Tournai

Tournai

Cure de jouvence

Le cœur historique de Tournai connaît actuellement une restauration de grande envergure. Témoin imposant et immuable de cette cité épiscopale, la Cathédrale Notre-Dame, classée au Patrimoine mondial de l’Humanité par l’Unesco, et son quartier protégé vivent une cure de jouvence particulièrement spectaculaire. Ce quartier qui longe l’Escaut est actuellement redessiné grâce à la vision d’un architecte français de renom, Nicolas Michelin.

Les 30 millions d’euros que l’Union Européenne et la Wallonie ont octroyés à la ville dans le cadre du Plan Convergence permettront de faire revivre ce quartier grâce à des voiries soignées, du mobilier de qualité, des façades rénovées. La Cathédrale, chef d’œuvre mêlant l’art roman et l’art gothique, connaît aussi une très importante restauration grâce à un programme septennal engagé par la Wallonie. Ce vaste chantier est rendu vivant grâce à des visites touristiques exceptionnelles. Les visiteurs peuvent ainsi découvrir comment la toiture de la partie romane a été rajeunie grâce à une technique héritée du Moyen-Âge, les tuiles multicolores vernissées de la chapelle Saint-Louis, la rosace du porche occidental…

Dans les dix prochaines années, la rive droite de l’Escaut, véritable colonne vertébrale de Tournai, connaîtra une restauration en profondeur. Le quartier de la gare, devant laquelle passeront la caravane et les coureurs du Tour 2012, fera peau neuve en intégrant des pratiques quotidiennes favorisant le développement durable et la multimodalité. Une place importante sera laissée à la mobilité douce. Un mode de déplacement et de vie que la Ville de Tournai entend fortement encourager. Tournai vient d’ailleurs d’être retenue par le Gouvernement de la Wallonie comme ville pilote. Une aide wallonne en plusieurs volets permettra à la Ville de développer une politique « vélo au quotidien ». Actuellement, la part modale du vélo à Tournai doit encore progresser. L’objectif de ce Plan Communal Cycliste est d’augmenter cette part modale en stimulant et en améliorant la pratique quotidienne du vélo, en sensibilisant et en renforçant l’image du vélo comme moyen de déplacement pour tout public.

Sites internet

Les quais de l’Escaut - © Ville de Tournai
2 fois ville-étape
69 000 habitants (Tournaisiens, Tournaisiennes)
Chef-lieu d’arrondissement de la Province du Hainaut (Belgique)
Surnoms : la ville aux cinq clochers - Tournai la Belle
Économie : commerce, tourisme, biscuiteries, transport, vente par correspondance
(3 Suisses, Yves Rocher), CCB (extraction de la pierre bleue de Tournai
Spécialités : lapin du lundi perdu, salade tournaisienne (13 ingrédients), succès du
jour (gaufres), biscuits Desobry, les ballons tournaisiens (pâtisserie à base de
caramel), bière, apéritifs : Le Tournaisien » (à base de cerise), « La Tournaisienne »
(à base de pêche) et « Le Pont des Trous »
Sport : RFC Tournai (football), Tour de Wallonie picarde (cyclisme)
Personnalités : Clovis, Roger de la Pasture (peintre primitif flamand), Pierre Joseph
Fauquez (faïencerie), Robert Dubois (porcelaine), Donat Casterman (éditeur),
Henri Vernes (écrivain), Claudy Criquielion (cycliste)
Festivals : lundi perdu, Carnaval de Tournai, Les 4 Cortèges (juin), Grande
procession (septembre).
Labels : Patrimoine mondial de l’Unesco (cathédrale, beffroi) - Ville d’Art et
d’Histoire - Ville Handicity

Les Grandes Dates

  • Ier siècle

    Installation du camp romain de Tornacum.
  • Ve siècle

    Les Francs Saliens s’emparent de Tournai et en font la capitale d’unroyaume. Le père de Clovis, Childéric, y est enterré.
  • IXe siècle

    Tournai devient une seigneurie épiscopale dépendant des rois deFrance.
  • XIIe siècle

    Construction de la cathédrale.
  • 1314

    Le roi de France envahit le Tournaisis et se heurte à la commune, qui finit pars’imposer en dépit des souverainetés successives.
  • 1513 à 1518

    La ville dépend d’Henri VIII d’Angleterre, qui maintient les droits de la commune.
  • 1522

    Charles-Quint s’empare de la ville et supprime l’autorité communale. Tournaiet le Tournaisis deviennent deux provinces distinctes.
  • 1667

    Charles-Quint s’empare de la ville et supprime l’autorité communale. Tournaiet le Tournaisis deviennent deux provinces distinctes.
  • 1709

    Tournai repasse sous contrôle anglo-hollandais jusqu’à la Révolutionfrançaise.
  • 1830

    Tournai est intégrée dans la Belgique indépendante.
  • 1914

    Importantes destructions pendant la Guerre.
  • 1940

    Des bombardements de la Luftwaffe font 250 morts.
L’Eglise de Visé - © Ville de Visé
2 fois ville-étape
69 000 habitants (Tournaisiens, Tournaisiennes)
Chef-lieu d’arrondissement de la Province du Hainaut (Belgique)
Surnoms : la ville aux cinq clochers - Tournai la Belle
Économie : commerce, tourisme, biscuiteries, transport, vente par correspondance
(3 Suisses, Yves Rocher), CCB (extraction de la pierre bleue de Tournai
Spécialités : lapin du lundi perdu, salade tournaisienne (13 ingrédients), succès du
jour (gaufres), biscuits Desobry, les ballons tournaisiens (pâtisserie à base de
caramel), bière, apéritifs : Le Tournaisien » (à base de cerise), « La Tournaisienne »
(à base de pêche) et « Le Pont des Trous »
Sport : RFC Tournai (football), Tour de Wallonie picarde (cyclisme)
Personnalités : Clovis, Roger de la Pasture (peintre primitif flamand), Pierre Joseph
Fauquez (faïencerie), Robert Dubois (porcelaine), Donat Casterman (éditeur),
Henri Vernes (écrivain), Claudy Criquielion (cycliste)
Festivals : lundi perdu, Carnaval de Tournai, Les 4 Cortèges (juin), Grande
procession (septembre).
Labels : Patrimoine mondial de l’Unesco (cathédrale, beffroi) - Ville d’Art et
d’Histoire - Ville Handicity

Sites internet

Tournai et le cyclisme

Frontalière de la France, Tournai s’est imposée par vocation comme une des étapes les plus régulières du Circuit Franco-Belge. Tom Boonen, Sébastien Rosseler et Gert Steegmans y ont levé les bras mais, hormis les coureurs belges, l’Argentin Juan José Haedo, l’Australien Heinrich Haussler et Sandy Casar ont également inscrit leur nom au palmarès. Tournai est aussi l’un des jalons de l’une des plus vieilles courses du calendrier wallon, Binche-Tournai-Binche, relancée voilà deux ans sous le nom de Mémorial Franck Vandenbroucke. En 1966, Tournai avait accueilli la deuxième étape du Tour de France, remportée par le Belge Guido Reybroeck, puis un contre la montre par équipe le lendemain, sur lequel la formation hollandaise Televizier-Batavus avait été la plus rapide.

Le club cycliste le plus en vue et le plus ancien de Tournai, la Pédale Saint-Martin, compte aujourd’hui dans ses rangs des pros comme l’ancien champion de Belgique Ludovic Capelle. 

Guido Reybroeck, vainqueur ici de Paris-Tours, s’est également imposé sur une étape du Tour de France 1966 à Tournai - © Presse Sports
2 fois ville-étape
69 000 habitants (Tournaisiens, Tournaisiennes)
Chef-lieu d’arrondissement de la Province du Hainaut (Belgique)
Surnoms : la ville aux cinq clochers - Tournai la Belle
Économie : commerce, tourisme, biscuiteries, transport, vente par correspondance
(3 Suisses, Yves Rocher), CCB (extraction de la pierre bleue de Tournai
Spécialités : lapin du lundi perdu, salade tournaisienne (13 ingrédients), succès du
jour (gaufres), biscuits Desobry, les ballons tournaisiens (pâtisserie à base de
caramel), bière, apéritifs : Le Tournaisien » (à base de cerise), « La Tournaisienne »
(à base de pêche) et « Le Pont des Trous »
Sport : RFC Tournai (football), Tour de Wallonie picarde (cyclisme)
Personnalités : Clovis, Roger de la Pasture (peintre primitif flamand), Pierre Joseph
Fauquez (faïencerie), Robert Dubois (porcelaine), Donat Casterman (éditeur),
Henri Vernes (écrivain), Claudy Criquielion (cycliste)
Festivals : lundi perdu, Carnaval de Tournai, Les 4 Cortèges (juin), Grande
procession (septembre).
Labels : Patrimoine mondial de l’Unesco (cathédrale, beffroi) - Ville d’Art et
d’Histoire - Ville Handicity

Sites internet

A voir

La Cathédrale

La Cathédrale Notre-Dame de Tournai est un des plus beaux édifices religieux d’Europe occidentale. Elle succéda à plusieurs églises archaïques installées sur le site aux premiers temps du christianisme. Elle comprend une nef et un transept de style roman, construits au XIIe siècle, et un chœur de style gothique élevé au XIIIe. La croisée du transept est surmontée de cinq clochers qui donnent à la cathédrale une majesté exceptionnelle.

Le Fort Rouge - © Ville de TournaiL’Hôtel de Ville - © Ville de TournaiLa Cathédrale - © Ville de TournaiLe Musée des Beaux-Arts - © Ville de Tournai
2 fois ville-étape
69 000 habitants (Tournaisiens, Tournaisiennes)
Chef-lieu d’arrondissement de la Province du Hainaut (Belgique)
Surnoms : la ville aux cinq clochers - Tournai la Belle
Économie : commerce, tourisme, biscuiteries, transport, vente par correspondance
(3 Suisses, Yves Rocher), CCB (extraction de la pierre bleue de Tournai
Spécialités : lapin du lundi perdu, salade tournaisienne (13 ingrédients), succès du
jour (gaufres), biscuits Desobry, les ballons tournaisiens (pâtisserie à base de
caramel), bière, apéritifs : Le Tournaisien » (à base de cerise), « La Tournaisienne »
(à base de pêche) et « Le Pont des Trous »
Sport : RFC Tournai (football), Tour de Wallonie picarde (cyclisme)
Personnalités : Clovis, Roger de la Pasture (peintre primitif flamand), Pierre Joseph
Fauquez (faïencerie), Robert Dubois (porcelaine), Donat Casterman (éditeur),
Henri Vernes (écrivain), Claudy Criquielion (cycliste)
Festivals : lundi perdu, Carnaval de Tournai, Les 4 Cortèges (juin), Grande
procession (septembre).
Labels : Patrimoine mondial de l’Unesco (cathédrale, beffroi) - Ville d’Art et
d’Histoire - Ville Handicity

Sites internet

Le lundi perdu

Il ne fait pas bon être lapin à Tournai le lundi qui suit l’épiphanie, fêtée le 6 janvier. Ce lundi est en effet le « lundi parjuré » ou « lundi perdu », une fête tournaisienne dont l’origine se perd dans la nuit des temps. Et la tradition veut que, ce jour-là, on mange du lapin, agrémenté de pruneaux et de raisins secs.

La première mention de cette fête remonte au XIIIe siècle, où l’abbé de Saint-Martin de Tournai note qu’il est de tradition que les citoyens les plus aisés de la ville se réunissent à cette occasion avec leurs fils autour d’une table ronde pour élire un roi. Lorsque ce dernier lève son verre pour boire, tous les convives doivent en faire autant.

Cette tradition aurait pour origine les assises de justice tenues chaque année par les seigneurs locaux au Moyen-âge. Chacun devait alors y dénoncer les crimes ou forfaits qui auraient échappé à la justice en jurant de sa bonne foi. D’où cette expression de lundi parjuré. Avec le temps, l’expression « lundi perdu » se substitua à la première appellation, tout simplement parce que ce lundi férié était une journée de travail perdue pour les employeurs.

Le dîner, agrémenté du fameux lapin, serait une survivance du repas que le seigneur et ses juges donnaient à la fin des assises et auquel le peuple pouvait participer en payant son écot.

Traditionnellement, le dîner débute par une petite saucisse servie avec de la compote ou du chou. Puis place au lapin. Le menu se poursuit avec une salade tournaisienne à base de mâche. On termine par une galette des rois.

Avant le repas, on tire les billets des rois, qui attribuent à chaque convive un rôle à table : roi, fou du roi, etc…

Le lundi perdu se célébrait traditionnellement en famille, mais il est aujourd’hui l’occasion de se retrouver entre amis autour d’une bonne table.

Une des sept merveilles de Belgique

Tournai est une des plus anciennes villes de Belgique. La cité, qui a connu plusieurs cultures dominantes (gallo-romaine, franque, anglaise, Pays-Bas Espagnols, Pays-Bas Autrichiens, la France de Louis XIV, la France révolutionnaire et de l’Empire…), est considérée comme un important carrefour. La ville fut l'un des grands centres culturels et économiques flamands (le chœur gothique de la cathédrale Notre-Dame fut un élément précurseur de l'art scaldien, la tapisserie et la draperie tournaisiennes appartiennent à la grande école flamande, etc.), mais  possède également des trésors de l'art mosan, style typique de l'espace culturel wallon. En effet, les deux plus importantes châsses de la cathédrale Notre-Dame de Tournai, les châsses de Notre-Dame flamande et de Saint-Eleuthère (13e siècle), sont deux œuvres de Nicolas de Verdun (artiste liégeois né en 1181). Ces reliquaires témoignent de l'opulence des villes de Tournai et de Liège au Moyen Âge; en particulier la châsse de Notre-Dame flamande qui est considérée comme l'une des sept merveilles de Belgique.

La Grand Place de Tournai - © Ville de Tournai
2 fois ville-étape
69 000 habitants (Tournaisiens, Tournaisiennes)
Chef-lieu d’arrondissement de la Province du Hainaut (Belgique)
Surnoms : la ville aux cinq clochers - Tournai la Belle
Économie : commerce, tourisme, biscuiteries, transport, vente par correspondance
(3 Suisses, Yves Rocher), CCB (extraction de la pierre bleue de Tournai
Spécialités : lapin du lundi perdu, salade tournaisienne (13 ingrédients), succès du
jour (gaufres), biscuits Desobry, les ballons tournaisiens (pâtisserie à base de
caramel), bière, apéritifs : Le Tournaisien » (à base de cerise), « La Tournaisienne »
(à base de pêche) et « Le Pont des Trous »
Sport : RFC Tournai (football), Tour de Wallonie picarde (cyclisme)
Personnalités : Clovis, Roger de la Pasture (peintre primitif flamand), Pierre Joseph
Fauquez (faïencerie), Robert Dubois (porcelaine), Donat Casterman (éditeur),
Henri Vernes (écrivain), Claudy Criquielion (cycliste)
Festivals : lundi perdu, Carnaval de Tournai, Les 4 Cortèges (juin), Grande
procession (septembre).
Labels : Patrimoine mondial de l’Unesco (cathédrale, beffroi) - Ville d’Art et
d’Histoire - Ville Handicity

Sites internet

Porteurs de maillots à l'issue du prologue

Classements à l'issue du prologue

Vainqueur de l'étapeRetrouvez les cotes du PMU avant le départ de l'étape
Vainqueur finalAucun pari n'est actuellement disponible

S'abonner

Recevez des informations exclusives sur le Tour de France

Sondage

Fabian Cancellara endossera-t-il le premier Maillot Jaune du Tour pour la 5ème fois de sa carrière ?

  • Oui69.82%
  • Non30.18%
2333 votes

Partenaires du Tour