Légende
  • Tête de course
  • Caravane
  • Ville de départ
  • Ville d'arrivée
  • Ravitaillement
  • Points chrono
  • Sprint
  • Dernier kilomètre
  • Col hors catégorie
  • Points d'intérêts
  • Secteur pavé

Sur la route

Bouches-du-Rhône (13)

Préfecture : Marseille
Sous-préfectures : Aix-en-Provence, Arles, Istres.
Population : 1,9 million d'hab.
Site web : www.cg13.fr

Avec près de 2 millions d'habitants, les Bouches-du-Rhône sont le troisième département  le plus peuplé de France.

Les trois principales agglomérations qui le composent, Marseille, Aix-en-Provence et Arles, y impriment chacune sa marque. Urbanisées, maritimes et populaires à Marseille, les Bouches-du-Rhône sont au coeur de la Provence éternelle dans le pays aixois tandis que la Camargue leur donne son caractère sauvage et préservé. De ce fait, l'économie du département est extrêmement diversifiée, le tourisme cohabitant avec les industries traditionnelles, une agriculture riche – huile d'olive, fruits, vins – et le poids portuaire de Marseille. L'installation à Cadarache du réacteur nucléaire Iter ou le projet Euroméditerranée à Marseille inscrivent le département dans son temps.

Le tourisme reflète lui aussi ces diverses facettes. De Cassis au Saintes-Maries de la Mer, le littoral constitue un atout indéniable, mais les rues et les places animées d'Aix, les vestiges romains d'Arles ou de Glanum, les sites d'exception comme les Baux de Provence et la multitude d'événements organisés toute l'année – festival d'Aix, feria d'Arles, musique au château de l'Emperi à Salon – conservent au département le prestige hérité de Mistral, Daudet, Zola ou Pagnol. L'ensemble du département a par ailleurs été associé à l'année 2013 qui fit de Marseille, Aix, Arles et de bien d'autres communes les capitales conjointes de l'Europe de la culture.

Gard (30)

Préfecture : Nîmes.
Sous-préfectures : Alès, Le Vigan.
Population : 710 000 hab.
Site web : www.gard.fr

Le Gard tire son nom de la rivière qui le traverse, le Gardon. Le département comporte 353 communes et plus de 700 000 habitants, répartis sur 5.853 km2.
À l'exception de la cité nîmoise (142.000 habitants), le département ne comprend que des villes de moyenne importance.

Riche culturellement, le Gard est un point de rencontre entre la Provence, le Languedoc, les Cévennes et la Camargue, en bordure de Méditerranée. Cette géographie très contrastée s'étale du sommet du Mont Aigoual (1.565 m) au niveau de la mer, avec la zone montagneuse des Cévennes, les garrigues, et enfin les zones de plaine jusqu'à la mer. Sur le plan économique, le tertiaire est prépondérant puisqu'il représente 72% des emplois. Le tourisme dispose d'atouts indéniables grâce au patrimoine (Pont du Gard, inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco, arènes de Nîmes, remparts d'Aigues-Mortes ou Uzes), ses manifestations culturelles (ferias) et sa station balnéaire, le Grau-du-Roi, qui possède le port de plaisance le plus important d'Europe (Port Camargue).

Hérault (34)

Préfecture : Montpellier.
Sous-préfectures : Béziers, Lodève.
Population : 1,04 million d'habitants
Site web : www.herault.fr

L'Hérault a forgé son histoire et son identité dans la rencontre des civilisations. Avec les Ibères venus du sud, les Etrusques arrivés par la mer, les Celtes de la région rhénane ou les Ligures d'Italie. Tous se sont côtoyés, succédé, mélangés. Puis les Grecs et les Romains ont laissé leurs traces dans le département avant qu'au XVe siècle, le français ne devienne la langue officielle.

Aujourd'hui, dans ce territoire chargé d'histoire (canal du Midi, Via Domitia), le tourisme constitue l'une des activités principales, avec un chiffre d'affaires annuel de 1,2 milliard d'euros, 40.000 emplois, dont 25.000 permanents et 38 millions de nuitées par an. Car avec 100 Km de côtes, le littoral héraultais est l'un des mieux sauvegardés de la Méditerranée et ce, malgré plusieurs stations balnéaires et treize ports de plaisance. Par ailleurs, ses espaces naturels sont pratiquement tous la propriété du Conservatoire du littoral et des espaces lacustres, qui les a préservés.

Outre le tourisme, la viticulture constitue encore un secteur-clef de l'économie locale. Au coeur du Languedoc, la vigne est une culture, un mode de vie profondément inscrit dans la mémoire des paysages et des hommes. Faugères, Saint-Chinian, minervois, coteaux du Languedoc, clairette ou Languedoc , muscat de Frontignan ou de Mireval illustrent cette tradition. Sur le plan démographique; la population a progressé de plus de 11.000 habitants par an depuis 1990, soit 57% de l'accroissement régional. Ce taux élevé place l'Hérault au second rang des départements les plus dynamiques dans ce domaine. Enfin 80% de la population vit dans les villes, dont les principales sont Montpellier, Béziers et Sète.

Km 2 : Eguilles

Actuellement Mairie de la ville d'Eguille le château a été édifié au XVIIe © LsmpascalLa commune d'Éguilles © Georges Seguin

Population : 7500 hab.

Au Xe siècle, des textes mentionnent un Castrum de Aquila. Jusqu'à la fin du XVIe siècle, le village fut l'objet d'affrontements constants entre les seigneurs des Baux et la Maison de Provence, jusqu'à la destruction du château lors des guerres de religion. Au début du XVIIe siècle s'installe la dernière famille des seigneurs locaux, les Boyer d'Eguilles, qui ont fourni une longue lignée de juristes et d'humanistes. Le village se développa jusqu'à compter 1 800 habitants en 1790, année où il devint chef-lieu de canton. Entre-temps, le château avait été reconstruit, avec l'église qui le jouxte et il dominait un village d'agriculteurs, d'artisans et de commerçants.

Parallèlement à la culture de la vigne et de l'olivier, l'élevage du mouton avait pris une grande importance et avait fait naître une industrie lainière très active. Eguilles devint un centre d'organisation de la transhumance : en 1784, il vit transiter 40 000 mérinos d'Arles. La révolution industrielle frappa de plein fouet cette économie et entraîna l'exode rural. En 1936, Eguilles ne comptait plus que 730 âmes. Aujourd'hui, le village en compte dix fois plus.

À VOIR

Le jardin d'Eguilles

Caché au cœur du village, totalement clos, se trouve le jardin d'Eguilles, celui du sculpteur contemporain Max Sauze. Il a vu le jour en 1963. Sur une superficie de 950 m2, se répartissent une centaine d'œuvres, évolutives, accrochées aux arbres ou intégrées à la végétation.

Site internet : http://www.mairie-eguilles.fr

Provence-Alpes-Côte d'Azur

Préfecture : Marseille

La région PACA est la troisième région la plus peuplée de France. Sa population, estimée à près de cinq millions d'habitants, réside dans ses quatre grandes métropoles, Marseille, Nice, Toulon et Avignon et dans les nombreuses villes moyennes de plus de 20 000 habitants. La croissance démographique s'est accélérée depuis 1999 passant à 40 000 habitants par an en moyenne.

Entre la frontière italienne et le Rhône, bordée par la Méditerranée, la région PACA regroupe six départements qui sont le Vaucluse (84), les Alpes-Maritimes (06), les Bouches-du-Rhône (13), le Var (83), les Alpes-de-Haute-Provence (04) et les Hautes-Alpes (05). Elle présente un territoire des plus beaux et des plus variés, des plaines du bas Rhône et de la Durance aux hautes vallées glacières du nord. Son patrimoine naturel remarquable, sa qualité de vie, son dynamisme constituent quelques-uns des atouts de la région. Le grand littoral méditerranéen est un atout économique (ports…) et touristique (montagne notamment en hiver grâce au succès des sports d'hiver) sans oublier un patrimoine d'une extrême richesse.

Site web : www.regionpaca.fr

Tour de France des Monuments Nationaux

Abbaye de Montmajour

Cloître de l’Abbaye de Montmajour - © Centre des Monuments Nationaux de FranceVue d’ensemble de l’arrière du monument - © Centre des Monuments Nationaux de FranceAngle des galeries est et sud du cloître - © Centre des Monuments Nationaux de France

L'abbaye de Montmajour témoigne de 8 siècles de vie monastique.

Cet ensemble architectural exceptionnel fut construit au Moyen Âge sur l'île du mont Majour. L'abbaye comprend un édifice préroman du Xe siècle, une abbatiale et un cloître roman du XIIe siècle, construits par les moines bénédictins. Montmajour fut agrandie au XVIIIe siècle d'un second monastère monumental à l'ouest, le bâtiment Saint-Maur.

Voir la fiche

Tours et remparts D'AIGUES-MORTES

D’imposants remparts ceinturent la ville - © Centre des Monuments Nationaux de FranceLa salle voutée de la Tour de Constance - © Centre des Monuments Nationaux de FranceVue des remparts - © Centre des Monuments Nationaux de France

Une remarquable enceinte fortifiée du XIIIe siècle.

L'enceinte fortifiée d'Aigues-Mortes fut construite au XIIIe siècle sur l'initiative de Saint Louis afin de donner au royaume de France un port sur la Méditerranée. L'ensemble se compose de 1 634 mètres de remparts flanqués de vingt tours et d'un des donjons les plus majestueux de l'architecture du Moyen Âge : la tour de Constance. Ce lieu est tristement célèbre pour avoir servi de prison aux protestantes cévenoles, à partir de 1685.

Voir la fiche

Porteurs de maillots à l'issue de l'étape 14

Classements à l'issue de l'étape 14

Vainqueur de l'étapeRetrouvez les cotes du PMU avant le départ de l'étape
Vainqueur finalAucun pari n'est actuellement disponible

S'abonner

Recevez des informations exclusives sur le Tour de France

Sondage

Chris Froome va-t-il perdre une partie de son avantage dans l'étape de Lyon ?

  • Oui0%
  • Non0%
0 vote

Partenaires du Tour