Un Italien... et deux Français
sur le podium !

Jeudi 31 juillet

Le pronostic serait passé pour farfelu il y a deux mois. Après trois semaines de course, ce sont pourtant bien les coureurs français, Péraud et Pinot en pointe, qui ont fait sensation derrière... Lire la suite

Nibali, c'est la totale !

Mardi 29 juillet

Dominateur sur les trois massifs montagneux au programme, après avoir été autoritaire sur les bosses du Yorkshire et éblouissant pour sa première expérience sur les pavés, Vincenzo Nibali a... Lire la suite

La consécration de Nibali ;
Kittel de bout en bout

Lundi 28 juillet

Dominateur sur l'ensemble de la 101ème édition du Tour de France, Vincenzo Nibali a scellé son succès en bouclant la dernière étape en 81ème position, après en avoir remporté quatre sur sa... Lire la suite

plus d'actus

Bergerac - Périgueux : l'heure des comptes (5/5)

actualités03.07.2014Avant-course

© Presse Sports

Jusqu'au 4 juillet, letour.fr décortique les enjeux de 5 étapes clé du parcours de l'édition 2014. Symboliquement importantes dans le déroulement de la course, ou peut-être décisives dans l'optique du classement général final, elles présentent les caractéristiques pour un spectacle sportif d'exception. Pour l'unique contre-la-montre au programme cette année, une explication pour le gain du Maillot n'est pas à exclure à 24h de l'arrivée finale. Et même pour un rouleur comme Chris Froome, il ne peut pas s'agir d'une formalité.  

LE TERRAIN DE JEU

Avec 54 kilomètres au programme, le chrono de Bergerac se classe parmi les plus longs proposés sur le Tour dans une période récente, puisqu'il faut remonter jusqu'à l'édition 2007 pour trouver trace d'un contre-la-montre final plus long (Angoulême, 55,5 km). Au-delà de la distance à parcourir devrait surtout se révéler exigeant par ses caractéristiques, Thierry Gouvenou expliquant que « le parcours comporte de longs faux-plats, qui s'étendent sur plus de trois kilomètres. Et à 7 kilomètres de l'arrivée, il y a une côte un peu plus sévère qui peut très bien achever un coureur déjà entamé. C'est très solide ! »

PLEINS FEUX SUR… CHRIS FROOME

Au regard de la difficulté du parcours, et du poids des 3472 kilomètres avalés depuis le départ de Leeds, il n'est pas certain que les qualités de rouleurs de Tony Martin ou de Fabian Cancellara puissent s'exprimer à plein sur cette 20ème étape. Surtout, à la veille de l'arrivée finale sur les Champs-Elysées, c'est bien l'enjeu du titre qui pourrait occuper les esprits au moment de cette épreuve à haut risque. Plutôt confiant à l'évocation de ce rendez-vous, Chris Froome expliquait à quelques semaines du départ du Tour que « ce chrono aura un impact sur le classement général. D'ailleurs, je pourrais très bien aborder ce Tour avec un état d'esprit défensif, en sachant que j'aurai certainement un avantage en contre-la-montre sur mes rivaux directs. Mais j'aime faire la course, et je ne résisterai pas à la tentation d'attaquer avant ».

Vainqueur du chrono disputé entre Embrun et Chorges l'an dernier, le leader de Sky a peu à craindre d'une confrontation directe pour la conquête ou la défense du Maillot Jaune. Toutefois le retour en grâce perceptible d'Alberto Contador rappelle que son principal rival a aussi été à certaines heures de sa carrière une redoutable bête à chrono, capable par exemple de s'imposer dans un timing équivalent autour du Lac d'Annecy en 2009. Par ailleurs, les paris sur le dernier contre-la-montre peuvent quelquefois se révéler hasardeux : en pleine possession de ses moyens, et sur sa valeur théorique dans l'exercice, Cadel Evans aurait pu récupérer la minute et demie de retard qui le séparait de Carlos Sastre avant le chrono de Saint-Amand-Montrond en 2008. Il ne s'est finalement rapproché que d'une vingtaine de secondes !

ILS NE SERONT PAS LOIN…

La hiérarchie du Tour est établie dans ses grandes lignes à ce stade de la partie. Mais dans le détail, il reste nécessairement des coups à jouer pour définir la composition et l'ordre du podium, du Top 5, du Top 10. Pour parvenir à se hisser d'un ou deux rangs, de bonnes aptitudes de rouleur seront un atout, mais la faculté de récupération et la résistance au long cours seront décisives. L'expérience des grands tours pourrait par exemple être précieuse pour Vincenzo Nibali, mais chacun des membres de l'élite resserrée sera contraint de s'affirmer comme un coureur complet. Parmi les plus jeunes, qu'en sera-t-il alors des possibilités des Américains Andrew Talansky et Tejay van Garderen, respectivement leaders de Garmin-Sharp et de BMC ? Le maillot de champion d'Espagne du chrono suffira-t-il à Alejandro Valverde pour boucler le Tour au niveau où il l'espère ? La génération montante française, avec Pierre Rolland, Thibaut Pinot et Romain Bardet qui visent une place dans les 10 premiers, sera-t-elle encore en mesure d'assumer ses ambitions ? Réponses le 26 juillet prochain vers 17h30.

L'actualité en images

photo03/07/2014 

© Presse Sports

  •  
Voir toutes les actualités

Partenaires du Tour