L'étape du jour

Liège / Liège

Journal de l'étape

le coq sportif

Collection le coq sportif La Grande Boucle 2012

La collection le coq sportif La Grande Boucle se décline dans une palette aux codes couleurs des maillots des champions. En découvrir plus

Grand départ de Liège

29.06.2012 Le peloton prend forme…

Evans Cancellara Martin Wiggo

La liste officielle des partants a été publiée en fin de matinée, avec les numéros de dossard attribués aux 198 coureurs composant le peloton. Si les remplacements sont encore possibles pour raisons médicales jusqu’au départ du prologue demain, la présence de David Millar est à la fois confirmée sur le document présentant les effectifs des équipes, et par la voie de son directeur sportif Allan Peiper, interrogé par letour.fr : « Il a été malade pendant deux jours, mais il est en voie de guérison. Il sera au départ, mais je ne le vois pas jouer les premiers rôles sur le prologue, même si c’était une priorité pour lui ».
A l’issue de la réunion des directeurs sportifs, l’ordre de départ pour le prologue a également été communiqué. Les favoris de l’épreuve n’ont pas parié sur une éventuelle détérioration de la météo et se présenteront tous en fin de programme. Toutefois, après Tom Veelers, qui sera le premier à s’élancer sur le parcours, Simon Gerrans est le seul leader d’équipe ayant fait le choix de devancer au maximum sa convocation. L’Australien, qui avait signé le 6ème temps du prologue de Grenoble sur le récent Critérium du Dauphiné, pourrait établir un temps de référence de haut niveau. Mais il sera rapidement concurrencé par l’Ukrainien Andriy Grivko, qui s’était ce jour-là classé 3ème, et dont le départ est prévu à 14h03. Le suspense pour le premier Maillot Jaune du Tour 2012 devrait toutefois être maintenu jusqu’au passage des derniers coureurs. Bradley Wiggins, porteur du numéro 101, entrera en action à 17h07, peu après le champion du monde Tony Martin (16h58). Surtout, Fabian Cancellara, qui s’était imposé pour sa première journée sur le Tour de France à Liège en 2004, sur un parcours identique, tentera le doublé à huit ans d’intervalle. Le champion sortant, Cadel Evans, sera ensuite déjà clairement engagé dans la défense de son titre. L’Australien sait mieux que quiconque que chaque seconde compte.

Le peloton en chiffres :

  • 22 équipes
  • 198 coureurs
  • 31 nations représentées au départ
  • 23 coureurs de moins de 26 ans en lice pour le maillot blanc
  • 40 ans, 9 mois et 13 jours : l’âge de Jens Voigt, le coureur le plus âgé au départ
  • 22 ans, 1 mois et 1 jour : l’âge de Thibaut Pinot, le plus jeune coureur du peloton

29.06.2012 La multiplication des pains…

Sur le Tour de France, la performance ne s’arrête pas au défi physique relevé par les coureurs. Pendant trois semaines, il s’agit également de faire vivre une petite ville itinérante de plus de 4000 personnes, avec ses contraintes et ses besoins spécifiques. Par exemple, Banette intervient en tant que fournisseur officiel pour produire et livrer du pain sur l’ensemble des lieux où se rassemblent coureurs et/ou suiveurs. Au village-départ le matin, puis sur le relais-étape installé le plus souvent à mi-parcours, ou sur les espaces de réception de la zone d’arrivée, les boulangers s’affairent pour assurer l’approvisionnement régulier. Au total, 15 000 pains frais seront produits et distribués par Banette en 24 jours sur le Tour 2012.

Les chiffres-clé du dispositif de Banette sur le Tour :

  • 5 quintaux de farines livrés quotidiennement du siège de Briare
  • 17 lieux de production différents
  • Près de 400 kg de pains fabriqués quotidiennement soit 1200 pains livrés.
  • 3 équipes de 2 boulangers Banette qui se relayent de 11h à 4h du matin

29.06.2012 Ces jeunes qui votent blanc…

Ces jeunes qui votent blanc…

Les générations se suivent et ne se ressemblent pas. Sur le Tour de France, l’examen de la hiérarchie des jeunes permet de voir venir les champions du futur, qui commencent par se distinguer avec le maillot blanc. Cette année, la limite d’âge est dépassée pour les animateurs de ce classement lors des dernières éditions. La voie est ouverte aux jeunes pousses du peloton.

Durant toute la semaine, letour.fr dresse l’inventaire des champions appelés à tenir un rôle de premier dans les différents classements du Tour de France. Episode 4 : le maillot blanc.

Le favori : Rein Taaramäe (Cofidis)

Un grand nombre de coureurs nés en 1986, dont Pierre Rolland, le vainqueur sortant, et Robert Gesink, mais encore Jérôme Coppel, Bauke Mollema et Rob Ruijgh, ne sont plus éligibles pour le classement du meilleur jeune qui distingue le concurrent de moins de vingt-six ans (dans l’année) le mieux positionné au classement général individuel. Deuxième l’an passé à 46 secondes du Français, l’Estonien de Cofidis Rein Taaramäe fait figure de successeur logique. Il est complet et devrait aimer la forte dose de contre-la-montre au programme cette année, et il aborde le Tour avec fraîcheur après ses deux arrêts forcés au printemps, l’un pour cause de mononucléose, l’autre suite à une fracture du coude. Il a plus d’expérience que le Néerlandais Wout Poels, peut-être meilleur grimpeur que lui mais qui n’a pas encore terminé un Tour de France (chute l’an passé sur la route de Saint-Flour). Quant à Tejay Van Garderen et Steven Kruijswijk, les deux autres candidats sérieux, ils devront en priorité soutenir leur leader, respectivement Cadel Evans et Robert Gesink.

Les ambitieux

Wout Poels (Vacansoleil-DCM) est un vrai coureur de classement dans les épreuves par étapes. Révélé sur le Tour de l’Ain (2e en 2010 et 2011), il aime les forts pourcentages (2e aussi au sommet de l’Angliru sur la Vuelta) et sort de deux belles prestations (2e du Tour du Luxembourg et 15e du Tour de Suisse). Il a les mains libres pour viser le maillot blanc.

Tejay Van Garderen (BMC) continue de progresser. Après un premier Tour de France sous forme d’apprentissage, l’Américain appelé à briller dans les Grands Tours est constant (5e de Paris-Nice, 4e du Tour de Californie, 14e du Dauphiné) mais c’est au service de Cadel Evans qu’il est attendu cette année, plus qu’à son propre compte.

Steven Kruijswijk (Rabobank) a déjà goûté aux joies du port du maillot blanc, mais sur les routes du Giro qu’il a terminé 18e en 2010 et 8e en 2011. 8e aussi du récent Tour de Suisse, il a de sacrées références avant d’entamer son premier Tour de France ! Mais chez Rabobank, dans la lutte pour le général, il s’inscrit en numéro 3, après Robert Gesink et Bauke Mollema.

Cyril Gautier (Europcar), 9e meilleur jeune l’an passé, pourrait grimper dans la hiérarchie et occuper l’une des places laissées vacantes par la génération 1986. Comme Pierre Rolland l’an passé, le Breton, ancien champion d’Europe des moins de 23 ans, a juste besoin d’un déclic. S’il portait le maillot blanc, sa hargne éclaterait au grand jour et il serait dur de le déloger.

Gorka Izagirre (Euskaltel) est inspiré par la victoire d’étape de son frère cadet Jon dans la 16e étape du Tour d’Italie. Passé en tête au col du Télégraphe, devant Andy Schleck et Alberto Contador, sur la route de l’Alpe d’Huez l’an passé, le Basque est un authentique attaquant de la montagne, que les ambitions de Samuel Sanchez ne sauraient freiner.

Ceux qui pourraient surprendre

Tony Gallopin (RadioShack-Nissan) progresse à pas de géant depuis sa troisième place au Tour d’Oman. Le blanc lui va bien. Vu au Dauphiné, sur tous les terrains ou presque ! Peter Sagan (Liquigas-Cannondale) n’est pas candidat au maillot blanc à Paris mais il a de fortes chances de le porter en début en début de Tour. Arthur Vichot (FDJ-BigMat) entame son deuxième Tour de France fort de la confiance découlant de sa victoire dans l’étape du Grand Colombier au Dauphiné. Patrick Gretsch (Argos-Shimano) peut se positionner à la faveur des chronos. Et se libérer dans une équipe dépourvue de leader pour le classement général. Anthony Delaplace (Saur-Sojasun), benjamin du Tour l’an passé et souvent vu à l’attaque, peut élever ses ambitions en jouant le classement de meilleur jeune. Thibaut Pinot (FDJ-BigMat) est l’atout jeune de l’équipe de Marc Madiot. La montagne et les grands écarts qu’il peut y réaliser lui tendent les bras.

28.06.2012 Ils sont dans la place !

Ils sont dans la place ! Ils sont dans la place ! Ils sont dans la place ! Ils sont dans la place ! Ils sont dans la place ! Ils sont dans la place ! Ils sont dans la place ! Ils sont dans la place ! Ils sont dans la place ! Ils sont dans la place ! Ils sont dans la place !

Devant le Palais des Prince-Evêques, le décor est planté, sur la Place Saint-Lambert. Le moment est à la fois festif et solennel : les coureurs qui composeront le peloton du Tour de France sont présentés au public un par un, à l’exception de deux absents. Christophe Kern présentera un billet d’excuse validé avec les félicitations du jury, pour avoir quitté la Belgique afin d’assister à la naissance de son enfant. La situation est plus compromise pour David Millar, qui pourrait laisser son dossard à Heinrich Haussler. Le Britannique, touché par des crises de vomissements, a maintenant moins de 48 heures pour récupérer ses moyens avant le prologue. Pour les autres, chacun aborde le passage sur la scène avec son tempérament, mais les plus émus sont systématiquement les nouveaux venus sur la Grande Boucle. Parmi les bizuths de l’année, Marcel Kittel fait partie des ambitieux qui comptent briller dès leur coup d’essai. Du haut de son mètre quatre-vingt-huit, le sprinteur allemand ne nourrit aucun complexe face aux Cavendish et autres Greipel : « Je suis assez impressionné, et aujourd’hui je profite surtout de l’atmosphère. Mais j’ai hâte que cela commence, et je pense qu’avec l’équipe que nous avons il est possible de rivaliser sur certaines étapes avec les tout meilleurs. En gagner une, ce serait énorme. »

S’il ne fait pas partie des débutants, et présente même sur son CV une 7ème place au classement général final, Ryder Hesjedal se présente avec un nouveau statut depuis son succès sur le Giro d’Italia. Et le Canadien ne s’interdit aucun rêve à l’approche des premiers coups de pédales : « Je sais qu’il est extrêmement difficile d’enchaîner des victoires sur Giro et le Tour de France, mais je viens avec beaucoup d’ambition, et pourquoi pas celle de gagner ». Le titre a conquérir au terme des trois semaines de course nourrit toutes les conversations. Et Bradley Wiggins accepte avec plaisir de figurer parmi les prétendants le plus crédibles : « Nous sommes dans cette position de favoris parce que nous avons beaucoup gagné cette année. Alors je ne ressens pas beaucoup de pression, justement parce que nous avons beaucoup gagnée. Mais tout peut se passer sur le Tour, et l’année dernière cela s’est terminé à la 7ème étape pour moi. Si je ne suis pas à l’hôpital, le contre-la-montre peut m’être favorable ! » Si le Britannique, accompagné notamment de Mark Cavendish, a fait forte impression sur la scène, le prix de l’applaudimètre est revenu à l’équipe BMC. Et pas seulement parce que le tenant du titre, Cadel Evans, porte lui aussi l’étiquette de favori. Parmi ses coéquipiers, l’Australien peut en effet compter sur le soutien de Philippe Gilbert. Le jeune gamin de Remouchamps, élevé au rang de héros local depuis ses succès sur la campagne des ardennaises en 2011, a savouré le moment d’émotion qui lui a été offert : « J’avais raté le Grand Départ de Liège en 2004 car j’étais trop jeune. Mais je suis heureux de saisir cette seconde chance. Il va falloir gérer l’émotion ». En action dès samedi pour le prologue, Phil Gil’ sera surtout attendu pour l’arrivée de la première étape à Seraing. La dose d’applaudissements pourrait y être encore plus copieuse.

28.06.2012 GreenEdge : un nouveau maillot… en attendant le vert

GreenEdge : un nouveau maillot… en attendant le vert

Pour sa première apparition sur le Tour, l’équipe australienne Orica-GreenEdge se lance avec solennité, présentée lors sa conférence de presse par le représentant de l’ambassadeur d’Australie, Brendon Nelson. Le diplomate encourage par avance ses 12 compatriotes présents dans le peloton, en comptant pour commencer sur Matt Goss pour faire briller les couleurs « Aussies ». Le directeur sportif Matt White a ensuite poursuivi le détail des objectifs de GreenEdge : « Nous avons des ambitions multiples, et l’une d’entre elles, c’est le maillot vert pour Matt Goss. Nous ne dissimulons pas nos plans. Mais nous avons beaucoup de polyvalence dans le groupe, il y a de quoi gagner des étapes. En revanche nous ne roulerons pas pour le classement général. » Avant de se lancer sur les routes, Orica-GreenEdge a déjà prévu de créer la surprise en dévoilant un nouveau maillot dessiné spécialement pour le Tour de France. Comme pour les équipes Garmin-Sharp ou Saxo Bank-Tinkoff, le nouveau look des coureurs sera connu lors de la présentation des équipes, à 18h30 sur la Place Saint-Lambert de Liège.

28.06.2012 Jeunes Reporters : dans les starts !

Jeunes Reporters : dans les starts !

Trois garçons et trois jeunes filles, âgés de 14 et 16 ans, venus de France de Belgique et du Luxembourg, suivent le Tour en tant qu’apprentis journalistes, chargés de produire tous les deux jours une publication à retrouver sur www.letour.fr, www.visionplus.fr, www.lequipe.fr et
www.sportspress.lu. Le numéro zéro d’A Notre Tour est déjà disponible.

Ils sont déjà dans le concret. L’équipe des Jeunes Reporters, à peine réunie à Liège dans la matinée d’hier, est à pied d’œuvre sur tous les fronts. A l’Avant-Tour pour la première distribution officielle du numéro zéro, puis en salle de presse pour leur première conférence de rédaction, Fiona, Gabrielle, Joy, Louis, Robin et Tom appréhendent avec appétit la vie de journalistes qu’ils vont mener durant trois semaines. Les séances d’interviews débutent aujourd’hui avec les conférences données par les équipes, puis la présentation officielle au public en fin d’après-midi. En attendant le premier numéro, qui sera livré au départ de l’étape Visé-Tournai, la petite troupe a concocté un « Prologue » permettant de découvrir les plus jeunes plumes de la salle de presse.

Téléchargez le « Prologue » en pdf

28.06.2012 Karpov met le grand braquet

Karpov met le grand braquet

Les amateurs d’échecs sont invités à disputer une partie qui débutera en même temps que le Tour de France, contre Anatoly Karpov. Parviendront-ils à maintenir le suspense jusqu’au jour de l’arrivée sur les Champs-Elysées ?

Nous sommes dans le registre de l’exploit physique, mais les favoris du Tour ne pensent qu’à la stratégie. Et en termes de tactique, les prétendants au titre pourraient certainement avoir des échanges constructifs avec Anatoly Karpov, l’ancien champion du monde d’échecs, bien que sa visite sur le Tour de France soit programmée au 21 juillet sur le contre-la-montre Bonneval-Chartres, en toute fin de course. Le grand maitre russe devrait alors mettre un terme à une partie qu’il disputera contre le « reste du monde » pendant toute la durée du Tour de France, par l’intermédiaire du site internet www.europe-echecs.com. Sur le principe de la partie majoritaire, Karpov jouera chaque jour un coup, la réplique de son adversaire collectif correspondant au coup le plus choisi par les internautes pendant les 24 heures suivantes. « Si je ne suis jamais venu sur le Tour de France, je pense l’avoir suivi à la télévision depuis plus de 70 pays, confie le fidèle téléspectateur, qui siège maintenant comme député à la Douma. Finalement je vois bien des similitudes entre nos deux sports, et principalement le fait que nous pratiquons des disciplines d’endurance. Je me souviens par exemple d’un match pour la couronne mondiale face à Viktor Kortchnoi, qui s’est étalé sur plus de deux mois et 32 parties. » Même contre des dizaines de milliers de joueurs, la partie dédiée au Tour de France a peu de chances de durer aussi longtemps.

Inscriptions à la partie majoritaire contre Anatoly Karpov :
http://www.europe-echecs.com/tour_de_france_2012.php

27.06.2012 Il ne manque plus qu’eux…

Il ne manque plus qu’eux…

A trois jours du prologue qui se jouera dans les rues de Liège, la ville a enclenché le mode Tour de France. Dès le début de l’après-midi, les plus impatients des amateurs de cyclisme se sont fait l’ouverture de l’Avant-Tour, un site d’exposition qui accueille gratuitement le public pour découvrir par exemple les derniers véhicules de la caravane publicitaire. Pendant que la Halle des Foires se remplit, les derniers préparatifs occupent les nombreux techniciens qui montent la scène et les gradins installés sur la Place Saint-Lambert, pour la présentation des coureurs attendue par tous les Liégeois, y compris par ceux qui patientent dans les embouteillages ! A quelques kilomètres du centre-ville, le rendez-vous a été fixé à l’ensemble des suiveurs au Country Hall. C’est précisément à 16h qu’a été inauguré le centre de presse par Christian Prudhomme : l’heure est déjà aux pronostics et aux spéculations entre les journalistes venus du monde entier. Et si l’on parle beaucoup des 198 coureurs qui passeront à l’action samedi, ce sont eux qui se sont montré les plus discrets aujourd’hui. Tous dormiront ce soir dans les hôtels qui leur ont été attribués, en ville ou dans les environs, avant leur première apparition publique, demain à 18h30 devant le Palais de Prince-Evêques. Et la Cité Ardente portera parfaitement son surnom.

27.06.2012 Le Tour… du monde des écrans

Le Tour… du monde des écrans

Diffusion TV dans 190 pays par 100 chaînes, un accord passé pour 10 ans avec la chaîne américaine NBC, 15 millions de visiteurs attendus quotidiennement sur le nouveau site letour.fr, plus de 700 000 fans sur la page officielle Facebook, des contenus diversifiés sur les réseaux sociaux… Cette année, le Tour de France se déploie sur tous les écrans.

TV : 190 pays, une audience en progression

La diffusion télévisée, déjà globale depuis de nombreuses années, continue de progresser en audience, en durée de retransmission et en qualité d’images. Au total, 4300 heures d’images du Tour de France sont programmées dans le monde entier sur l’ensemble de la course, avec deux territoires où le direct sera repris pour la première fois : l’Albanie (Top Channel) et la Mongolie (Channel One). La fidélité des diffuseurs se manifeste aussi par leur volonté de signer des accords de longue durée. C’est le cas avec les réseaux continentaux ESPN Amérique du Sud et TV5 Monde, qui ont prolongé leurs engagements jusqu’en 2017, ou encore RDS Canada jusqu’en 2015. Surtout, l’accord conclu avec NBC jusqu’en 2023 assure le Tour de France et les autres courses cyclistes A.S.O. d’une audience élargie sur le territoire américain, et d’une qualité de programme optimale de la part des diffuseurs des Jeux Olympiques et de la Stanley Cup (NHL) notamment.

Letour.fr fait peau neuve

Cette année, les internautes sont invités à découvrir un nouvel environnement en se connectant au site officiel. Avant, pendant et après chaque étape, une priorité a été fixée dans la nouvelle organisation des contenus : donner un accès direct à l’information essentielle. Des outils aussi sophistiqués qu’efficaces ont également été conçus et intégrés pour permettre à l’internaute de personnaliser son séjour sur le site. Ainsi, dans la dernière version de l’application de suivi en direct, un mouvement de souris ou un coup de doigt sur sa tablette suffit à hiérarchiser les blocs selon ses envies : le fil des dépêches, l’évolution des classements virtuels ou le streaming vidéo proposé dans certains pays, peuvent être remontés ou tout simplement masqués.

La page Facebook passe le cap des 700 000 fans

La page officielle rassemble une communauté de plus de 700 000 fans, qui retrouveront quotidiennement des contenus produits en partenariat avec Alcatel One Touch : vidéos d’à-côtés de la course, galeries photos exclusives, etc.

Google +

Une page Tour de France a été nouvellement créée sur le réseau social qui monte. Des contenus insolites et exclusifs y seront publiés quotidiennement (photos, vidéos, coulisses, etc ;). Par ailleurs, plusieurs rendez-vous seront programmés pour des conversations en ligne (vidéo-bulles) entre des coureurs et leurs supporters…

Toutes les infos sur Twitter

Le compte Twitter du Tour met à disposition de ses 60 000 abonnés le fil info diffusé en direct sur le site web. Pour ne rien rater des faits de course pendant l’étape. Les Twittos les plus inspirés sont par ailleurs invités à accompagner leurs commentaires du hashtag officiel #TDF12.

Les applications mobiles

L’essentiel des contenus disponibles sur letour.fr est décliné pour les I-phones, I-pads et terminaux androïdes, présenté par Skoda et avec la collaboration d’Orange. Photos, vidéos, cartes, dépêches, classements, interviews et fiches coureurs sont accessibles avec l’application à télécharger sur Google Play et Apple Store.

Caravane digitale

Pour la deuxième année consécutive, un site web dédié à la caravane publicitaire complète le dispositif en ligne du Tour. Le site www.lacaravanepublicitaire.com est lui aussi accompagné d’une appli mobile téléchargeable sur Google Play et Apple Store. On y trouvera notamment le live track de la caravane, des photos, des vidéos, des quizz et des jeux interactifs. Chaque jour, l’environnement visuel plongera l’internaute au cœur de la caravane d’un des partenaires du site (Kleber, Alcatel One Touch, Belin, Europcar, Digital, Vittel).

Le Tour sur PC et consoles

Comme chaque été, le Tour de France sort en jeu vidéo sur PC et consoles. Avec les jeux vidéo Pro Cycling Manager 2012 pour PC et Tour de France 2012 pour PlayStation® 3 et Xbox 360®, les routes du Tour appartiennent aux joueurs. Le jeu mobile est également disponible sur smartphones (App Store, Google Play).

27.06.2012 Festina, 20 ans de chrono sur le Tour

Festina, 20 ans de chrono sur le Tour

Sur le Tour de France, c’est toujours le chronomètre qui rend son verdict après trois semaines de course. La fonction capitale de chronométreur officiel est confiée depuis 20 ans à Festina, qui a été le témoin privilégié et impartial de moments de sports historiques : les 8 secondes comptabilisées au classement final entre Greg LeMond et Laurent Fignon en 1989 ; le podium le plus serré de l’histoire en 2007 avec 31 secondes seulement entre Alberto Contador, Cadel Evans et Levi Leipheimer. Pour cet anniversaire, l’histoire adresse un clin d’œil à la marque andorrane, dont le siège français est basé à Besançon, capitale de l’horlogerie, où sera justement disputé le 9 juillet un… contre-la-montre qui pourrait se révéler décisif. D’ailleurs, Festina offrira une montre au vainqueur de cette étape, tout comme à celui qui portera le Maillot Jaune à l’issue du chrono du 21 juillet, entre Bonneval et Chartres. Il ne sera toutefois pas indispensable d’avoir les jambes de Tony Martin ou de Bradley Wiggins pour terminer le Tour avec une Festina au poignet : les journalistes présents en salle de presse auront cette opportunité s’ils se distinguent dans les concours de pronostics organisés pour eux. Ceux qui ne suivent qu’à distance le Tour auront eux-aussi leur chance, puisqu’une montre sera offerte chaque jour au vainqueur du jeu-concours national relayé par la radio RMC, la page facebook http://fr-fr.facebook.com/Festina, et le blog www.festinablog.com.

27.06.2012 Parole aux grimpeurs

Samuel Sanchez Johnny Hoogerland David Moncoutié Jelle Vanendert

Le spectacle des explications en montagne fait partie des plus savoureux du sport cycliste. Et le porteur du maillot à pois bénéficie dans ce contexte d’un soutien généralisé des spectateurs et téléspectateurs. La lutte pour le maillot à pois oblige à l’initiative autant qu’à la constance. C’est la prime au panache.

Durant toute la semaine, letour.fr dresse l’inventaire des champions appelés à tenir un rôle de premier plan dans les différents classements du Tour de France. Episode 3 : la chasse aux pois.

Le favori : Samuel Sanchez (Euskaltel)

En dépit de places dans les dix premiers du classement final du Tour de France, Samuel Sanchez avait un peu tendance à passer inaperçu dans les médias internationaux jusqu’à ce qu’il s’impose à Luz-Ardiden, l’an passé, dix ans après l’incursion dans les palmarès de la Grande Boucle de l’icône basque de l’équipe Euskaltel, Roberto Laiseka. Ce jour là, l’Asturien, seul non-Basque de la maison orange, a aussi endossé le maillot à pois, avant de le céder à Jérémy Roy puis Jelle Vandendert. Dans les Alpes, son obsession de le reprendre à fait de lui un grand personnage du Tour de France. Il a atteint son but, et découvert le bonheur d’être récompensé sur le podium des Champs-Elysées. De fait, le classement de la montagne est un objectif typique de grand grimpeur espagnol, trop limité contre la montre ou dans les étapes-pièges de début d’épreuve, et handicapé par la faiblesse collective de son équipe. Sanchez, à 34 ans, connaît maintenant son registre : après avoir courageusement terminé le Dauphiné, blessé aux côtes, il a tout intérêt à viser une victoire d’étape en montagne puis à privilégier le maillot à pois par rapport au classement général.

Les ambitieux

Dan Martin (Garmin-Barracuda) découvre le Tour mais connaît son terrain d’expression : la montagne. Probablement trop inconstant pour jouer le général, ce qui sied mieux à ses coéquipiers Ryder Hesjedal et Tom Danielson, ses qualités de sprinter des côtes le désignent comme un prétendant naturel au maillot à pois.

Jelle Vanendert (Lotto-Belisol) a fait connaissance avec le maillot à pois, qu’il a porté pendant cinq jours l’an passé. Le grimpeur belge a cette fois la capacité à faire du classement de la montagne son objectif prioritaire, à condition qu’il soit compatible avec l’aide attendue de sa part auprès de son leader, Jurgen Van den Broeck.

Johnny Hoogerland (Vacansoleil-DCM) était parti à la conquête du maillot à pois dans le Massif Central en 2011. Il l’a endossé mais ses blessures, assorties de trente quatre points de suture après sa chute dans les barbelés, ont ruiné ses espoirs dans les Pyrénées. Il revient sur le Tour en annonçant la couleur : il veut les petits pois rouge !

David Moncoutié (Cofidis) connaît parfaitement le maillot à pois, mais à la Vuelta, les pois sont bleus ! Quatre fois vainqueur consécutif du classement de la montagne ces dernières années en Espagne, il revient sur le Tour après une parenthèse. S’il ne met pas toutes ses forces au service de Rein Taraamäe, il lui en restera pour jouer le titre de meilleur grimpeur.

Ceux qui pourraient surprendre

Mikaël Chérel (Ag2r-La Mondiale), débutant sur la Grande Boucle, a le profil type du puncheur capable d’aller chercher des points en début de Tour puis de défendre le maillot. Sylvain Chavanel (Omega Pharma-Quick Step) dresse, par son tempérament d’inlassable attaquant, le portrait-robot du chasseur de pois. La popularité de ce maillot lui irait si bien ! Matt Lloyd (Lampre-ISD), le meilleur grimpeur du Giro 2010, a une idée en tête : le maillot à pois du Tour 2012. A moins que son leader, Michele Scarponi, lui coupe l’herbe sous le pied. Rémy Di Gregorio (Cofidis) était présenté comme le nouveau Virenque à ses débuts sur le Tour, il y a cinq ans. Il n’est jamais trop tard pour bien faire. Cadel Evans (BMC), jamais avare de ses efforts, pourrait faire diversion en se rabattant sur le classement de la montagne s’il réalisait que Bradley Wiggins lui est supérieur contre la montre. Thibaut Pinot (FDJ-BigMat) a entamé sa carrière pro par un titre de meilleur grimpeur au Tour de Romandie 2010. Depuis, il confirme. Le véritable escaladeur français, c’est peut-être lui !

27.06.2012 Bienvenue en 2012 !

Edition 1997 Edition 1999 Edition 2006 Edition 2011

Pour la 99ème édition du Tour de France, le site officiel a été repensé et rénové afin d’offrir aux 15 millions d’internautes attendus quotidiennement une navigation simplifiée, plus intuitive et conviviale, permettant un accès direct aux informations essentielles.

Le Tour de France, laboratoire des technologies en matière d’information, qu’il s’agisse de presse écrite, de radio et de télévision, a naturellement accompagné l’histoire du web depuis maintenant 15 ans. C’est en 1997 que la course a édité pour la première fois un site internet officiel, proposant déjà aux internautes un suivi de la course en direct, des classements et des interviews après chaque étape, le tout dans un décor… basique mais efficace, correspondant aux standards de l’époque. Une première évolution a été lancée dès 1999 : letour.fr adopte alors une navigation plus complète, qui invite l’internaute à découvrir les différentes rubriques. L’occupation de l’espace, dictée par les dimensions des écrans utilisés alors, indique que la sobriété aurait peut-être un avenir…

Dans un deuxième temps, l’inflation des formats (vidéos, application de suivi des écarts, etc.) et les nouvelles possibilités en termes de débit ont conduit à investir les écrans dans le sens de la largeur. A partir de 2004, et plus encore dans la version préparée pour le Tour 2007, le mouvement s’est accompagné d’une répartition des contenus « à tiroirs ». Après cinq années de bons et loyaux services, le site qui a connu une véritable explosion en termes d’audience (5 millions de visiteurs sur l’édition 2007, près de 15 millions en 2011) va rejoindre le rayon des archives, et laisser place à un nouvel environnement, de nouvelles fonctionnalités. Le système choisi pour la cartographie, la refonte totale de l’interface de suivi du direct, permettent au visiteur de personnaliser son séjour sur letour.fr. Bon voyage à tous.

25.06.2012 Si c’est vert, on fonce !

Mark Cavendish © Presse Sports Matt Goss © Presse Sports Andre Greipel © Presse Sports Marcel Kittel © Presse Sports Peter Sagan © Presse Sports

Comme en athlétisme, la désignation de l’homme le plus rapide du monde fascine les esprits. A vélo, la pointe de vitesse est jugée sur les sprints, plus ou moins massifs, où sont attribués des points. Si la spécialité est dominée par Mark Cavendish depuis plusieurs saisons, la lutte pour le maillot vert récompense surtout ceux qui sont les plus réguliers sur l’ensemble de la course. Et la réforme de la dotation du sprint intermédiaire adoptée l’année dernière donne également une dimension stratégique aux débats.

Durant toute la semaine, letour.fr dresse l’inventaire des champions appelés à tenir un rôle de premier dans les différents classements du Tour de France. Episode 2 : la conquête du maillot vert.

Le favori : Mark Cavendish (Team Sky)

Vainqueur du classement par points du Tour de France l’an passé, Mark Cavendish est logiquement candidat à un deuxième maillot vert à Paris. Sa moisson de victoires d’étapes – vingt au cours de ses quatre dernières participations – augure d’une nouvelle razzia de points. Le Britannique est assurément le routier le plus rapide du monde. Pour lui, l’essentiel se joue en trois jours, entre Rouen et Metz, après un premier rendez-vous fixé aux autres purs sprinters à Tournai (2e étape). Cavendish n’a pas pour autant un tapis rouge devant lui. D’abord, arrive la concurrence de deux jeunes gagneurs : Peter Sagan et Marcel Kittel. Le Slovaque passe partout ! L’autre handicap de Cavendish est la cohabitation au sein de Team Sky avec les ambitions au classement général de Bradley Wiggins, supposées mobiliser en priorité les équipiers à partir de la fin de la première semaine, c’est-à-dire au moment où la lutte pour le maillot vert risque de basculer sur les sprints intermédiaires. Sky n’annihilera pas toutes les échappées au risque de compromettre les objectifs prioritaires, celui de Cavendish étant… la préparation des Jeux de Londres !

Les ambitieux

Peter Sagan (Liquigas-Cannondale) est le prototype du chasseur de maillot vert car il peut gagner des sprints en tous genres : sur le plat, et surtout en côte (il devrait aimer Seraing et Boulogne-sur-Mer !). Il sait également s’échapper en vue des sprints intermédiaires et son endurance est à toute épreuve, même sur trois semaines !

Marcel Kittel (Argos-Shimano) a déjà, au milieu de sa deuxième saison pro, un palmarès impressionnant. Celui d’un vrai gagneur. A deux reprises, mi-juin, l’Allemand a battu Cavendish au sprint. Il ne doit donc s’interdire aucune ambition sur le Tour, surtout pas celle de ramener le maillot vert à Paris… même si elle s’inscrit à moyen terme.

Matt Goss (Orica-GreenEdge) supporte sur ses épaules le poids de l’objectif exclusif annoncé à sa création par les promoteurs de la nouvelle équipe australienne GreenEdge : remporter le maillot vert. Le « green » (vert) est dans son nom ! Le vice-champion du monde n’a qu’une victoire au compteur cette année, une étape du Giro, mais elle en appelle d’autres.

José Joaquin Rojas (Movistar) a porté le maillot vert l’an passé avant de le céder à Mark Cavendish mais il reste un candidat sérieux car, (presque) toujours placé dans les sprints massifs, il est constant dans l’effort sur différents terrains. Cependant, le retour de son partenaire d’équipe et d’entraînement, Alejandro Valverde, réduit sa marge de manœuvre.

André Greipel (Lotto-Belisol), numéro un mondial en nombre de victoires (13) avant les championnats nationaux, est un sprinteur d’une telle qualité que le maillot vert est forcément dans ses cordes. Mais une fois seulement sur le Tour 2011, il a réussi à battre Cavendish dont la fulgurance nourrit ses complexes. Si la voie se libère…

Ceux qui pourraient surprendre

Tyler Farrar, vainqueur de la troisième étape à Redon l’an passé, a gagné des contre-la-montre par équipes avec Garmin-Barracuda mais aucun sprint cette année avant le Tour de France ! Yauheni Hutarovitch, lui aussi à sec en termes de sprints gagnants, à la différence des jeunes de la FDJ-BigMat (Démare, Bouhanni), aspire à ressortir de sa boîte… Oscar Freire (Katusha), maillot vert en 2008, prépare les Jeux Olympiques. La retraite est proche. Il court libéré ! Alessandro Petacchi (Lampre-ISD), vainqueur du classement par points en 2010, a zappé le Giro pour mieux gagner sur le Tour malgré ses 38 ans. Mark Renshaw est sorti du train de Cavendish dans le but de sprinter à son propre compte chez Rabobank, qui attend plus qu’une seule victoire (la quatrième étape du Tour de Turquie). Tony Gallopin (RadioShack-Nissan) a pris goût au maillot vert sur le Dauphiné, battu sur le fil par Cadel Evans. Complet, incisif, il est capable d’engranger des points presque partout !

22.06.2012 Cap sur le Maillot Jaune

© Presse Sports

La grande histoire n’en retiendra qu’un. L’enjeu suprême du Tour de France, c’est le Maillot Jaune remis au leader du classement général final. Les cyclistes du monde entier en rêvent, mais seule une poignée seront concernés par cette bataille au sommet pendant les trois semaines de course. Revue d’effectif des prétendants au titre de la 99ème édition.

Durant toute la semaine, letour.fr dresse l’inventaire des champions appelés à tenir un rôle de premier dans les différents classements du Tour de France. Episode 1 : la conquête du Maillot Jaune.

Le favori

Cadel Evans tient de son statut de champion sortant l’étiquette de favori. Un duel se profile avec Bradley Wiggins. L’Anglais est quasiment invaincu (comme l’Australien l’an passé) sur les courses par étapes qu’il a disputées cette année. Il a gagné Paris-Nice, le Tour de Romandie et le Critérium du Dauphiné. Si les contre-la-montre doivent les départager, le leader du Team Sky détient a priori les clés. Evans, toutefois, a pour lui l’avantage d’avoir déjà gagné le Tour et d’être plus complet : meilleur grimpeur, probablement, surtout dans l’enchaînement des difficultés proposé dans deux étapes de montagne (la 11e, dans les Alpes, et la 16e, dans les Pyrénées), plus puncheur, à n’en pas douter, d’où sa capacité à grappiller des secondes dans des efforts courts et violents (aux arrivées de Seraing, Boulogne-sur-Mer, la Planche des Belles Filles, Bellegarde-sur-Valserine), et meilleur descendeur, certainement !

Les ambitieux

Bradley Wiggins (Team Sky) tient le rôle de challenger officiel. Cinquante ans après le premier Anglais en jaune (Tom Simpson à Saint-Gaudens), l’heure est-elle venue d’un Anglais en jaune à Paris… cinq jours avant l’ouverture des Jeux Olympiques à Londres ? C’est une question de temps. Ce Tour fait la part belle au contre-la-montre, sa spécialité.

Denis Menchov (Katusha), après le début de saison le plus discret de sa carrière, opère son retour sur le Tour. A sa dernière participation (2010), il accompagnait sur le podium à Paris les deux absents de cette année au prix d’un exploit dans le contre-la-montre final. Déjà vainqueur de la Vuelta et du Giro, il se tient en embuscade…

Vincenzo Nibali (Liquigas-Cannondale) porte les espoirs de l’Italie et de la nouvelle génération face aux trentenaires. Vainqueur de Tirreno-Adriatico, il a axé sa saison 2012 sur le Tour. Son expérience d’une Vuelta victorieuse (2010) et l’aide d’Ivan Basso s’ajoutent à son registre de coureur complet et endurant.

Levi Leipheimer (Omega Pharma-Quick Step) monte en puissance. Troisième du Tour de Suisse, soit la place qu’il occupait aussi sur le podium du Tour de France 2007, l’Américain ne croit pas au handicap de son âge : 38 ans. Les contre-la-montre peuvent l’installer à une place d’où seule une chute (il en est coutumier) pourrait le déloger.

Ryder Hesjedal (Garmin-Barracuda) est un autre homme depuis qu’il a remporté le Tour d’Italie. Dans la droite ligne de Cadel Evans, vététiste ayant tardé à éclore sur route, le Canadien a toutes les qualités, et maintenant la confiance en ses moyens, pour transformer en place sur le podium son 7e rang du Tour 2010.

Ceux qui pourraient surprendre

Chris Froome et Richie Porte sont les deux coureurs émergents du Team Sky, aptes à prendre le relais de Bradley Wiggins en cas d’imprévu comme en 2011 (chute). Peter Velits (Omega Pharma-Quick Step) n’entend pas s’arrêter sur sa victoire au Tour d’Oman. Janez Brajkovic (Astana), récent vainqueur du Tour de Slovénie. Une étape avant l’éclosion finale ? Bauke Mollema est l’alternative, chez Rabobank, au leader Robert Gesink, qui promet beaucoup mais garantit peu. Pierre Rolland (Europcar) arrive à maturité pour prendre le relais de Thomas Voeckler, dont le genou est récalcitrant. Chris Horner est le quadra-gêneur ressorti du chapeau par RadioShack-Nissan, capable de supplanter Fränk Schleck au remplacement de son cadet, Andy, blessé.

21.06.2012 Agenda Liégeois

© Province de Liège © Province de Liège

A l’heure des derniers réglages, le Tour de France vit traditionnellement sur le Grand Départ ses premiers moments d’émotion et de convivialité. De l’ouverture de l’Avant-Tour à la présentation des équipes, une série de rendez-vous est programmée à Liège tout au long de la semaine prochaine.

Lorsque le compte à rebours commence à faire défiler des nombres à un chiffre, le Tour de France prend forme. C’est dans la ville qui accueille le Grand Départ que l’on ressent le mieux l’approche de l’échéance. Déjà impliqués dans la préparation de ce rendez-vous depuis plusieurs mois, les Liégeois s’apprêtent maintenant à vivre durant près d’une semaine une « montée en température » qui les mènera aux deux premières journées de course, samedi 30 juin pour le prologue, et dimanche 1er juillet pour la 1ère étape.

Dès le 27 juin, le Tour de France sera officiellement installé pour son séjour en Province de Liège, avec l’ouverture de la permanence de l’organisation et du centre de presse au Country Hall (complexe du Bois Saint-Jean). Pour ceux qui y résident, l’ambiance sera studieuse. Elle sera en revanche festive sur le site de la Halle des Foires, investi par l’Avant-Tour, où le public est attendu gratuitement pour participer à des séances de dédicaces des coureurs, découvrir en avant-première les véhicules de la caravane publicitaire ou profiter des animations proposées par les partenaires de l’épreuve. Un troisième lieu sera plus indirectement coloré par la présence du Tour puisque le « Village Gaulois », qui honore chaque été sur la Place Saint-Paul de Liège la culture et les spécialités culinaires françaises, sera inauguré cette année par Bernard Hinault et Gilbert Duclos Lassalle.

Avant de se concentrer sur le sport proprement dit, les spectacles préliminaires se poursuivront jeudi 28 juin avec une cérémonie de présentation des équipes accueillie dans le cadre majestueux de la Place Saint-Lambert, devant le Palais des Princes-Evêques. Des clins d’œil musicaux aux précédents passages du Tour de France en Belgique seront orchestrés par le musicien Pierre Theunis et ses acolytes. Les 198 coureurs qui prendront part à la 99ème édition du Tour de France auront encore une journée de détente et/ou de concentration avant de se lancer à l’assaut des rues de Liège.

Les temps forts du Grand Départ en Province de Liège

  • Mercredi 27 juin : Ouverture de la permanence d’accueil et du centre de presse au Bois Saint-Jean (Country-Hall de Liège) - Allée du Bol d'Air, 13 à 4031 Liège (Angleur) ; ouverture de l’Avant-Tour - Halle des Foires de Liège.
  • Jeudi 28 juin : à 18h30, présentation officielle des équipes - Place Saint-Lambert à Liège.
  • Samedi 30 juin : à partir de 14h00, Prologue contre-la-montre individuel - Départ et Arrivée au Parc d’Avroy
  • Dimanche 1er juillet : 1ère étape, Liège - Seraing (198 km)
  • Lundi 2 juillet : 2ème étape, Visé - Tournai (207,5km)

20.06.2012 Demandez le programme

Pour les spectateurs aussi, les trois semaines du Tour exigent de la préparation et de la méthode. Le menu de la course est à la fois copieux et varié, les protagonistes nombreux, les enjeux multiples et les stratégies quelquefois complexes. Avant et pendant l’épreuve, le Programme Officiel s’impose comme le document de référence à consulter, pour repérer en détail le parcours d’une étape, vérifier un horaire ou décrypter la pente d’une ascension. Hormis les caractéristiques techniques de la compétition, les lecteurs de ce guide complet trouveront aussi l’analyse de Bernard Hinault et les interviews des principaux favoris. Cette année encore, le Programme Officiel s’adapte à tous les publics du Tour, puisque onze versions au total sont publiées par des journaux partenaires dans le monde entier.

Les 11 versions du Programme Officiel du Tour, en vente dans les kiosques : Afrique du Sud, Allemagne, Australie, Etats-Unis France, Grande-Bretagne, Hollande, Japon, Norvège, Pays-Bas, Taiwan

Province de Liège

Mercredi 27 juin

13h30 Inauguration et ouverture du Village Avant Tour à la Foire Internationale de Liège (FIL), quai de Wallonie
14h00-20h00 Horaires d’ouverture de la permanence d’accueil au Country Hall, Complexe sportif et de spectacles Bois-Saint-Jean
14h00-21h00 Horaires d’ouverture du centre de presse au Country Hall, Complexe sportif et de spectacles Bois-Saint-Jean

Jeudi 28 juin

9h00-20h00 Horaires d’ouverture de la permanence d’accueil
9h00-22h00 Horaires d’ouverture du centre de presse
17h30 Briefing général des équipes (Directeurs sportifs et coureurs) au Palais Provincial, place Saint-Lambert. À huis clos
18h30 Présentation des équipes du Tour de France 2012 devant le Palais Provincial, place Saint-Lambert

Vendredi 29 juin

9h00-20h00 Horaires d’ouverture de la permanence d’accueil
9h00-22h00 Horaires d’ouverture du centre de presse
10h30 Réunion Directeurs sportifs / Tour de France / Jury des commissaires au Country Hall
11h30 Rencontre Directeurs sportifs / France Télévisions au Country Hall
13h30 Réunion animations zones départ et arrivée (partenaires, commissariat général) à la FIL
14h00 Réunion Sécurité routière au Country Hall, avec les pilotes habilités à rouler sur l’itinéraire du Tour de France
14h30 Réunion des chefs Caravane publicitaire à la FIL
16h30 Réunion des caravaniers du Tour de France à la FIL
17h00 Réunion des pilotes et motards de l’organisation au Country Hall, en présence du Jury des commissaires
18h00 Réunion des motards médias (pilotes, photographes, cameramen, radios,…) au Country Hall, en présence du Jury des commissaires

Samedi 30 juin

9h00-23h00 Horaires d’ouverture de la permanence d’accueil et du centre de presse
12h00 Passage de la Caravane publicitaire sur la ligne de départ du prologue
12h30 Inauguration et ouverture du Village Tour de France
14h00 Départ du premier concurrent du prologue

La présentation des équipes

Le Palais Provincial

C’est jeudi 28 juin à partir de 18h30 que se déroulera la présentation officielle des 198 coureurs représentant les 22 équipes participant au Tour de France 2012.

À l’issue du briefing général qui se tiendra à 17h30 dans les salons du Palais Provincial, place Saint-Lambert, les équipes rejoindront le podium dressé devant le Palais pour y être présentées à tour de rôle au public.

À leur descente du podium, les équipes, accompagnées de véhicules de la Caravane publicitaire, défileront sur un circuit tracé autour de la place Saint-Lambert.

En 1919, année de la création du Maillot Jaune, Firmin Lambot (ici à gauche) fut le premier à triompher à Paris, revêtu de la fameuse tunique. Il est l’un des dix coureurs belges vainqueurs du Tour de France.

Tous les chemins mènent à l’Avant Tour

Les 27, 28 et 29 juin prochains, l’Avant Tour s’impose comme le lieu de rencontre des acteurs du Tour avec leur public. Touristes, coureurs amateurs, journalistes ou curieux en promenade ont rendez-vous à Liège pour savourer l’ambiance de la course.

Le Tour de France vit au mois de juillet trois semaines d’itinérance quotidienne. Avant de rentrer dans son rythme de croisière, il s’installe d’abord durant plusieurs jours dans la ville qui accueille le Grand Départ. C’est à la fois l’heure des retrouvailles, des derniers préparatifs, des spéculations et des intimidations. Le séjour que le Tour passe cette année à Liège donne surtout l’occasion de rassembler tous les passionnés de cyclisme, en partance ou non pour la Grande Boucle. Et pour la deuxième année consécutive, les amateurs de vélo sont invités à se rencontrer dans un espace conçu pour l’échange : l’Avant Tour.

Ouvert gratuitement pendant trois jours à tous les spectateurs, l’Avant Tour se trouve au carrefour des routes de tous les acteurs du Tour en attendant les premiers mouvements du peloton. Pendant que les caravaniers y peaufinent leurs véhicules fraîchement sortis des ateliers, les coureurs sont de passage pour une séance de dédicace, des stations de radio et des chaînes de télévision montent des plateaux au cœur de l’événement : 80 exposants au total prennent possession de la Halle des Foires de Liège. Côté public, des stands seront consacrés à des conseils sur l’entretien et la réparation des cycles, tandis que les enfants pourront participer à des initiations au BMX sur une piste de 600 m2. Tous les éléments sont réunis pour une plongée dans l’ambiance du Tour, avec l’échange et la passion comme mots d’ordre.

L’Avant Tour

Halle des Foires de Liège

  • Mercredi 27 juin : 13h30 - 21h00
  • Jeudi 28 juin : 10h00 - 21h00
  • Vendredi 29 juin : 10h00 - 18h00

Porteurs de maillots à l'issue du prologue

Classements à l'issue du prologue

Vainqueur de l'étapeRetrouvez les cotes du PMU avant le départ de l'étape
Vainqueur finalAucun pari n'est actuellement disponible

S'abonner

Recevez des informations exclusives sur le Tour de France

Sondage

Fabian Cancellara endossera-t-il le premier Maillot Jaune du Tour pour la 5ème fois de sa carrière ?

  • Oui69.82%
  • Non30.18%
2333 votes

Partenaires du Tour