Tour de France 2022

Rendez-vous le jeudi 14 octobre pour la révélation du parcours du Tour de France 2022

Ville étape pour la 31e fois

Sous-préfecture du Finistère (29), Préfecture maritime de l’Atlantique

Population : 140 000 hab. (Brestois, Brestoises) et 210 000 hab. pour les 8 communes de Brest Métropole.

Personnalités : Paul Deschanel (ancien président de la République), Yann Tiersen, Christophe Miossec (chanteurs), Olivier de Kersauzon (navigateur), Alain Robbe-Grillet, Yann Queffelec (écrivains), Béatrice Dalle (actrice), Irène Frachon (médecin, lanceuse d’alerte), Benoit Hamon, Jean-Jacques Hurvoas (anciens ministres), Charlotte Bonnet (natation), Corentin Martins (football), Eric Berthou, Valentin Madouas, Olivier Le Gac (cyclisme)

Spécialités : crêpes, fruits de mer, caramel au beurre salé, kig ha farz, fraises, bières

Sport : Stade Brestois 29 (football, Ligue 1), Brest Bretagne Handball (Division 1 féminine), Brest Bretagne Nautisme (1er club nautique en France), Pôle France Voile olympique.

Événements : Brest est le port des records des tours du monde à la voile.

Culture :  Fêtes maritimes internationales de Brest 2024, Festival européen du Film court, Astropolis (musique électronique, juillet-août)

Economie : mer, santé, banque / assurance, agriculture / agroalimentaire, numérique. Le tertiaire représente 75 % de l'activité : siège du groupe bancaire Arkéa, des hôtels B&B, du groupe Eurodif, de la marque de surfwear Kanabeach. Neuvième port de commerce français. Premier pôle européen pour les sciences et techniques liées à la mer : 60 % de la recherche française dans le domaine maritime est basée à Brest. DCN, Direction des Constructions Navales (fabrication et réparation de sous-marins et portes avions). Aéroport de Brest, le 1er de Bretagne pour le trafic passager (+ de 800 000). Thomson-Thales (groupes électrogènes), Cabasse (enceintes acoustiques haut de gamme), Saveol (fraises, tomates), Sill (jus de fruits). Marine nationale (15 000 emplois militaires).

Slogan : « Nord, Sud, Est… Brest »

Labels : Ville d’art et d’histoire, Ville active et sportive (3 épis)

Sites internet : www.brest.fr / www.brest-life.fr / www.brest-metropole-tourisme.fr / www.brest-terres-oceanes.fr / www.finistere.fr / www.bretagne.bzh

Le Jardin Académique lors du Festival Astropolis © Mathieu Le Gall/Brest métropole
Grande Régate © Jacques Vapillon/Brest Evénements Nautiques
Plage du Minou © Franck Betermin/Brest métropole
Le téléphérique au dessus de la Penfeld © Mathieu Le Gall/Brest métropole

BREST, UNE HISTOIRE  

Un nouveau visage… et toujours l’horizon  

Au sortir de la guerre, Brest n’est plus. Qu’à cela ne tienne, aujourd’hui la ville s’est reconstruite et se réinvente chaque jour.

Cette énergie, on peut la sentir pulser dans ce morceau de centre-ville qui a poussé sur les rives de la Penfeld, à proximité du célèbre quartier de Recouvrance : le Plateau des Capucins. L’ancienne « Cité Interdite », comme on la surnommait avant que la Marine nationale ne s’en retire, a fait sa mue et c’est tout un nouveau quartier qui a émergé sur ses hauteurs avec pour figure de proue les Ateliers où des générations de Brestois ont usiné les organes des navires de guerre. Lieu de vie, de culture et d’innovation, les Ateliers des Capucins et le téléphérique qui les relie au centre-ville historique sont devenus le symbole d’une métropole en mouvement.  « Elles sont rares, les villes où la mer et l’horizon font partie du mobilier urbain. » songeait Yann Queffelec. Brest est de celles-là. Port militaire, scientifique, de commerce, de plaisance et port des records, la rade de Brest abrite une concentration d’expertises maritimes comme il y en a peu. Siège du Campus mondial de la mer et d’Ifremer, pour Brest et ses partenaires les océans sont autant un sujet d’étude qu’un vivier d’opportunités pour l’innovation. Capitale French Tech, Brest va accueillir le futur centre de coordination de cybersécurité maritime. Enfin, Brest et la région Bretagne font le pari du développement des énergies marines renouvelables et ont investi massivement dans l’aménagement d’un terminal où sont produites les fondations des éoliennes de la baie de Saint-Brieuc.

Le téléphérique de Brest © François Lehmann

BREST ET LE CYCLISME  

Passage presque obligé du Tour d’avant-Guerre, puisque la course s’y rendit à 23 reprises entre 1906 et 1939 (Gustave Garrigou et Henri Pélissier s’y imposant à trois reprises chacun), Brest est revenue depuis 2008 sur la carte de la Grande Boucle après un long hiatus de 34 ans. La deuxième ville la plus peuplée de Bretagne aura le privilège d’être pour la quatrième fois depuis la Seconde Guerre mondiale la rampe de lancement du Tour de France. En 1952, elle était le point de départ d’une première étape vers Rennes, enlevée par Rik Van Steenbergen. En 1974, c’est Eddy Merckx qui y enlevait le prologue de son dernier Tour victorieux. Enfin en 2008, Alejandro Valverde s’offrait à Plumélec la première étape partie de Brest. Au vu du pédigrée de ces coureurs, tous les trois champions du monde, on peut s’attendre à un beau vainqueur à Landerneau ! En 2018, pour le dernier départ d’une étape du Tour en ville, c’est Dan Martin qui s’était imposé à Mûr-de-Bretagne.  Parmi les très nombreux coureurs natifs de Brest, il faut signaler Jean-Pierre Genet, lanterne rouge du Tour 1967, porteur du Maillot Jaune l’année suivante et vainqueur de trois étapes en 1968, 1971 et 1974, Christian Seznec, vainqueur de deux étapes en 1978 et 1979, le fantasque Erwan Menthéour, Camille Le Menn, Arthur Bihannic, Gérard Kerbrat, qui participèrent tous au Tour de France, ou encore Eric Berthou, et parmi les coureurs toujours en exercice Valentin Madouas et Olivier Le Gac, qui font tous les deux les beaux jours de l’équipe Groupama-FDJ

Alejandro Valverde vainqueur de la 1ere étape Brest/Plumélec du Tour de France 2008 © Presse Sports/Yuzuru Sunada
Dan Martin vainqueur de l'étape 6 du Tour de France 2018 Brest/Mûr de Bretagne Guerlédan © Presse Sports/James Startt/Agence Zoom
Henri Pelissier vainqueur de l'étape 3 Cherboug/Brest du Tour de France 1920 © PRESSE SPORTS

À VOIR :  

Les Ateliers des Capucins et le téléphérique Les Capucins, c’est le nouveau lieu de culture et de vie de Brest. D’immenses bâtiments hébergeaient autrefois les ateliers de mécanique de l’Arsenal. Ils ont été transformés pour devenir le plus grand espace public couvert en Europe (10 000m²), parsemé des témoignages du passé : le canot de l’Empereur, l’arbre d’hélice de la Jeanne d’Arc… On y accède en voiture, en tramway et même par… téléphérique. Prochainement, le public y visitera le « 70.8 », un centre de culture scientifique dédié aux technologies de la mer. 

www.ateliersdescapucins.fr

Océanopolis

Au port de plaisance du Moulin Blanc, cet immense parc est un modèle à la fois pour les scientifiques et tous les amoureux de la mer, qui peuvent découvrir l’océan sous tous ses aspects dans les trois pavillons thématiques qui forment l’ensemble. Le pavillon tempéré, le premier installé à l’ouverture du parc en 1990, est bien sûr consacré à la Bretagne, et abrite aussi une colonie de phoques. Le pavillon polaire est le royaume des manchots, et le pavillon tropical permet de découvrir toutes sortes d’espèces dans un tourbillon de couleurs. Avec son extension en 2000, le parc a fait dans le gigantisme : 8 000 m2 d’espace de visite, 42 aquariums, 3,7 millions de litres d’eau de mer et plus de 10 000 animaux, représentant plus de mille espèces. 

www.oceanopolis.com

Jardin du conservatoire botanique national

Au cœur du Vallon du Stang-Alar, à deux pas du centre-ville, il invite à la découverte du monde végétal en famille. Aménagé dans une ancienne carrière, ce site de 30 hectares a été choisi pour son climat doux, ses pentes escarpées et la présence de l’eau, qui en font un lieu où l’on peut cultiver des plantes du monde entier. Il s'agit de la première institution, créée en 1975, dédiée à la préservation des plantes sauvages menacées de disparition. Les serres tropicales permettent de voyager parmi les plantes les plus rares et les plus menacées au monde, dont près de 1800 auraient disparu ou seraient en voie d’extinction sans lui. Elles attirent chaque année plus de 350 000 visiteurs.

www.cbnbrest.fr

Musée national de la Marine

Au sein du château de Brest récemment rénové, riche de dix-sept siècles d’histoire, le musée national de la Marine retrace l’histoire de l’arsenal et des grandes flottes de haute mer depuis Primauguet et Richelieu jusqu’à aujourd’hui, et confirme les liens étroits et séculaires entre la ville de Brest et cette histoire maritime. En parcourant les différentes salles du château, cœur historique de la ville, et l’un des rares vestiges de son passé, on découvre une collection de modèles de navires, de peintures, de sculptures, le sous-marin de poche, l’évocation du vieux Brest, les souvenirs du bagne… tous en lien avec la grande aventure navale. Il témoigne également du courage des marins et explorateurs intrépides qui se lançaient depuis Brest vers l’inconnu, comme Lapérouse ou Bougainville.

www.musee-marine.fr/brest

Le Musée des Beaux-arts de Brest

Lieu de partage et d’ouverture à l’art, ses visiteurs peuvent y admirer diverses collections d’œuvres (peinture, sculpture, graphisme, instruments de musique…) remontant pour certaines d’entre elles au XVIe siècle. Résolument impliqué dans une démarche de diffusion de l’art auprès du grand public, il a constitué une artothèque qui permet à tout à chacun d’emprunter et de profiter d’une véritable œuvre d’art à domicile.

www.musee.brest.fr   

Le Monument américain

C’est à Brest en 1917 que les Européens entendirent du jazz pour la première fois. Brest était en effet le port de débarquement et de retour de 1 200 000 GI’s venus combattre lors de la Première Guerre mondiale. Le monument élevé à leur mémoire en 1932, détruit puis reconstruit en 1957, est le symbole des liens d’amitié tissés dès la Guerre d’Indépendance lorsque les forces de Lafayette parties de Brest soutinrent les Patriots contre la couronne britannique.

Le canot de l’Empereur © Damien Goret/Brest métropole
Le bassin des requins à Océanopolis © Francois Lehmann
Jardin du Stang Alar © Franck Betermin/Brest métropole
Le Château de Brest © Mathieu Le Gall/Brest métropole
Le Musée des Beaux-Arts de Brest © Creative Commons 3.0/Philweb
Monument naval de la première Guerre mondiale à Brest © Getty/Lisa Strachan

À MANGER :  

Morue à la Brestoise

Si Brest a adopté la plupart des spécialités bretonnes (galettes, far breton, eaux de vie et même les fraises de sa voisine Plougastel), la ville compte quelques recettes typiques, dont la plus connue est sans doute celle de la morue à la brestoise, aussi simple à réaliser que savoureuse à consommer. Poireaux, pommes de terre et oignons, tous émincés comme la morue elle-même, sont nécessaires à ce plat à mi-chemin entre le gratin et la brandade, aussi goûteux que roboratif. 

Morue à la Brestoise © Getty/Annalleysh

Suivez-nous

Recevez des informations exclusives sur le Tour de France