Belfort

Belfort

Les Veilleurs de Belfort

Jusqu’au 17 septembre 2012, et ce depuis le 18 septembre 2011,  pas moins de 731 participants veillent à tour de rôle la Cité du Lion, depuis la terrasse de la Citadelle. L’idée de cette performance intitulée « Les Veilleurs de Belfort » ? Une personne chaque matin, puis une autre chaque soir, joue le rôle de garde et de protecteur de Belfort et sa région. Ce projet atypique ambitionne de faire connaître aux veilleurs toute une kyrielle d’émotions : être présent dans un site spécifique, être acteur et observateur, participer à une expérience collective et singulière, redécouvrir un paysage au lever ou au coucher du soleil, se retirer du monde tout en étant conscient d’être au centre d’un projet à l’échelle d’une population et de son territoire. Les veilleurs sont postés dans la 22ème fenêtre, un objet-abri créé par les artistes Benjamin Tovo et Nounja Jamil et installé sur la terrasse de la Citadelle, unique lieu permettant un véritable point de vue à  360° sur la ville. Il est encore possible de participer au projet en devenant accompagnateur. Il aura en charge d’accueillir le veilleur, d’ouvrir et de fermer l’accès à l’espace de veille : la 22ème fenêtre, de le prendre en photo et de recueillir ses impressions de l’expérience vécue. Cette photo et ces impressions seront ensuite transmises au Centre Chorégraphique National de Franche-Comté de Belfort. Les Veilleurs de Belfort est une performance proposée par Joanne Leighton, directrice du CCNFCB.

Site web  : http://lesveilleursdebelfort.ccnfc-belfort.org/fr


******

Belfort, en couleurs

Du Roi Soleil à Denfert-Rochereau, la cité fut au cœur de l’histoire de France. « Ne capitulez jamais ! », cette dernière volonté du Comte de la Suze scella à jamais le sort de la ville. Sous la patte protectrice du Lion, chef d’œuvre de Bartholdi, la cité reste toujours lisible dans ses remparts imaginés par le génial Vauban. S’il est une caractéristique qui capte immédiatement l’attention du visiteur, ce sont bien les couleurs des façades de ses maisons et immeubles. Belfort ose le rose Sologne et le jaune Périgord, en passant par le rouge Basque, jusqu’au bleu du Morbihan et le vert Chartreuse. Au soir, la Citadelle illuminée revient sur le devant de la scène avec éclat pour ressusciter ce haut lieu d’Histoire. La Citadelle  reçut en 1993 le premier prix du concours national  «  Lumières et Monuments  » et en 2010 le prestigieux Prix Lumière pour le Grand Est.

Sites internet

Vue sur la 22ème fenêtre des veilleurs de Belfort - © Samuel CarnovaliLes façades colorées - © Ville de BelfortLes fortifications illuminées - © Ville de Belfort
29 fois ville-étape
51 500 habitants (Belfortains, Belfortaines)
Chef-lieu du Territoire de Belfort (90)
Économie
  : industrie  (Alsthom, General Electric), haute technologie (Techn’hom)
Spécialités 
: myrtille, épaule du ballon (agneau), patte du lion (pain), belflore et pavé de Corbis (pâtisseries), brimbul (apéritif),  Facettes de Belfort (chocolat).
Slogan
  : Belfort, une ville d’avance
Sport 
: ASM Belfort (volleyball), patinage artistique, échecs, montgolfières, Open de Tennis féminin, Transterritoire (5500 vététistes) 
Personnalités
  : Denfert-Rochereau, Frédéric-Auguste Bartholdi, Jean-Pierre Chevènement, Christophe Moreau (cycliste), Tahar Rahim (acteur).
Festivals
  : Festival international de musique universitaire (Pentecôte), Eurockéennes (juillet), Festiv’été, TGV Generiq, Festival Entrevues (1ères œuvres de cinéma, novembre).
Labels
  : ville fleurie ****, Qualiville®

Les Grandes Dates

  • 58 av. J.-C

    Jules César envahit l'Alsace par la Trouée de Belfort pour repousser les Peuples germaniques.
  • 1226

    Traité de Grandvillars : le nom de la ville apparaît pour la première fois, il vient vraisemblablement de beau et fort, faisant allusion au château dominant déjà la ville.
  • 1350-1359

    La ville devient autrichienne à la suite du mariage de Jeannette, fille de Jeanne de Montbéliard, avec le duc Albert d'Autriche.
  • 1525

    Guerre des Paysans.
  • 1632-1636

    Guerre de Trente Ans : la ville est assiégée par les Suédois, prise, reconquise et en sort dévastée.
  • 1648

    Le Traité de Westphalie met fin aux hostilités, Belfort devient ville française. Elle est fortifiée par Gaspard de Champagne.
  • 1687-1703

    Réalisation des fortifications sous la direction de Vauban et l'ingénieur Jacques Tarade.
  • 1814

    Premier siège de Belfort un siècle après les travaux de Vauban. Le commandant Legrand affronte durant 113 jours une coalition d'Autrichiens, de Bavarois, de Cosaques et de Hongrois.
  • 1815

    Le général Lecourbe, à la tête de 8 000 hommes, résiste 15 jours à une armée de 40 000 Autrichiens.
  • 1817-1842

    Réorganisation des fortifications et du camp retranché par le général Haxo.
  • 1870-1871

    Troisième siège par les Prussiens lors de la guerre de 1870. La résistance héroïque pendant 103 jours de la population et de la garnison sous la direction du colonel Pierre Denfert-Rochereau, vaut à Belfort de rester française.
  • 1871

    Belfort devient le chef-lieu du Territoire de Belfort.
  • 1879

    Plusieurs sociétés industrielles alsaciennes installent à Belfort des établissements dont la SACM qui deviendra Alsthom.
  • 1880

    Le Lion de Belfort, œuvre de Bartholdi, symbolise la résistance glorieuse de la ville pendant la guerre de 1870-1871.
  • 1922

    le Territoire de Belfort acquiert le statut de département français (le 90e).
  • 14 novembre 1944

    la 1ère Armée Française, stoppée depuis deux mois devant le bouchon de Belfort, hérissé de défenses, déclenche l'offensive qui doit lui ouvrir la porte de la Haute-Alsace et le chemin sur le Rhin.
  • 1944

    L’armée française s’empare du Fort du Salbert et libère la ville.
  • 2011

    Mise en service de la Ligne à Grande Vitesse Rhin-Rhône, qui rapproche Belfort à 50 mn de Dijon et 2h20 de Paris).
Vue de Belfort après le siège de 1871Le colonel Denfert-Rochereau défendant Belfort, pendant le siège de 1870-1871Frédéric-Auguste Bartholdi
29 fois ville-étape
51 500 habitants (Belfortains, Belfortaines)
Chef-lieu du Territoire de Belfort (90)
Économie
  : industrie  (Alsthom, General Electric), haute technologie (Techn’hom)
Spécialités 
: myrtille, épaule du ballon (agneau), patte du lion (pain), belflore et pavé de Corbis (pâtisseries), brimbul (apéritif),  Facettes de Belfort (chocolat).
Slogan
  : Belfort, une ville d’avance
Sport 
: ASM Belfort (volleyball), patinage artistique, échecs, montgolfières, Open de Tennis féminin, Transterritoire (5500 vététistes) 
Personnalités
  : Denfert-Rochereau, Frédéric-Auguste Bartholdi, Jean-Pierre Chevènement, Christophe Moreau (cycliste), Tahar Rahim (acteur).
Festivals
  : Festival international de musique universitaire (Pentecôte), Eurockéennes (juillet), Festiv’été, TGV Generiq, Festival Entrevues (1ères œuvres de cinéma, novembre).
Labels
  : ville fleurie ****, Qualiville®

Sites internet

Belfort et le cyclisme

Le célèbre Lion de Belfort, sculpté par Bartholdi, a vu passer de nombreux champions dans la longue histoire de la ville, qui suivait immédiatement Metz dans l’itinéraire du Tour 1907. Étape ultra-régulière des Tours d’avant-guerre, la commune a depuis beaucoup plus servi de départ que d’arrivée, bien que le Belge Marc Demeyer, poisson-pilote attitré de Freddy Maertens, y ait saisi l’opportunité de briller à son tour, en 1978. Le lendemain, Bernard Hinault remportait un contre-la-montre qui lui permettait de déloger Zoetemelk du sommet du classement général, et de débuter sa vie en jaune sur le Tour de France.

Le coureur le plus connu de Belfort est sans conteste Christophe Moreau, qui passa toute son adolescence et ses premières années de coureur dans la cité du Lion. Il termina 4e en 2000 du plus réussi de ses 15 Tours de France. 

Belfort est aussi la ville natale de deux fratries du cyclisme. Pascal et Eric Guyot prirent ainsi part à trois Tours de France à eux deux. Éric, le cadet, remporta également le Grand Prix de Plouay. Jean-Paul et Patrick Hosotte disputèrent également ensemble le Tour de France 1981.

 

C’est après l’étape Mulhouse-Belfort du Tour 1969, avec le Ballon d’Alsace au programme, qu’Eddy Merckx a définitivement pris possession du Maillot Jaune pour le porter jusqu’à Paris - © Presse SportsLa montée du Ballon d’Alsace, pendant l’étape de Belfort du Tour 1907 - © Presse Sports
29 fois ville-étape
51 500 habitants (Belfortains, Belfortaines)
Chef-lieu du Territoire de Belfort (90)
Économie
  : industrie  (Alsthom, General Electric), haute technologie (Techn’hom)
Spécialités 
: myrtille, épaule du ballon (agneau), patte du lion (pain), belflore et pavé de Corbis (pâtisseries), brimbul (apéritif),  Facettes de Belfort (chocolat).
Slogan
  : Belfort, une ville d’avance
Sport 
: ASM Belfort (volleyball), patinage artistique, échecs, montgolfières, Open de Tennis féminin, Transterritoire (5500 vététistes) 
Personnalités
  : Denfert-Rochereau, Frédéric-Auguste Bartholdi, Jean-Pierre Chevènement, Christophe Moreau (cycliste), Tahar Rahim (acteur).
Festivals
  : Festival international de musique universitaire (Pentecôte), Eurockéennes (juillet), Festiv’été, TGV Generiq, Festival Entrevues (1ères œuvres de cinéma, novembre).
Labels
  : ville fleurie ****, Qualiville®

Sites internet

A voir

La Citadelle

Place stratégique depuis le XIIe siècle, la citadelle de Belfort fut construite par le comte de la Suze à partir de 1648. Afin de verrouiller le passage, en raison de nombreuses invasions étrangères, Louis XIV confie à Vauban le projet de fortifier la ville. Celui-ci propose en 1687 une enceinte urbaine pentagonale, protégée par des ouvrages avancés, et renforcée aux angles par des tours bastionnées. C'est l'unique exemple en France du deuxième système de fortification de Vauban. Puis à partir de 1817, le général Haxo transforme le château en une forteresse moderne, en particulier en remplaçant la caserne construite sous Vauban par une caserne à l'épreuve de la bombe, que l'on peut voir actuellement au-dessus du Lion. Depuis juillet 2007, un parcours de découverte historique (La Citadelle de la Liberté) permet de visiter autrement la citadelle de Belfort, par le biais de bornes illustrées, audio-guide, projection vidéo et lumières dans le Grand Souterrain.

Le musée de Belfort et lespace Bartholdi 

Créé en 1872 par la Société belfortaine d'émulation, le musée de Belfort s'organise autour d'un fond archéologique: reflet de la vie quotidienne régionale de la préhistoire (grottes sépulcrales de Cravanche) à la période des invasions (nécropole burgonde de Bourogne) en passant par la conquête romaine (atelier de poterie d'Offemont et "Villa" de Bavilliers) et de souvenirs liés aux personnalités militaires ayant défendu Belfort à maintes reprises (épée du général Lecourbe, effets personnels de Denfert-Rochereau). En février 2011, dans le cadre de l’anniversaire du Lion de Belfort et en hommage à son créateur, la Ville a souhaité aménager six salles  de façon permanente du musée d’Histoire. L’Espace  Bartholdi est consacré au statuaire et présente un fonds de sculptures, de gravures, de photographies anciennes, d’archives et de documents originaux.

La Porte de Brisach

Construite en 1687 comme l'indique un cartouche gravé dans la pierre,  c’est la seule porte conservée des fortifications. Sur son fronton, surmontant l'emblème du Roi Soleil, on peut lire la devise de Louis XIV «Nec Pluribus Impar » (que nul ne peut lui être comparé).

Le Lion et la Citadelle - © Ville de BelfortLa Porte de Brisach - © Ville de BefortLes fortifications - © Ville de Belfort
29 fois ville-étape
51 500 habitants (Belfortains, Belfortaines)
Chef-lieu du Territoire de Belfort (90)
Économie
  : industrie  (Alsthom, General Electric), haute technologie (Techn’hom)
Spécialités 
: myrtille, épaule du ballon (agneau), patte du lion (pain), belflore et pavé de Corbis (pâtisseries), brimbul (apéritif),  Facettes de Belfort (chocolat).
Slogan
  : Belfort, une ville d’avance
Sport 
: ASM Belfort (volleyball), patinage artistique, échecs, montgolfières, Open de Tennis féminin, Transterritoire (5500 vététistes) 
Personnalités
  : Denfert-Rochereau, Frédéric-Auguste Bartholdi, Jean-Pierre Chevènement, Christophe Moreau (cycliste), Tahar Rahim (acteur).
Festivals
  : Festival international de musique universitaire (Pentecôte), Eurockéennes (juillet), Festiv’été, TGV Generiq, Festival Entrevues (1ères œuvres de cinéma, novembre).
Labels
  : ville fleurie ****, Qualiville®

Sites internet

Le Lion de Belfort

Du 3 novembre 1870 au 13 février 1871 Belfort, alors sous-préfecture alsacienne, est assiégée par l’armée prussienne. Alors que les généraux de Napoléon III ont été balayés dans les premières semaines de la guerre, c’est Denfert-Rochereau, un simple colonel, qui dirige la manœuvre. Belfort n’abdique pas et ne se rend que sur ordre du gouvernement français. Grâce à sa courageuse résistance, Belfort reste française alors qu’une partie de l’Alsace et de la Lorraine est annexée à l’Allemagne.

Dès décembre 1871, alors que les troupes ennemies sont toujours dans la place, le conseil municipal de Belfort vote un crédit pour élever un monument à la mémoire et en témoignage de reconnaissance pour les victimes du siège de 1870-71. C’est un projet modeste : une simple stèle ou colonne dressée au cimetière des Mobiles. Le budget alloué est de 2  000 francs.

Frédéric-Auguste Bartholdi est appelé pour participer au projet. Le Colmarien, très marqué par l’annexion de sa région, est d’autant plus motivé par le projet qu’il a servi pendant le conflit comme chef d’escadron des gardes nationales puis comme aide de camp de Giuseppe Garibaldi. Il a déjà une idée, bien loin de la simple stèle… Il imagine érigé contre et sous la roche calcaire de la citadelle un lion colossal « harcelé, acculé et terrible encore en sa fureur  ».

Ses propositions, acceptées dès 1873, subissent de nombreuses retouches liées essentiellement à l'attitude du lion, qui doit «  glorifier l’énergie de la défense » plutôt que rappeler une victoire ou une défaite. Cependant la dépense estimée à 50 000 francs dépasse largement le budget initial. Une souscription nationale est donc lancée. Elle remporte un vif succès et les travaux débutent enfin en 1876. Ces derniers sont considérablement retardés par les difficultés matérielles (extraction, taille et pose de la pierre) et la rigueur des hivers successifs. Les Belfortains attendront 1880 pour admirer Le Lion achevé.

Entièrement réalisé en grès rose des Vosges, il mesure 22 m de long sur 11 m de haut.  Il est classé aux Monuments Historiques en 1931.

Une réplique du lion se trouve place Denfert-Rochereau à Paris. Quant à Bartholdi, qui jouit déjà à l’époque d’une renommée internationale, il va bientôt réaliser une œuvre plus marquante encore, la Statue de la Liberté.

 

Le Lion de Belfort - © Ville de Belfort
29 fois ville-étape
51 500 habitants (Belfortains, Belfortaines)
Chef-lieu du Territoire de Belfort (90)
Économie
  : industrie  (Alsthom, General Electric), haute technologie (Techn’hom)
Spécialités 
: myrtille, épaule du ballon (agneau), patte du lion (pain), belflore et pavé de Corbis (pâtisseries), brimbul (apéritif),  Facettes de Belfort (chocolat).
Slogan
  : Belfort, une ville d’avance
Sport 
: ASM Belfort (volleyball), patinage artistique, échecs, montgolfières, Open de Tennis féminin, Transterritoire (5500 vététistes) 
Personnalités
  : Denfert-Rochereau, Frédéric-Auguste Bartholdi, Jean-Pierre Chevènement, Christophe Moreau (cycliste), Tahar Rahim (acteur).
Festivals
  : Festival international de musique universitaire (Pentecôte), Eurockéennes (juillet), Festiv’été, TGV Generiq, Festival Entrevues (1ères œuvres de cinéma, novembre).
Labels
  : ville fleurie ****, Qualiville®

Sites internet

Porteurs de maillots à l'issue du prologue

Classements à l'issue du prologue

Vainqueur de l'étapeRetrouvez les cotes du PMU avant le départ de l'étape
Vainqueur finalAucun pari n'est actuellement disponible

S'abonner

Recevez des informations exclusives sur le Tour de France

Sondage

Fabian Cancellara endossera-t-il le premier Maillot Jaune du Tour pour la 5ème fois de sa carrière ?

  • Oui69.82%
  • Non30.18%
2333 votes

Partenaires du Tour