Ce lieu dispose de 47 mètres de longueur de cimaises réparties dans deux salles situées au rez-de-chaussée et une cave voûtée aux pierres apparentes en sous-sol.

Eglise Notre-Dame-de-l’Assomption et ses triptyques
Deux triptyques sont visibles dans l’église, l’un du XVIe siècle représentant la crucifixion et l’autre contemporain, du peintre Arcabas, Visite des mages d'Orient, qui rappelle l’adoration des mages. Le triptyque du XVIe siècle est l'un des fleurons du patrimoine religieux isérois. Longtemps attribué à un élève de Dürer, cette œuvre de la Renaissance, classée monument historique, livre une interprétation magistrale de la crucifixion : les deux volets mobiles représentent la montée du Christ au calvaire et la descente de la croix, le panneau central déploie la lamentation tandis que le revers offre la vision énigmatique d'un gisant drapé dans son linceul. Le caractère exceptionnel de cette œuvre dans le paysage artistique régional, ses dimensions inhabituelles et l'intérêt passionné qu'elle a suscité entourent le tableau de mystère.

Château de Cuirieu (à 2 km)
Au cœur d’un parc de 9 hectares, le château de Cuirieu est implanté sur un relief naturel dominant directement la vallée de la Bourbre, à 380 mètres d’altitude, à cheval sur les deux communes de Saint-Jean-de-Soudain et de Sainte-Blandine. Construction très cohérente et homogène, le château semble être bâti au XVIe siècle, même si la seigneurie de Cuirieu est déjà attestée en 1393. Le château, les communs et les jardins à la française sont inscrits aux Monuments historiques par arrêté du 22 janvier 1955.

Maison Blanche (à Saint-Didier-de-la-Tour, à 4 km)
Cet ensemble bâti, ancienne maison forte située en rebord d'une pente bordée au sud-est par le ruisseau de Jaillet, sur un coteau en pente douce, est composé de communs imposants -disposés en équerre autour d'une cour en partie pavée de galets- et d'un logis noble. Les ouvertures (grandes croisées à meneaux et traverses plats), régulières et symétriques, évoquent une composition rigoureuse du XVIIe siècle. A l'intérieur du bâtiment, plusieurs éléments remontent à la même période : escalier à rampe droite et mur d'échiffre, cheminées, dallages.

La Maison des Dauphins © Creative Commons 3.0/Alain Devisme
L'église Notre-Dame-de-l’Assomption © Mairie de La Tour Du Pin
Les triptyques © Creative Commons 3.0/Olivier Cheminet
Le Château de Cuirieu © Creative Commons 4.0/DoucF

À MANGER

Le miron (chocolat)
Aujourd’hui, le miron est une confiserie à base de nougatine, citron confit, pâte d’amande et praliné avec un enrobé de chocolat. Spécialité de la ville, ce chocolat est confectionné par les trois pâtissiers créateurs (M.Galante, E.Jas et M.Vermare) qui lui donnent son aspect caractéristique lorsqu’ils le trempent à la fourchette dans une conche. Créée lors de l’accueil de la Colombie pour la coupe du monde de football de 1998, la spécialité de la ville a rapidement conquis les papilles des gourmands de la planète.

Suivez-nous

Recevez des informations exclusives sur le Tour de France

APPLICATIONS OFFICIELLES