Commune du Vaucluse (84)
Ville étape inédite

Population : 2 895 hab. (Malaucéniens, Malaucéniennes)
Spécialités : vins du Ventoux, cerises du Ventoux, fruits. Jus de grenade bio, truffes noires du Ventoux…
Personnalités : pape Clément VII, François Pétrarque, Michel Galabru, Bertrand Minet, Myriam Boyer (comédiens), Marie Cardinal (romancière).
Sport : ascensions du Ventoux, ski au Mont Serein, randonnées. Evénements : La Sporta, ALS Tour, Ventoux Trial Classic.
Culture : festival d’Avignon extra-muros (spectacles dans l’église), Art et Peinture à Malaucène, Festival « artiste au village », Festival d’Orgue, Ventoux Rétro Véhicule.
Économie : tourisme, agriculture (fruits), papeteries de Malaucène, marché. Élevage de lamas.
Labels : Pays d’art et d’histoire / Patrimoine en Vaucluse pour la Chapelle du Groseau / Dispositif « petite ville de demain ».
Sites web et réseaux sociaux : www.malaucene.fr / www.ventouxprovence.fr / vaucluseprovence-attractivite.com / www.vaison-ventoux-tourisme.com / www.lacove.fr / www.vaucluse.fr / www.maregionsud.fr

Lac des Palivettes Malaucène © Ville de Malaucène
Panorama de la ville de français avec le clocher © Getty/A-Basler
Mairie Malaucène © Ville de Malaucène
Pavillon Rose © Ville de Malaucène

MALAUCÈNE, UNE HISTOIRE



Au pied du Ventoux

La chapelle du Groseau, nichée dans un écrin paysager remarquable au pied du Mont Ventoux, demeure le cœur d'un lieu humanisé depuis deux millénaires... La source du Groseau, qui ruisselle à proximité de la chapelle, a été utilisée et canalisée par les Romains pour alimenter en eau et parfaire l'urbanité de Vaison-la-Romaine (Vasio) au premier siècle de notre ère grâce à un aqueduc long de dix kilomètres. Construite entre 1150 et 1200, la chapelle Notre-Dame du Groseau est l’unique vestige d’un ancien monastère bénédictin fondé au VIIème siècle et aujourd’hui totalement disparu. Le Pape Clément V, premier pape d'Avignon, en a fait son séjour de prédilection à la belle saison au début du XIVème siècle. Passage obligé pour accéder au Ventoux, c’est dans le cadre de la revitalisation de la source du Groseau que s’inscrit la réhabilitation de la Chapelle (fermée pour péril depuis 2018) pour permettre la réouverture du lieu, sa valorisation par des expositions et concerts. (Appel au mécénat populaire avec la fondation du Patrimoine et mission Bern en cours).
Amoureux de la nature et du patrimoine découvriront la première édition d’un festival d’orgue (orgue classé au sein de l’église Saint Michel) la semaine du 12 au 17 juillet 2021 avec des animations, concerts, visite d’un facteur d’orgue... et de petits concerts d’orgue chaque mercredi pendant la saison estivale.

Chapelle ND du Groseau à Malaucène © Creative Commons 4.0/Marianne Casamance

MALAUCÈNE ET LE CYCLISME


Si Malaucène n’a jamais accueilli la Grande Boucle, sa proximité du Ventoux fait que la localité est parfaitement connue des coureurs, puisque l’ascension du Géant de Provence se fait depuis cette ville ou depuis Bédoin, où débute la montée mythique, ou encore depuis Sault (le parcours le plus facile). C’est ainsi par Malaucène que le Ventoux avait été grimpé pour la première fois sur le Tour de France en 1951 au cours de l’étape Montpellier-Avignon, remportée par Louison Bobet. Lucien Lazarides était passé en tête au sommet et avait empoché 40 secondes de bonification. Cette ascension côté Nord, considérée comme moins ardue que celle partant de Bédoin (l’ascension Sud), n’a été empruntée à nouveau par le Tour qu’en 1972, où Bernard Thévenet l’avait emporté. Dans cette édition 2020, le Ventoux sera gravi à deux reprises, d’abord via Sault et ensuite via Bédoin avant la redescente sur Malaucène. Les trois parcours seront ainsi empruntés, en montée ou en descente.
Ancien pistard originaire du Gâtinais, Gabriel Viratelle avait pris part au Tour de France 1934 et s’était installé dans le Vaucluse : il y est décédé, à Malaucène, en 1971.

Bernard Thévenet vainqueur de l'étape 11 Grande Motte/Mont Ventoux du Tour de France 1972 © Presse Sports

À VOIR :

Chapelle du Groseau
En 1853, le site est classé monument historique, ce qui permet un rafraîchissement extérieur complet de l'édifice aux frais de l'Etat. Le tourisme prend alors le dessus. La source du Groseau et la chapelle deviennent les deux points forts du tourisme local, avant même l'ouverture de la route du Mont-Ventoux en 1934 qui désenclave le site.

Le calvaire
Abandonné puis démonté pierre par pierre au XVIIIe, le château a cédé la place à trois croix. Un chemin caladé ponctué de 13 oratoires mène au sommet, appelé aujourd'hui le Calvaire. Bien que Malaucène ne soit pas un village perché, il a sa colline, au cœur du centre ancien. Entre 2007 et 2009, dans les niches créées à cet usage au XIXe, l'artiste plasticien Luc Ta-Van-Thinh a réalisé un Chemin de Croix contemporain et original en céramique.

Eglise Saint-Michel
Edifice de caractère, l'église saint Michel a été classée monument historique en 1982. C'est à la fin du XIIIe siècle que débuta sa construction dont on attribue l'origine au pape Clément V. Le Grand Schisme d'Occident puis les guerres de religion laissent la Provence dans un climat politique et religieux instable. Cette période d'incertitude a des conséquences sur Malaucène qui fortifie son église. En 1560, on mure la grande porte et on construit une porte située en façade Nord.
L'église est finalement agrandie au début du XVIIIe. On poursuit la nef par une cinquième travée et on construit le chœur avec déambulatoire. A la fin du XVIIIème siècle, les deux versants de toiture donnent sa forme définitive à l'église. Cet édifice construit conserve le principe des églises à nef unique, en berceau brisé, fréquentes en Provence.

Le Toulourenc
Classé site Natura 2000, le Toulourenc, petite rivière alimentée par le Mont Ventoux prend sa source au pied du Château d'Aulan près de Montbrun-les-Bains et serpente sur une trentaine de kilomètres avant de se jeter dans l'Ouvèze. Sinuant selon les combes descendant de la montagne, elle a creusé dans la roche de son lit, en amont et en aval du hameau de Veaux des profondes gorges atteignant parfois 100 mètres. La gorge aval appelée Estrechon (à cause de son étroitesse) ne dépasse pas par endroits 1,50 mètre de largeur et a une longueur de 3 kilomètres, de Notre Dame des Anges à Veaux.

Chapelle du Groseau © Ville de Malaucène
Église Saint Michel Malaucène © Ville de Malaucène
Rivière du Toulourenc Malaucène © Ville de Malaucène

À MANGER :

Cerises du Ventoux
Avec près de 4 000 hectares plantés, et une récolte annuelle de 15 000 à 20 000 tonnes, le Vaucluse reste le premier producteur français de cerises. Les pays du Ventoux sont devenus le terroir préféré de la cerise de table, avec 1144 hectares soit 56% des surfaces plantées en Vaucluse. Le temps des cerises commence dès la mi-mai et, grâce à la diversité des variétés, se prolonge jusqu’à mi-juillet. Les lots de fruits fraîchement cueillis sont expédiés dans le réseau de distribution et disponibles sur la table du consommateur le lendemain de la cueillette. Créée par un groupement de producteurs, la Cerise des Monts de Venasque, juteuse, charnue et craquante, est la première marque de cerise haut de gamme en France. Cultivée dans 21 communes du Comtat Venaissin et du Mont Ventoux par 110 producteurs, elle se distingue par les soins apportés aux vergers, les techniques de taille et la sélection des fruits. 2 000 tonnes de ce diamant rouge, d’un calibre minimum de 24 mm, sont commercialisées chaque année.

Cerises du Ventoux © Getty/Lumikk555

Suivez-nous

Recevez des informations exclusives sur le Tour de France