Légende
  • Tête de course
  • Caravane
  • Ville de départ
  • Ville d'arrivée
  • Ravitaillement
  • Points chrono
  • Sprint
  • Dernier kilomètre
  • Col hors catégorie
  • Points d'intérêts

Sur la route

Département de l'Eure

Logo de l’EureCrédit : Département de l’Eure

Population : 582 800 hab.
Préfecture : Evreux
Sous-préfectures : Les Andelys, Bernay
Site web : www.cg27.fr

Le Département de l'Eure, qui doit son nom au cours d'eau qui le traverse dans la plus grande longueur, constitue la partie méridionale de la Haute-Normandie en épousant très sensiblement la forme d'un cœur s'inscrivant dans le nord-ouest du Bassin de Paris. L’agriculture reste importante dans l’Ouest du département : le blé, l’orge et  l’escourgeon, le colza, les pois, le maïs, la betterave, le lin, le  tournesol et les légumes sont les cultures principales, mais l’élevage est aussi très présent.

L’activité  industrielle se concentre autour d’Évreux, Vernon, Louviers et Val de Reuil et dans les communes périphériques. C’est une industrie de  transformation variée qui regroupe des secteurs tels que les équipements électriques, la métallurgie, la pharmaceutique, la cosmétique et parfumerie, les caoutchoucs et plastiques, la papeterie et l’automobile.

Département de la Seine-Maritime

Logo du Conseil général de Seine-MaritimeCrédit : Conseil général de Seine-Maritime

Population : 1 250 000 hab.
Préfecture : Rouen
Sous-préfectures : Le Havre, Dieppe.
Sites web : www.seinemaritime.net www.seine-maritime-tourisme.com

Le département de la Seine-Inférieure a été créé à la Révolution française, le 4 Mars 1790, à partir d'une partie de la province de Normandie. Elle a pris le nom de Seine-Maritime le 18 Janvier 1955. Ses habitants sont appelés les Seinomarins. La Seine-Maritime, baignée par la Manche de l'estuaire de la Seine jusqu'à l'embouchure de la Bresle, fait partie de la région Haute-Normandie. Elle est limitrophe des départements de la Somme, de l'Oise et de l'Eure. Les principales villes du département sont Rouen, le Havre, Dieppe, Fécamp et Elbeuf.
Attaché aux valeurs de l’accès au sport pour tous, le Département de Seine-Maritime participe et soutient de nombreuses manifestations sportives. Côté cyclisme, la Viking 76 et le Tour de Normandie se sont inscrites comme des courses incontournables en Seine-Maritime.La Seine-Maritime : une terre de culture

Chaque été depuis 2006, le Département de Seine-Maritime invite tous ses habitants, les badauds ou les vacanciers à venir Lire à plage. Dans le cadre de cette opération des bibliothèques éphémères sont installées dans des cabanes sur les plages du département. Les lecteurs prennent place dans un transat et peuvent ainsi découvrir, gratuitement, l’un des 1 000 livres proposés dans tous les styles littéraires. Cette année, les cabanes de Lire à la plage sont ouvertes du 3 juillet au 30 août, 7 jours sur 7, sur 12 plages de Seine-Maritime. Pour poursuivre ces découvertes estivales, le Département propose également des visites guidées gratuites le long du littoral ou au cœur des espaces naturels sensibles. Toute l’année, les sites et musées départementaux comme le parc de Clères, le château de Martainville, le musée Victor Hugo, le musée Pierre Corneille, le musée des Antiquités, le musée de la Corderie Vallois ou l’abbaye de Jumièges ouvrent également leurs portes.

La Seine-Maritime : un Département sportif et solidaire

Devenir la base arrière des Jeux Olympiques de Londres, c’était le projet lancé en 2009 par Didier Marie, Président du département de Seine-Maritime. Pour concrétiser ce tremplin pour les Jeux, le département de Seine-Maritime a signé un contrat de collaboration pour l’accueil d’athlètes internationaux originaires de pays émergents. Aujourd’hui, la Seine-Maritime qui est devenue l’unique centre d’entraînement solidaire français pour les pays émergents, accueille ainsi 16 sportifs boursiers qui peuvent préparer leur qualification aux JO de 2012 dans des structures adaptées et ouvertes aux autres délégations sportives.

Département de l'Oise

Logo du département de l'OiseCrédit : Conseil général de l’Oise

Population : 800 500 habitants
Préfecture : Beauvais
Sous-préfectures : Clermont, Compiègne, Senlis
Site web : www.oise.fr

L’Oise est située à 35 km au Nord de Paris et compte 800 500 habitants, répartis sur 41 cantons et 693 communes. Le département dispose de plus de 150 sites écologiques protégés et de 400 km2 de forêt à découvrir. Il offre une diversité de petites régions attrayantes comme le Clermontois, le Noyonnais ou le Pays de Bray. Le département dispose de plusieurs réseaux : autoroutier, fluvial, aérien et de télécommunications qui le placent au cœur de l’Europe et en font un territoire attractif.

L'Oise a un passé très riche et fertile en événements. Sa position géographique en a fait, tout au long des époques, le dernier bastion à conquérir avant Paris. C’est dans l’Oise qu’est née la royauté française puisque Hugues Capet fut élu à Senlis et couronné à Noyon. Rempart de Paris, le département a vu s’ériger les belles cathédrales de Senlis, Noyon et Beauvais. Les deux guerres mondiales ont marqué son histoire puisque deux armistices furent signés dans la forêt de Compiègne puis dans celle de Rethondes. Plateforme dynamique aux portes de Paris, l'Oise est majoritairement orientée vers les activités industrielles. Le département accueille de nombreuses entreprises dans les secteurs d’activités de la métallurgie et le travail des métaux, l'automobile, la chimie, le caoutchouc et plastiques, la cosmétique et la parfumerie, la logistique, l'agro-alimentaire...

Département de la Somme

Baie de SommeLogo du Conseil général de la SommeCrédit : Conseil général de la Somme

Population : 582 000 hab.
Préfecture : Amiens.
Sous-préfectures : Abbeville, Montdidier, Péronne.
Site web : www.somme.fr

Cœur historique de la Picardie, la Somme a toujours été l’objet de convoitises en raison de sa situation stratégique entre Paris et les Flandres. Ce territoire largement ouvert a été le théâtre de certaines des batailles les plus marquantes de l'histoire de la France, et notamment la Bataille de la Somme, qui  s'est déroulée en 1916 et dont le centenaire commence à se préparer dans un esprit de fraternité et dans un esprit de paix durable pour toutes les jeunesses à venir.

Depuis le 1er janvier 2012, les habitants s’appellent les Samariens, de Samara, le nom originel de la Somme, le fleuve qui donne son nom au département, valorisé au travers du Grand Projet Vallée de Somme  : mise en place de transports éco durables comme la Véloroute Voie Verte mais aussi le tourisme fluvial grâce à ses canaux.

Son économie a longtemps reposé sur une agriculture prospère et une industrie textile puissante. Sa situation au carrefour de l’Europe a été un atout de ses reconversions. Le tourisme est une activité en plein essor autant autour d’Amiens avec son incontournable et majestueuse cathédrale qui apparaît comme un phare, en réponse à la Baie de Somme, l’une des plus belles baies du monde qui vient d’être labellisée Grand site de France.

Km 31.5 : Lyons-la-Forêt

Abbaye de Mortemer - Crédit : JardinoChâteau de Fleury-la-Forêt - Crédit : Jardino

Au cœur de la forêt domaniale, immense hêtraie de 10.700 ha, Lyons-la-Forêt est classé parmi les  « plus beaux villages de France  ».  Construit sur l’emplacement d’un château fort édifié au XIIe siècle, le centre de Lyons en a adopté le plan, autour de l’ancienne motte féodale. Les Halles du XVIIIe se situent au centre d’une place très vivante où alternent des maisons anciennes en briques roses ou à colombages normands.

L’hôtel de Ville a conservé intacte la salle de « bailliage » avec son décor de tribunal du XVIIIe et une exceptionnelle tenture à fleurs de lys. Le rez-de-chaussée abrite des témoins d’anciens cachots. Bordée de maisons dont la majorité a deux siècles, une longue rue mène, près de la Lieure, à l’église Saint-Denis (XIIe – XVIe).

De nombreux artistes ont séjourné à Lyons, en particulier Isaac Benserade qui y naquit et Maurice Ravel qui y composa.

En 1932, les halles servirent de décor à la scène du comice agricole dans le film de Jean Renoir, puis également en 1990 dans celui de Claude Chabrol, intitulés tous les deux Madame Bovary.

Abbaye de Mortemer

Situées au cœur de la forêt de Lyons, ses ruines s'élèvent dans un cadre bucolique qui invite à une promenade presque mystique tant ces lieux sont chargés d'histoire. Au centre de la propriété, l'actuelle bâtisse du XVIIIe siècle abrite un musée. Grâce à un système audiovisuel, les scènes de la vie des moines sont passées en revue jusque dans les sous-sols de l'abbaye où l'on peut voir les outils, le four à pain, sans oublier la célèbre fontaine Sainte-Catherine si chère aux jeunes filles désireuses de trouver un mari. Dans le parc, on découvre «  le chemin des ducs de Normandie  » et  il est possible de terminer la visite en flânant le long des étangs, à moins de prendre  un petit train rustique qui longe la pièce d'eau.

Château de Fleury-la-Forêt

Après avoir franchi la remarquable grille en fer forgé, on emprunte l'allée bordée de tilleuls centenaires qui conduit à l'imposant château, édifié en silex et briques rouges au XVIIe siècle. À l'intérieur, on découvre une des plus belles cuisines de Normandie avec ses mille ustensiles, le salon, les chambres ... ainsi que le musée de poupées anciennes, entourées de leur mobilier.

Site web : www.paysdelyons.com

Haute-Normandie

Préfecture : Rouen

La Haute-Normandie, terre d’énergies !

Aux portes de Paris, la Haute-Normandie bénéficie d’un patrimoine naturel et historique et culturel exceptionnel. Ses grands sites sont connus dans le monde entier : les falaises d’Etretat, la Maison et les jardins de Claude Monet à Giverny, la cathédrale de Rouen, le Pont de Normandie …

Région chère à Claude Monet, dont le tableau Impression, soleil levant, a donné son nom au mouvement, la Haute-Normandie fut le berceau et le creuset de l’impressionnisme, inspirant des peintres comme Renoir, Pissarro ou Turner.  Le Havre et Rouen disposent en outre des deux principaux musées consacrés à l’impressionnisme après le Musée d’Orsay à Paris.

Les peintres ne pouvaient qu’être saisis pas la beauté majestueuse de la région, et notamment ses 120 km de falaises blanches. Paysage unique au monde, ce haut mur de calcaire est ponctué, ça et là, de stations balnéaires réputées, telles que Dieppe ou Etretat. Ce patrimoine naturel exceptionnel fait l’objet, tout comme la vallée de la Seine, d’une demande de classement au patrimoine mondial de l’humanité.

Son décor naturel et ses jardins ne doivent pas faire oublier son patrimoine architectural : le long des boucles de la Seine, pas moins d'une vingtaine d'abbayes jalonnent un parcours touristique exceptionnel. C’est que la Haute-Normandie conserve avec fierté les traces de son passé : Jeanne d’Arc, Rollon ou Guillaume le Conquérant ont marqué l’histoire locale et celle de leur temps. Mais la région compte également de célèbres écrivains, tels que Corneille, Gustave Flaubert, Guy de Maupassant, Maurice Leblanc ou aujourd’hui Philippe Delerm.

La figure historique du cyclisme régional est bien sûr Jacques Anquetil. Mais d’autres sportifs ont fait leurs classes ou leur carrière sportive en Haute-Normandie, tels que Tony Parker ou le nageur Hugues Duboscq, double médaillé de bronze aux Jeux olympiques de Pékin en 2008.

Porteurs de maillots à l'issue de l'étape 5

Classements à l'issue de l'étape 5

Vainqueur de l'étapeRetrouvez les cotes du PMU avant le départ de l'étape
Vainqueur finalAucun pari n'est actuellement disponible

S'abonner

Recevez des informations exclusives sur le Tour de France

Sondage

Peter Sagan est-il capable de battre Greipel et Cavendish dans un sprint massif ?

  • Oui0%
  • Non0%
0 vote

Partenaires du Tour