Légende
  • Tête de course
  • Caravane
  • Ville de départ
  • Ville d'arrivée
  • Ravitaillement
  • Points chrono
  • Sprint
  • Dernier kilomètre
  • Col hors catégorie
  • Points d'intérêts
  • Secteur pavé

Sur la route

Isère (38)

Région Rhône-Alpes
Population : 1 215 212 hab. (2011)
Préfecture : Grenoble
Sous-préfectures : La Tour-du-Pin, Vienne.
Superficie : 7 431 km2
Plus grande ville : Grenoble
Économie : industrie du papier, métallurgie, composants électroniques, biens d'équipement, chimie, agroalimentaire, tourisme.
Spécialités : gratin dauphinois, ravioles, blettes à la voironnaise, pétafine, bleu du Vercors (fromages), antésite, Chartreuse.  
Tourisme : sports d'hiver (Alpe d'huez, Deux-Alpes, Chamrousse, Villard-de-Lans), Grenoble (vieille ville, musées)
Site web : www.isere.fr

Hautes-Alpes (05)

Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Population : 138 605 hab. (2011)
Préfecture : Gap
Sous-préfectures : Briançon
Superficie : 5 549 km2
Plus grande ville : Gap (40 000 hab.)
Économie : tourisme, agriculture.
Spécialités : gratin dauphinois, ravioles du Champsaur, tourtons du Champsaur, oreilles d'âne (gratin d'épinard).
Tourisme : sports d'hiver (Serre-Chevalier, Risoul, Vars…), Citadelles de Briançon, Mont-Dauphin ou Fort Queyras, parc national des Écrins.
Site web : www.hautes-alpes.net

Km 8.5 : Vizille

Vizille - Château et plan d'eau © Pierre BonaL'église et la mairie de Vizille vue de la Rampe © CORLIN

Population : 7700 hab.

Poste de vigie entre Grenoble et l'Italie, d'où son nom (Castra Vigiliae). S'y tint en juillet 1788 l'Assemblée de Vizille, prélude à la Révolution française. Le somptueux Domaine de Vizille, parc et château créés par Lesdiguières sur le site médiéval, abrite un musée de la Révolution.  Le regretté Thierry Claveyrolat, meilleur grimpeur du Tour 1990, était surnommé « l'aigle de Vizille ». 

Tour de France des Monuments Nationaux

Place forte de Mont-Dauphin

Place forte de Mont Dauphin © Centre des Monuments NationauxPlace forte de Mont Dauphin © Myr Muratet - Centre des Monuments NationauxPlace forte de Mont Dauphin © PAscal Lemaître - Centre des Monuments Nationaux

La place forte de Mont-Dauphin fut créée de toutes pièces à l'initiative et sur les plans de Vauban qui, à la suite du raid effectué par Victor-Amédée de Savoie, avait conclu en 1692 à la nécessité de fortifier le plateau fermant la vallée du Guil et commandant celle de la Durance. Les travaux, menés rapidement au départ, furent poursuivis et complétés jusqu'au XIXe siècle, en fonction des menaces pesant sur la frontière des Alpes. À l'intérieur de l'enceinte s'élèvent des bâtiments militaires, dont la poudrière (fin XVIIe siècle), les casernes Campana, Binot et Rochambeau, le pavillon des officiers et l'Arsenal.
Pour que les soldats vivent mieux leur attente, Vauban conçut un projet de ville royale qui donne aujourd'hui un village hors du commun. Les maisons sont construites sur un plan préétabli avec des caves voûtées servant d'abri, un rez-de-chaussée pour les échoppes, l'habitation à l'étage et enfin, un grenier. Des rues droites et larges suivent une gargouille centrale en marbre rose, fontaines et lavoirs facilitant les échanges de la vie quotidienne. Au croisement des rues, la pierre à mesure et l'étalon de toise nous rappellent les jours de grande foire. Une immense église a été commencée ; seul le chœur fut achevé et conservé.
La place forte de Mont-Dauphin comprend 32 hectares d'espaces verts. Avant l'essor du moteur thermique, la traction était uniquement animale (bovins et équidés).
La situation montagnarde du monument rendait les conditions de vie et de défense de la place forte très rudes. Elle dépendait des mulets pour son ravitaillement : entre 100 et 300 mulets ont stationné à Mont-Dauphin durant plus de 200 ans. En l'absence de routes, de longues caravanes de mulets bâtés remontaient périodiquement vivres et munitions. La relation entre l'homme et l'animal, particulièrement cruciale en montagne, concernait tous les animaux domestiques ; mais à Mont-Dauphin, le plus précieux était le mulet.

Le Centre des monuments nationaux propose des visites guidées de la Place Forte.
La place forte de Mont-Dauphin fut créée de toutes pièces à l'initiative et sur les plans de Vauban qui, à la suite du raid effectué par Victor-Amédée de Savoie, avait conclu en 1692 à la nécessité de fortifier le plateau fermant la vallée du Guil et commandant celle de la Durance. Les travaux, menés rapidement au départ, furent poursuivis et complétés jusqu'au XIXe siècle, en fonction des menaces pesant sur la frontière des Alpes. À l'intérieur de l'enceinte s'élèvent des bâtiments militaires, dont la poudrière (fin XVIIe siècle), les casernes Campana, Binot et Rochambeau, le pavillon des officiers et l'Arsenal.
Pour que les soldats vivent mieux leur attente, Vauban conçut un projet de ville royale qui donne aujourd'hui un village hors du commun. Les maisons sont construites sur un plan préétabli avec des caves voûtées servant d'abri, un rez-de-chaussée pour les échoppes, l'habitation à l'étage et enfin, un grenier. Des rues droites et larges suivent une gargouille centrale en marbre rose, fontaines et lavoirs facilitant les échanges de la vie quotidienne. Au croisement des rues, la pierre à mesure et l'étalon de toise nous rappellent les jours de grande foire. Une immense église a été commencée ; seul le chœur fut achevé et conservé.
La place forte de Mont-Dauphin comprend 32 hectares d'espaces verts. Avant l'essor du moteur thermique, la traction était uniquement animale (bovins et équidés).
La situation montagnarde du monument rendait les conditions de vie et de défense de la place forte très rudes. Elle dépendait des mulets pour son ravitaillement : entre 100 et 300 mulets ont stationné à Mont-Dauphin durant plus de 200 ans. En l'absence de routes, de longues caravanes de mulets bâtés remontaient périodiquement vivres et munitions. La relation entre l'homme et l'animal, particulièrement cruciale en montagne, concernait tous les animaux domestiques ; mais à Mont-Dauphin, le plus précieux était le mulet.

Le Centre des monuments nationaux propose des visites guidées de la Place Forte.

Informations pratiques

Centre des Monuments Nationaux - Place forte de Mont-Dauphin
05600 Mont-Dauphin
Tél. 04 92 45 42 40
www. mont-dauphin.monuments-nationaux.fr

Horaires

Horaires des visites commentées
juin et septembre, tous les jours, 10h, 15h
juillet et août, tous les jours, 10h, 15h, 16h15
octobre à mai, tous les jours sauf le lundi, 15h

Fermé : les 1er janvier, 1er mai, 1er et 11 novembre et 25 décembre

Tarifs

Plein tarif : 7,50 €
Tarif réduit : 4,50 €
Groupe adultes : 6 € (à partir de 20 personnes)
Groupes scolaires : Visites-conférences adaptées et Ateliers du Patrimoine : 72 € (50 € pour les ZEP) ; 35 élèves maximum, avec 2 accompagnateurs inclus ; pour tout accompagnateur supplémentaire, le tarif "groupes adultes" s'applique, sauf pour les titulaires du Pass Education (gratuité) ou d'une carte professionnelle de l'Education nationale (tarif réduit).

Gratuité

Moins de 18 ans (en famille et hors groupes scolaires) - 18-25 ans (ressortissants des 27 pays de l'Union Européenne et résidents réguliers non-européens sur le territoire français) - Personne handicapée et son accompagnateur - Demandeur d'emploi, sur présentation d'une attestation de moins de 6 mois

Accès

De Briançon ou Gap : N 94 puis D 37 vers Mont-Dauphin.

Voir la fiche

Porteurs de maillots à l'issue de l'étape 21

Classements à l'issue de l'étape 21

Mécénat et Environnement

Amaury Sport Organisation est engagé depuis sa création dans diverses activités de mécénat. Pour l’accessibilité du Tour pour tous. Lire la suite

Amaury Sport Organisation est engagé dans une démarche d'intégration de l'environnement dans l'organisation de ses courses. Lire la suite

Les maillots du Tour

S'abonner

Recevez des informations exclusives sur le Tour de France

Sondage

Qui a le plus chances de s’imposer sur l’étape des Champs-Elysées ?

  • Marcel Kittel37.14%
  • Alexander Kristoff12.44%
  • André Greipel7.74%
  • Mark Renshaw2.15%
  • Peter Sagan 40.53%
4004 votes

Découvrir le guide historique

Partenaires du Tour