Teuns et Ciccone : honneurs aux débutants

11 juillet 2019 - 18:18

La première explication de montagne du Tour de France 2019 s’est jouée à deux niveaux, avec une première bataille pour la victoire d’étape qui a concerné l’échappée du jour, partie en début de course à 14 mais qui s’est réduite à un duel de débutants du Tour, remporté dans le redoutable dernier kilomètre par Dylan Teuns devant son dernier compagnon de route Giulio Ciccone, nouveau Maillot Jaune. Car derrière eux, les acteurs du classement général ont tardé à déclencher une poursuite sévère, privant Julian Alaphilippe pour six secondes de sa position de leader de la course. La confrontation directe a aussi commencé entre les favoris du Tour, avec un premier avantage pour Geraint Thomas, le premier d’entre eux sur la ligne d’arrivée de la Planche-des-Belles-Filles, où des leaders comme Vincenzo Nibali et encore plus Romain Bardet ont encaissé un débours déjà compromettant.   

14 coureurs dans l’échappée
Après le forfait de Patrick Bevin (CCC), qui roulait avec deux côtes cassées depuis une chute dans l’étape de Nancy, le peloton se réunit avec 175 coureurs à Mulhouse. Le rythme est rapide et les volontaires nombreux pour l’échappée du jour. C’est au km 4 qu’un groupe imposant se détache avec Benoit Cosnefroy (AG2R), Dylan Teuns (Bahrain-Merida), Serge Pauwels (CCC), Julien Bernard, Giulio Ciccone (Trek), Niklas Arndt (Sunweb), Natnael Berhane (Cofidis), Thomas De Gendt, Tim Wellens (Lotto-Soudal), Fabien Grellier (Total-Direct Energie), Nils Politt (Katusha), Xandro Meurisse, Andrea Pasqualon (Wanty-Gobert) et André Greipel (Arkea-Samsic).

Un sprint à 1 point pour Matthews
L’échappée obtient rapidement un avantage conséquent de 6’40’’ au sprint intermédiaire de Linthal (km 29), où Sagan et Matthews se bagarrent pour l’unique point restant en jeu après le passage des quatorze premiers. À l’avant, c’est un autre duel qui s’engage pour les points de la montagne, que se disputent Tim Wellens et Giulio Ciccone, le meilleur grimpeur du dernier Giro d’Italia. L’échappée reste intacte et continue de progresser jusqu’à l’ascension du Ballon d’Alsace, où André Greipel lâche logiquement prise. Dans le peloton, l’équipe Deceunick-Quick Step donne le rythme sans réellement lancer de poursuite, l’écart monte même à 8’40’’ au pied de la montée. Mais les équipes Ineos, puis Bahrain-Merida et enfin Movistar, dynamisent le peloton qui bascule avec un écart réduit à 7’20’’.

Un raid solitaire pour De Gendt
Le rapprochement devient alors rapide, le peloton passant avec 5’35’’ de retard au col des Croix, où Thomas De Gendt bascule en tête et se lance dans un raid solitaire. Le Belge creuse temporairement l’écart sur ses anciens compagnons de route, mais le groupe en décomposition fond sur lui à 1,5 km du col. A la bascule, il n’ y a plus que Teuns, Ciccone, Meurisse et Wellens à l’avant, accrochés à un avantage de 4’05’’ qu’ils arrivent à préserver en rentrant dans l’ascension finale. Mais à 4 km de l’arrivée, Wellens puis Meurisse cèdent et laissent malgré eux Dylan Teuns se disputer l’étape. Le Belge, plus résistant dans les raidards du dernier kilomètre, parvient à se défaire de Ciccone dans les deux cents derniers mètres.

Thomas, premier des favoris
Derrière eux, une explication entre les coureurs du classement général se joue, Julian Alaphilippe se battant un peu trop tardivement pour défendre le Maillot Jaune, dont hérite Giulio Ciccone. Parmi les favoris du Tour, c’est Geraint Thomas (4e) qui se présente le premier sur la ligne, immédiatement avant Thibaut Pinot (5e), tandis que Vincenzo Nibali et Romain Bardet encaissent une lourde perte dans le dernier kilomètre.

Suivez-nous

Recevez des informations exclusives sur le Tour de France

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblés en fonction de vos centres d'intérêts.

En savoir plus