Castres

La peinture espagnole à l'honneur

Installé dans une partie de l'ancien évêché de Castres dont les plans ont été dessinés par Jules-Hardouin Mansart, l'un des architectes de Versailles, le musée Goya de Castres reste un joyau trop méconnu du patrimoine castrais.
Si le musée existe depuis 1840, c'est le legs Briguiboul de 1894 à la ville qui détermine sa vocation hispanique. Peintre et collectionneur, ébloui par les grands maîtres espagnols, il acquiert de nombreuses œuvres de qualité dont celles de Goya : l'autoportrait aux lunettes, le portrait de Francisco del Mazo, une série des Caprices et l'Assemblée des Philippines, un chef-d'œuvre incomparable.

En 1949, une série de dépôts prestigieux du Louvre vient confirmer cette spécialisation : le portrait de Philippe IV de Velázquez, la Vierge au chapelet de Murillo.

Le musée Goya conserve également dans ses collections les quatre séries gravées de Goya. Celles-ci ne sont présentées au public que ponctuellement lors d'expositions temporaires pour des raisons de conservation.
Ce musée d'art hispanique, unique en son genre, n'a cessé d'être enrichi, et plus particulièrement ces vingt dernières années, devenant un lieu de référence pour apprécier la création en Espagne de l'Antiquité au XXe siècle.

Sites internet

Jules-Hardouin Mansart , portrait par Hyacinthe Rigaud. Château de Versailles.Musée Goya in Castres - © DaaéMusée Goya in Castres - © DaaéDétail d’une oeuvre des Caprices nº 43, Francisco Goya et Lucientes.Musée Goya - © Ville de Castres
5 fois ville-étape
45 000 habitants (Castrais, Castraises)
Sous-préfecture du Tarn (81)
Spécialités : miel de Castres, respontcheou, laine.
Économie : textile, pharmacie, cosmétique, machines-outils, chimie.
Personnalités : Jean Jaurès, Pierre Fabre (laboratoires), Dani (chanteuse), Roger Peyrefitte (écrivain), Francis Auriac (organisateur de la Route du Sud), Claude Puel (football), Yannick Jauzion, Clément Poitrenaud (rugby), Jacques Esclassan (coureur), Maryline Salvetat (Cyclo-cross), Fabien Bourzat et Nathalie Pechalat (patineurs artistiques).
Sport : Castres Olympique (rugby à XV)
Festivals : Les Extravadanses (juillet), A portée de rue (musique classique, juillet), Couleurs du Monde (danses folkloriques, août)
Labels : ville fleurie (3), Jardin de l'Evêché classé Jardin remarquable depuis 2004

Les Grandes Dates

  • 647

    L'abbaye bénédictine de Saint Benoît est fondée sur le site de Castres. Malgré son nom rappelant le « castrum » romain, il n'y a pas de preuve qu'un camp ait été établi dans la région.
  • IXe siècle

    Castres devient une étape importante sur le chemin de Saint-Jacques. XIIe siècle – Castres devient un centre important du catharisme.
  • XIIe siècle

    Castres devient un centre important du catharisme. 1271 - Castres intègre le royaume de France à la suite du traité de Paris mettant fin à la Croisade contre les Albigeois.
  • 1271

    Castres intègre le royaume de France à la suite du traité de Paris mettant fin à la Croisade contre les Albigeois.
  • 1317

    La ville est érigée en évêché.
  • 1356

    Castres obtient le statut de comté.
  • 1476

    Louis XI confisque la ville au Duc de Nemours et la confie à Boffille de Juge, chambellan du roi.
  • XVIe siècle

    Castres devient un bastion du protestantisme.
  • 1685

    La révocation de l’Édit de Nantes pousse de nombreux Castrais à l’exil.
  • 1797

    La ville perd son statut de chef-lieu du Tarn au profit d’Albi.
  • 1860

    Cinquante moulins de laine sont installés dans la ville, qui prospère grâce à l’industrie textile.
Célèbre tour de l'ancienne abbaye Saint-Benoît au cœur de l'Évêché - © RoudièreLe roi de France Henri IV, a séjourné à Castres en 1585 © Domaine public des Etats-Unis
5 fois ville-étape
45 000 habitants (Castrais, Castraises)
Sous-préfecture du Tarn (81)
Spécialités : miel de Castres, respontcheou, laine.
Économie : textile, pharmacie, cosmétique, machines-outils, chimie.
Personnalités : Jean Jaurès, Pierre Fabre (laboratoires), Dani (chanteuse), Roger Peyrefitte (écrivain), Francis Auriac (organisateur de la Route du Sud), Claude Puel (football), Yannick Jauzion, Clément Poitrenaud (rugby), Jacques Esclassan (coureur), Maryline Salvetat (Cyclo-cross), Fabien Bourzat et Nathalie Pechalat (patineurs artistiques).
Sport : Castres Olympique (rugby à XV)
Festivals : Les Extravadanses (juillet), A portée de rue (musique classique, juillet), Couleurs du Monde (danses folkloriques, août)
Labels : ville fleurie (3), Jardin de l'Evêché classé Jardin remarquable depuis 2004

Sites internet

Castres et le cyclisme

Le Critérium international a longtemps eu ses aises dans la ville de Jean Jaurès.  Castres a notamment servi de cadre au contre-la-montre qui s'est avéré décisif dans les victoires de Chris Boardman en 1996 et de Bobby Julich en 1998. Hormis Tom Boonen, un autre vainqueur du maillot vert du Tour est encore plus intimement lié à la ville : Jacques Esclassan, lauréat du classement par points en 1977 et quintuple vainqueur d'étapes, a vu le jour et vit toujours à Castres.
Les deux vainqueurs d'étape du Tour à Castres sont l'Italien Bruno Cenghialta en 1991 et l'Espagnol Amets Txurruka en 2007. Mais c'est la première fois que la ville sert de rampe de lancement vers les Pyrénées.  

Le siège de La Route du Sud, course cycliste professionnelle à étapes est à Castres. Chaque année la ville de Castres accueille 1 arrivée ou 1 départ d'étape.

Chris Boardman, Contre la montre au JO de 1996, médaille de bronze - © Presse SportsFedrigo Pierrick & Amets Txurruka lors de l’étape 12 Montpellier-Castres du Tour de France 2007 - © Presse Sports/B.Papon
5 fois ville-étape
45 000 habitants (Castrais, Castraises)
Sous-préfecture du Tarn (81)
Spécialités : miel de Castres, respontcheou, laine.
Économie : textile, pharmacie, cosmétique, machines-outils, chimie.
Personnalités : Jean Jaurès, Pierre Fabre (laboratoires), Dani (chanteuse), Roger Peyrefitte (écrivain), Francis Auriac (organisateur de la Route du Sud), Claude Puel (football), Yannick Jauzion, Clément Poitrenaud (rugby), Jacques Esclassan (coureur), Maryline Salvetat (Cyclo-cross), Fabien Bourzat et Nathalie Pechalat (patineurs artistiques).
Sport : Castres Olympique (rugby à XV)
Festivals : Les Extravadanses (juillet), A portée de rue (musique classique, juillet), Couleurs du Monde (danses folkloriques, août)
Labels : ville fleurie (3), Jardin de l'Evêché classé Jardin remarquable depuis 2004

Sites internet

A voir

Palais épiscopal et jardin de l'Évêché (Monument Historique)

En 1669, l'évêque de Castres, Monseigneur Michel de Tuboeuf, fait construire un palais épiscopal à Castres. Le palais est inauguré en 1673. De nos jours, il abrite l'hôtel de ville et le musée Goya consacré à la peinture espagnole. A cette époque, il était flanqué d'un petit jardin en pente s'étendant jusqu'à la muraille fortifiée.

Centre national et musée Jean-Jaurès

Créé en 1959 à l'occasion du centenaire de la naissance de Jean Jaurès à Castres, le musée est devenu centre national en 1988. Implanté au cœur de la ville, il a pour vocation de présenter la vie et l'œuvre du tribun. Grâce à un parcours muséographique et des expositions, il présente les idées et thèmes fondamentaux de la pensée politique des XIXe et XXe siècles.

Cathédrale Saint-Benoît (Monument Historique)

Classée monument historique en juin 1953, la cathédrale Saint-Benoît de style baroque, à la nef resserrée, est impressionnante par ses vastes proportions. Le chœur est entouré de quatre statues de marbre de la fin du XVIIe siècle provenant de la chartreuse de Saïx. La cathédrale a été bâtie à l'emplacement de l'abbatiale fondée au IXe siècle par les bénédictins, dont il reste le clocher, seul vestige d'architecture romane. Le dernier niveau de la tour a été très largement modifié au XVIIe siècle.

Les anciennes maisons d'artisans

Une trentaine de maisons au bord de l'Agout, très bien restaurées et superbement éclairées la nuit tout comme les arches du pont au milieu des maisons. Elles étaient au moyen-âge le lieu d'activité principal des castrais et abritaient différents corps de métiers : tanneurs, teinturiers, parcheminiers, papetiers et tisserands. Elles possèdent des ouvertures en berceau ou en ogive et ont conservé leurs encorbellements de bois et leurs balcons. Leurs caves appelées «caoussino» en occitan (usine à chaux) ouvrent sur la rivière et possédaient des lavoirs. Au rez-de-chaussée étaient situés les appartements des ouvriers puis ceux des maîtres. Aux deux derniers étages, se trouvaient les séchoirs. Sous les toits, le deuxième séchoir portait le nom de « soleiller », largement ouvert pour laisser pénétrer la lumière et l'air.

Jardin de l’Evêché - © Ville de CastresCathédrale Saint-Benoît - © RoudièreThéâtre Municipal - © Ville de CastresMaisons sur l'Agout - © Ville de Castres
5 fois ville-étape
45 000 habitants (Castrais, Castraises)
Sous-préfecture du Tarn (81)
Spécialités : miel de Castres, respontcheou, laine.
Économie : textile, pharmacie, cosmétique, machines-outils, chimie.
Personnalités : Jean Jaurès, Pierre Fabre (laboratoires), Dani (chanteuse), Roger Peyrefitte (écrivain), Francis Auriac (organisateur de la Route du Sud), Claude Puel (football), Yannick Jauzion, Clément Poitrenaud (rugby), Jacques Esclassan (coureur), Maryline Salvetat (Cyclo-cross), Fabien Bourzat et Nathalie Pechalat (patineurs artistiques).
Sport : Castres Olympique (rugby à XV)
Festivals : Les Extravadanses (juillet), A portée de rue (musique classique, juillet), Couleurs du Monde (danses folkloriques, août)
Labels : ville fleurie (3), Jardin de l'Evêché classé Jardin remarquable depuis 2004

Sites internet

Castres

Né à Castres le 3 septembre 1859, brillant élève, normalien d'exception, Jean Jaurès débute sa carrière comme professeur de philosophie. Écrivain et journaliste, il se lance très tôt dans la politique pour devenir, à vingt-six ans, le plus jeune député de France. Préoccupé par les questions économiques et sociales de son temps, Jean Jaurès intervient en 1892 lors de la grande grève des mineurs de Carmaux dont il prend la défense. Dès lors, il devient le porte-parole de la classe ouvrière toute entière en mettant son éloquence et sa plume au service des avancées sociales (liberté syndicale, création des caisses de retraite...).

À la suite de la publication du fameux « J'accuse » de Zola en 1898, Jaurès prend la défense du capitaine Dreyfus, considérant qu'il ne s'agit pas d'une simple affaire individuelle, mais de la souffrance d'un homme accusé à tort et de ses conséquences politiques. En 1904, il fonde le quotidien L'Humanité, ce qui lui permet d'écrire en toute liberté. En 1905, à l'issue de longs débats, il parvient à unifier les divers courants socialistes sous la bannière de la SFIO (Section française de l'Internationale ouvrière).

Partisan convaincu de la séparation de l'Église et de l'État, Jaurès est également l'un des premiers à mettre en cause la politique coloniale de la France. Pacifiste par conviction, il s'attache jusqu'à sa fin tragique à sensibiliser l'opinion sur les conséquences de la guerre imminente. Le 31 juillet 1914, il est assassiné à Paris au Café du Croissant et devient pour beaucoup le premier mort de la Grande Guerre.

Portrait de Jean Jaurèsentrée du Musée Toulouse Lautrec - ©Vincent Ruf
5 fois ville-étape
45 000 habitants (Castrais, Castraises)
Sous-préfecture du Tarn (81)
Spécialités : miel de Castres, respontcheou, laine.
Économie : textile, pharmacie, cosmétique, machines-outils, chimie.
Personnalités : Jean Jaurès, Pierre Fabre (laboratoires), Dani (chanteuse), Roger Peyrefitte (écrivain), Francis Auriac (organisateur de la Route du Sud), Claude Puel (football), Yannick Jauzion, Clément Poitrenaud (rugby), Jacques Esclassan (coureur), Maryline Salvetat (Cyclo-cross), Fabien Bourzat et Nathalie Pechalat (patineurs artistiques).
Sport : Castres Olympique (rugby à XV)
Festivals : Les Extravadanses (juillet), A portée de rue (musique classique, juillet), Couleurs du Monde (danses folkloriques, août)
Labels : ville fleurie (3), Jardin de l'Evêché classé Jardin remarquable depuis 2004

Sites internet

Porteurs de maillots à l'issue de l'étape 21

Classements à l'issue de l'étape 21

Vainqueur de l'étapeRetrouvez les cotes du PMU avant le départ de l'étape
Vainqueur finalAucun pari n'est actuellement disponible

S'abonner

Recevez des informations exclusives sur le Tour de France

Sondage

5 coureurs ont gagné des étapes au sprint. Qui a le plus de chances de gagner à Paris ?

  • Marcel Kittel14.93%
  • Simon Gerrans1.08%
  • Mark Cavendish54.21%
  • André Greipel5.5%
  • Peter Sagan24.28%
14123 votes

Partenaires du Tour