Jeudi 13 mars 2014

Étape 5Crêches-sur-Saône / Rive-de-Gier

Départ 12h00 GMT 2+

Betancur en embuscade

Résumé de l'étape13.03.2014Étape 5- Crêches-sur-Saône / Rive-de-Gier

Le final tortueux réservé aux coureurs sur la 5ème étape a provoqué une sélection qui relance encore les débats au sommet de la hiérarchie Paris-Nice. Sylvain Chavanel est ses associés dans l'échappée du jour ne sont pas parvenus à surprendre les favoris de la course, qui sont passés à l'action dans l'ultime partie de la côte de Sainte-Catherine, et plus encore dans la plongée sur Rive-de-Gier. A 9 kilomètres de l'arrivée, Carlos Betancur a placé une attaque qui a inspiré Jakob Fuglsang et Bob Jungels, suffisamment efficaces pour l'aider à résister au peloton, mais pas assez vifs pour lui contester la victoire. Le coureur colombien remporte sa première étape sur Paris-Nice et se rapproche au classement général à 5'' de Geraint Thomas, toujours leader à trois jours de l'arrivée. La prestation de Betancur compense les mésaventures vécues toute la journée par l'effectif d'AG2R La Mondiale, qui a vu Bardet et Dumoulin perdre du terrain, tandis que Maxime Bouet a quitté la course sur chute.

Chavanel trouve la sortie
En début d'étape, les reliefs du Beaujolais compliquent la tâche de nombreux candidats à l'échappée, dont Thomas Voeckler (EUC) et Florian Guillou (BSE), qui ne passent que 4 kilomètres en tête. Immédiatement après, au km 17, Sylvain Chavanel (IAM) parvient à s'extraire plus efficacement, suivi par Jan Bakelants (OPQ), Matt Busche (TFR), Gorka Izaguirre (MOV) et Brice Feillu (BSE). La composition plutôt sérieuse de l'échappée incite les équipiers de Sky à surveiller attentivement sa progression.

Sky maintient la pression
Les cinq hommes de tête obtiennent un avantage maximal de 2'55'' (km 43), juste après avoir franchi la côte de Plantigny, où Sylvain Chavanel confirme son appétit pour les points de la montagne. Logiquement, dans cette petite équipe c'est le mieux classé au général, Jan Bakelants, qui se sert en secondes de bonification au sprint intermédiaire (km 87,5), où le peloton poursuit son rapprochement : 1'50''.

Laurent Didier tente sa chance
La réussite de l'échappée est nettement compromise dès le sommet de la côte de Saint-Martin-en-Haut, où Chavanel fait tout de même grimper sa cagnotte à 12 points, mais la marge des cinq attaquants n'est plus que de 50''. Au premier passage sur la ligne d'arrivée, l'avantage se réduit même à 30''. La menace incite Sylvain Chavanel à passer à l'attaque en solitaire à 23 kilomètres de la ligne. Mais son sursis ne dure que 3 kilomètres. A son retour dans le peloton, c'est Laurent Didier qui tente sa chance en s'attaquant à la côte de Sainte-Catherine.

Betancur attaque à 9 km de l'arrivée
Le Luxembourgeois roule  en éclaireur durant l'essentiel de la montée, mais il est dépassé à 2 kilomètres du sommet par Stefan Denifl, lui-même avalé par une offensive de Vincenzo Nibali dans les 300 derniers mètres d'ascension. Le coup porté par le coureur italien précipite la formation d'un groupe d'une trentaine de coureurs, qu'il mène dans la descente. Mais à 9 km du but, Carlos Betancur déclenche une attaque, suivie par Jakob Fuglsang et Bob Jungels. Les trois attaquants s'associent pour résister au retour du groupe maillot jaune. Et malgré les efforts de John Degenkolb ou encore de Tom Boonen, le trio rentre dans le dernier kilomètre avec 8'' d'avance. L'écart est infime mais suffisant pour envisager la victoire d'étape, que Betancur prépare en restant calé dans la roue de Jungels, avant de surgir dans les 100 derniers mètres.

Étape 5 Crêches-sur-Saône / Rive-de-Gier

Tout sur l'étape journal de l'étape

Porteurs de maillots à l'issue de l'étape 8

Classements à l'issue de l'étape 8

S'abonner

Recevez des informations exclusives sur Paris-Nice

Partenaires de Paris-Nice