29/08 > 20/09/2020

Kragh Andersen, première

© A.S.O./Alex Broadway

L’étape de Lyon promettait un final agité, mais c’est en réalité peu après le départ de Clermont-Ferrand que la course a été bousculée, dans un premier temps par l’équipe Bora-Hansgrohe qui a souhaité éliminer Sam Bennett des débats du jour pour favoriser la reconquête du maillot vert par leur leader Peter Sagan. Le stratagème a en partie abouti puisque le maillot vert a effectivement été distancé, mais les Sunweb ont ensuite été les plus puissants manœuvriers dans les bosses du final. Avec Tiesj Benoot, puis avec Marc Hirschi et enfin avec Soren Kragh Andersen, la formation néerlandaise a finalement réussi à déjouer les plans du peloton pour signer un deuxième succès sur le Tour 2020. Pour le coureur danois qui avait notamment gagné Paris-Tours en 2018 ainsi qu’une étape de Paris-Nice en début d’année, il s’agit de la première victoire sur le Tour de France.

Avec Sunweb… puis sans Sunweb
Après le forfait de Romain Bardet, contraint de quitter le Tour à domicile en raison d’une commotion cérébrale provoquée par sa chute de la veille, il reste 158 coureurs dans le peloton. Cees Bol (Sunweb) et Edward Theuns (Trek-Segafredo)  sont les premiers à s’extraire au km 3, rejoints au km 9 par Stefan Küng (Groupama-FDJ). Le trio semble sur le point d’accueillir un nouvel élément avec Casper Pedersen (Sunweb), momentanément intercalé, mais la stratégie de l’équipe semble changer radicalement alors que Cees Bol se relève, laissant donc le duo mener son aventure.   

Pression maximale de Bora-Hansgrohe
Dès l’approche de la côte du château d’Auteribe, les coureurs de Bora-Hansgrohe donnent le ton de la journée en accélérant pour exclure Sam Bennett des débats du sprint intermédiaire, où Peter Sagan réalise une opération bénéficiaire de 5 points par rapport à son rival. Le mouvement rapproche le peloton à 2’45’’ de Küng et Theuns, qui parviennent tout de même à creuser ensuite un avantage de 5’45’’, au pied de l’ascension du col du Béal.

Küng seul en tête
C’est précisément le moment que choisissent les coéquipiers de Sagan pour placer une deuxième offensive, encore plus tranchante. Dans l’ascension, des sprinteurs comme Ewan, Greipel et Hofstetter sont distancés. Bennett tente de s’accrocher au maximum, mais lâche prise à 2 km du sommet et lâche déjà 50’’ à la bascule. À ce stade, Stefan Küng roule seul en tête, Theuns ayant stoppé son effort. Dans leur entreprise d’éjection du maillot vert, les Bora-Hansgrohe sont soutenus par les CCC de Trentin qui ont également intérêt à essorer le peloton de ses meilleurs sprinteurs.  

Deceuninck-Quick Step abdique
Le déficit de Bennett par rapport à Sagan enfle à 1’40’’ au passage de la côte de Courreau (km 93). Le mouvement menace Stefan Küng, repris par le peloton après 105 km passés en tête au total. Deux kilomètres plus loin (km 116), Bennett et ses coéquipiers baissent les bras et stoppent leur travail de poursuite. L’association des Bora et des CCC fonctionne alors à plein pour creuser l’écart, mais aussi pour tenter d’opérer une sélection avant la ligne d’arrivée.

La troisième lame de Sunweb
En approchant puis en entrant dans Lyon, les formations Jumbo-Visma et même Ineos-Grenadiers durcissent à leur tour l’allure, mais dans la côte de la Duchère, c’est Tiesj Benoot qui déclenche réellement les hostilités à 11 km du but. Le Belge est repris par un mouvement de contre attaque d’Alaphilippe, mais Sunweb joue alors sa deuxième carte avec Marc Hirshi… sans succès cette fois-ci. En revanche, Soren Kragh Andersen place une attaque à 3 kilomètres de la ligne et parvient à surprendre tout son monde pour aller chercher en solitaire sa première victoire sur le Tour de France.

#TDF2020 - Étape 14 - Résumé d'étape

Suivez-nous

Recevez des informations exclusives sur le Tour de France

Vainqueurs Etapes TDF 2020 - FR
FR - Newsletter - Colonne