RÉVÉLATION DES PARCOURS 2023

La révélation des parcours 2023 du Tour de France et du Tour de France Femmes avec Zwift aura lieu le jeudi 27 octobre à partir de 11h30 (UTC+2) au Palais des Congrès de Paris.

Ville-étape pour la cinquième fois Préfecture de l’Aveyron (12)
Population
 : 26 400 hab. (Ruthénois, Ruthénoises), 58 500 pour les 8 communes de Rodez Agglomération
Spécialités : aligot, tripous, viandes de l’Aubrac, fromages (Laguiole, roquefort, vieux Rodez), vins de Marcillac, farçous (galettes de blettes et de chair à saucisse), vieux Rodez (fromage), Mandarelle (gâteau).
Personnalités : Abbé Carnus (physicien), Camille Douls (explorateur du Sahara), Pierre Soulages (peinture, XIXe), Maréchal Ferdinand Foch, Jean Moulin (préfet de l’Aveyron), Louis Bouloumié (inventeur des thermes de Vittel), Cyril Lignac (chef étoilé), Zinédine Zidane (actionnaire du Football Rodez-Aveyron depuis 3 ans), Ginette Mazel (basket-ball, années 80), Bertrand Delanoë (ex-Maire de Paris, ancien élève du lycée de Rodez)
Sport : Stade Rodez Aveyron (rugby, Fédérale 1), ROC Handball Aveyron (Nationale masculine 1), Stade Rodez Aveyron Basket (Nationale masculine 2), Rodez Aveyron Football (équipe féminine en 1re division, masculine en CFA). Événements : Rallye du Rouergue, Jumping international de Combelles, cyclosportive l’Octogonale, championnat de France de quilles de huit.
Économie : 3 800 entreprises, plus de 35 000 emplois : agroalimentaire et agro-ressources, mécanique, informatique et édition (dont RAGT, Bosch, RM Ingénierie, Sopra Group), enseignement supérieur, tourisme (plus de 60 000 nuitées en saison estivale)
Festivals : Estivada (festival de musique occitane), festival folklorique international du Rouergue, Rire Onet (festival d’humour)
Labels : Grand site Occitanie, Pays d’art et d’histoire, 3 fleurs. Label Villes et villages où il fait bon vivre, Terre de Jeux 2024.
Sites web : https://www.ville-rodez.fr/ / https://www.rodez-tourisme.fr / https://www.rodezagglo.fr/ / https://aveyron.frhttps://www.laregion.fr

Stade Paul Lignon © Ville de Rodez/C. Méravilles
Berges de l'Aveyron © Ville de Rodez/C. Méravilles
Cathédrale Notre Dame et Musée Soulages © Ville de Rodez/C. Méravilles
Centre ville Rodez - Place de la Cité © Ville de Rodez/C. Méravilles

RODEZ AUJOURD’HUI  

En tête des villes d’Occitanie 3e année consécutive selon le classement de l’Association des villes et villages où il fait bon vivre, Rodez est une ville sportive, culturelle, dynamique, solidaire et engagée pour la nature. Fort de sa qualité de vie, la ville de Rodez va prochainement se doter d’un marché couvert en cœur de ville, presque 150 ans après l’apparition d’une première halle couverte sur le piton ruthénois. Le futur marché couvert sera d’ailleurs situé à quelques mètres de l’emplacement de l’ancienne halle couverte. Il sera un lieu de vie, de rencontre et de partage où se mêleront convivialité, authenticité et qualité, des mots chers aux habitantes et habitants du piton ruthénois. Commerces de bouche et brasserie viendront proposer des produits locaux de qualité, qui sont aujourd’hui de plus en plus plébiscités. Ce projet phare permettra aux Ruthénoises et Ruthénois mais aussi à tous les visiteurs de Rodez de goûter aux saveurs de l’Aveyron, département gastronomique aux nombreuses spécialités culinaires incontournables.

Centre ville Rodez et son marché © Ville de Rodez/Drone Aveyron Service

RODEZ ET LE CYCLISME  

L’éclosion de Greg Van Avermaet  

Pour Greg Van Avermaet, l’un des plus beaux puncheurs de sa génération, tout s’est débloqué en 2015 à Rodez avec une première victoire d’étape dans le Tour de France qui a mis fin à sa réputation de chasseur d’accessits. Ce jour-là, le Belge s’était joué de Peter Sagan lors d’un de ces duels qui nourrissent l’une des plus saines rivalités du peloton. Depuis, Van Avermaet a porté le Maillot Jaune pendant trois jours en 2016 et est devenu champion olympique à Rio avant de remporter Paris-Roubaix en 2017 et de porter à nouveau le Maillot Jaune pendant huit jours en 2018. En 2017, c’est Michael Matthews qui s’était offert dans la préfecture de l’Aveyron sa deuxième victoire d’étape dans le Tour. En 1984, une étape similaire avait vu l’unique victoire d’étape dans la Grande Boucle du regretté Pierre-Henri Menthéour. Cette année-là, rien ne résistait aux Renault-Gitanes de Cyrille Guimard. La veille de la victoire de Menthéour, Pascal Poisson l’avait emporté à Blagnac. Auparavant, Pascal Jules avait déjà enlevé une étape et les Renault logiquement remporté le contre-la-montre par équipes. Quant au Maillot Jaune, il était sur les épaules d’un autre de leurs équipiers, Vincent Barteau. Bientôt, il le cèderait au leader de la formation, Laurent Fignon, qui allait remporter avec maestria son deuxième Tour de France. Repoussé à dix minutes, Bernard Hinault avait cédé devant ces coups de boutoir.

Pierre-Henri Menthéour vainqueur d'étape à Rodez du Tour de France 1984 © Pressesports/Alain Landrain
Greg Van Avermaet vainquer d'étape Muret - Rodez du Tour de France 2015 © Pressesports/Bernard Papon

À VOIR  

Musée Soulages

Fondation : 2014
Caractéristiques : représenté dans près de 90 musées, Pierre Soulages a réalisé plus de 1 500 peintures sur toile et d’innombrables expositions sur tous les continents. Figure majeure de l’abstraction, il est le peintre contemporain le plus connu au monde. C’est à Rodez, sa ville natale, qu’il a consenti avec son épouse Colette, deux donations de près de 500 œuvres. Musée en mouvement dans une architecture dessinée et conçue par Roques et Passelac, architectes associés, le musée est doté d’une vaste salle d’exposition de portée nationale et internationale, permettant de découvrir les œuvres de jeunesse de Soulages, les délicats Brous de noix, l’œuvre imprimé, les travaux préparatoires aux vitraux de Conques, ainsi que de la peinture sur toile dont l’Outrenoir.
Signes particuliers : le musée reçoit près de 140 000 visiteurs par an.
Label : Musée de France  

Pierre Soulages

Pierre Soulages est né le 24 décembre 1919 à Rodez. Très jeune il est attiré par l’art roman et la préhistoire. À 18 ans, il se rend à Paris pour préparer le concours d’entrée aux Beaux-Arts. Il y est admis, mais déçu de la médiocrité de l’enseignement refuse d’y entrer et repart pour Rodez. Pendant ce séjour à Paris il fréquente le musée du Louvre, voit des expositions de Cézanne et Picasso qui sont pour lui des révélations. Démobilisé en 1941, il se rend à Montpellier et fréquente assidûment le musée Fabre. Commence une période de clandestinité pendant laquelle il ne peint plus. Ce n’est qu’en 1946 qu’il peut consacrer tout son temps à la peinture. Il s’installe alors dans la banlieue parisienne. Ses toiles où le noir domine sont abstraites et sombres. Elles sont aussitôt remarquées tant elles diffèrent de la peinture demi-figurative et très colorée de l’après-guerre. Il trouve un atelier à Paris, rue Schoelcher, près de Montparnasse. En 1948, il participe à des expositions à Paris et en Europe, notamment à la Französische abstrakte malerei dans plusieurs musées allemands. Il est de beaucoup le plus jeune de ce petit groupe de peintres où se trouvent les premiers maîtres de l’art abstrait. À partir des années 1950, il expose régulièrement à New York, où ses œuvres sont acquises par le musée Guggenheim ou le MoMa. Aujourd’hui, Pierre Soulages est représenté dans plus de 110 musées sur tous les continents avec plus de 230 peintures. De 1987 à 1994, il réalise les 104 vitraux de l’abbatiale de Conques, dans son Aveyron natal.  

Cathédrale Notre-Dame

Construction : 1277 à 1542
Style : gothique
Caractéristiques : dominant la ville et le paysage alentour, la haute silhouette de la cathédrale (87 mètres) et de son clocher isolé est l’élément emblématique du patrimoine ruthénois. La construction, débutée en 1277, s’est poursuivie pendant près de trois siècles mais l’édifice offre une belle homogénéité grâce au grès rose employé. Du gothique rayonnant puis flamboyant à la Renaissance, la cathédrale montre le meilleur de la production artistique de chaque époque. L’édifice se distingue par sa façade ouest à l’allure de forteresse autrefois comprise dans les remparts de la ville, mais aussi par son clocher. Le clocher est l’œuvre de l'architecte rouergat Antoine Salvanh. Avec ses 87 mètres de hauteur, cette tour délicatement ouvragée fut érigée entre 1513 et 1526 à la demande de l'évêque François d'Estaing. À signaler à l'intérieur : les stalles richement décorées (XVe siècle) ; le retable monumental de la chapelle dite de Gaillard Roux et son groupe sculpté de la mise au tombeau (XVIe siècle) ; la chapelle du Saint-Sacrement (XVIe siècle) surmontée d'une tribune et ornée d'une voûte à caissons ; le buffet du grand orgue (XVIIe siècle).
Signes particuliers : en 2002, les Monuments Historiques ont souhaité rendre à la cathédrale des vitraux dignes de l'édifice et ont confié leur conception à Stéphane Belzère, qui a terminé les sept vitraux du chœur en 2007.
Classement : Monument Historique depuis 1862  

Musée Fenaille et hôtel de Jouery

Construction : XVIe siècle pour l’hôtel de Jouéry. Ouverture du musée en 1937.
Style : médiéval et Renaissance.
Histoire et caractéristiques : pionner de l’industrie pétrolière et grand amateur d’art, Maurice Fenaille fait don en 1929 de l’hôtel de Jouéry pour accueillir le musée d’archéologie et d’histoire du Rouergue créé il y a 170 ans par la Société des lettres de l’Aveyron. Le musée doit sa renommée internationale à son exceptionnelle collection de statues-menhirs, sculptées il y a près de 5 000 ans.
Classement : Monument Historique depuis 1944  

Maison dite d’Armagnac

Construction : entre 1525 et 1531
Style : Renaissance 
Caractéristiques : l’hôtel dit maison d’Armagnac constitue le plus remarquable exemple d’architecture civile de la Renaissance à Rodez par son encorbellement courbe, le décor au nombreux médaillons sculptés et l’Annonciation de la façade. Elle est un témoignage de la vitalité économique des marchands de Rodez, auquel appartenait le commanditaire, Hugues Daulhon.
Classement : Monument Historique depuis 1862

Jardin public et Musée Soulages © Ville de Rodez/C. Méravilles
Centre ville Rodez - Cathédrale Notre-Dame © Ville de Rodez/Drone Aveyron Service
Pierre Soulages © Creative Commons 3.0/NVP3D
Musée Fenaille © Creative Commons 3.0/Calips
Maison d’Armagnac © Creative Commons 4.0/Krzysztof Golik

À MANGER  

L’aligot  

C’est LA spécialité aveyronnaise par excellence. D’abord, il faut choisir ses pommes de terre avec soin : 1 kilo pour 4 personnes. Ensuite, il faut passer à la crèmerie du coin : récupérer 100 g de beurre et 250 g de crème fraîche. Et enfin, le fromager vous fournira les 400 g de tome fraîche de Laguiole. Pour préparer un aligot, commencez par couper en lamelles la tome fraîche. Laissez-la à température ambiante, le temps de préparer une purée de pommes de terre. Ajoutez le beurre et la crème fraîche, salez, poivrez. Une fois la purée bien chaude et assaisonnée, ajoutez la tome. En fonction de vos goûts, un peu d’ail pilé ou haché finement peut être ajouté à la préparation de l’aligot. Cette purée doit être longuement travaillée afin d’obtenir une texture très élastique. Il faut impérativement la laisser fondre, et … tourner, tourner, tourner à la spatule. Attention, on tourne de manière régulière et toujours dans le même sens ! Vous aurez certainement mal aux bras, c’est normal : l’aligot, ça se mérite.

L’aligot © Getty/margouillatphotos

Suivez-nous

Recevez des informations exclusives sur le Tour de France