Ville étape pour la 18e fois
Préfecture du Nord (59)
Population : 1 200 000 (Métropolitains et Métropolitaines) dans les 95 communes de la Métropole
Personnalités : Charles de Gaulle (né à Lille en 1890), Pierre Mauroy (ancien maire et ancien Premier ministre), Louis Faidherbe (général), Martine Aubry (maire), Adrien Quattenens (député), Nicolas Hulot (ancien ministre), Jean Perrin (Prix Nobel de physique), Alain Decaux (académicien), Philippe Noiret (comédien), Raphaël Varanne (footballeur). 
Spécialités : potjevleesch (morceaux de viande de poule, porc et veau en gelée), carbonade flamande (viande mijotée dans de la bière), waterzooï  (soupe mijotée à base de poulet ou de poisson), tarte au sucre, gaufres fourrées à la vergeoise, chicons (endives), vieux Lille (fromage), bières.
Sport : Vélo Club de Roubaix Lille Métropole, Lille Olympique Sporting Club (football, Ligue 1, 4 titres de champion de France dont le plus récent en 2021), Entente sportive Basket de Villeneuve-d’Ascq – Lille Métropole (Ligue féminine).
Équipements : stade Pierre Mauroy, Stadium.
Compétitions : Paris-Roubaix, Coupe du monde de rugby 2023 (5 matches), Jeux olympiques 2024 (tournois de handball masculin et féminin)
Économie : Euralille, administration, finances, recherche, universités.
Événements : Braderie de Lille, marché de Noël, grande fête lilloise du cirque, Foire aux manèges, festival les Paradis artificiels.
Label : label Ville d’art et d’histoire pour Lille et Roubaix
Sites web / FB / Twitter / insta : www.lillemetropole.frwww.hellolille.euhttps://fr-fr.facebook.com/metropoledelille/  / https://www.facebook.com/Hello.Lille/https://twitter.com/mel_lille?lang=frhttps://www.instagram.com/metropoledelille/?hl=fr

© BAD-MEL
© MEL/Vincent Lecigne
© CCI

LILLE, UNE HISTOIRE : Une métropole… une mosaïque d’ambiances  

À découvrir lors de la Braderie de Lille chaque début septembre, où se retrouvent des chineurs venus de toute l’Europe. Le temps d’un week-end, le territoire est une fête joyeuse, partagée par les habitants et les visiteurs. L’émotion est aussi au rendez-vous lorsque des grandes compétitions internationales sont accueillies au stade Pierre-Mauroy. Un équipement multifonctionnel unique en Europe qui accueillera la 10e édition de la Coupe du monde de rugby en 2023 et les tournois olympiques de handball en 2024. Le territoire, terre de sport, prépare déjà les Jeux de Paris 2024.

L’avenir est dans la friche. Le patrimoine industriel reconverti fait place à la création. EuraTechonologies symbolise ce nouveau départ. Ce site d’excellence dédié à l’économie numérique, 1er incubateur et accélérateur français, avec 200 porteurs de projets/an et 300 entreprises, a trouvé sa place au cœur des Rives de la Haute Deûle labellisées écoquartier. À Lille encore, le site de Fives Cail, autrefois berceau de la sidérurgie ferroviaire, s’est trouvé un nouveau destin en se dédiant à la gastronomie. À Tourcoing, c’est la Plaine Images qui a investi une ancienne friche pour offrir aux créateurs d’images et de jeux vidéo et aux start-ups des installations aux proportions hollywoodiennes. À Roubaix, le patrimoine industriel s’est également réinventé avec la Condition Publique, devenue manufacture culturelle.

© MEL/Vincent Lecigne

LILLE-MÉTROPOLE ET LE CYCLISME  

Au menu de la Grande Boucle depuis 1906, Lille n’a pourtant accueilli la course en tant que ville étape qu’à quinze reprises, même si équipes et suiveurs y résident souvent lors des passages du Tour dans le Nord. C’est ainsi que le peloton ne s’y est plus arrêté depuis 1994. Cette année-là, la capitale des Flandres avait fait les choses en grand, en accueillant le Grand Départ pour un prologue remporté par Chris Boardman, suivi d’une étape jusqu’à Armentières enlevée au sprint par Djamolidine Abdoujaparov tandis que Laurent Jalabert, heurté par un gendarme, subissait un accident qui allait changer le cours de sa carrière. Parmi les nombreux vainqueurs d’étape prestigieux en ville, plusieurs vainqueurs du Tour comme Georges Speicher (1934), Ferdi Kübler (1947) ou Louison Bobet (1954). 

De très nombreux cyclistes sont liés à la ville et ont pris part au Tour de France comme Maurice Leturgie (1912, 1913), Philippe Poissonnier (1985) ou Laurent Desbiens (1993 à 2001). Si l’on étend à la métropole, qui comprend des hauts lieux du sport cycliste comme Roubaix, la liste est encore plus longue et viennent s’y ajouter Jean Alavoine, vainqueur de 17 étapes du Tour entre 1909 et 1923, Constant Nindergang (1912 et 1913) ou Alain Bondue (1984 à 1986) Plusieurs villes de la métropole, comme Roubaix bien-sûr, mais aussi Wasquehal, à cinq reprises, ont accueilli une étape de la Grande Boucle.

Pour être complet, on signalera que l’équipe Cofidis, dans les pelotons depuis 1996, a son siège à Bondues, également dans la métropole, de même, et cela va de soi, que l’équipe Roubaix-Lille Métropole, lancée en 2007.

Ferdi Kübler avec le journaliste Gaston Benac lors de l'étape Lille-Bruxelles du Tour de France 1947 © PRESSE SPORTS
Alain Bondue en 1984 lors du Tour de France © PRESSE SPORTS
Jean Alavoine roulant vers Cherbourg lors du Tour de France de 1921 © PRESSE SPORTS

À VOIR  

Palais des Beaux-Arts
Fondation : inauguré au XVIIIe siècle (1792) et rouvert en 1892.
Style : belle époque, avec références à la renaissance italienne.
Surface : 22 000 m2 dont 12 000 m2 de surface d'exposition.
Capacité : L’un des plus grands musées de France et le plus grand de province en nombre d'œuvres exposées (fond d'environ 70 000 œuvres, près de 2 000 proposées à la visite : sculptures, peintures, dessins, céramiques...).
Histoire : Fondé en 1792 par le peintre Louis Joseph Watteau (1732-1798) à partir des œuvres confisquées au clergé local, bénéficiant par la suite du projet de vulgarisation de l’Art, entrepris par Napoléon - le décret Chaptal (1801) désignant 15 villes dont Lille, pour recevoir des œuvres prélevées sur les collections du Louvre et de Versailles que les musées parisiens ne pouvaient accueillir. Rénové entre 1991 et 1997, sur plus de 22 000 m2, dont 12 000 m2 de surface d’exposition.
Classement : inscrit Monument Historique en 1975. https://pba.lille.fr/  

Hôtel de ville et beffroi
Fondation : construit au XIXe–XXe siècle (1924-1932).
Style : Art déco, néo-Renaissance flamande (architecte: Émile Dubuisson)
Caractéristiques : le beffroi, haut de 104 m, est en brique rouge et béton « façon pierre sculptée ». L'intérieur présente un grand hall de 107 mètres de long, rythmé par deux rangées de piliers aux motifs floraux. Une exceptionnelle collection d'œuvres d'art contemporain orne les montées d'escaliers, les couloirs et les salles municipales. La fresque la plus spectaculaire est celle de l'Islandais Erro qui raconte sous forme de bandes dessinées l'histoire de la ville.
Histoire : Le beffroi de l'Hôtel-de-Ville a été précédé par le beffroi de la Halle échevinale de Lille démoli en 1601 et par l'ancien beffroi de la Mairie de Lille au Palais Rihour construit en 1826 et démoli en 1856.
Classement : Monument Historique en 2002.  

La Vieille Bourse

Fondation : construite au XVIIe siècle (1652).
Style : Renaissance flamande (Arch: Julien Destrée).
Histoire : bâtiment quadrangulaire, elle est composée de l'emboîtement de 24 demeures identiques qui renferment une cour intérieure. C’est un lieu où l'on trouve des bouquinistes, des joueurs d'échecs, etc.
Classement : Monument Historique en 1921 et 1923.  

Le LaM, Villeneuve d’Ascq
Implanté dans un écrin de verdure, le LaM présente des collections qui font la part belle à l’art moderne, l’art contemporain et l’art brut (la plus importante collection de France). On y fréquente des artistes comme Modigliani, Braque et Picasso, Fernand Léger ou Joan Miró… https://www.musee-lam.fr/fr   

La Villa Cavrois, Croix
Créée par l’architecte Robert Mallet-Stevens à la demande de l’industriel roubaisien Paul Cavrois, cette résidence de prestige des années 30 offre une histoire passionnante. Manifeste moderne, cette villa est un symbole de la création du XXe siècle. https://www.villa-cavrois.fr/  

La Piscine, le parc Barbieux, Roubaix
À Roubaix, on entre dans l’un des musées les plus étonnants de France, installé dans une ancienne piscine Art Déco. Agrandi en 2018, le musée fête ses 20 ans et un succès toujours confirmé qui s’explique tant par la richesse de ses collections (Fantin-Latour, Ingres, Kees van Dongen…) que par sa programmation inventive. À découvrir également le parc Barbieux, un « jardin remarquable» où se côtoient plus de soixante essences d’arbres. https://www.roubaix-lapiscine.com/

Le beffroi © Getty/Pascale Gueret
© MEL/Vincent Lecigne
© Creative Commons 3.0/Camster2
© MEL/Vincent Lecigne
LaM © MEL/Alexandre Traisnel
La Vieille Bourse © Getty/gianliguori

À MANGER  

Le Vieux Lille  

Le Vieux-Lille est un maroilles dont l'affinage est prolongé plusieurs mois par des lavages répétés à l'eau salée. Au bout de cinq à six mois, sa pâte finit par devenir grisâtre et collante, tandis que son parfum se déploie avec force. Ce fromage au lait de vache présente alors un net goût de fermentation et de sel. Son format le plus classique est celui d'un gros pavé dont le poids oscille autour de 750 grammes. Il bénéficie du label régional « Reconnu Saveur en Or ». Les Hauts de France constituent son bassin quasi exclusif de consommation. On le surnommait jadis « Puant macéré » : tout un programme !

Le Vieux Lille © Getty/frederique wacquier

Suivez-nous

Recevez des informations exclusives sur le Tour de France