Thomas marque l'histoire

19 juillet 2018 - 18:08

Au terme d’une journée de géants, Geraint Thomas (Sky) s’est offert une nouvelle victoire de prestige sur le Tour de France, au lendemain de son triomphe à La Rosière. Avec le Maillot Jaune sur le dos, le Gallois est devenu le premier Britannique à s'imposer à l’Alpe d’Huez, devant un quatuor composé de Tom Dumoulin, Romain Bardet, Chris Froome et Mikel Landa. Un résultat de rêve pour la Sky, qui a pourtant vécu une journée crispante dans le sillage de Steven Kruijswijk, tout proche d’un authentique exploit. Echappé depuis le col de la Madeleine, et seul en tête à partir de la Croix-de-Fer, le Néerlandais a mis des sueurs froides aux grands du Tour avant d’être repris à trois kilomètres de l’arrivée.

161 coureurs prennent le départ de la 12e étape à Bourg-Saint-Maurice. Un seul manque à l’appel. Un grand favori. Deuxième du Tour de France l’an dernier, Rigoberto Uran (EF Education First) annonce son retrait de la course dans la matinée, touché physiquement depuis sa chute sur les pavés dimanche. Le départ est très rapide dans la Vallée de la Tarentaise. Les trente premiers kilomètres, en faux-plat descendant, sont avalés à 60km/h de moyenne. Une échappée se dessine dans les premières rampes du col de la Madeleine. Elle comprend une trentaine de coureurs. Certains sont très menaçants pour le nouveau Maillot Jaune Geraint Thomas, victorieux la veille à La Rosière. Steven Kruijswijk (Lotto-NL Jumbo) est le plus dangereux (6e à 2’40’’). On trouve également Alejandro Valverde (Movistar, 11e), Ilnur Zakarin (Katusha-Alpecin, 13e), le malheureux de la veille Mikel Nieve (Mitchelton-Scott, 14e) et le maillot blanc Pierre Latour (AG2R La Mondiale, 20e). L’équipe Sky ne s’affole pas. Au sommet de la Madeleine (Hors catégorie), le peloton compte 2’40’’ de retard sur l’échappée.

Alaphilippe poursuit sa moisson

Julian Alaphilippe (Quick-Step Floors) conforte son maillot à pois en passant en première position du col Hors catégorie devant Warren Barguil (Fortunéo-Samsic). Dans la descente, il file en compagnie de l’Autrichien Gregor Muhlberger (Bora-Hansgrohe). Le duo se relève dans la portion de plaine précédant la prochaine ascension. L’échappée, alors forte de 26 unités, se reforme. Pierre Rolland (EF Education First) profite d’un temps mort dans la zone de ravitaillement pour prendre les devants. Le vainqueur de l’Alpe d’Huez en 2011 passe seul en tête des majestueux Lacets de Montvernier (2e catégorie), à 92,5 kilomètres de l’arrivée. Le peloton accuse plus de quatre minutes de retard.

Kruijswijk, un solo magnifique

Rolland est rejoint par Valverde, Kruijswijk puis Barguil au pied du col de la Croix-de-Fer, le plus long de ce 105e Tour de France (29 km à 5,2%, 2067m d’altitude). Sept autres coureurs les rejoignent peu après, dont Robert Gesink (Lotto-NL Jumbo) et Andrey Amador (Movistar), respectivement équipiers de Kruijswijk et Valverde. A 73 kilomètres de l’arrivée, Kruijswijk décide néanmoins de partir seul. Le début d’une folle entreprise. Son audace lui permet de possèder 6’13’’ d’avance sur le peloton à 59 kilomètres du but. Il est alors Maillot Jaune virtuel pour 3’30’’. Par voie de conséquence, il représente une grande menace pour les candidats au podium final. C’est alors le moment choisi par les formations AG2R La Mondiale et Movistar pour relancer l’allure dans le peloton. Mais cette accélération ne paye pas dans un premier temps. Au sommet de la Croix-de-Fer (Hors catégorie), l’écart est de 6’10’’.

Bardet et Froome à l’attaque, Thomas vainqueur

Dans la descente, Kruijswijk maintient son avantage. Mais la vallée de 11 kilomètres, menant au pied de l’Alpe d’Huez, lui est préjudiciable face au travail de Jonathan Castroviejo et Michal Kwiatkowski (Sky) dans le peloton. Il n’a plus que 4’20’’ d’avance en bas de l’Alpe d’Huez, ascension finale classée Hors catégorie (13,8 km à 8,1%). A 10 kilomètres de l’arrivée, sa marge est de 3’25’’ sur le groupe Maillot Jaune, réduit à dix unités. Après Nibali, Quintana et Landa, Romain Bardet (AG2R La Mondiale) tente sa chance à 7 kilomètres de l’arrivée. Le Français parvient à prendre une dizaine de secondes sur le groupe Maillot Jaune, mené par Egan Bernal (Sky). Chris Froome attaque. Il reprend et dépose Bardet à moins de quatre kilomètres de l’arrivée.

Dans la foulée, le Britannique avale Kruijswijk, non-récompensé de son raid solitaire de 70 kilomètres. Mais Froome est finalement repris par Thomas, Bardet, Dumoulin et Landa. Les cinq hommes se jouent la victoire au sprint. Et c’est Geraint Thomas qui l’emporte, devenant le premier porteur du Maillot Jaune à s’imposer au sommet de l’Alpe d’Huez sur une étape en linge. Une deuxième victoire en deux jours pour le Gallois, qui s’installe un peu plus comme le patron du Tour.

Suivez-nous

Recevez des informations exclusives sur le Tour de France

Partenaires du Tour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblés en fonction de vos centres d'intérêts.

En savoir plus