Bagnères-de-Bigorre

L'AlamZic, distillateur de bon son

C'est pour répondre à une demande forte, exprimée par les jeunes du bassin de vie bagnérais, que la ville de Bagnères-de-Bigorre a décidé, en 2008, la construction d'une salle de musique amplifiée. Les équipements de la Halle aux Grains, la grande salle de spectacle de la ville, et sa configuration font qu'elle n'était pas du tout adaptée pour recevoir les publics concernés par les concerts de musique amplifiée. Les travaux nécessaires pour l'adapter s'avéraient très coûteux et auraient modifié de manière irréversible son utilisation potentielle pour d'autres spectacles. Pour cette nouvelle salle de 450 places, baptisée l'AlamZic, le choix s'est imposé de l'adosser à la Halle aux Grains, permettant non seulement de mutualiser les moyens (agents, outils, parking...), mais également de regrouper les deux salles de spectacles en un seul pôle.
La salle, inaugurée en 2012 pour un montant de 1,2 millions d'euros, a été conçue par l'architecte Philippe Guitton et la gestion de l'AlamZic a été transférée en 2013 à la Communauté de Communes de la Haute-Bigorre. Elle fonctionne en partenariat avec la scène de musiques actuelles de la Gespe, permettant une programmation plus ambitieuse encore.

Sa toiture en cuivre et sa forme lui donnent une identité toute particulière. En plus des concerts, elle abrite des locaux de répétition pour les groupes du cru.

Sites internet

L’AlamZic, salle de musique actuelle en travaux - ©pixbynot/Ville de Bagnères-de-BigorreConcert à L’AlamZic, 2012 - © pixbynot/Ville de Bagnères-de-Bigorre
10 fois ville-étape
8 700 habitants (Bagnérais, Bagnéraises)
Sous-préfecture des Hautes-Pyrénées (65)
Slogan : Source naturelle de vacances  
Spécialités : garbure, porc noir de Bigorre, canard, carotte de l'Asté,  oignon de Trébons (AOC), vin de Madiran
Économie : thermalisme (8000 curistes par an), tourisme, petite industrie mécanique et électrique, agriculture.
Personnalités : Pierre-Georges Latécoère (a développé l'aviation commerciale et la poste aérienne), Jean Gachassin (rugby, tennis), Jean-Michel Aguirre, Roland Bertranne (rugby), Wilfried Forgues et Franck Adisson (champions olympiques de canoë en 1996), Adrien Théaux (ski), Sophie Theallet (créatrice de mode), Laurent Fignon (cyclisme).
Clubs sportifs : Stade Bagnérais (rugby à XV), Amicale Laïque de Canoë-Kayak.
Festivals : festivals de musique classique « piano Pic » (juillet), festival de voix « A Voix Haute » (août), Salon du Livre Pyrénéen (octobre)
Labels : ville fleurie (3), Pic du Midi « Grand Site » régional Midi-Pyrénées

Les Grandes Dates

  • Ere romaine

    Saint-Girons est liée à Saint-Lizier, site défensif établi par les Romains sous le nom de Lugdunum Consoranorum.
  • 1120

    Le saccage de Saint-Lizier par Bernard de Comminges entraîne le développement de Saint-Girons. Les vicomtes de Couserans y édifient leur château et des remparts sont installés pour résister aux poussées des Aragonais.
  • 1300

    Un bourg, Villefranche, se développe sur la rive gauche du Salat. Il ne sera rattaché à Saint-Girons qu’à la Révolution.
  • 1721

    Un incendie détruit la ville.
  • 1872

    Construction de l’usine de papier à cigarettes JOB.
  • 1880

    Arrivée du chemin de fer. Création des papeteries de Lédar.
  • 1908

    Construction par les établissements Eiffel de la marquise de la gare de Saint-Girons. Elle est aujourd’hui démolie.
  • 1940

    Le Couserans devient l’une des principales zones de passage en Espagne. Les passeurs locaux feront passer la frontière à plus de 2.300 personnes. Quelques 650 Juifs sont assignés à résidence à Aulus-les-Bains en 1941 et 1942.
  • 1970

    Fermeture définitive des lignes de chemin de fer. La route remplace le rail.
Portrait au crayon de Jeanne d'Albret, reine de Navarre. Recueil. Portraits dessinés de la Cour de FranceHenry IV Roi de France, avant 1622
10 fois ville-étape
8 700 habitants (Bagnérais, Bagnéraises)
Sous-préfecture des Hautes-Pyrénées (65)
Slogan : Source naturelle de vacances  
Spécialités : garbure, porc noir de Bigorre, canard, carotte de l'Asté,  oignon de Trébons (AOC), vin de Madiran
Économie : thermalisme (8000 curistes par an), tourisme, petite industrie mécanique et électrique, agriculture.
Personnalités : Pierre-Georges Latécoère (a développé l'aviation commerciale et la poste aérienne), Jean Gachassin (rugby, tennis), Jean-Michel Aguirre, Roland Bertranne (rugby), Wilfried Forgues et Franck Adisson (champions olympiques de canoë en 1996), Adrien Théaux (ski), Sophie Theallet (créatrice de mode), Laurent Fignon (cyclisme).
Clubs sportifs : Stade Bagnérais (rugby à XV), Amicale Laïque de Canoë-Kayak.
Festivals : festivals de musique classique « piano Pic » (juillet), festival de voix « A Voix Haute » (août), Salon du Livre Pyrénéen (octobre)
Labels : ville fleurie (3), Pic du Midi « Grand Site » régional Midi-Pyrénées

Sites internet

Bagnères-de-Bigorre et le cyclisme

En 1952, Raphaël Geminiani s'était imposé à Bagnères en prenant le large dans le col d'Aspin. Gem était coutumier des victoires d'étape au lendemain des journées de repos. Il attribuait cette habitude aux bienfaits d'avoir retrouvé son épouse la veille.

Onze ans plus tard, déjà triple vainqueur de l'épreuve, Jacques Anquetil n'avait plus grand-chose à prouver sur le Tour. Pourtant, sur une étape dessinée entre Pau et Bagnères-de-Bigorre, avec les cols d'Aubisque et du Tourmalet au programme, le Normand s'est attaché à calmer les ardeurs de la concurrence, et notamment de Federico Bahamontes. À l'arrivée, « Maître Jacques » faisait respecter son statut en s'imposant au sprint, remportant la première étape en ligne de sa carrière sur le Tour.

Bagnères-de-Bigorre était aussi le havre où Laurent Fignon s'était installé à la fin de sa vie, y créant un centre cycliste à son nom. On fêtera cette année le 30e anniversaire de sa première victoire dans la Grande Boucle.

Raphaêl Geminiani roule pour la gagne (victoire d'étape), étape Nancy-Mulhouse, Tour de France 1952 – © Presse SportsJacques Anquetil au Col du Tourmalet, étape Bayonne-Bagnère-De-Bigorre, Tour de France 1959 - © Presse Sports
10 fois ville-étape
8 700 habitants (Bagnérais, Bagnéraises)
Sous-préfecture des Hautes-Pyrénées (65)
Slogan : Source naturelle de vacances  
Spécialités : garbure, porc noir de Bigorre, canard, carotte de l'Asté,  oignon de Trébons (AOC), vin de Madiran
Économie : thermalisme (8000 curistes par an), tourisme, petite industrie mécanique et électrique, agriculture.
Personnalités : Pierre-Georges Latécoère (a développé l'aviation commerciale et la poste aérienne), Jean Gachassin (rugby, tennis), Jean-Michel Aguirre, Roland Bertranne (rugby), Wilfried Forgues et Franck Adisson (champions olympiques de canoë en 1996), Adrien Théaux (ski), Sophie Theallet (créatrice de mode), Laurent Fignon (cyclisme).
Clubs sportifs : Stade Bagnérais (rugby à XV), Amicale Laïque de Canoë-Kayak.
Festivals : festivals de musique classique « piano Pic » (juillet), festival de voix « A Voix Haute » (août), Salon du Livre Pyrénéen (octobre)
Labels : ville fleurie (3), Pic du Midi « Grand Site » régional Midi-Pyrénées

Sites internet

A voir

Les Grands Thermes

Les « Grands Thermes », situés au cœur de Bagnères-de-Bigorre, datent de la fin du XIXe siècle et offrent une architecture classique de cette époque qui valorise de nobles matériaux tels que le marbre des Pyrénées. Spacieux et doté d'équipements performants (dont trois piscines en eau thermale), l'établissement propose de mars à novembre des cures thermales en rhumatologie, affections psychosomatiques et voies respiratoires.

L'église Saint Vincent (Monument Historique)

L'église date du XIVe siècle et fut bâtie sur un sanctuaire d'origine paléochrétienne. Elle a été classée par arrêté du 21 août 1990. Le style est de type gothique rayonnant pour la façade ouest alors que l'entrée sud se distingue par son porche en plein cintre de style Renaissance.

Tour des Jacobins (Monument Historique)

De type gothique flamboyant, la Tour des Jacobins, beffroi carré aux deux premiers étages puis octogonal de 35 mètres de hauteur, est le vestige de ce que fut l'église des frères prêcheurs. L'église fut ravagée par un incendie en 1343. Le couvent et le cloître furent démolis en 1793. L'édifice a fait l'objet d'un classement par arrêté du 16 février 1932 aux monuments historiques.

Grottes de Médous

Les grottes de Médous sont des grottes naturelles, sans trace de présence humaine préhistorique, creusées par une rivière souterraine, constituant l'une des branches de résurgence de l'Adour. Leur décor naturel, riche en stalactites, en stalagmites ou cascades pétrifiées, les ont rendu célèbres. Leurs travaux de mise en valeur datent de 1948.  Dès le XVIIIe siècle, le site suscite l'intérêt des pèlerins. La Vierge Marie y serait apparue à un petit berger puis à la veuve Liloye, ce qui permit l'arrêt de l'épidémie de peste dans la région. Un couvent capucin s'y installe, démoli lors de la Révolution française. Une chapelle accueille, aujourd'hui encore, le pèlerin éventuel.

Les Grands Thermes - © Florent PécassouÉglise Saint-Vincent (Bagnères-de-Bigorre, Hautes-Pyrénées, France) - © Florent Pécassou
10 fois ville-étape
8 700 habitants (Bagnérais, Bagnéraises)
Sous-préfecture des Hautes-Pyrénées (65)
Slogan : Source naturelle de vacances  
Spécialités : garbure, porc noir de Bigorre, canard, carotte de l'Asté,  oignon de Trébons (AOC), vin de Madiran
Économie : thermalisme (8000 curistes par an), tourisme, petite industrie mécanique et électrique, agriculture.
Personnalités : Pierre-Georges Latécoère (a développé l'aviation commerciale et la poste aérienne), Jean Gachassin (rugby, tennis), Jean-Michel Aguirre, Roland Bertranne (rugby), Wilfried Forgues et Franck Adisson (champions olympiques de canoë en 1996), Adrien Théaux (ski), Sophie Theallet (créatrice de mode), Laurent Fignon (cyclisme).
Clubs sportifs : Stade Bagnérais (rugby à XV), Amicale Laïque de Canoë-Kayak.
Festivals : festivals de musique classique « piano Pic » (juillet), festival de voix « A Voix Haute » (août), Salon du Livre Pyrénéen (octobre)
Labels : ville fleurie (3), Pic du Midi « Grand Site » régional Midi-Pyrénées

Sites internet

La veuve liloye et la peste

Domenge Jouanolou est née entre 1550 et 1560 à Beaudéan, dans le vallon de Serris. Elle reçoit le surnom de Liloye (« pure comme le lys ») à cause de sa grande piété. Mariée à un paysan des Palomières nommé Lanne, elle s'installe avec sa fille à Bagnères, dans le quartier pauvre du Pouey, après la mort de son époux. Elle ne sort de chez elle que pour aller faire des dévotions à la chapelle de Notre-Dame de Médous. C'est ainsi qu'en 1588, Liloye est gratifiée de deux apparitions de la Vierge. Celle-ci lui commande d'aller trouver « les ecclésiastiques et les consuls de Bagnères » pour leur annoncer qu' « un grand malheur leur arriverait bientôt, s'ils ne faisaient pas pénitence et ne se mettaient pas promptement en prières ». Malgré les deux interventions de Liloye, personne ne tient compte des avertissements. C'est alors que la peste arrive à Bagnères. L'histoire des miracles qui ont marqué la vie de Liloye a fait l'objet d'une enquête, menée par un magistrat royal de la ville, en 1648. Selon cette enquête, la peste de 1588 a emporté cinq Bagnérais sur six et également décimé les villages voisins. L'année suivante, alors que les habitants reviennent dans leur ville désertée, Liloye rencontre Simone de Souville, qui se moque d'elle, l'accusant « d'avoir fait peur à la ville alors que cette peste n'avait atteint que les pauvres ». Mais Liloye continue d'aller prier à Médous et la Vierge lui apparaît une nouvelle fois. Elle lui annonce un retour de l'épidémie et lui ordonne d'aller trouver Simone de Souville pour lui dire que « les riches seulement seront frappés, qu'elle-même sera la première victime, en punition de son incrédulité et qu'elle peut déjà se préparer à la mort ». Simone de Souville est la première victime de cette récidive de l'épidémie. Les Bagnérais prennent peur et ne doutent plus du caractère surnaturel du fléau. Ils se rendent en procession à Notre-Dame de Médous et la peste disparaît.

C'est ainsi que la religion catholique restera d'autant plus ancrée dans le quotidien des habitants.

Le site des grottes de Médous abrite encore aujourd'hui une petite chapelle, certainement une des plus petites du département - © Grottes de Medous
10 fois ville-étape
8 700 habitants (Bagnérais, Bagnéraises)
Sous-préfecture des Hautes-Pyrénées (65)
Slogan : Source naturelle de vacances  
Spécialités : garbure, porc noir de Bigorre, canard, carotte de l'Asté,  oignon de Trébons (AOC), vin de Madiran
Économie : thermalisme (8000 curistes par an), tourisme, petite industrie mécanique et électrique, agriculture.
Personnalités : Pierre-Georges Latécoère (a développé l'aviation commerciale et la poste aérienne), Jean Gachassin (rugby, tennis), Jean-Michel Aguirre, Roland Bertranne (rugby), Wilfried Forgues et Franck Adisson (champions olympiques de canoë en 1996), Adrien Théaux (ski), Sophie Theallet (créatrice de mode), Laurent Fignon (cyclisme).
Clubs sportifs : Stade Bagnérais (rugby à XV), Amicale Laïque de Canoë-Kayak.
Festivals : festivals de musique classique « piano Pic » (juillet), festival de voix « A Voix Haute » (août), Salon du Livre Pyrénéen (octobre)
Labels : ville fleurie (3), Pic du Midi « Grand Site » régional Midi-Pyrénées

Sites internet

Porteurs de maillots à l'issue de l'étape 14

Classements à l'issue de l'étape 14

Vainqueur de l'étapeRetrouvez les cotes du PMU avant le départ de l'étape
Vainqueur finalAucun pari n'est actuellement disponible

S'abonner

Recevez des informations exclusives sur le Tour de France

Sondage

Chris Froome va-t-il perdre une partie de son avantage dans l'étape de Lyon ?

  • Oui0%
  • Non0%
0 vote

Partenaires du Tour