Compiègne : le pavé royal (1/7)

actualités16.02.2017Avant-course

Paris-Roubaix 2016 - 10/04/2016 - Compiègne - France ©

Dès samedi 8 avril prochain, Compiègne vivra près de 24 heures au rythme de Paris-Roubaix. La présentation des équipes, la permanence de l'organisation et la salle de presse, ainsi que le départ de la course, se tiennent dans le périmètre du somptueux palais situé en cœur de ville.

Sur la trace des pavés…

Chaque semaine, letour.fr s'arrête dans le détail sur l'un des lieux qui ont marqué l'histoire de Paris-Roubaix. La série débute à Compiègne, où le peloton se réunit chaque année depuis 1977.

L'esplanade du palais de Compiègne a vu passer tous les monarques du Moyen-âge pour leur première halte après leur sacre dans la cathédrale de Reims. Mais depuis 1977, ce sont les rois du pavé qui se donnent rendez-vous en vue d'un couronnement dont ils rêvent tous au bout des 250 kilomètres de route. Dès la veille, les favoris sont invités à s'expliquer sur leur forme, leur stratégie, leurs craintes. Plus on s'approche de la ligne de départ, plus la tension est palpable : les gros pavés de la zone de départ donnent le ton de cette journée à part.

Il y a quarante ans, le premier départ de Compiègne a donné lieu à une couse historique à plusieurs titres. Sans le savoir, Eddy Merckx enfourchait son vélo pour son dernier Paris-Roubaix, terminé en milieu d'après-midi en 11ème position. L'occasion de se jeter sur un quatrième titre échappait au Cannibale, mais pas à son rival Roger De Vlaeminck, qui se hissait ce jour-là au sommet. Le Gitan n'est toujours pas redescendu de son nuage, bien qu'il partage le record de victoires avec Tom Boonen depuis 2012.

En 2007, les pavés de Compiègne n'ont pas seulement été mis à l'honneur pour « la Pascale ». Ils ont aussi accueilli quelques mois plus tard l'arrivée d'une étape du Tour de France, sur laquelle un habitué des lieux s'est illustré. A 26 ans, Fabian Cancellara avait déjà dans sa collection un gros pavé, remporté en 2006. Et après la phase inaugurale du Tour 2007 en Angleterre, Spartacus se présentait en jaune pour le final compiégnois, où il piégeait tous les sprinteurs avec une attaque « au kilomètre ».

Bien inspirée dès 1977, Compiègne bénéficie depuis l'année dernière d'un coup de projecteur supplémentaire. Désormais, le direct diffusé en mondovision débute dès le kilomètre zéro, afin que les téléspectateurs ne manquent rien des premiers mouvements… et des paysages du département de l'Oise.

La course en images

photo16/02/2017 

©

  •  
  •  
  •  
  •  
Voir toutes les actualités

Chronométreur officiel

Tableau d'honneur 2017

Chiffres clés

Vivre à vélo

S'abonner

Recevez des informations exclusives sur Paris-Roubaix

Partenaires de Paris-Roubaix