Nibali, c'est la totale !

Mardi 29 juillet

Dominateur sur les trois massifs montagneux au programme, après avoir été autoritaire sur les bosses du Yorkshire et éblouissant pour sa première expérience sur les pavés, Vincenzo Nibali a... Lire la suite

La consécration de Nibali ;
Kittel de bout en bout

Lundi 28 juillet

Dominateur sur l'ensemble de la 101ème édition du Tour de France, Vincenzo Nibali a scellé son succès en bouclant la dernière étape en 81ème position, après en avoir remporté quatre sur sa... Lire la suite

plus d'actus

Arenberg : à vos marques, prêts, tremblez ! (2/5)

actualités25.06.2014Avant-course

© Presse Sports

Jusqu'au 4 juillet, letour.fr décortique les enjeux de 5 étapes clé du parcours de l'édition 2014. Symboliquement importantes dans le déroulement de la course, ou peut-être décisives dans l'optique du classement général final, elles présentent les caractéristiques pour un spectacle sportif d'exception. Au lendemain de son retour sur le continent, le peloton du Tour de France s'attaquera aux pavés de Paris-Roubaix : l'histoire fait de l'œil à Fabian Cancellara.

LE TERRAIN DE JEU

Le parcours du Tour s'attache à valoriser toutes les spécialités du cyclisme. Les pavés du nord de la France et de Belgique occupant une place de choix dans l'histoire de la discipline, ils sont régulièrement convoqués au programme des réjouissances du mois de juillet. L'exercice de puissance et d'habileté qu'ils imposent aux coureurs contribue à la difficulté du Tour de France, et participe à la sélection. Cette année, neuf secteurs de Paris-Roubaix seront empruntés sur la 5ème étape, représentant plus de 15 kilomètres de pavés : de quoi faire trembler les favoris de la Grande Boucle tout au long des 70 derniers kilomètres. Pour les prétendants au titre, l'obsession sera tout d'abord de franchir ces obstacles sans encombre. Les spécialistes de la Reine des Classiques partent quant à eux à la conquête d'un nouveau morceau de gloire.

PLEINS FEUX SUR… FABIAN CANCELLARA

Parmi les vainqueurs de Paris-Roubaix présents dans le peloton, Fabian Cancellara possède les états de service les plus prestigieux, avec trois succès sur « la Pasquale », auxquels il convient d'ajouter trois Tours des Flandres ! Le docteur ès-pavés n'aura pas de rival à sa hauteur dans ce registre, et devrait voir dans le rendez-vous du 9 juillet l'occasion de frapper un nouveau grand coup. En 2010, à l'occasion de la dernière visite du Tour à Arenberg, Fabian Cancellara avait pour mission de protéger ses leaders. Le deal était parfaitement respecté envers Andy Schleck, qui rejoignait l'arrivée en 5ème position dans le même temps que Cadel Evans, pendant que Frank Schleck quittait la course avec une épaule fracturée. En prime, le soldat suisse s'emparait surtout du Maillot Jaune, qu'il allait promener jusque dans les Vosges.

En s'approchant d'Arenberg, il est probable que Fabian Cancellara ait encore davantage de liberté pour mener un assaut. Le classement général aura peut-être été éparpillé par l'étape de Sheffield, mais le Maillot Jaune se trouvera certainement à portée de pavé. Avec 21 jours passés en jaune depuis 2004, le coureur de Trek détient déjà le record pour les cyclistes en activité : à ce niveau de cette hiérarchie, il est d'ailleurs le seul à n'avoir jamais remporté le Tour. Un 22ème jour au sommet lui permettrait de dépasser Romain Maes et Greg LeMond ; un 23ème Joop Zoetemelk et Laurent Fignon ! Un beau défi pour cet amateur d'histoire du vélo…

ILS NE SERONT PAS LOIN…

Il est coutume de dire que le Tour de France peut se perdre sur les pavés. Dès lors, les intérêts et les enjeux multiples pourraient par exemple détourner certaines équipes de l'objectif de la victoire d'étape. Reste que Fabian Cancellara trouvera sur sa route des avaleurs de pavés confirmés ou en devenir. A commencer par l'Allemand John Degenkolb, qui l'a devancé pour la 2ème place sur le vélodrome de Roubaix en avril dernier, et qui devrait également avoir le champ libre le 9 juillet. Geraint Thomas sera assigné à un rôle de protection de son leader Chris Froome, mais il n'est pas exclu de le voir participer à l'explication finale. La 6ème place de Peter Sagan sur Paris-Roubaix le positionne comme un postulant crédible au bouquet du jour, presque plus que le vainqueur Niki Terpstra, et autant que Sep Vanmarcke (4ème), Zdenek Stybar (5ème), ou même Arnaud Démare (12ème).

L'actualité en images

photo24/06/2014 

© Presse Sports

  •  
Voir toutes les actualités

Partenaires du Tour