Légende
  • Tête de course
  • Caravane
  • Ville de départ
  • Ville d'arrivée
  • Ravitaillement
  • Points chrono
  • Sprint
  • Dernier kilomètre
  • Col hors catégorie
  • Points d'intérêts

Sur la route

Département de l'Ariège

Logo du département français de l'AriègeCrédit : Conseil Général de l'Ariège

Population : 151 600 habitants.
Préfecture : Foix
Sous-préfectures : Pamiers, Saint-Girons
Site web : www.cg09.fr www.ariegepyrenees.com

Blottie au cœur des Pyrénées, adossée à l’Andorre et à l’Espagne, l’Ariège est une terre de plaines, de montagnes et de lacs, marquée par la présence humaine depuis l’origine des temps. Douze grottes ornées recèlent ainsi de véritables trésors tandis que le Moyen Age a légué un patrimoine exceptionnel en matière d'art roman dans ce pays qui fut celui des Cathares. L’eau, l’air, la neige, le soleil : les meilleurs atouts sont réunis pour la pratique d’activités de pleine nature toute l’année, sans compter un réseau de plus de 2 500 kms de sentiers de randonnée balisés et deux « voies vertes » véritables paradis des marcheurs, vététistes et autres cavaliers.

Ce cadre naturel exceptionnel représente aussi un espace propice à la création et à l’innovation dans les entreprises. L’implication et la qualité du travail des Ariégeois n’est plus à démontrer, en témoigne la formule célèbre d’un officier de Napoléon : «l’Ariège produit des hommes et du fer». La construction de l'A 66, « L'Ariégeoise », accompagne aujourd’hui le mouvement de rénovation et de développement du territoire, profondément lié à l’essor de l’industrie aéronautique du bassin toulousain.

Le catharisme
Les cathares militaient pour une foi chrétienne conforme aux évangiles et dénonçaient les abus d’une église trop riche, trop liée aux puissants. Dans le sud de la France régnaient en maîtres les Comtes de Toulouse et de Foix qui voyaient dans cet élan spirituel un formidable contre-pouvoir au Roi de France et à l’Eglise Catholique. Pourchassés, persécutés pendant plus d’un siècle, ils ont trouvé refuge dans les vallées les plus reculées de l’Ariège et des Pyrénées. Autour de Montségur, symbole du pays cathare et de Montaillou, célèbre village occitan, on découvre quelques tours, des ruines d’enceintes fortifiées, un donjon surgi de nulle part, qui défient encore le temps.
Le Moyen-âge en Ariège, au-delà des Chevaliers cathares, c’est aussi la dynastie des Comtes de Foix, leur célèbre Château fort et ses deux plus célèbres fils : le flamboyant Gaston Phébus, prince des Pyrénées et Henri IV, roi de France, dernier comte qui a rattaché Foix et l’Ariège au royaume de France.

À VOIR
Le Palais des Evêques de Saint-Lizier. Ancienne résidence épiscopale, le Palais des Evêques a bénéficié d’une rénovation ambitieuse et prestigieuse initiée par le Conseil général. Il accueille aujourd’hui le musée départemental de l’Ariège, ainsi qu’un restaurant gastronomique réputé. S’il domine Saint-Girons, le site offre également un point de vue unique sur le « seigneur de l’Ariège », le Mont Valier et ses 2 838 m. Il est inscrit à la collection des Sites touristiques remarquables de l’Ariège.

Département de l'Hérault

Logo Conseil général de l'HéraultCrédit : Conseil général de l'Hérault

Population : 1 032 000 habitants
Préfecture : Montpellier
Sous-préfectures : Béziers, Lodève
Site web : www.herault-tourisme.com

L'Hérault a forgé son histoire et son identité dans la rencontre des civilisations. Avec les Ibères venus du sud, les Etrusques arrivés par la mer, les Celtes de la région rhénane ou les Ligures d'Italie. Tous se sont côtoyés, succédés, mélangés. Puis les Grecs et les Romains ont laissé leurs traces dans le département avant qu'au XVe siècle, le français ne devienne la langue officielle. Aujourd'hui, dans ce territoire chargé d'histoire (canal du Midi, Via Domitia), le tourisme constitue l'une des activités principales, avec un chiffre d'affaires annuel de 1,2 milliard d'euros, 40 000 emplois, dont 25 000 permanents et 38 millions de nuitées par an. Car avec 100 km de côtes, le littoral héraultais est l'un des mieux sauvegardés de la Méditerranée et ce, malgré plusieurs stations balnéaires et treize ports de plaisance. Par ailleurs, ses espaces naturels sont pratiquement tous la propriété du Conservatoire du littoral et des espaces lacustres, qui les a préservés. Outre le tourisme, la viticulture constitue encore un secteur-clef de l'économie locale. Au cœur du Languedoc, la vigne est une culture, un mode de vie profondément inscrit dans la mémoire des paysages et des hommes. Faugères, Saint-Chinian, minervois, coteaux du Languedoc, clairette ou Languedoc, muscat de Frontignan ou de Mireval illustrent cette tradition. Sur le plan démographique, la population a progressé de plus de 11 000 habitants par an depuis 1990, soit 57 % de l'accroissement régional. Ce taux élevé place l'Hérault au second rang des départements les plus dynamiques dans ce domaine. Enfin 80 % de la population vit dans les villes, dont les principales sont Montpellier, Béziers et Sète.

Département de l'Aude

Logo du Conseil général de l'AudeCrédit : Conseil général de l'Aude

Population : 354 000 habitants
Préfecture: Carcassonne
Sous-préfectures : Limoux, Narbonne
Site web : www.cg11.fr

Le département, d'une superficie de 6 139 km², tire son nom du fleuve côtier qui le traverse. Il se situe entre deux massifs montagneux (la Montagne Noire au nord et les Pyrénées au sud) et deux bassins sédimentaires (le bassin languedocien à l'est et le bassin aquitain à l'ouest). Mais surtout, il borde la Méditerranée sur 47 kilomètres, où s'égrènent Leucate, Fitou, Lapalme, Sigean, Port-la-Nouvelle, Peyriac de Merc, Bages, Narbonne, Gruissan, Fleury d'Aude. De la Méditerranée aux Pyrénées, l'Aude Pays Cathare possède une grande variété de paysages et de lieux prestigieux. Dans des écrins naturels spectaculaires se dévoilent les châteaux cathares et la cité médiévale de Carcassonne, classée au patrimoine mondial de l'UNESCO, les abbayes et cloîtres romans ou le canal du Midi, également classé au patrimoine mondial. On peut aussi choisir de pratiquer les multiples activités de pleine nature qu'offre le département en montagne comme à la mer. Outre la viticulture, qui a accompli de très grands efforts dans le sens de la qualité et représente toujours une source de richesse (vins de Corbières, de la Clape, minervois, blanquette de Limoux), le tourisme constitue une activité économique en essor constant. L'agriculture occupe toujours une place prépondérante : céréales dans le Lauragais, élevage dans les massifs.

Département du Gard

Logo du Conseil général du GardCrédit : Conseil général du Gard

Population : 701 900 habitants
Préfecture
: Nîmes
Sous-préfectures
: Alès, Le Vigan
Site web 
: www.gard.fr

Le Gard tire son nom de la rivière qui le traverse, le Gardon. Le département comporte 353 communes répartis sur 5 853 km2. A l'exception de la cité nîmoise (133 000 habitants), le département ne comprend que des villes de moyenne importance. Riche culturellement, le Gard est un point de rencontre entre la Provence, le Languedoc, les Cévennes et la Camargue, en bordure de Méditerranée. Cette géographie très contrastée s'étale du sommet du Mont Aigoual (1 565 m) au niveau de la mer, avec la zone montagneuse des Cévennes, les garrigues, et enfin les zones de plaine jusqu'à la mer. Sur le plan économique, le tertiaire est prépondérant puisqu'il représente 72 % des emplois. Le tourisme dispose d'atouts indéniables grâce au patrimoine (Pont du Gard, inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO, arènes de Nîmes, remparts d'Aigues-Mortes ou d’Uzès), ses manifestations culturelles (ferias) et sa station balnéaire, le Grau-du-Roi, qui possède le port de plaisance le plus important d'Europe (Port Camargue).

Km 17 : Pont-Saint-Esprit

Façade de la maison des chevaliers qui abrite le musée d'art sacré à Pont-Saint-Esprit - Crédit : GarrigouPont-Saint-Esprit, les églises Saint Pierre et Saint Saturnin et le pont médiéval sur le Rhône - Crédit : Vpe

Pont Saint-Esprit tire son nom et sa prospérité initiale du pont qui lui a donné son nom. Bâti au XIIIe siècle, c’est le plus ancien pont encore utilisé sur le Rhône et il marque l’entrée du fleuve en Provence. Carrefour de quatre départements et de trois régions, la cité provençale dresse sa majestueuse silhouette sur la rive du fleuve impétueux que de célèbres poètes et baladins ont si passionnément aimé. Près de la réserve naturelle des Gorges de l'Ardèche, de la vallée de la Cèze, et du Pont du Gard, Pont-Saint-Esprit est une destination de choix par sa gastronomie et ses vins mais aussi par son patrimoine remarquable. En 1951, la ville fut l’une des plus touchées par « l’affaire du pain maudit », qui fit sept morts, en toucha des centaines d’autres, et n’a toujours pas été élucidée.

Le pont Saint-Esprit


C’est le plus remarquable de tous ceux qui nous restent du Moyen-âge. Il fut construit entre 1265 et 1309 par la corporation religieuse et laborieuse des Pontifices ou Frères pontifes (et il semble avec le concours d'une confrérie de femmes) et financé avec les aumônes recueillies. Il forme un coude sur le Rhône et sa longueur approche du kilomètre, 919 mètres exactement. Sur les 25 arches, 19 sont anciennes. Son entretien était financé par une taxe spéciale dite « petit-blanc », établie par le Roi pour le passage du sel qui remontait le Rhône. Les bombardements américains ont, par chance, épargné ce superbe ouvrage. Seule l'arche métallique moderne fut coupée.

Musée d’art sacré

Depuis juillet 1995, la Maison des Chevaliers, demeure des Piolenc, dynastie de négociants de blé de la vallée du Rhône, abrite le Musée d'art sacré du Gard, qui propose une approche culturelle du sentiment religieux de l'Occident chrétien. La belle façade romane est le deuxième état connu de cet hôtel seigneurial, qui fut régulièrement agrandi jusqu'à la fin du Moyen-âge. Vers 1340, le juge du roi rendait la justice dans une salle qui a conservé en parfait état sa charpente somptueusement peinte. En 1450, Guillaume de Piolenc fit construire deux salles d'apparat superposées dont les plafonds peints nous sont parvenus intacts. La collection d'art sacré regroupe les collections du musée municipal et du musée départemental. Ethnographie religieuse et beaux-arts s'équilibrent dans une présentation d'objets de culte public ou privé.

L’église Saint-Saturnin

Dédiée à Saint-Saturnin, l'église primitive aurait été construite en 822. Elle fut reconstruite entre 1143 et 1164. Seul vestige de cet édifice roman, un carreau sculpté provenant d'une frise et représentant un bœuf accroupi, est encastré dans le mur de la crypte Saint-Félicien, sous la chapelle du Sacré-Cœur. C’est dans cette crypte que sont conservées les reliques de Félicien, trouvées en 1841 dans les catacombes de Saint-Laurent-hors-les-Murs. En mauvais état, elle reçut en 1345 un début de reconstruction, interrompu faute de ressources. La nef ne fut couverte qu'au siècle suivant. Cette nouvelle église fut saccagée au moment des Guerres de religion. Dévastée une nouvelle fois en 1793, elle perdit son clocher et sa flèche. Les travaux reprirent aux alentours de 1848. L’édifice se caractérise par une architecture gothique méridionale. Le portail, attribué à Blaise Lécuyer, est daté entre 1484 et 1491.

Site web  : www.mairiepse.fr

Région Midi-Pyrénées

Préfecture : Toulouse
Sites Web
: www.midipyrenees.fr www.tourisme-midi-pyrenees.com  http://grandsites.midipyrenees.fr/

Avec huit départements et 45.000 km² de superficie, Midi-Pyrénées est la région la plus étendue de France (avec la Guyane), plus vaste que le Danemark, la Belgique ou la Suisse. Cet immense espace coincé entre les Pyrénées au sud et le Massif central au nord-est est évidemment d'une grande disparité même si l'ensoleillement, l'amour de la gastronomie, du rugby et le sens de l'accueil sont des valeurs communes à tous ses départements.

L'économie de la région est dominée par la vitalité de Toulouse, capitale de région, dont l'activité conditionne celle des autres grandes villes proches, Pau ou Carcassonne. Troisième ville étudiante de France, la ville rose est également la capitale française de l'aéronautique.

Dans le reste de la région, l'armement (Tarbes) ou l'industrie pharmaceutique (Castres, Agen) sont des activités importantes, mais l'agriculture domine et fait de Midi-Pyrénées le deuxième pôle agricole du pays.

Le tourisme est, comme ailleurs en plein essor, et les nombreuses stations de sport d'hiver des Pyrénées attirent les amateurs de glisse et de nature.

En 2009 la création du label Grands Sites a permis la mise en valeur de différents patrimoines régional, naturel ou culturel, technologique ou historique.

Porteurs de maillots à l'issue de l'étape 20

Classements à l'issue de l'étape 20

Vainqueur de l'étapeRetrouvez les cotes du PMU avant le départ de l'étape
Vainqueur finalAucun pari n'est actuellement disponible

S'abonner

Recevez des informations exclusives sur le Tour de France

Sondage

Mark Cavendish remportera-t-il une quatrième victoire consécutive sur les Champs-Elysées ?

  • Oui73.07%
  • Non26.93%
7171 votes

Partenaires du Tour