Côté tourisme

Embrun / Salon-de-Provence

Salon-de-Provence

Salon-de-Provence

El Tour no hacía un alto en Salon-de-Provence hasta ahora. Sin embargo, la ciudad ha rendido tributo a la prueba con la presencia de uno de sus embajadores más espectaculares. Es aquí, en la base aérea 701 Salon-de-Provence, donde se encuentran todo el año los Alfa Jet de la Patrulla de Francia. En tierra firme, el pelotón de la París-Niza se acercaba a la ciudad en formación el pasado mes de marzo, hasta que el kazajo Alexey Lutsenko decidió salir volando en solitario y adjudicarse la etapa del día.

La place Crousillat et la fontaine Moussue © Ville de Salon, Philippe Davi

Ville-étape inédite
Chef-lieu de canton des Bouches-du-Rhône (13)

Population : 44 270 hab. (Salonais, Salonaises), 142 820 habitants pour les 17 communes du Pays Salonais (Métropole d'Aix-Marseille-Provence)

Spécialités : Nostradamus (chocolat), gibassier (pâtisserie), salonenque (olive), savon de Marseille

Personnalités : Nostradamus (médecin, astronome du XVIe siècle), Adam de Craponne (ingénieur hydraulicien), Jean-Claude Bagot, Yoann Bagot (cyclisme)

Sport : Sapela basket 13, Athlétic Club Salonais. Événements : Run Your Town, Festival International Espoirs Maurice Revello (football), Coupe de France des spécialités (athlétisme)

Économie : 600 commerces en centre-ville, agriculture (fruits, légumes, huile d'olive, foin de Crau AOC), pastoralisme traditionnel, savonneries dites « de Marseille », base aérienne 701 (Patrouille de France)

Patrimoine : château de l'Empéri (XIIe siècle), collégiale Saint-Laurent (tombeau de Nostradamus), église Saint-Michel, Tour de l'Horloge, Fontaine Moussue, musée de l'Empéri (histoire militaire française), Maison de Nostradamus, musée du savon de Marseille.

Festivals : fêtes de la Renaissance, Du son au Balcon (DJ se relayant pour mixer depuis le balcon de la mairie), Festival international de musique « Musique à l'Empéri »

Développement durable : 10 km de pistes cyclables, 4 navettes gratuites desservant le centre-ville

Labels : ville Ariane, 3 fleurs

Sites Internet

Salon-de-Provence et le cyclisme

Le Tour ne s'est encore jamais rendu à Salon-de-Provence mais la ville a déjà honoré l'épreuve de sa présence par l'intermédiaire de ses plus spectaculaires ambassadeurs. C'est en effet sur la base aérienne 701 Salon-de-Provence que se trouvent à l'année les Alpha Jet de la Patrouille de France. Sur la terre ferme, le peloton de Paris-Nice s'était approché de la ville en formation au mois de mars 2016, jusqu'à ce que le Kazakh Alexey Lutsenko ne prenne son envol en solitaire pour aller chercher l'étape du jour.

Salon-de-Provence est aussi la ville natale de Yoann Bagot (Cofidis), qui participa au Tour de France en 2013, de l'ancien champion de France du contre-la-montre Francisque Teyssier, qui disputa la Grande Boucle en 1997, mais aussi de Mathilde Gros, la championne de France 2016 de keirin.

Presse Sports / Yusuru Sunada © Yoann Bagot en 2011Philippe Davi © La patrouille de France en action

Ville-étape inédite
Chef-lieu de canton des Bouches-du-Rhône (13)

Population : 44 270 hab. (Salonais, Salonaises), 142 820 habitants pour les 17 communes du Pays Salonais (Métropole d'Aix-Marseille-Provence)

Spécialités : Nostradamus (chocolat), gibassier (pâtisserie), salonenque (olive), savon de Marseille

Personnalités : Nostradamus (médecin, astronome du XVIe siècle), Adam de Craponne (ingénieur hydraulicien), Jean-Claude Bagot, Yoann Bagot (cyclisme)

Sport : Sapela basket 13, Athlétic Club Salonais. Événements : Run Your Town, Festival International Espoirs Maurice Revello (football), Coupe de France des spécialités (athlétisme)

Économie : 600 commerces en centre-ville, agriculture (fruits, légumes, huile d'olive, foin de Crau AOC), pastoralisme traditionnel, savonneries dites « de Marseille », base aérienne 701 (Patrouille de France)

Patrimoine : château de l'Empéri (XIIe siècle), collégiale Saint-Laurent (tombeau de Nostradamus), église Saint-Michel, Tour de l'Horloge, Fontaine Moussue, musée de l'Empéri (histoire militaire française), Maison de Nostradamus, musée du savon de Marseille.

Festivals : fêtes de la Renaissance, Du son au Balcon (DJ se relayant pour mixer depuis le balcon de la mairie), Festival international de musique « Musique à l'Empéri »

Développement durable : 10 km de pistes cyclables, 4 navettes gratuites desservant le centre-ville

Labels : ville Ariane, 3 fleurs

Sites Internet

A voir

Château et musée de l'Empéri 
Pour assoir leur autorité, les archevêques d'Arles bâtissent vers le Xe siècle une position fortifiée sur le rocher du Puech au cœur de la plaine de la Crau et abritée par les Alpilles. Salon représente un carrefour stratégique entre Arles, Avignon, Aix et Marseille, et l'existence du Castrum Salonnis est attestée en 1144. Aujourd'hui, le château de l'Empéri (de l'Empire germanique) représente un remarquable exemple de l'évolution de l'architecture castrale du XIIIe au XVIe. Son enceinte massive à l'origine crénelée de nombreuses tours, son donjon carré dit « tour de Pierre Cros » aux cours successives et sa chapelle, illustrent la première campagne de construction du XIIIe. La cour d'honneur symbolise la recherche de confort et d'esthétisme animant les archevêques qui l'occupent jusqu'à l'orée de la Renaissance. Devenu bien national à la Révolution, le château servit à partir du XIXe siècle de caserne. Fortement endommagé par le tremblement de terre de 1909, l'édifice bénéficie dans les années 1920 d'importants travaux de restauration qui lui redonnent progressivement sa noblesse d'origine et lui confèrent un nouveau rôle dans la ville. En 1967, le Musée de l'Armée devient propriétaire des anciennes collections Raoul et Jean Brunon qu'accueille alors le château de l'Empéri. Depuis, il est devenu lieu unique où le public est invité à un véritable voyage dans l'histoire de France, de Louis XIV à la Grande guerre.

Maison de Nostradamus 
Situé au cœur du centre ancien et au pied du Château de l'Empéri, ce musée municipal, créé en 1992, se tient dans la maison que Nostradamus acheta en 1547 pour y fonder une nouvelle famille avec Anne Ponsard dont il eut six enfants. « Maison d'écrivain et de patrimoines littéraires » depuis 2006, c'est dans ce lieu qu'il paracheva tous ses ouvrages et qu'il finit ses jours quelques vingt ans plus tard, en 1566.

Chapelle Sainte-Catherine
L'archevêque Gibelin de Sabran donna la garde du château de Salon aux Templiers en 1198. Ceux-ci y restèrent jusqu'en 1206. Le nom de sainte Catherine se trouve pour la première fois dans un catalogue du XIe, rédigé en Grec. Vers la même époque des ossements de femme furent découverts par les moines du mont Sinaï, le bruit se répandit aussitôt que l'on venait de découvrir les reliques de Sainte Catherine. Les croisés, de retour dans leurs foyers, firent connaitre en occident, l'histoire de la sainte et construisirent de nombreuses chapelles à son nom, dont cette chapelle du XIIe siècle.

Collégiale Saint-Laurent
L'édifice est achevé dans les années 1480. Son imposante silhouette se veut le signe visible de l'emprise des archevêques d'Arles sur la ville. L'art gothique eut du mal à conquérir la Provence, Saint-Laurent s'en inspire pourtant dans son clocher octogonal, mais surtout par le voûtement de sa nef sur croisée d'ogives, qui permet une élévation importante de l'édifice. Les réminiscences du style roman sont cependant encore très présentes. À l'intérieur se trouvent plusieurs éléments placés à l'origine dans le couvent des Cordeliers, profané à la Révolution, comme  le tombeau de Nostradamus, qui a été l'objet de nombreux pèlerinages. Parmi les visiteurs illustres se trouvent deux rois de France, Louis XIII (en 1622) et Louis XIV (en 1660). Ce dernier était accompagné de sa mère, Anne d'Autriche, de son frère, le duc d'Anjou, de sa cousine, Mlle d'Orléans, et du cardinal Mazarin.Sur son sépulcre fut gravée l'épitaphe suivante : « Ci reposent les os de Michel Nostredame, duquel la plume presque divine, a été de tous estimée digne de tracer et rapporter aux humains selon l'influence des astres, les événements à venir par dessus tout le rond de la terre. Il est trépassé à Salon de Craux en Provence l'an de grâce 1566, le second juillet, âgé de soixante-deux ans six mois dix-sept jours. O posteres, ne touchez à ses cendres, et n'enviez point le repos d'iceluy. »

Tour de l'Horloge
Edifiée au XVIIe siècle, on peut y découvrir côté ville un cadran solaire indiquant les jours de la semaine et côté faubourg un autre indiquant les cycles lunaires.

Fontaine Moussue
La Fontaine Moussue existait déjà au XVIe. Cet élément architectural a subi une transformation naturelle qui la rend unique et spectaculaire. Grand lieu de promenades des Salonais venant profiter de la fraîcheur, cette « Place des arbres », de nos jours Place Crousillat est devenue un emblème de la cité.

Vue sur le château et musée de l’Empéri © Villle de Salon, Philippe DaviNostradamus © Jean-Noël LanthiezFaçade de la collégiale Saint Laurent © Ville de Salon, Philippe DaviLa Tour de l’horloge, d'une des rues de la ville © Jean-Noël Lanthiez©

Ville-étape inédite
Chef-lieu de canton des Bouches-du-Rhône (13)

Population : 44 270 hab. (Salonais, Salonaises), 142 820 habitants pour les 17 communes du Pays Salonais (Métropole d'Aix-Marseille-Provence)

Spécialités : Nostradamus (chocolat), gibassier (pâtisserie), salonenque (olive), savon de Marseille

Personnalités : Nostradamus (médecin, astronome du XVIe siècle), Adam de Craponne (ingénieur hydraulicien), Jean-Claude Bagot, Yoann Bagot (cyclisme)

Sport : Sapela basket 13, Athlétic Club Salonais. Événements : Run Your Town, Festival International Espoirs Maurice Revello (football), Coupe de France des spécialités (athlétisme)

Économie : 600 commerces en centre-ville, agriculture (fruits, légumes, huile d'olive, foin de Crau AOC), pastoralisme traditionnel, savonneries dites « de Marseille », base aérienne 701 (Patrouille de France)

Patrimoine : château de l'Empéri (XIIe siècle), collégiale Saint-Laurent (tombeau de Nostradamus), église Saint-Michel, Tour de l'Horloge, Fontaine Moussue, musée de l'Empéri (histoire militaire française), Maison de Nostradamus, musée du savon de Marseille.

Festivals : fêtes de la Renaissance, Du son au Balcon (DJ se relayant pour mixer depuis le balcon de la mairie), Festival international de musique « Musique à l'Empéri »

Développement durable : 10 km de pistes cyclables, 4 navettes gratuites desservant le centre-ville

Labels : ville Ariane, 3 fleurs

Sites Internet

Plaine de la Crau

© Parc naturel régional des Alpilles© Parc naturel régional des AlpillesA vélo dans un village du Luberon © Par naturel régional du Luberon / Nelson ValbrunEn vélo dans le massif des ocres © Par naturel régional du Luberon / Stéphane LegalLes villages du Luberon à vélo © Par naturel régional du Luberon / Olivier Meissel© Par naturel régional du LuberonLourmarin à vélo © Par naturel régional du Luberon / Nelson Valbrun© Parc naturel régional des AlpillesVue sur le Grand Luberon depuis Roussillon les Ocres © Par naturel régional du Luberon / Stéphane Legal© Stéphane Beillard

En Provence, entre Alpilles et Camargue, s'étend la plaine de la Crau. Dernière steppe méditerranéenne d'Europe, elle est appelée localement « Coussoul ». Cette plaine est le delta fossile de la Durance qui en se retirant a laissé derrière elle une immense étendue de galets. Avant-poste des steppes d'Afrique du Nord, la Crau et ses 2 sites Natura 2000 abrite une grande richesse biologique originale et en particulier une avifaune exceptionnelle (Ganga cata, Outarde canepetière, Faucon crécerellette…).

Le vélo est roi dans les Alpilles

Véritable écrin de la Provence, le Parc naturel régional des Alpilles est un territoire aux richesses naturelles, culturelles et gourmandes uniques. Des oliviers à la vigne, en passant par les sites antiques et avec une faune d'exception, dont l'emblématique aigle de Bonelli, les paysages des Alpilles sont multiples. Parcouru par la Route de la Méditerranée (Eurovélo 8) et la ViaRhôna (Eurovélo 17), le territoire se prête à la pratique du vélo pour se rendre dans les marchés provençaux ou flâner le nez au vent sur les pistes et sentiers balisés qui parsèment le massif et ses piémonts.

Site web : www.parc-alpilles.fr
En savoir plus : www.afbiodiversite.fr/fr/etape-19-embrun-salon-de-provence

Bienvenue dans le Parc naturel régional du Luberon

À mi-chemin entre Alpes et Méditerranée, le Parc naturel régional du Luberon recèle une diversité de reliefs, de paysages et de milieux naturels d'une richesse exceptionnelle. Territoire reconnu réserve de biosphère et géoparc mondial UNESCO, le Luberon s'offre aux cyclistes à travers son maillage de petites routes secrètes : des couleurs contrastées du massif des ocres aux senteurs infinies du pays de Forcalquier et de la montagne de Lure, en passant par l'exceptionnel patrimoine bâti dédié à l'eau du pays d'Aigues. La boucle du Tour du Luberon à vélo s'enroule autour du massif et relie tous ces pays qui offrent chacun une boucle locale, le tout sur plus de 500 kilomètres d'itinéraires balisés et sécurisés.

En savoir + : www.parcduluberon.fr
Préparer son séjour à vélo : www.veloloisirprovence.com/fr/luberon

Chronométreur officiel

porteurs de maillots 2017

classements à l'issue de l'étape 21

S'abonner

Recevez des informations exclusives sur le Tour de France

Autour du Développement Durable

En 2017, après avoir signé la charte d’engagement écoresponsable aux côtés de 21 grands événements sportifs, sous l’égide du Ministère des Sports et du WWF (World Wide Fund For Nature), le Tour de France a décidé de structurer sa politique RSE et de regrouper ses actions autour de trois thèmes : A vélo pour la planète !, Ensemble à vélo !, Dans la roue du Tour ... Lire la suite

Partenaires du Tour