Mardi 5 mars 2013

Étape 2Vimory / Cérilly

Départ 11h10 GMT 2+

Kittel, Bouhanni : destins croisés

Résumé de l'étape05.03.2013Étape 2- Vimory / Cérilly

Peu pressé de rejoindre Cérilly en début de journée, le peloton de Paris-Nice s'y est finalement précipité dans le final. L'accélération du rythme a causé quelques chutes, dont celle du maillot jaune Nacer Bouhanni, touché à la lèvre et à la main droite. Le champion de France n'a donc pu prendre part à l'explication finale, que le sprinteur allemand Marcel Kittel n'a cette fois-ci pas manqué. La crevaison de la veille est rangée au rang des mauvais souvenirs pour le leader d'Argos Shimano, qui a fait parler sa puissance dans les 300 derniers mètres. Il y devance notamment Elia Viviani, qui se hisse grâce aux bonifications au sommet du classement général, et prend également la tête du classement par points.

Un duo peu convaincu et peu convaincant
Notamment habitué des échappées sur les récents Tour du Qatar et d'Oman, le Letton Gatis Smukulis (KAT) accélère dans le premier kilomètre de course, accompagné de Kris Boeckmans (Bel-VCD) et de Mads Christensen (Dan-TST). Le trio ne rencontre pas de difficulté à s'éloigner dans un premier temps, et atteint le sprint intermédiaire du km 15,5 avec 4'05'' d'avance. Mais l'ambiance ne semble pas convenir à Boeckmans, qui doute des perspectives de réussite d'un groupe aussi maigre et réintègre de lui-même le peloton au km 17. A deux, Smukilis et Christensen roulent avec si peu de conviction qu'ils n'ont parcouru que 32,6 kilomètres après une heure de course. Bien qu'il n'y ait aucune poursuite d'engagée, ils sont repris au km 43 par un peloton qui avance au ralenti.

De Gendt surveillé de près
Ce n'est qu'au kilomètre 62 qu'un nouveau mouvement se dessine, à l'initiative de Romain Feillu, qui emmène son coéquipier chez Vacansoleil Thomas De Gendt. Ils sont rejoints deux kilomètres plus loin par Mikel Astarloza (EUS) et Maxime Bouet (ALM). Les quatre attaquants obtiennent un avantage de 4 minutes, mais restent surveillés de près par l'équipe FDJ. A 70 kilomètres de l'arrivée, la distance accordée à l'échappée s'est considérablement restreinte, avec une petite minute d'écart.

Abandon du maillot jaune
Le rythme s'est accéléré, installant une tension fatale au maillot jaune, qui perd le contrôle de son vélo en prenant un virage dans le village de Blet, au km 143. En tombant, Nacer Bouhanni heurte violemment le bitume et quitte la course dans une ambulance, blessé au visage. Le peloton poursuit sa route sans maillot jaune,  et à nouveau groupé à partir du kilomètre 156, où les échappés se voient signifier la fin de leur aventure.

Et Kittel surgit
Dans les quarante derniers kilomètres, les prétendants à la victoire ont une première occasion de se mesurer à Cérilly. C'est Elia Viviani qui saisit les 3 points et les 3 secondes de bonifications attribués au premier. Mais une autre partie s'engage sur le circuit final de 18 kilomètres, où Tom Boonen et toute son équipe commencent à durcir le rythme.  A 5 kilomètres de la ligne, ce sont deux coureurs de Cannondale qui prennent le relais, mais à 2 kilomètres, les plus actifs sont les équipiers d'Argos-Shimano. Si Geoffrey Soupe et William Bonnet  se mettent en avant à la Flamme Rouge dans l'espoir de venger leur camarade blessé, c'est bien le géant sprinteur allemand Marcel Kittel qui surgit en force sur la droite de la route dans les 300 derniers mètres. Elia Viviani, 2ème, s'empare des maillots jaune, vert et blanc. Battu mais content.   

Étape 2 Vimory / Vimory

Tout sur l'étape journal de l'étape

Porteurs de maillots à l'issue de l'étape 7

Classements à l'issue de l'étape 7

S'abonner

Recevez des informations exclusives sur le Tour de France

Partenaires de Paris-Nice